Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Mieux vaut tard que jamais ...
    Conseil municipal jeudi 7 octobre 2021 Propos liminaire : NSAGV ne s'est pas exprimé depuis plusieurs semaines publiquement. Et pourtant, entre l'application d'un pass sanitaire aux vertus qui restent à démontrer, une campagne de vaccination décriée,...
  • Lettre ouverte à Madame Le Maire de Noisy le Grand du 20 septembre 2021 du Syndicat CGT des Territoriaux
    Cliquez sur le lien ci dessous https://nsagv.ouvaton.org/wp-content/uploads/2021/10/Tract-Territoriaux.pdf
  • Qu'on se le dise ...
    Et oui, « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » n'est pas une coquille vide et existe bel et bien, même par ces mauvais temps de pass sanitaire et de virus mutant ! Remarquez, depuis 2008, on se serait aperçu du contraire, non ? Alors, on a pensé qu'il...
  • On vous souhaite un très bon été ...
    SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 8 JUILLET 2021 NOTRE PRÉAMBULE : La triste séquence électorale est terminée. Rien de joyeux, en effet, de devoir constater une abstention massive qui en dit long sur l'état du fonctionnement démocratique de notre pays,...
  • Tout ça pour ça ...
    70,45 % des électeurs et des électrices n'ont pas validé la seconde séquence électorale des régionales à Noisy-le-Grand et c'est le total de l'abstention, des bulletins nuls et blancs … 71,01% des électeurs et des électrices ont fait de même pour le second...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 16:23

Malgré la morosité ambiante, malgré les choix politiques qui n'en sont pas, malgré ce monde de brutes, malgré, malgré ....

Bonnes fêtes à vous !

Restons lucides, joyeux et gardons bon pied, bon oeil !

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 16:51

Chomâge = + de 2 millions de personnes reconnues,

sans compter les radiés, les hors decomptes...

Précarité = combien de millions !

 LE(s) CHIFFRE(s) DU JOUR

 

 

Le nombre d'allocataires du revenu minimum d'insertion a légèrement baissé

 

(- 0,4 %) au troisième trimestre, soit à 1,107 million de bénéficiaires en métropole.

 

Sur douze mois, l'évolution est quasiment stable (+ 0,1 %).

 

Source : les chiffres de la CAF

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 14:38

Vie privée, vie publique... vaste débat !

Loin de nous la confusion entre ce que d'aucun appelle « sphère privée » et « sphère publique » à notre époque. La vie privée, c'est l'espace où chacun d'entre nous fait ce qu'il entend, sous réserve de ne pas gêner autrui comme il est communément admis, et sous réserve, cela va de soi, y compris pour le domaine privé, de ne pas avoir d'attitude qui mette en cause l'intégrité et la dignité de ses proches. Comment oublier que, trop souvent encore, c'est aussi dans cet espace que sont battues des femmes, des enfants maltraités ou abusés et où, peuvent se cacher des pratiques moyenâgeuses comme l'esclavage à l'abri derrière les façades bourgeoises ou non parfois, les médias nous renvoyant ces pénibles échos. Dans ces tristes cas, il importe que la justice passe...

Donc, pour nous, la vie privée, celle de monsieur et madame "tout le monde", la notre, la votre, est naturellement un espace qui doit être respecté et qui ne supporte pas d'être livré à l'opinion publique, à l'exception des sordides rappels précédents. Et, sans doute, c'est pour cela que dans notre ville, ainsi qu'en de nombreux autres endroits du pays, il n'y a pas de paparazzis qui traquent nos vies, modestes et ordinaires, certes, mais importantes puisque ce sont les notres !

La sphère publique comprend une autre dimension, celle de l'artiste, celle de l'homme ou la femme politique, du ou de la présidente de club, d'association, du responsable syndical, celle qui, globalement, donne à voir, à entendre et à critiquer... La sphère publique est donc accessible à tous, à l'autre, au citoyen... en ce qu'elle produit inévitablement regards, partage, discussion, affrontement, de la démocratie, en quelque sorte !

