Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Mieux vaut tard que jamais ...
    Conseil municipal jeudi 7 octobre 2021 Propos liminaire : NSAGV ne s'est pas exprimé depuis plusieurs semaines publiquement. Et pourtant, entre l'application d'un pass sanitaire aux vertus qui restent à démontrer, une campagne de vaccination décriée,...
  • Lettre ouverte à Madame Le Maire de Noisy le Grand du 20 septembre 2021 du Syndicat CGT des Territoriaux
    Cliquez sur le lien ci dessous https://nsagv.ouvaton.org/wp-content/uploads/2021/10/Tract-Territoriaux.pdf
  • Qu'on se le dise ...
    Et oui, « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » n'est pas une coquille vide et existe bel et bien, même par ces mauvais temps de pass sanitaire et de virus mutant ! Remarquez, depuis 2008, on se serait aperçu du contraire, non ? Alors, on a pensé qu'il...
  • On vous souhaite un très bon été ...
    SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 8 JUILLET 2021 NOTRE PRÉAMBULE : La triste séquence électorale est terminée. Rien de joyeux, en effet, de devoir constater une abstention massive qui en dit long sur l'état du fonctionnement démocratique de notre pays,...
  • Tout ça pour ça ...
    70,45 % des électeurs et des électrices n'ont pas validé la seconde séquence électorale des régionales à Noisy-le-Grand et c'est le total de l'abstention, des bulletins nuls et blancs … 71,01% des électeurs et des électrices ont fait de même pour le second...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 17:53






Darcos et Sarkozy l’ont fait … Michel Pajon en rajoute !

Comme quoi quand la droite la plus réactionnaire depuis trente ans " détricote " l'école de la République et son organisation, dans les villes de France, il se trouve des élus de " gauche " zélés pour relayer les mauvaises décisions nationales ! Ainsi à Noisy le Grand, la suppression de l’école du samedi matin amène le maire à anticiper sans nuance, c'est le moins que l'on puisse dire, la réorganisation du personnel communal dans les écoles noiséennes.

 

 

 

Que l'on nous comprenne bien. Nous ne confondons pas le niveau des décisions :  - au ministre de l'Education Nationale, celle, démagogique, de la suppression de l'école le samedi matin en maternelle et en élémentaire,  - au maire et à ses adjoints, celle de veiller à la présence et à l'organisation des employés municipaux dans les écoles de la ville. Nous ne confondons pas, non plus, les effets d'une décision nationale sur les collectivités locales. Cela étant, la suppression annoncée en catimini de 25 postes d'ATSEM dans les maternelles, la modification, à ce jour, unilatérale des conditions de travail … tout cela aurait du passer par une véritable concertation en amont avec les personnels et leurs organisations syndicales.

Que veut dire cette information brutale " distillée " le 16 juin dernier  lors d’une réunion organisée par le service éducation en direction du personnel des écoles pour échanger sur les pratiques professionnelles alors que la suppression du samedi matin est connue depuis plusieurs mois ? Quelle est cette méthode de gestion du personnel municipal, juste avant les vacances d'été et avec un Comité technique Paritaire pour avaliser en force le 26 juin prochain des décisions qui mettent en cause le travail et la vie de dizaines de salariés de la ville ? Faut-il s'interroger comme pour le projet de règlement pour les centres de loisirs ?

Cette information brutale et cette méthode ont deux noms : mépris et bêtise … Mépris à l'égard des personnels concernés et les organisations syndicales et bêtise pour l'ignorance délibérée des conséquences humaines de tels choix. Car, enfin, même s'il n'est pas dans notre esprit de nier la décision du ministre. Celle-ci nécessite-t-elle un tel niveau de réorganisation ? D’autres modifications sont possibles en tenant compte de l’organisation actuelle (un samedi sur trois pour les agents, aujourd’hui, qui pourrait être remplacé par le mercredi matin). Ce qui s'annonce à Noisy le Grand, c'est une dégradation globale des conditions d'accueil des enfants - et que l'on ne vienne pas nous dire qu'il s'agit de confort par rapport aux autres villes - , c'est aussi et surtout des emplois supprimés, des conditions de travail dégradées, des salaires amputés, le cas échéant… bref des gens qui ont le sentiment d'être manipulés et d'être jetés comme des kleenex !

Les élections sont passées, Monsieur le maire, l'été arrive avec ses mauvais coups … Pour nous, c'est STOP !

Nous demandons le gel immédiat de cette réorganisation et l'ouverture d'une réelle concertation " participative" avec les personnels concernés et leurs organisations syndicales. La démocratie participative ne peut pas être qu'un slogan de campagne électorale ! Monsieur le maire, respecter les agents municipaux, c'est votre devoir et c'est la certitude d'un service public municipal de qualité. Nous y tenons, comme tous les noiséens, pour les enfants et leurs familles.

                                                                                                                                                             Le 22 juin 2008

Noisy Solidaire - A gauche vraiment ! est soutenu par :

le Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative, la Ligue Communiste Révolutionnaire, le Parti Communiste Français.

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 13:08
On a le droit de voir rouge a reçu cette contribution d'un habitant du quartier du Clos d'Ambert. Nous sommes convaincus que des projets urbains d'une telle ampleur ont et auront des conséquences ... urbaines difficiles à vivre pour les habitants. Il n'est pas possible de penser aujourd'hui Noisy le Grand sans penser transports, voirie, équipements publics et commerce de proximité, sauf à croire, et nous en avons bien peur, que le développement de notre ville peut être "découplé" de son environnement général.

