Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Ils profitent de la crise sanitaire ...
    Soutenons le rassemblement du 19 janvier 2021 contre la Loi de « Transformation de la Fonction Publique » en étant nombreux devant la mairie de NoisNoisy-le-Grand 17 h. Vous trouverez ci-joint : l'appel de l'intersyndicale l'attestation de déplacement...
  • Meilleurs Voeux Solidaires ...
    Solidarités La France comptera d’ici la fin 2020 près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Alors que 20% des plus riches cumulent les deux tiers d’épargne, 20% des plus pauvres sont contraints à l’endettement. L’indécente euphorie...
  • Adresse aux noiséen-nes pour l'an 2021 ...
    Crise sanitaire et sociale : des inégalités insupportables ! La crise sanitaire a mis en évidence la situation désastreuse de nos hôpitaux : 100 000 lits supprimés en 20 ans, au plus fort de la crise sanitaire seulement 35 000 lits mobilisés pour les...
  • KDO d'une fin d'année morose ...
    Conseil Municipal Lundi 14 décembre 2020 Toujours en retransmission aux bons soins de Facebook ! A croire que la "ville intelligente" que l'on nous annonce ne l'est que par l'intermédiaire des GAFAM (acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook,...
  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 16:05

DERNIERE LIGNE DROITE ! Hâtons nous sûrement ...

N'oubliez pas que notre petit sondage extra municipal est toujours en ligne !

http://www.pouroucontre.com/cgi-file/vote.cgi?num=56621

N'oubliez pas non plus de vous rendre à la Fabrique pour l'enquête concernant les Bas Heurts, ce samedi par exemple, pour mettre vos commentaires et observations sur les registres. A defaut, écrivez à :

    • M. Jean pierre CHAROLLAIS
    • Président de la Commission d'Enquête
    • Préfecture de la Seine Saint Denis
    • Direction du developpement durable et de l'Aménagement
    • Bureau de l'urbanisme et des Affaires foncières
    • 1, esplanade Jean Moulin
    • 93007 BOBIGNY Cedex.

N'oubliez pas l'enquête publique concernant le PLU car tout est lié. Les registres sont à votre disposition à la Direction de l'Urbanisme de Noisy le Grand, 3 avenue Emile Cossonneau. A défaut, on peut aussi écrire à :

    • Président de la Commission d'Enquête
    • Révision du Plan d'Occupation des sols ayant valeur de Plan Local d'Urbanisme
    • Hôtel de Ville
    • BP 49
    • 93161 NOISY LE GRAND
    • 93007 BOBIGNY Cedex.

Développement durable, ville à vivre, densification urbaine raisonnable, transports, voirie, générations futures, chacun compte pour un et personne ne pourra dire qu'il ne savait pas !

La démocratie participative ne s'use que si l'on s'en sert ! Citoyennes, Citoyens, à vos stylos ... 

Partager cet article
Repost0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 19:18

Cohérence quand tu nous tiens....

Ce samedi était décidement un grand jour pour Noisy le Grand, grand jour de démocratie participative, grand jour d'intelligence collective et, enfin, grand jour porteur de perspectives nouvelles sur le thème difficile du renouvellement urbain !

Il faut saluer le travail des étudiants de l'Ecole d'architecture de la Villette et celui de leurs professeurs. Travail remarquable parce qu'il donne à voir la ville de demain, celle où l'on n'escamote pas la question de la densification urbaine comme réponse nécessaire à un développement durable maitrisé et celle qui permet à ses citoyens de construire leur vie à venir en toute lucidité et dans le respect des besoins non satisfaits.

Nous savons qu'ils sont nombreux, ces besoins non satisfaits en matière de logements ... sociaux, en particulier. Mais nous savons, aussi, que la conception de l'urbanisme des années 1970-80 a échoué et qu'il faut penser la ville autrement dans l'intérêt des générations à venir. Nous savons, enfin, que la difficile question du logement social ne peut se résoudre avec la spéculation immobilière et que, surtout, l'engagement de l'Etat, par les financements qu'il decide d'attribuer, est essentiel pour garantir des loyers accessibles à ceux qui en ont terriblement besoin aujourd'hui. La précarité, les enfants de Don Quichotte, l'action du Dal (Droit au logement) depuis des années, Emmaus, les restos du coeur, les bas salaires, bien d'autres raisons, hélas, sont là pour sonner le glas.