Que dire, à propos de cette dimension, sinon que si la lisière avec la sphère privée n'est pas toujours aisée à percevoir, elle existe sans aucun doute et qu'il faut s'y attacher.

Pour autant, l'Elu(e), celui ou celle à qui ses concitoyens confient, par contrat à durée déterminée, les clefs d'une part importante de leur destin commun, l'Elu(e) n'a pas d'autre choix que de savoir composer entre les aléas de sa vie publique et ceux, habituels, de sa vie privée. Son mandat l'expose à la même mesure qu'il doit savoir en rendre compte, pendant et à échéance. Quoi de plus normal.

L'Elu(e) a aussi dans "sa musette" les signes de son rôle dans la Cité : écharpe et carte d'identité tricolore, pin's à la boutonnière et, c'est bien logique, fonction oblige, une place de choix dans les manifestations ... publiques avec pupitre pour les discours puis photos dans la presse municipale. Il peut, selon l'importance de sa charge, bénéficier d'autres éléments d'identification : voiture de fonction dûment identifiable par macaron "bleu - blanc - rouge" apposé sur le tableau de bord, chauffeur éventuel, protection rapprochée si nécessaire, le cas échéant et... pourquoi pas, place réservée, stationnement compris comme c'est le cas devant chaque mairie, par exemple ! 

A ce titre, l’Elu(e) est donc parfaitement reconnaissable comme le sont de nombreux attributs de sa fonction. 

Mais, voila, à Noisy le Grand, cette réalité vient de prendre une tournure étonnante et sans doute inquiétante.

Chacun se rappellera que la voiture de fonction de Monsieur le Député - Maire a été incendiée intentionnellement par deux jeunes adultes sous l’effet de l’alcool, dans la nuit du samedi au dimanche, la semaine passée. Le Parisien s’en est fait l’écho par deux fois et les Elus dont nous sommes, comme de nombreux responsables d'organisations et associations, s’en sont émus et ont condamné cet acte stupide et odieux, mais fort de sens puisque l’on s’en est pris au véhicule officiel d’un homme public.

Il est évident qu’il ne sera jamais question de justifier une telle atteinte à la vie publique d’un élu et, par ricochet, l’atteinte à sa vie privée puisque le véhicule était stationné devant son domicile personnel.

Même si chacun a le droit de contester les orientations municipales du moment, de ne pas partager tel ou tel choix, une telle atteinte est inadmissible et il convient de le dire haut et fort sans la moindre ambiguïté.

Dans le même temps, pour autant condamnable que soit l’acte, il ne peut être question de procéder par amalgame dans une telle affaire.

Nous apprenons que le président de l’association de défense des habitants de Bas Heurts (voir lien) a été destinataire d’une lettre du Maire l’informant qu’il avait communiqué à Monsieur le Procureur de la République l’adresse du blog de l’association au prétexte que ce dernier avait mis en ligne, il y a quelques semaines, des photos du véhicule de fonction, mal stationné, dans un lieu connu de nombreux noiséens. Le numéro d’immatriculation du véhicule était soigneusement caché.

La question, légitime, posée lors de cette présentation … d’un véhicule municipal, donc public, était celle de l’exemplarité qui s’impose, sans doute, aux élus plus qu’à d’autres, surtout dans ces temps de création de police municipale, d’intensification du stationnement payant et de respect évident du code de la route. La question, nous le pensons, était légitime et ne doit pas donner lieu à instrumentalisation après coup, si l’on peut dire.

Il est trop facile d’imputer a posteriori une responsabilité particulière à une association citoyenne pour un fait divers, odieux certes, mais surtout stupide si l’on en juge par l’information du Parisien prêtant à l'un des incendiaires le propos selon lequel « il n’aimait pas le maire ».