Il se trouve que cette contribution recoupe nos préoccupations et pose plusieurs questions. Alors on publie et ferons suivre les réactions à cet habitant.


Zac du Clos d’Ambert

 

Il est souhaitable que la concertation qui débute aujourd’hui soit réelle et ouverte et que les différents avis recueillis amènent à un projet inscrit dans une logique d’urbanisme réellement durable (pour reprendre un langage à la mode) prenant en compte à la fois les intérêts des riverains actuels, ceux des nouveaux habitants, de la société.

 

Le maire avait émis un souhait lors d’une réunion de présentation du PLU.

Souhait que NOISY soit vécue comme une vraie ville où il fait bon vivre et « perde » son qualificatif de Banlieue.

 

Si le projet présenté est précis en ce qui concerne le nombre de logements, leurs financements et leurs destinations, il est vague en ce qui concerne le reste et ne semble pas répondre au vœu du maire rappelé précédemment.

 

Il s’inscrit dans une logique « Métro boulot dodo » et ne répond pas à une exigence d’urbanisme durable (une ville où il fait bon vivre) :

Ce qui est précis

q       6 à 7 hectares à aménager

q       1200 logements, 35% de logements sociaux, 40% en accession aidée et 25 % en accession libre

Pour le reste tout est vague :

q       un parc paysager, (quelle surface ?)

q       pas de services publics sauf  classes et crèches évoquées (mais où ?), rien en ce qui concerne la santé, rien en ce qui concerne poste, mairie annexe etc…

q       pas de commerce

q       pas d’équipement nouveau affiché (câble, haut débit…).

 

En quoi cela répond-il réellement à une logique d’urbanisme durable ?

 

Ce projet compte tenu du nombre élevé de logement amènera à des déplacements importants et engendrera des nuisances certaines, forte circulation automobile avec bruit et pollution notamment, des difficultés de stationnement (ça n’est déjà pas toujours facile actuellement).

 

Tout est ailleurs :

q       Services publics, commerces

q       RER à 15 mn à pied

q       Mairie à plus de 15 mn à pied

q       Espaces verts importants éloignés

q       Etc…

 

J’attire l’attention sur l’abandon de la zone bleue au profit du stationnement payant qui amène à ponctionner d’avantage ceux qui ne bénéficient pas de services publics et de commerces de proximité.

 

Tout est ailleurs y compris comme pour de nombreux noiséens le boulot.

Il est à noter que de nombreux habitants de l’est parisien sont « pendulaires » (boulot à Paris ou à l’ouest, logement à l’Est). La ligne RER A est saturée. Il y a certes des responsabilités de l’Etat mais il y a aussi des responsabilités des édiles de l’EST  avec une politique d’expansion rapide et donc de la municipalité de Noisy le Grand.

 

Ainsi 1200 logements ici quelques milliers d’autres ailleurs c’est encore quelques milliers de voyageurs supplémentaires à court terme dans le RER. Les conditions de transport seront encore dégradées en attendant les effets hypothétiques d’un plan d’amélioration.

D’ailleurs la RATP envoie un signe fort aux Noiséens … Elle ferme le guichet de la gare du Champy ! (avec un message on ne peut plus sympathique FERMETURE DEFINITIVE! )

 

Au Marnois nous nous sommes sentis un peu laissés pour compte par la municipalité depuis des années, l’état de la voirie et l’abandon du terrain concerné le montrent tout en intégrant que le terrain était propriété d’EPA Marne.

On peut noter d’ailleurs qu’il y a quelques années EPA MARNE évoquait la construction de 650 logements ce qui n’était déjà pas rien. Le Maire, qui était à l’époque (sauf erreur) vice-président de cet établissement public, en propose maintenant pratiquement le double ce qui apparaît disproportionné au regard d’une urbanisation harmonieuse surtout qu’EPA Marne ne semble pas être novice en matière d’aménagement.

 

Des études supplémentaires doivent être apportées pour mieux apprécier le projet final notamment en ce qui concerne les flux de circulation, le stationnement, les transports en commun particulièrement la ligne A du RER, le bruit, la qualité de vie ...

Une étude d’impact en quelque sorte.

 

Et pourquoi pas la participation des riverains, d’un organisme indépendant, voire de l’enseignement supérieur.

 

Enfin lors de la mise en œuvre une attention proactive pour limiter les nuisances est indispensable.

Pendant des années on a ressenti de l’abandon.

Ce projet avec ses trois variantes ne propose aucune mesure tendant à améliorer les conditions de vie des habitants actuels du quartier que l’on cherche à culpabiliser en mettant en avant le réel problème du logement dans notre pays.

Pendant quelques années il y aura des nuisances liées à l’aménagement et après il faudra vivre le mieux possible en espérant ne pas avoir  le sentiment de vivre avec.