Comment pourrions nous l'ignorer ! Que l'on ne nous prenne pas pour des "irresponsables" mais que l'on ne nous fasse pas prendre "les vessies pour des lanternes" !

Que le Parisien du lundi suivant titre son article "un projet ambitieux ... mais hors limites", peu importe, ce ne sera pas la première fois, ni la dernière d'ailleurs, que les enjeux du dossier de la Zac des Bas Heurts donnent lieu à un compte rendu sommaire et restrictif ... Pour autant, il n'a pas été possible de passer sous silence la présence de 170 personnes à cette réunion publique initiée, très heureusement, par l'association de défense des habitants des Bas Heurts et, encore moins, c'est le plus important, de passer sous silence la qualité du projet alternatif présenté aux noiséens.

Hors limites ? Pas certain puisque M. le Maire, la même semaine, faisait une déclaration avec deux autres collègues de la ville nouvelle concernant la sortie de Noisy le Grand d'Epamarne, gestionnaire des friches de Marne la Vallée, déclaration relayée par le même... Parisien...

Chiche, Monsieur le Prefet, si Messieurs les Commissaires enquêteurs disent NON à l'utilité publique de ce projet néfaste qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la densification que plusieurs quartiers de Noisy le Grand connaissent, chiche, demandez à Epamarne d'intégrer à sa reflexion sur l'aménagement de Mail Horizon les paramètres du projet alternatif de Bas Heurts. Il restera de la place pour les activités tertiaires que Noisy réclame, en espérant qu'elles soient créatrices d'emplois et non pas de délocalisations !

Hors limites ? Non ! En plein dans les limites d'une zone en friche depuis plus de 20 ans alors que l'Etat peut justement agir sur le prix du foncier afin de favoriser du logement social de qualité et à taille humaine.

Faisons du projet de la Zac des Bas Heurts une réalisation exemplaire pour les conditions de vie de ses futurs et anciens habitants ! C'est possible et il suffit d'un peu de désir d'avenir, sans surfer avec démagogie sur la douloureuse question du logement inacessible à trop de nos concitoyens... 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 19:15

Par lettre en date du 15 janvier 2007, Monsieur le Maire vient de confirmer qu'il n'y aurait pas de tribune du groupe des Elus Communistes dans Noisy Magazine, pratique pourtant largement répandue et reconnue dans toutes les municipalités ou collectivités territoriales pour toutes les formations politiques.

L'argument ? La majorité municipale a sa tribune et chaque formation de l'opposition devrait en avoir une comme le prévoit le Code général des collectivités territoriales. Ce que ne dit pas Monsieur le Maire, c'est que, d'une part, la majorité du conseil municipal à Noisy le Grand, c'est celle du Parti Socialiste à lui tout seul, et que, d'autre part, il aura fallu une action devant le tribunal pour que ce droit élémentaire soit reconnu, normalement et peut-être prochainement à ... l'UMP.

Quand aux autres formations ... de la majorité..., il faudrait s'en tenir à une expression trimestrielle ... partagée, consensuelle alors que Monsieur le Maire est majoritaire avec sa seule formation politique ! Effectivement, pourrez vous vous dire et ... nous dire, cela s'est fait régulièrement tant bien que mal depuis 2001!

Mais, voilà, cela ne se fait plus pour cause de censure répétée depuis plusieurs mois au fur et à mesure des désaccords publics qui se sont exprimés au sein de la dite majorité. Après un consensus de façade devenu, jour après jour, de plus en plus inacceptable en raison de l'évolution municipale sur de nombreux dossiers, comme l'adage le dit bien "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas", nous avons signifié officiellement à Monsieur le Maire, et cela depuis plus de deux mois (cette lettre sera publiée en son temps), que la somme de nos desaccords était trop importante pour être tue.