Le débat politique peut être vif. Les désaccords bien réels et l’affrontement politique dépassent, aujourd’hui, les seules frontières délimitées par les Partis politiques. Mettre en cause de façon aussi implicite la responsabilité éventuelle d’une association qui intervient dans l’espace public pour donner son avis, critiquer ou proposer, est une attitude très équivoque sinon inquiétante.

De fait, c’est le droit et la nature même du mouvement associatif,  pourtant issu d’un creuset commun aux partis politiques et aux organisations syndicales sur le plan historique, qui se trouvent ainsi contestés et montrés du doigt. Or, ce creuset commun fonde la vie démocratique de notre pays pour une part essentielle.

Pourvu qu’à Noisy le Grand, aucune association ne se mette à promouvoir l’illustration par la caricature des acteurs de la vie municipale ! Sinon, fidèle à l’esprit de Daumier, de « l’Assiette au Beurre » en passant par « Le Canard Enchaîné » et « Charlie Hebdo », il y aurait risque que de futurs artistes, militants d’associations, voient leurs dessins rendus responsables des déboires des hommes et des femmes qui animent, bien ou mal, la sphère publique !    

Décidément, nous ne mangeons pas de ce pain là, Monsieur le Maire. 

Pour les Elus Communistes de Noisy le Grand

Etienne DOUSSAIN

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 10:25

Le blog de l'association des habitants des Bas Heurts a un an et ça se fête ! Comment ne pas féliciter ses créateurs et ne pas leur souhaiter plein succès dans leurs initiatives citoyennes ? Chacun a bien compris que dans le combat contre le projet de ZAC au coeur de ce quartier, il ne s'agissait pas simplement d'une histoire de "cloche-merle" et de pavillons "Samsuffit" mais bien de la difficile question de savoir reconstruire la ville sur la ville selon les termes des urbanistes.

Avec le concours des élèves et des professeurs de l'école d'architecture de la Villette, la démonstration est faite qu'il est possible de conjuguer, à la fois, des réponses utiles à la grave question de l'insuffisance de logements, sociaux particulièrement, et, à la fois, le respect du cadre de vie des habitants déjà présents dans un quartier.

A Noisy, nous avons l'expérience de la ville nouvelle et de son cortège de bonnes et mauvaises réalisations ... Ne renouvellons pas les erreurs et construisons la ville, ensemble, sans la subir ! Il en va de l'intérêt de tous...

Bon anniversaire, donc !

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 22:14

Le 22 novembre, en solidarité avec les familles et leurs enfants sans papiers, a eu lieu un manifestation de parents, d'enseignants, de citoyens à l'appel de RESF devant la préfecture de Bobigny.

Pour rappel de cette mobilisation et pour soutenir ce mouvement indispensable, une photo communiquée par un participant afin de ne pas oublier !

Non à la chasse aux enfants ! Régularisation des sans papiers

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 15:55

Nous avons été informés, en fin de matinée, que la voiture du Maire aurait été détruite par incendie volontaire durant la nuit de samedi à dimanche. Nous n'avons pas plus d'informations à l'heure de ces lignes.

Si celui-ci devait être confirmé, cet acte odieux et stupide est inadmissible. Nous le condamnons avec la plus grande fermeté.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 11:52

Le groupe des Elus Communistes de Noisy le Grand exprime depuis plusieurs mois des doutes et son désaccord sur les orientations municipales actuelles. Le sujet est d'importance. Aussi, nous complétons votre information par la communication de la déclaration du président du groupe concernant le retrait de la délégation de Madame Yamina DJERFAF.


Monsieur le Maire, Chers collègues, 

Retirer la délégation d’un maire adjoint, décision du maire, et proposer de supprimer le mandat confié par le conseil municipal, ce n’est pas un évènement banal !