 

Oui à un aménagement du quartier dans une optique durable et solidaire qui engendre du mieux vivre pour tous (habitants actuels et futurs):

-         avec des logements en nombre adéquat avec un fort pourcentage de logements sociaux notamment pour des familles relevant du droit au logement ;

-         des espaces verts

-         des services publics et des commerces de proximité

 

Autrement le quartier risque d’être ressenti comme une banlieue de Noisy.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 01:29

Après l’échec du maire dans le cadre de la ZAC des Bas Heurts – dite du Clos aux biches –, on pourrait craindre que les leçons de l’expérience n’aient pas été apprises. L’avenir nous le dira très prochainement sans doute…


Extraits exhaustifs sous le titre « Tout savoir sur l'aménagement du Clos d'Ambert »


La Ville présente les enjeux, les objectifs et les scénarios d'aménagement du Clos d'Ambert à travers une exposition qui se tiendra du 3 au 20 juin, au 1er étage de l'Hôtel de Ville. Les noiséens pourront à cette occasion donner leur avis sur ce programme.

C’est une priorité pour la Ville : offrir à tous les Noiséens la possibilité de se loger convenablement à Noisy-le-Grand. Près de 7 hectares situés au Clos d’Ambert et laissés en friche par l’État depuis les années 70, vont bientôt accueillir un programme de logements et d’équipements.

Sur le lieu de l'exposition, une urne recueillera les avis, suggestions et remarques sur le projet. Ces avis seront ensuite analysés et synthétisés pour alimenter la réflexion sur le projet d’aménagement. Deux réunions publiques, seront aussi organisées : la première pour échanger et débattre sur les scénarios d’aménagement, la seconde pour présenter les évolutions proposées suite à la première réunion et au bilan des avis et remarques émis pendant l’exposition. Ainsi, les Noiséens pourront apporter leur contribution et faire évoluer le projet pour que l’opération du Clos d’Ambert donne naissance à un quartier vivant et agréable, où chacun trouvera sa place. »


Rien à dire jusqu’à là, si ce n’est que l’on ne perçoit pas encore l’action résolue de la nouvelle équipe municipale en matière de démocratie participative. Nous sommes à ce point précis dans le déroulement classique d’une consultation comme Noisy le Grand en connaît depuis quelques années.


« Les horaires de l'exposition

Du 3 au 20 juin, à l'hôtel de Ville :

  • Mardi : de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h
  • Mercredi : de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 19 h
  • Jeudi et vendredi : de 9 h 30 à 12 h 30 et de 15 h 30 à 19 h
  • Samedi : de 10 h à 12 h 30 et 14 h à 18 h

Les réunions publiques : les 3 et 24 juin à 19 h, salle Gérard-Philipe. »


Là, par contre, un moment d’inquiétude nous assaille ! 21 jours entre la 1ère et la seconde réunion publique juste avant l’été ? Diantre, mais que va faire l’adjoint au maire en charge du conseil de quartier dans un délai aussi court ? Sommes-nous mauvaise langue en émettant l’hypothèse que le projet ne sera discutable qu’à la marge ? Merci de nous rassurer et surtout les habitants du Clos d’Ambert !


« Aménagement du Clos d'Ambert : rappel du projet

Le 29 octobre dernier, en présence de Christine Boutin, ministre du logement et de la ville, la Ville de Noisy-le-Grand et l’État signaient un accord concernant la zone d’aménagement concerté du Clos d’Ambert, dite « ZAC de l’hôpital ». L’accord permet à la commune d’acheter les terrains détenus par l’État dans ce secteur. Un protocole important quand on sait que le logement connaît une crise sévère et que des milliers de familles sont en attente d’un toit. Or, initialement prévu pour la construction d’un hôpital par l’État, le site, d’environ 6 hectares est presque intégralement en friche ! C’est donc une opportunité incomparable que la Ville a choisi de saisir. D’autant que le secteur est à la fois desservi par la gare RER de Noisy-Champs, et par la ligne de bus n° 120.

Respect de l’environnement et habitat de qualité
Le programme de logements et d’équipements souhaités à la fois par la Ville et par l’État poursuit une ambition : proposer un projet urbain respectueux de l’environnement, économe en consommation d’énergies et conçu dans une logique d’urbanisme durable. La Ville a aussi le souci de proposer au Clos d’Ambert comme dans chaque quartier, un habitat de qualité, équilibré en terme de petits et grands logements, de parc social et privé, d’accession à la propriété et de location, afin d’offrir des logements pour tous et pour tout les budgets. »


Un protocole important nous dit-on dans le texte du Web municipal ? Sans aucun doute puisque sa réussite est en particulier conditionnée par les recours contre le Plan Local d’Urbanisme, recours … qui sont en cours comme cela était couru d’avance…  Protocole d’autant plus important que sa durée est limitée à dater de sa signature – un an, croit-on se souvenir – et, qu’à ce titre, on comprend mieux ce sentiment diffus d’accélération municipale. Pourtant, il faut savoir laisser du temps au temps, non ?

 

Sur le fond, maintenant :

 

Comment ne pas se réjouir de voir la « fameuse » ZAC de l’Hôpital trouver une destination utile ? Nous sommes aussi de ceux qui pensent depuis longtemps qu’il faut en finir avec cette friche urbaine au cœur de la ville de Noisy le Grand même si nous ne décolérons pas devant l’abandon du projet d’établissement hospitalier public dans l’important bassin de vie qu’est cette partie de Marne la Vallée. Quand on observe la démographie médicale, en y incluant la médecine de ville, et les « remèdes » que la droite sarkoziste met en œuvre pour la politique de santé nationale, on se dit que nombreux seront les habitant de notre pays qui ne seront pas soignés comme ils sont en droit de le demander.