Nous lui indiquions, entre autre chose, précisément que " Partant de cette réalité, nous continuerons de soutenir l’action de la majorité municipale à chaque fois qu’elle s’inscrira dans une politique de gauche sans équivoque car nous ne la confondons pas avec celle que peut mener la droite dans le pays. Nous apprécierons chaque dossier en toute liberté de jugement et de vote, et non pas les seuls dossiers nouveaux qui fondent nos désaccords actuels. Par vos choix, vous nous avez mis, et vous nous mettez encore plus aujourd’hui, dans l’obligation d’assumer publiquement un soutien autonome et critique, le cas échéant, à la politique que vous conduisez au nom de la majorité municipale dont nous assumons une part de l’activité. C’est donc en toute cohérence qu’il est devenu nécessaire, et nous le revendiquons, de créer une tribune attribuée à chaque formation politique présente au sein du conseil municipal dans la revue de la ville « Noisy Magazine ». Enfin, à ce jour, vous voudrez bien considérer que le groupe des Elus Communistes de Noisy le Grand se compose des cinq élus dont les noms suivent :·         BAILLIA Danielle ·         COMAS Laurent ·         DJERFAF Yamina ·         DOUSSAIN Etienne ·         REMBECKI Odile"

N'ayant pas reçu de réponse à une lettre, pourtant officielle et pourtant postée avec accusé de réception, il était bien naturel et logique de notre part de proposer une tribune des Elus Communistes pour le prochain numéro de Noisy Magazine ... car qui ne dit mot consent, c'est connu !

Eh bien, c'est loupé, "notre très cher ami " Monsieur le Maire ne l'entend pas de cette oreille démocratique ! Nous n'avons certainement pas les mêmes désirs d'avenir vraisemblablement !

Alors, comme il y a des choses plus importantes dans la vie que les petits sursauts autoritaires d'un rédacteur en chef de revue municipale, nous publions nous même ce texte sur notre blog.

Bonne lecture de la tribune des Elus Communistes que vous ne lirez pas, encore une fois, dans Noisy Magazine...

C’est fou ce que le temps passe vite ! 

En 1995, déjà 11 ans, une nouvelle majorité prenait en charge les affaires de la ville de Noisy… Le temps du bilan approche. Il sera important, nuancé et confirmera aussi, sans aucun doute, les débats entre les partis qui composent la majorité et, bien sûr, avec l’opposition municipale de droite comme de gauche. 

Une chose est certaine : le débat, fût-il vif, est une nécessité démocratique qu’il faut soutenir, élargir autant que possible et plus encore. 

Soutenir et élargir, c’est s’efforcer de développer les espaces démocratiques indispensables, y compris de nouveaux, ceux qui permettent la rencontre permanente avec le plus grand nombre des acteurs de la vie municipale. Rencontre qui permet de construire « du vivre ensemble », les relations sociales qui font la qualité de ce dernier et qui autorise, chacun, chacune, à se sentir légitimement propriétaire d’un avenir commun. 

La dynamique des projets municipaux est à ce prix, sous risque de n’être que des constructions plaquées sur le quotidien de la population, constructions périlleuses parce qu’elles éloignent le citoyen de ceux qui le représentent. Pire, car pouvant accentuer abstentionnisme et désintérêt pour les affaires publiques. 

Le débat sur l’aménagement urbain en est une preuve évidente comme les enquêtes publiques en cours en témoignent. Sur la sécurité, la vidéosurveillance, la police municipale, pas moins. Sur la santé, une autre avec le devenir du centre municipal et de la clinique privée. 

Idem, pour le logement social, dont la réalité nationale nous rattrape, sans que la bonne foi des uns et des autres ne soit en cause mais simplement parce que Noisy fait partie de cette réalité. A ce propos, le rapport 2006 de la Fondation Abbé Pierre sur le logement pose crûment les termes de cette dramatique question et montre que les effets d’annonce ne règlent rien. Au contraire ! 

Meilleurs vœux à toutes et tous. 

Pour les Elus Communistes 

Etienne DOUSSAIN

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 14:30

Pour commencer la nouvelle année, alors que le Commissaire Enquêteur est présent depuis le 08 janvier sur Noisy le Grand (la Fabrique) dans le cadre des enquêtes publiques concernant la ZAC des Bas Heurts, un petit sondage extra municipal ne nous fera pas de mal !