Retirer une délégation et proposer au conseil de voter pour ôter le mandat d’une élue, comme le prévoit la législation depuis 2004, sans avoir pris le temps de rencontrer l’intéressé, sans même l’avoir contacté à aucun moment et en laissant entendre une méconnaissance de sa part des dossiers confiés, n’est pas non plus une méthode banale de gestion d’équipe !

Enfin, retirer une délégation et proposer un vote du conseil pour supprimer le mandat en cause sans même penser que les accords électoraux au sein de la majorité municipale vont subir une modification importante, c’est ubuesque ou le symbole inquiétant d’une dérive de la perception du pouvoir dans notre ville.

Mais c’est bien connu, trop de pouvoir, tue le pouvoir !

Alors que la situation professionnelle, connue en mairie, d’une collègue a évolué de façon conséquente, cela n’a pas entraîné de questions directes, à part celles faite à des tiers sur le ton du persiflage du genre « au fait, Djerfaf, elle est encore maire adjoint ? »,  j’en passe et des meilleures…

Non, décidément non, je ne crois pas, et nous ne croyons pas avec mes amies, que les absences lors de plusieurs conseils municipaux de notre collègue et amie, fussent-elles discutables,  sont le seul prétexte en la circonstance.

Un peu de lucidité ne nous fera pas de mal avant de voter !

Il n’y a pas de mystère autour de cette table, ni dans la ville, d’ailleurs ; les élus communistes expriment régulièrement leurs désaccords sur les orientations nouvelles que la majorité de ce conseil a décidé de mettre en œuvre. 

Je peux égrener la liste : Bas Heurts, Police Municipale, Vidéosurveillance, Plu, acquisitions foncières, rythmes scolaires, animateurs des maisons pour tous, Siapp…. Ce n’est pas exhaustif…

C’est là que le bât blesse ! Il y aurait donc peut-être une autre justification à la « punition » infligée à notre collègue…

Au delà de sa délégation, de son contenu ou plutôt de l’évolution de son contenu dont elle a parlé mieux que moi, peut-être bien que nous sommes entrés dans un moment d’ordre « juste » à Noisy le Grand où le désaccord se paye…

Après un refus de formation d’une élue, une délégation en moins, un dossier, ce soir, sur le pôle multimodal du Mont d’Est, donné à une autre élue plutôt qu’à l’adjoint en charge de la délégation, moi-même en l’occurrence, (veut-on d’ailleurs démontrer doucement mais sûrement, en la vidant de son contenu l’inutilité future de ma délégation ?), il y a comme ça quelques faits qui laissent à penser qu’il s’agit bien d’une logique de « punition » pour délit d’opinion, en quelque sorte.

C’est curieux, d’ailleurs, car nous savons bien que nos partenaires du Parti Socialiste, par exemple, dans d’autres instances ne se privent pas pour critiquer et ne pas voter des orientations qui leur posent problèmes comme il est normal dans un fonctionnement démocratique !

Nous laissons la responsabilité de la situation noiséenne à ceux qui en ont décidée !

Après tout, comment être surpris de cette technique, un peu puéril certes, de punition, alors que l’on a vu détruire des pavillons partiellement dans le quartier des Bas Heurts à la veille de la fête organisée par ses habitants… et dont l’association de défense de ces mêmes habitants vient de gagner un procès contre la Socaren, donc contre la ville, sur les mêmes destructions.

Pression, punition… il est évident que nous sommes loin des « désirs d’avenir » de la démocratie participative et des enjeux de débats contradictoires qu’elle suscite… Je ne parlerai pas des « jurys populaires » dont une candidate à l’élection présidentielle ne manquera pas de reparler !

Et pourtant, il y a là une logique qui doit nous inquiéter, celle de contraindre coûte coûte à une vision uniforme de la vie de notre cité.

Monsieur le Maire, vous avez pris la responsabilité de retirer la délégation de notre collègue.