 

Pour autant, laisser cette friche à l’abandon ne peut plus durer … surtout quand on voit l’état de la rue de la justice depuis plus de 15 ans. Un aménagement est donc nécessaire. Un aménagement qui prenne en compte la demande indispensable de logement social, bien entendu – et que l’on ne nous fasse pas le procès d’un quelconque refus en la matière – , la demande de logement locatif dans le cadre de dispositifs qui permettent concrètement à ceux qui en ont le plus besoin de se loger.

 

A cet effet, nous surveillerons avec attention le nombre de logements financés par les PLAI, les PLUS plutôt que les PLS. On connait là aussi le désengagement de l’Etat depuis trop longtemps. Nous espérons bien d’ailleurs que les logements PLAI seront au moins au nombre de 20 à 25 % dans l’ensemble du programme qui sera proposé.

 

Le programme par lui-même, tel qu’annoncé, n’est pas sans poser question. En effet, après avoir par un temps évoqué un parc de 600 logements – c’était la commande que semblait avoir Epamarne – il est maintenant prévu 1200 logements, soit plus du double ! On nous objectera qu’il n’y a pas de surprise puisque le Plan local d’urbanisme voté récemment le signalait. Mais pour autant, nous restons sceptiques sur cette urbanisation massive en plein quartier pavillonnaire, bien que proche des Hauts Batons et du Champy. Quid de l’état des transports, de la ligne A du RER, de la voirie ? Quid, enfin, des conséquences induites sur la typologie du quartier à terme ?

 

Beaucoup de questions préoccupantes entourent ce projet dont la moindre repose sur le dispositif de consultation … et non pas de participation que l’on serait en droit d’attendre puisque ce fût au cœur de la dernière consultation électorale. Mais peut-être que ce ne fût ! Monsieur le maire nous rassura sans doute comme à son habitude.

 

Enfin, nous ne doutons pas que le développement durable et les choix écologiques seront au cœur de ce projet de densification.

 

En fait, nous demandons à voir … et participer, comme certainement les habitants de ce quartier !

 

On a le droit de voir rouge

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 16:59

Le Parisien du 28 mai 2008 Seine Saint Denis

En gras : Elle jette son bébé par la fenêtre
Sous titre : Noisy le Grand. L'enfant n'a pas survécu au coup de folie de sa mère. En instance de divorce, elle était suivie par l'aide sociale du conseil général.
Corps du texte : le ou la journaliste explique les circonstances de ce drame abominable et précise la situation des parents en instance de divorce, divorce pour violences conjugales qui se passe mal... Sont expliquées, en outre, les conditions d'accueil, la résidence hôtelière Paris Noisy Résidence, "établissement touristique au décor fonctionnel où les services sociaux logent ponctuellement des familles "généralement un mois ou deux" précise sa responsable. 

Le Parisien du 29 mai 2008 Seine Saint Denis

Encart sous la rubique "Vivre en Seine Saint Denis"

Titre :
Noisy le Grand : Le maire s'alarme de la situation du Paris-Noisy Résidence
Corps du texte : Après la mort d'un enfant de 14 mois, jeté du cinquième étage du Paris-Noisy Résidence par sa mère (voir notre édition d'hier), le député-maire (PS) de Noisy le Grand s'est alarmé hier de cette situation.... Dans une lettre au préfet, Michel Pajon s'inquiète du "nombre important et inhabituel de familles demandeuses d'asile en attente du statut de réfugiés, soit 30... 
sur 160 appartements (ce qui n'est pas le cas de la mère infanticide....précise l'article).

Morceaux choisis : "je tiens à vous faire part .... de ma totale opposition à la constitution rampante d'un nouveau ghetto, similaire à celui que représente le foyer Aftam"
Un regroupement qui, selon lui, "est source de malaise social, d'insécurité et de conflits avec la population alentour"...

Notre impression : Maladresse involontaire ? Erreur de courrier ? Vite, vite, une explication, Monsieur le maire, tant ces deux articles successifs nous troublent car, enfin, quel rapport entre un drame horrible, un ghetto et des demandeurs d'asiles ?

Rassurez nous, monsieur le maire, il s'agit bien d'une coincidence malheureuse de calendrier entre votre courrier à monsieur le préfet et cette dramatique actualité noiséenne ? Ce doit être cela, l'inverse serait incompréhensible, pour nous, gens de gauche !

On a le droit de voir rouge

Partager cet article
Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 16:33

Le temps du mépris ?

Lors des élections municipales dernières, près de 2000 électeurs et électrices ont porté leurs suffrages sur la liste « Noisy solidaire – A gauche vraiment ! », c’était visiblement trop …

Sans doute faut-il punir ces mauvais électeurs d’avoir pensé qu’il était possible d’avoir une conception nouvelle d’une politique municipale de gauche !

Force est de constater que l’absence de réponse aux deux mails ci-dessous, à part l’accusé de réception, vaut … réponse méprisante et évident manque de courtoisie. Et pourtant, les nouvelles technologies, c’est pour aller plus vite ! Pensez vous, pas le moindre mail, ni courrier … ni appel téléphonique alors que les coordonnées du signataire sont bien connues, précédent mandat oblige !

Nous n’osons pas croire que Monsieur le Directeur de cabinet du Maire a pris l’initiative … d’oublier de répondre ou de faire répondre.