Alors, cliquez sur le lien ! On continue de sonder ...

http://www.pouroucontre.com/cgi-file/vote.cgi?num=56621

Les seuls gagnants sont ceux d'une ville à vivre le mieux possible qu'ils soient locataires, propriétaires, en logements collectifs ou individuels, sociaux ou pas !

Deux rendez-vous indispensables (voir les dates de présence des commissaires enquêteurs sur le site de la ville ou leur écrire directement) 

  • La Fabrique pour l'enquête publique sur le projet de ZAC des Bas Heurts (Clos aux Biches)
  • Le service de l'urbanisme pour l'enquête publique sur le projet de Plan Local d'Urbanisme (PLU) 
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 18:02

Souriez, vous êtez filmés !

Surveiller, punir, c'est du pareil au même !

REPRESSION DE LA DELINQUANCE OU PREVENTION ?

La loi sur la prévention de la délinquance est examinée en seconde lecture au Sénat.

 

Le Maire est désigné comme le « pivot » de la prévention de la délinquance. Le projet en débat accorde ainsi aux Maires le droit au « rappel à l’ordre » de leurs administrés. Il l’autorise, entres autres, à « mettre en œuvre un traitement automatisé de données à caractère personnel, relatives aux enfants en âge scolaire de sa commune » qui pourra aboutir à terme à la mise sous tutelle des allocations familiales.

 

Ce projet de Sarkozy ne fait que stigmatiser les jeunes des quartiers, particulièrement les mineurs et leurs familles.

 

Alors que la révolte de l’automne 2005 a montré aussi des jeunes diplômés sans avenir. Dans notre département : 80 % des interpellés étaient inconnus des services de la justice … les petites villes de province et villages n’étaient pas épargnés.

 

Et que dire de la délinquance en col blanc qui ne cesse de progresser ! Selon l’Observatoire National de la Délinquance (OND), dans son bilan mensuel publié le 12 décembre 2006, note que les infractions économiques et financières ont augmenté de 6,06%, particulièrement les escroqueries et abus de confiance qui enregistrent un bond spectaculaire de 14,74 %. Singulièrement, aucune mesure nouvelle de « prévention » n’est annoncée !

 

Des syndicats d’enseignants, de travailleurs sociaux s’élèvent très vivement contre le rôle qui leur serait confié dans la transmission d’informations aux Maires pour constituer un fichier. Le réel problème de l’absentéisme scolaire ne sera certainement pas réglé par ce qui peut s’apparenter à la délation. .

 

Pour sa part, l’Association des Maires de France a obtenu que la création par les Maires d’un Conseil des Droits et des Devoirs des Familles ne soit pas obligatoire mais facultative.

Des propositions alternatives ont été formulées par la LCR, le PCF et les Verts en matière de « justice, sécurité, liberté », en commun avec le Syndicat de la Magistrature, l’Observatoire International des Prisons et la Ligue des Droits de l’Homme :

en matière de police :

-         supprimer les brigades anti-criminalité (BAC) qui interviennent depuis 1996 spécialement dans les « quartiers sensibles »,

-         rétablir une police de proximité non armée, 

-         assurer la présence d’un avocat dès la première heure des gardes à vue.

En matière de justice : 

-         dépénaliser certains délits, 

-         supprimer la comparution immédiate, 

-         donner de véritables moyens au service public de la justice, notamment pour la protection de la jeunesse, l’aide juridictionnelle, 

-         mais aussi la transformation du Conseil supérieur de la magistrature et la suppression des juges de proximité.   

www.forum-alternative.fr 

 

Danielle Baillia

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 16:23

Malgré la morosité ambiante, malgré les choix politiques qui n'en sont pas, malgré ce monde de brutes, malgré, malgré ....

Bonnes fêtes à vous !

Restons lucides, joyeux et gardons bon pied, bon oeil !

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 16:51

Chomâge = + de 2 millions de personnes reconnues,

sans compter les radiés, les hors decomptes...

Précarité = combien de millions !

 LE(s) CHIFFRE(s) DU JOUR

 

 

Le nombre d'allocataires du revenu minimum d'insertion a légèrement baissé

 

(- 0,4 %) au troisième trimestre, soit à 1,107 million de bénéficiaires en métropole.

 

Sur douze mois, l'évolution est quasiment stable (+ 0,1 %).