Nous avons la faiblesse de penser que le motif invoqué n’est pas le bon et qu’il s’agit tout simplement d’une tentative de nous faire rentrer dans le rang d’orientations dont nous ne partageons pas la totalité.

Alors, Monsieur le Maire, chers collègues de la majorité, assumez la punition des élèves turbulents de la majorité du conseil municipal de Noisy le Grand, assumez la méthode inédite depuis 1995 !

A défaut en refusant ce vote, vous prenez le risque d’être puni à votre tour ! 

Quant à nous, nous assumerons notre envie de faire de la politique et de construire en politique, en respectant le débat contradictoire, à la fois, dans cette enceinte et, à la fois, avec la population.

Et, bien sûr, nous appelons à voter contre cette délibération.

Je vous remercie de votre patience…

PS : Qu’est ce qu’on s’amuse au Conseil Municipal de Noisy le Grand …avec de vrais sujets qui intéressent les gens !

Etienne DOUSSAIN"

 


Partager cet article
Repost0
24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 11:07

Le conseil municipal du jeudi 23 novembre a eu à se prononcer sur la suppression de la délégation de Maire-Adjoint de notre camarade, Yamina DJERFAF. Si son changement de situation professionnelle (principale de collège) a pesé sur sa disponibilité de ces derniers mois, comme elle le dit elle même, il est bon de porter à la connaissance de tous les termes de sa déclaration. Déclaration qui confirme, qu'au delà d'absences lors de plusieurs conseils municipaux alors qu'elle n'avait pas de dossier à présenter, à l'exception du 20 juillet 2006 et du 12 octobre dernier (ce qui ne veut pas dire méconnaissance des dossiers et absence totale sur le terrain), la décision du maire et puis, celle du conseil approuvée, hier soir, par 26 voix (PS-MRC), 6 contres (5 PCF et 1 non inscrit) et 10 blancs (UMP, UDF, Verts), est plus que discutable, surtout, quand Monsieur le Maire, quasiment la main sur le coeur, dit publiquement qu'il va s'occuper de tout dorénavant directement et qu'il ne savait pas ce que son adjoint avait déjà dit !

Nous, nous croyons nous souvenir, par exemple, de nos interventions préoccupées sur l'avenir de la clinique de la Croix Aux Biches, celle de l'Union Locale CGT et des salariés de cet établissement. Nous nous souvenons, en outre, de la reflexion, partagée à l'époque, de la majorité en 1995 sur l'avenir du Centre Municipal Marie Curie ...

Comprenne qui pourra !


 

"Monsieur le Maire,

Vous m’avez adressé le 13 octobre dernier un courrier recommandé m’informant que  vous mettiez fin à la délégation que vous m’aviez confiée en mars 2001. Ce soir, il est question de mettre fin à mes fonctions d’adjointe au maire. Le motif invoqué : mon indisponibilité.

S’il est incontestable que mes fonctions professionnelles prennent un temps considérable, il est nécessaire de rappeler ici, les événements que nous avons connus en novembre 2005. Ceux-ci n’ont pas été sans conséquences sur le comportement global de la jeunesse et plus globalement sur la quiétude des établissements scolaires de Seine Saint Denis et d’ailleurs. 

Mais il nous faut aborder les vraies questions, celles qui vous ont conduit Monsieur le Maire à prendre la décision de modifier le rapport des forces à l’interne de votre majorité municipale. Car il s’agit bien de cela. Dans une situation ordinaire, vous auriez convié le président du groupe communiste à discuter en ma présence des conséquences pour la ville de mon affectation professionnelle. Dans une situation ordinaire, vous auriez pris votre téléphone et m’auriez appelée comme vous avez su le faire pour des motifs qui vous intéressaient en d’autres temps.

Dans le cas présent, point de coup de fil, point de discussion avec vos partenaires de la majorité municipale, juste un courrier recommandé, un appel de votre secrétariat me demandant de rendre le téléphone portable et il y a quelques jours, le ménage de mon casier en mairie que vous avez soigneusement organisé. 