Et nous, pauvres naïfs, qui croyons que dans un fonctionnement républicain élémentaire (mon cher Watson) – encore plus quand le 1er magistrat de la commune insiste dans un discours de fin de campagne et d’intronisation sur le fait qu’il sera le maire de tous les noiséens, les passions électorales retombées – il est d’usage de répondre à une sollicitation d’un citoyen, fut-il conseiller municipal ou non, à plus forte raison, peut-être, quand plusieurs centaines de personnes sont concernées par la dite sollicitation.

Alors, Amis et Amies, en ce 30 mai 2008, pardonnez nous de vous rendre témoin de cette petite, mais vraiment toute petite mais alors toute, toute petite indélicatesse municipale.

Ainsi va Noisy le Grand en ce début de troisième règne !

On a le droit de voir rouge

 

 

Date: Sun, 25 May 2008 19:42:08

From: Etienne DOUSSAIN <etienne.doussain@.......fr>

To: Julien.Bouclet@ville-NOISYLEGRAND.FR

Cc: Cabinet.Maire@Ville-NOISYLEGRAND.FR

Monsieur le Directeur de Cabinet,

Mon dernier message du 15 mai dernier (ci dessous) étant resté sans réponse, je vous remercie de bien vouloir m'indiquer quelle suite a été donnée à notre demande pour le 1er ou 8 juin prochain.

Dans l'attente,

Avec ma considération.

Etienne DOUSSAIN
Pour "Noisy Solidaire - A gauche vraiment".

   

Date: Thu, 15 May 2008 15:50:02

From: Etienne DOUSSAIN etienne.doussain@.......fr

To: Julien.Bouclet@ville-NOISYLEGRAND.FR

Cc: Cabinet.Maire@Ville-NOISYLEGRAND.FR

Monsieur le Directeur de Cabinet, cher ami,

Les élus de la liste "Noisy Solidaire - A gauche vraiment", leurs colistier(es), les formations politiques qui les soutiennent et leurs amis souhaitent organiser un moment festif très prochainement.

A cet effet, je vous serai reconnaissant de bien vouloir m'indiquer si le terrain de la Grotte pourrait être disponible le dimanche 1er ou 8 juin 2008 en fin de matinée.

Vous en remerciant par avance,

Je vous prie de croire à ma considération

Pour "Noisy Solidaire - A gauche vraiment"

Etienne DOUSSAIN

Partager cet article
Repost0
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 23:59

INFORMATION DE DERNIERE MINUTE

 


C’est avec beaucoup de plaisir, que nous vous informons

que dans son jugement du 24 avril dernier, le Tribunal

Administratif vient d’annuler la délibération n°48, relative à la

création de la ZAC du «Clos aux Biches»............................

...................................................................................................
Bi
en cordialement

 

Alain Cassé

Président de l’ADIHBH-V


Comme quoi la bonne foi est parfois récompensée ! Mais quel temps perdu, quelle énergie (et d'argent !) gaspillée pour se faire entendre et pour proposer des solutions alternatives alors que personne ne nie à Noisy le Grand qu'il faut construire du logement social, du vrai !

Proverbe du jour : "Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre".

Dommage !

On a le droit de voir rouge

Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 12:27

APPEL AUX USAGERS DU SYNDICAT DES EAUX D’ILE-DE-FRANCE (SEDIF)

L’eau est un bien commun qui doit être préservé des intérêts privés !
MOBILISONS- NOUS POUR LE RETOUR EN REGIE PUBLIQUE DE LA DISTRIBUTION D’EAU !


RASSEMBLEMENT MARDI 14 MAI A PARTIR DE 18H30
DEVANT LE SIEGE DU SEDIF
14, rue Saint-Benoît à PARIS (métro Saint-Germain-des-Prés)

Les usagers tolèreront-ils que le mariage contre nature SEDIF-Compagnie Générale des Eaux scellé depuis 1923 se prolonge encore après le contrat en cours qui expire fin 2010 ?

Mettons fin au « business de l’eau » qui a permis aux multinationales CGE-Véolia (ex Vivendi), Lyonnaise des eaux (Suez) et Saur (ex-Bouygues) de bâtir leurs empires financiers, industriels et médiatiques sur le dos des usagers, grâce aux complaisances ou la passivité de trop nombreux élus !

Exigeons des réponses claires aux dénonciations de la Cour régionale des comptes, du Conseil de la concurrence et de l’U.F.C « Que Choisir » sur la gestion opaque, les appels d’offres , les provisions pour travaux n’ayant pas été utilisés à bonne fin, le prix excessif de l’eau et des branchements, contestons les redevances de dépollution injustement supportées à 85% par les usagers domestiques et non par les industriels et agriculteurs qui sont les plus gros pollueurs...

Intervenons sans tarder auprès de nos maires et élus délégués au SEDIF pour qu’ils se prononcent pour le retour en régie publique de la distribution d’eau, alors que d’ici l’automne 2008 doit être retenu le nouveau mode de gestion à partir du 01/01/2011.

Les exemples de villes comme Grenoble, Cherbourg, Castres, Tournon etc... grâce à leurs élus, au contrôle renforcé des usagers et de leurs associations, ont permis :

- une réduction importante du prix de l’eau
- une meilleure préservation de la ressource
- l’utilisation à bonne fin des provisions pour travaux
- l’amélioration des conditions de travail des agents etc...

Le maire de Paris s’est engagé à confier la distribution d’eau dans la capitale à un opérateur public unique. Ce qui est possible pour les 2 millions de parisiens l’est également pour les plus de 4 millions d’habitants des 144 communes du SEDIF !