 

Source : les chiffres de la CAF

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 14:38

Vie privée, vie publique... vaste débat !

Loin de nous la confusion entre ce que d'aucun appelle « sphère privée » et « sphère publique » à notre époque. La vie privée, c'est l'espace où chacun d'entre nous fait ce qu'il entend, sous réserve de ne pas gêner autrui comme il est communément admis, et sous réserve, cela va de soi, y compris pour le domaine privé, de ne pas avoir d'attitude qui mette en cause l'intégrité et la dignité de ses proches. Comment oublier que, trop souvent encore, c'est aussi dans cet espace que sont battues des femmes, des enfants maltraités ou abusés et où, peuvent se cacher des pratiques moyenâgeuses comme l'esclavage à l'abri derrière les façades bourgeoises ou non parfois, les médias nous renvoyant ces pénibles échos. Dans ces tristes cas, il importe que la justice passe...

Donc, pour nous, la vie privée, celle de monsieur et madame "tout le monde", la notre, la votre, est naturellement un espace qui doit être respecté et qui ne supporte pas d'être livré à l'opinion publique, à l'exception des sordides rappels précédents. Et, sans doute, c'est pour cela que dans notre ville, ainsi qu'en de nombreux autres endroits du pays, il n'y a pas de paparazzis qui traquent nos vies, modestes et ordinaires, certes, mais importantes puisque ce sont les notres !

La sphère publique comprend une autre dimension, celle de l'artiste, celle de l'homme ou la femme politique, du ou de la présidente de club, d'association, du responsable syndical, celle qui, globalement, donne à voir, à entendre et à critiquer... La sphère publique est donc accessible à tous, à l'autre, au citoyen... en ce qu'elle produit inévitablement regards, partage, discussion, affrontement, de la démocratie, en quelque sorte !

Que dire, à propos de cette dimension, sinon que si la lisière avec la sphère privée n'est pas toujours aisée à percevoir, elle existe sans aucun doute et qu'il faut s'y attacher.

Pour autant, l'Elu(e), celui ou celle à qui ses concitoyens confient, par contrat à durée déterminée, les clefs d'une part importante de leur destin commun, l'Elu(e) n'a pas d'autre choix que de savoir composer entre les aléas de sa vie publique et ceux, habituels, de sa vie privée. Son mandat l'expose à la même mesure qu'il doit savoir en rendre compte, pendant et à échéance. Quoi de plus normal.

L'Elu(e) a aussi dans "sa musette" les signes de son rôle dans la Cité : écharpe et carte d'identité tricolore, pin's à la boutonnière et, c'est bien logique, fonction oblige, une place de choix dans les manifestations ... publiques avec pupitre pour les discours puis photos dans la presse municipale. Il peut, selon l'importance de sa charge, bénéficier d'autres éléments d'identification : voiture de fonction dûment identifiable par macaron "bleu - blanc - rouge" apposé sur le tableau de bord, chauffeur éventuel, protection rapprochée si nécessaire, le cas échéant et... pourquoi pas, place réservée, stationnement compris comme c'est le cas devant chaque mairie, par exemple ! 

A ce titre, l’Elu(e) est donc parfaitement reconnaissable comme le sont de nombreux attributs de sa fonction. 

Mais, voila, à Noisy le Grand, cette réalité vient de prendre une tournure étonnante et sans doute inquiétante.

Chacun se rappellera que la voiture de fonction de Monsieur le Député - Maire a été incendiée intentionnellement par deux jeunes adultes sous l’effet de l’alcool, dans la nuit du samedi au dimanche, la semaine passée. Le Parisien s’en est fait l’écho par deux fois et les Elus dont nous sommes, comme de nombreux responsables d'organisations et associations, s’en sont émus et ont condamné cet acte stupide et odieux, mais fort de sens puisque l’on s’en est pris au véhicule officiel d’un homme public.

Il est évident qu’il ne sera jamais question de justifier une telle atteinte à la vie publique d’un élu et, par ricochet, l’atteinte à sa vie privée puisque le véhicule était stationné devant son domicile personnel.

Même si chacun a le droit de contester les orientations municipales du moment, de ne pas partager tel ou tel choix, une telle atteinte est inadmissible et il convient de le dire haut et fort sans la moindre ambiguïté.