Il existe sans doute de multiples raisons à ce comportement, mais là n’est pas mon propos. Je souhaite seulement attirer ce soir l’attention du conseil municipal sur deux dossiers celui de la santé et celui du RMI.

Le centre de prévention Marie Curie n’est pas une priorité municipale, cela nous le savions tous. Il n’était pour autant pas prévu dans nos engagements communs de le vider de son contenu au fil des années.

Dois-je ici vous rappeler qu’avec le départ du médecin que vous avez décidé de ne pas remplacer, ce sont les vaccinations pour la population, les consultations de médecine du sport et de nutrition, le dépistage des cancers du colon qui ont disparu de l’offre de soin à Noisy le Grand.

Mais c’est aussi la consultation anti-tabac que vous aviez pourtant actée et lors d’une réunion du bureau municipal et annoncée dans le bulletin municipal portant sur le bilan de mi-mandat qui n’aura pas vu le jour, malgré les financements croisés de l’Etat qui étaient accordés pour son ouverture.

Que dire de plus, si ce n’est que le médecin a été contrainte de démissionner compte tenu des réponses que vous avez apportées à  ses demandes d’amélioration de sa situation en terme de rémunérations ?

Dois-je ajouter qu’en quatre ans, ce sont les emplois d’animatrice de prévention santé, et de secrétariat qui ont été supprimés en même temps qu’il était confié de nouvelles missions à la responsable du centre.

Dois-je également vous rappeler que la prévention n’existe pas sans soins (je me réfère là aux normes de l’OMS en matière de santé qui définissent 4 niveaux de prévention) ou en tout état de cause sans information sérieuse portée par des professionnels de la santé.

Ainsi, depuis le départ du médecin il ne peut plus y avoir de collaboration avec l’ensemble des acteurs chargés de la prévention sur la commune.

Qu’ajouter, si ce n’est encore qu’il a fallu près de deux ans pour que la convention avec le conseil général qui a été votée lors du dernier conseil municipal soit enfin prise en compte par vos services.

Si ce n’est encore qu’aucune réponse n’a été apportée aux médecins du secteur libéral concernant la permanence des soins sur la commune.

Enfin que la clinique quittera la ville dans quelques mois et qu’ainsi les Noiséens, qui sont loin d’être les mieux lotis de la région quant à l’accès aux soins, perdront encore un peu.

 

Un mot sur le RMI, dispositif je le rappelle pris en charge par le Conseil Général puisque la Loi lui confère cette responsabilité.

Comment ne pas vous rappeler que vous avez refusé de prolonger le contrat de la cheffe de projet sans même devoir m’en informer, qu’aucune des propositions que j’ai pu faire n’a été suivie d’effets, ni en terme de structure [comme] la demande d’embauche de deux agents supplémentaires dont les salaires et charges sont entièrement financés par le Conseil Général pour mieux répondre aux besoins d’une population sans cesse en augmentation, la mise en place d’une structuration qui évite la confusion entre aide sociale et outils d’insertion, ni en terme d’outils d’insertion comme par exemple, les jardins d’insertion sur lesquels nous avions travaillé le service et moi-même pendant un long moment en partenariat avec deux associations de la commune.

Un mot pour terminer, quoi qu’il advienne de cette délégation, il est urgent à Noisy le grand de se préoccuper aussi de « état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité » de la population (définition de la santé selon l’OMS).