Usagers, associations, syndicats, élus, rien ne se fera sans nous! Trop d’intérêts sont en jeu ! 
- imposons une gestion démocratique et transparente
- rejoignons la Coordination eau IdeF
- interpellons les élus qui ne se sont pas encore prononcés pour la gestion publique
- signons la pétition « STOP à la surfacturation et au gaspillage de l’eau » 

Coordination eau I-de-F pour le retour en régie publique de la distribution d’eau: (acme, et les comités locaux d’ attac : 93 sud, 94, et 94 N)
Contact:  eau-idf@orange.fr Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Infos et signature de la pétition sur :  "http://www.acme-eau.org"    

On a le droit de voir rouge :  Sans polémique inutile, nous rappelons que le nouveau conseil municipal de Noisy le Grand a élu dernièrement ses représentants pour le Sedif.  Le maire, lors du dernier conseil, n'a pas souhaité de débat, se contentant d'enregistrer les candidatures, celles de "Noisy Solidaire - A gauche vraiment" notamment, alors que ses élus voulaient faire une courte déclaration préalable à ce propos.

Nous pouvons que regretter que sur un sujet aussi important, les  noiséens n'aient pas l'information nécessaire.

Mélons nous de nos affaires !
Partager cet article
Repost0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 12:18
Pêle mêle ...

Désignation des représentant de la ville :

Syndicat des Eaux d'Ile de France (SEDIF) : nous avons souhaité expliquer le sens de la candidature de "Noisy Solidaire - A gauche vraiment !" en raison du débat important qui s'ouvre sur la gestion publique de cette richesse naturelle au sein du SEDIF. Plusieurs maires ou responsable de structures intercommunales, de droite comme de gauche, de Voynet à Braouezec entre autres, interpellent en ce moment les nouveaux élus à ce sujet.

Pas le temps de développer, selon le maire... vite la candidature, un point c'est tout... Enfin, l'essentiel, c'est de participer comme dirait l'autre !

Epamarne : idem alors qu'il y a à dire puisque le maire veut que Noisy le Grand sorte de la ville nouvelle ...


Demande d'intervention lors des questions diverses au sujet du "fichier Base élève" préconisé par l'Education Nationale et pour soutenir le mouvement des lycéens et des enseignants :

le maire ignore, ne vois pas et clos la séance...  C'est fini ....

Caltez, volailles... c'est vrai qu'il est tard !

On a le droit de voir rouge 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 12:09

Faut pas mollir !

A ordre du jour chargé, débat compliqué sinon tronqué ...

Donc, hier soir, il y avait aussi le lancement de la concertation préalable pour le projet d'aménagement du Clos d'Ambert. Là encore, ce ne fut pas simple... D'ailleurs, aux questions posées, pas de réponses précises.

Quid du protocole foncier avec les recours contre le Plan Local d'Urbanisme ?
Quid d'un dispositif de démocratie participative inédit ?
Quid des maires adjoints qui en sont chargés et que nous saluons ?
Quid de l'importance du projet et de l'évolution du quartier ?

Nous ne l'avons pas su, hier soir. Alors dans le doute, en publiant le texte de notre intervention, nous espérons que les réponses viendront ... un jour !


Monsieur le Député Maire,

 

Mesdames, Messieurs,

 

 

Le lancement de la concertation préalable en vu de l’opération d’aménagement du Clos d’Ambert n’est pas une surprise. Tout au plus, si surprise il y a, c’est sur la rapidité du lancement de l’opération.

 

Une première remarque s’impose et plusieurs questions en découlent :

 

Lors du précédent mandat, le conseil a eu à se prononcer sur le protocole foncier entre l’Etat, Epamarne et la ville.  De mémoire, si nos informations sont exactes, la validité de ce protocole foncier qui met à disposition de Noisy le Grand la friche dite de l’hôpital dans des conditions avantageuses qu’il faut saluer, est conditionnée par l’absence de recours sur le Plan Local d’Urbanisme ou du moins que ceux-ci soient purgés.

 

Or, à notre connaissance, il y a des recours contre le PLU déposés devant la juridiction compétente.

 

Fallait-il pour autant ne pas avancer sur ce projet ? Vous allez nous le dire et nous dire quelle sera l’incidence d’un recours accepté sur le protocole signé entre l’Etat, la ville et Epamarne.

 

Sera-t-il suspensif pour l’opération en cours ? Si non, que signifie cette clause dans le protocole signé par la ville ? Et si oui, comment faire alors que la ville aura engagé et confié, sans doute, l’aménagement, la commercialisation des terrains à un opérateur ? Est-ce que la Socaren sera cet opérateur ?

 

Une seconde remarque vient de la délibération, elle-même, qui n’évoque à aucun moment un processus de démocratie participative spécifique alors que la majorité a souhaité la mise en place d’adjoint au maire délégué par quartier. Il est vrai qu’une des deux réunions publiques prévues par la concertation préalable semble avoir pour objet, nous citons, « de présenter les évolutions proposées suite à la première réunion, etc. ».

 

Pour autant, nous pensions, et vous allez nous rassurer sur ce point, qu’un dispositif inédit de consultation allait être mise en œuvre. Pour l’instant, si l’on s’en tient à la description de la délibération qui nous est soumise, nous restons sur notre faim.