Dans le même temps, pour autant condamnable que soit l’acte, il ne peut être question de procéder par amalgame dans une telle affaire.

Nous apprenons que le président de l’association de défense des habitants de Bas Heurts (voir lien) a été destinataire d’une lettre du Maire l’informant qu’il avait communiqué à Monsieur le Procureur de la République l’adresse du blog de l’association au prétexte que ce dernier avait mis en ligne, il y a quelques semaines, des photos du véhicule de fonction, mal stationné, dans un lieu connu de nombreux noiséens. Le numéro d’immatriculation du véhicule était soigneusement caché.

La question, légitime, posée lors de cette présentation … d’un véhicule municipal, donc public, était celle de l’exemplarité qui s’impose, sans doute, aux élus plus qu’à d’autres, surtout dans ces temps de création de police municipale, d’intensification du stationnement payant et de respect évident du code de la route. La question, nous le pensons, était légitime et ne doit pas donner lieu à instrumentalisation après coup, si l’on peut dire.

Il est trop facile d’imputer a posteriori une responsabilité particulière à une association citoyenne pour un fait divers, odieux certes, mais surtout stupide si l’on en juge par l’information du Parisien prêtant à l'un des incendiaires le propos selon lequel « il n’aimait pas le maire ».

Le débat politique peut être vif. Les désaccords bien réels et l’affrontement politique dépassent, aujourd’hui, les seules frontières délimitées par les Partis politiques. Mettre en cause de façon aussi implicite la responsabilité éventuelle d’une association qui intervient dans l’espace public pour donner son avis, critiquer ou proposer, est une attitude très équivoque sinon inquiétante.

De fait, c’est le droit et la nature même du mouvement associatif,  pourtant issu d’un creuset commun aux partis politiques et aux organisations syndicales sur le plan historique, qui se trouvent ainsi contestés et montrés du doigt. Or, ce creuset commun fonde la vie démocratique de notre pays pour une part essentielle.

Pourvu qu’à Noisy le Grand, aucune association ne se mette à promouvoir l’illustration par la caricature des acteurs de la vie municipale ! Sinon, fidèle à l’esprit de Daumier, de « l’Assiette au Beurre » en passant par « Le Canard Enchaîné » et « Charlie Hebdo », il y aurait risque que de futurs artistes, militants d’associations, voient leurs dessins rendus responsables des déboires des hommes et des femmes qui animent, bien ou mal, la sphère publique !    

Décidément, nous ne mangeons pas de ce pain là, Monsieur le Maire. 

Pour les Elus Communistes de Noisy le Grand

Etienne DOUSSAIN

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 10:25

Le blog de l'association des habitants des Bas Heurts a un an et ça se fête ! Comment ne pas féliciter ses créateurs et ne pas leur souhaiter plein succès dans leurs initiatives citoyennes ? Chacun a bien compris que dans le combat contre le projet de ZAC au coeur de ce quartier, il ne s'agissait pas simplement d'une histoire de "cloche-merle" et de pavillons "Samsuffit" mais bien de la difficile question de savoir reconstruire la ville sur la ville selon les termes des urbanistes.

Avec le concours des élèves et des professeurs de l'école d'architecture de la Villette, la démonstration est faite qu'il est possible de conjuguer, à la fois, des réponses utiles à la grave question de l'insuffisance de logements, sociaux particulièrement, et, à la fois, le respect du cadre de vie des habitants déjà présents dans un quartier.

A Noisy, nous avons l'expérience de la ville nouvelle et de son cortège de bonnes et mauvaises réalisations ... Ne renouvellons pas les erreurs et construisons la ville, ensemble, sans la subir ! Il en va de l'intérêt de tous...

Bon anniversaire, donc !

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 22:14

Le 22 novembre, en solidarité avec les familles et leurs enfants sans papiers, a eu lieu un manifestation de parents, d'enseignants, de citoyens à l'appel de RESF devant la préfecture de Bobigny.

Pour rappel de cette mobilisation et pour soutenir ce mouvement indispensable, une photo communiquée par un participant afin de ne pas oublier !

Non à la chasse aux enfants ! Régularisation des sans papiers

Partager cet article
Repost0