Niveaux de prévention [modifier]

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit trois niveaux de prévention :

  • La prévention primaire : Ensemble des actes destinés à diminuer l'incidence d'une maladie, donc à réduire l'apparition des nouveaux cas. En agissant en amont cette prévention empêche l'apparition des maladies, elle utilise l'éducation et l'information auprès de la population.
  • La prévention secondaire : Ensemble d'actes destinés à diminuer la prévalence d'une maladie, donc à réduire sa durée d'évolution. Intervient dans le dépistage de toutes les maladies et comprend le début des traitements de la maladie.
  • La prévention tertiaire : Ensemble des actes destinés à diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives dans la population, donc à réduire les invalidités fonctionnelles dues à la maladie. Agit en aval de la maladie afin de limiter ou de diminuer les conséquences de la maladie et d'éviter les rechutes. Dans ce stade de prévention les professionnels s'occupe de la réeducation de la personne et de sa réinsertion professionnel et sociale.

A noter que une autre prévention existe :

  • La prévention quaternaire : Consiste en l'accompagnement du mourrant, c'est l'ensemble des traitements et soins paliatifs donnés par les professionnels de santé. Car toute personne a le droit de mourir dignement et sans souffrance" 
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 17:06

Notre message au Parisien, édition de Seine Saint Denis, du 23 novembre 2006, aujourd'hui :

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous le message transmis hier soir à votre collègue M..-P... B……… à propos du Conseil Municipal de Noisy le Grand du 23 novembre 2006.
Nous nous sommes sans doute trompés de destinataire mais nous sommes surpris de l'article de ce jour dans l'édition de Seine Saint Denis reprenant très fidèlement les explication du maire de notre ville et les propos d'une élue de l'opposition lors du conseil du 12 octobre dernier, sans aucune précaution à l'égard de Mme DJERFAF sur le suivi effectif de sa délégation.

Si ses absences, comme celles d'autres, avec pouvoir, lors des conseils municipaux alors qu'elle n'avait pas de délibération à présenter, notamment pour des raisons plus complexes que votre article pourraient le laisser entendre (arbitrage interne, par exemple) peuvent être discutées au regard de la législation qui règle le fonctionnement des collectivités territoriales, nous pensons que la décision du maire de Noisy le Grand procède aussi d'autres motifs, ce que nous dirons ce soir ! 

Dans l'état, la mise en cause de Mme DJERFAF sans qu'elle ait pu donner son avis avant la parution de cet article nous apparaît préjudiciable.

Nous vous remercions de bien vouloir mentionner dans une parution ultérieure son point de vue, et le notre, sur la situation. Si vous le souhaitez, vous pouvez la contacter directement au 06 ……….. afin de lui permettre de s'exprimer directement sur le sujet. 

Restant à votre disposition, Avec notre considération. 

Pour le Groupe des Elus Communistes de Noisy le Grand

Etienne DOUSSAIN  Tél.: 06 …………

Notre message au Parisien édition Seine Saint Denis du 22 novembre 2006 hier en soirée :

Bonsoir, 

Le conseil municipal de Noisy le Grand du jeudi 23 novembre aura à débattre de la suppression de la délégation d'un des trois maires adjoints communistes, modifiant ainsi de fait l'accord électoral de 2001. 

Les désaccords sont réels au sein de la majorité que conduit Michel PAJON. 

PLU, quartier des Bas Heurts, police municipale et vidéosurveillance sont autant de sujets, parmi d'autres, qui n'étaient pas prévus à l'origine de la mandature municipale.

Une logique de "punition" semble se développer à la suite de nos désaccords publics et notre soutien, en particulier, à l'association de défense des habitants de Bas Heurts. Nous condamnons cette logique que contredit tous "désirs d'avenir" et met à mal la notion de débat contradictoire alors même que la question du développement de la démocratie participative s'impose à toutes les forces politiques progressistes. 

Nous sommes à votre disposition pour toutes informations complémentaires.  

Pour le Groupe des Elus Communistes de Noisy le Grand

Etienne DOUSSAIN    Tél.: 06 …………  

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2006 3 22 /11 /novembre /2006 21:44
Pour garder le contact et les multipliez, n'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter et recommander le lien "on a le droit de voir rouge" à vos amis et connaissances! Merci
Partager cet article
Repost0