 

Une troisième remarque nous apparaît indispensable :

 

Après l’échec encore actuel du projet des Bas Heurts, nous avons l’impression que le projet d’aménagement du Clos d’Ambert pourrait avoir les mêmes travers. Nous avons noté une bonne inflexion s’agissant du logement social porté à 35% de l’opération, même si à ce point d’information, nous ignorons quel type de financement viendra abonder ce parc de logement social.

 

Par contre, l’implantation de 1200 logements locatifs ou privés dans ce périmètre, soit potentiellement de 3500 à 4000 personnes, va modifier fortement la structure du quartier.

 

Il ne s’agit pas d’opposition a priori mais il s’agit de dire clairement à la population de ce secteur qu’il n’est pas exclu, mais pas du tout d’ailleurs, que le processus d’urbanisation s’arrête à la seule future ZAC.

 

Vous nous direz sans doute que l’adoption du PLU a répondu à cette question. Cela étant, en 1995 puis en 2001, rien n’annonçait non plus la ZAC des Bas Heurts. Vous comprendrez notre perplexité.

 

Perplexité d’autant plus forte que le premier projet qui était dans l’air, si l’on en croit Epamarne, reposait sur une densification autour de 600 logements. Là, il s’agit du double.

 

Il n’est pas question pour nous d’accuser la majorité de ne pas l’avoir dit tant les documents publics de la campagne électorale peuvent en témoigner.

Néanmoins, à l’instar de notre déclaration sur le budget, nous considérons que les noiséens n’ont pas validé massivement ce projet et qu’il convient d’en tenir compte.

 

Oui, il faut en finir avec la friche de l’Hôpital ! Oui, il faut une opération d’aménagement qui n’a que trop attendu !

 

Oui, nous voulons une concertation qui prenne en compte l’avis du plus grand nombre !

 

Oui, nous voulons la démonstration concrète d’un processus exemplaire de démocratie participative !

 

Oui, nous voulons du logement social aidé de qualité !

 

Oui, nous pensons que toute densification massive peut être mauvaise pour l’avenir des générations à venir que l’on prétend prémunir de conséquences fâcheuses en matière de développement durable !

 

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs, nous nous abstiendrons pour ce dossier, non pas par hostilité mais en raison du grand nombre d’incertitudes qui pèsent.

 

Pour autant, nous serons des acteurs loyaux, mais sans complaisance, de la réalisation de cette opération que nous voulons portée par les noiséens dans les meilleures conditions.

 

De nombreuses questions sont ouvertes avec un tel projet.  Pour partie, différentes de celles qui concernent les Bas Heurts, mais pour beaucoup, semblables comme les transports, la voirie, les équipements publics, le commerce de proximité, etc.

 

Nous avons un devoir collectif de savoir y répondre dans l’intérêt des noiséens d’aujourd’hui et de demain.

 

Nous vous remercions de votre attention

 

 

                                                           Pour « Noisy Solidaire – A gauche vraiment ! »

                                                           Le 15 avril 2008

                                                           Etienne DOUSSAIN

 

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 11:11
Faut dire que l'exercice était difficile pour M. le Maire, hier soir.

C'est vrai, enfin ! Comment s'autoconvaincre que l'on est les plus beaux et les plus forts lorsque seulement 23% des électeurs inscrits vous ont suivi ?

Pas facile, en effet ! Alors si un trublion de l'opposition de gauche s'en mêle et tente de faire le lien entre la situation politique noiseenne et le vote du budget, cela donne "micro coupé, vous n'êtes pas dans le sujet, rappel au règlement intérieur, vous avez depassé votre temps de parole, etc...".


Ca rappelle même des souvenirs. Faisait pas comme ça Mme RICHARD du RPR avec l'opposition socialiste et communiste ? De vieux souvenirs nous assaillent.  On se souvient de dénommés PAJON ou GOUTMANN qui ne pouvaient pas souvent parler ... mais on nous dira, ce n'est pas la même situation et c'est vrai puisque c'est la gauche.

Ainsi vont les choses en matière de débat démocratique à Noisy le Grand ...

Alors pour que tout reste transparent, voici le texte de l'intervention de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT ! " :

Monsieur le Député Maire,

 

Mesdames, Messieurs,

 

Les élus de « Noisy Solidaire – A gauche vraiment ! » ne voteront pas ce budget.

 

Non pas qu’il soit à rejeter en totalité mais tout d’abord parce qu’il ne reflète pas les conséquences exactes de la consultation électorale que nous venons de vivre.

 

Monsieur le Maire, vous avez affirmé plusieurs fois publiquement que les noiséens avaient validé votre projet pour Noisy le Grand. Vous l’avez affirmé le soir des résultats du 1er tour lors de votre déclaration. Vous l’avez dit de nouveau le soir du second tour, puis lors de l’installation du nouveau conseil municipal.

 

Cette affirmation n’est pas juste car le corps électoral dans sa totalité n’a donné à la liste que vous conduisiez que 22,98% des électeurs inscrits, pas même un quart de ces mêmes électeurs

Plus encore, y compris au sein de cette enceinte, même si la mécanique électorale d’attribution des sièges vous donne la majorité avec 45,43% des suffrages exprimés, le cumul mathématique du résultat des autres formations présentes, ce soir, atteint 54,57% des mêmes suffrages. Cela laisse songeur même s’il n’est pas question de contester votre victoire dans cette quadrangulaire.

 

Cela étant, nous ne confondrons pas ces résultats. Celui de « Noisy Solidaire – A Gauche vraiment ! » signifie autre chose que celui de Mme Martins ou de M. Morère et, avant que l’on nous le dise, nous n’avons pas de projet d’alliance…  Le seul que nous avions, entre les deux tours, a été refusé comme vous le savez, Monsieur le Maire puisque nous en avons parlé ensemble !

 

Néanmoins, les chiffres sont nets et précis. Avec près de 48 % d’abstention, abstention qui progresse depuis 1995 en passant de 39,16% à 47.96%, abstention qui nous concerne tous et toutes autour de cette table, avec 22,98% des électeurs inscrits en sa faveur, la majorité ne peut se contenter de dire que son projet politique pour Noisy est validé.

 

Le dire sans prendre en compte la réalité électorale de notre ville, c’est prendre une lourde responsabilité pour l’avenir et c’est, surtout, ne pas tenir compte de ce que les électeurs et les électrices ont dit ou n’ont pas dit en n’allant pas voter.

 

Les absents ont toujours tort, c’est vrai mais cet argument ne sera pas suffisant pour convaincre.

 

Et c’est avec cette toile de fond que vous nous présentez le budget 2008 ! A croire qu’il ne s’est rien passé dans notre ville ou encore que vous êtes convaincus d’avoir raison. Pourtant avec 7523 suffrages en 1995 et 7893 en 2008, soit 370 voix de plus alors qu’il y a 6514 électeurs nouveaux, avouez qu’il y a de quoi être surpris de constater que vous restez « droit dans vos bottes » pour plusieurs de vos projets municipaux comme en témoigne une bonne partie de l’ordre du jour, ce soir.

 

Pourtant, nous n’ignorons pas que ce budget va être marqué une fois encore par le maintien du désengagement de l’Etat avec une hausse globale de 0.07% toutes dotations confondues alors que les charges des communes, quand à elles, continuent de croître, ne serait ce qu’en raison de l’inflation récurrente, l’augmentation de l’énergie, les transferts de charges, etc…

 

Rien de nouveau finalement à ce propos. La contre réforme est à l’œuvre dans ce pays et il n’y a pas de raison que les communes y échappent. Malheur aux communes pauvres alors que Noisy le Grand, elle, garde d’importantes marges de manœuvres.

 

En témoignent la progression de la taxe professionnelle et, dans une moindre mesure, celle de la taxe d’habitation. Le coup de « com » autour de l’idée de Noisy le Grand, capitale de l’Est parisien, ne finirait-il pas marcher ? Tant mieux si cela joue pour l’emploi en faveur des Noiséens mais, au regard de la situation économique générale dans le pays, il n’est pas certain, hélas, que cela se confirme et cela ne nous réjouit pas

 

Pour autant, nous n’ignorons pas, non plus, qu’au-delà de la pure mécanique comptable d’un budget, la ville va maintenir un niveau sérieux de services en faveur des habitants, même s’il en manque en particulier, pour la santé.

C’est vrai pour les charges de personnel avec 4% d’augmentation. C’est vrai pour une bonne gestion de la dette de la ville et de sa réelle diminution.

C’est vrai pour les dépenses d’investissements à hauteur globale de 34 millions d’euros, même si sur ce point notre désaccord est net concernant au moins une ligne d’engagement, celle de 13 millions d’euros dont le rapport de présentation dit pudiquement qu’ils concernent « la politique d’acquisitions conduite, depuis plusieurs années, notamment pour mener à bien les projets d’aménagements de différents quartiers de la ville, ainsi que pour saisir des opportunités (que le mot est joli…) que des projets de cession pourraient révéler »

 

On les connaît les opportunités et cela fait plusieurs années que cela dure à coup de millions d’euros de budget en budget. Elles s’appellent Bas Heurts et maintenant, Clos d’Ambert…mais pas seulement…

 

Et là, Monsieur le Maire, au delà du fait qu’il est loin d’être certain que les noiséens vous aient donné mandat pour cela, tant qu’une véritable consultation populaire n’aura pas lieu tranquillement, sereinement, sans parti pris, sans faux procès en posant toutes les questions d’une bonne densification, d’un vrai logement social, celles qui concerne l’état de la ligne A du RER, tant que cela n’aura pas lieu, nous n’en serons pas !

 

Nous acceptons l’augure de la démocratie participative à Noisy le Grand et nous saluons par avance le travail de nos collègues adjoints au maire qui s’en chargeront. Nous sommes, nous, totalement convaincus que cette façon de faire de la politique est de nature à faire reculer l’abstention et surtout de nature à redonner la parole aux noiséens et, pas seulement tous les six ans…

 

Nous demandons seulement à voir, à corriger modestement et à constater un réel niveau, à la fois, de participation de la population concernée et, à la fois, de prise en compte de son opinion, sans populisme mais avec respect.

 

La balle est dans votre camp et l’on ne peut pas dire, eu égard aux savants découpages géographiques du champ d’action de nos collègues que cela soit gagné.  Quoiqu’il en soit, nous serons patients et attentifs.

 

Nous pourrions ajouter à la critique d’autres postes de dépenses dont les conséquences budgétaires sont lourdes comme la vidéosurveillance ou la police municipale mais nous connaissons déjà votre point de vue sur le sujet.

 

Nous pourrions contester la concession du stationnement à un opérateur privé et la charge exceptionnelle d’une subvention forfaitaire de 322 920 euros. Dit autrement : les noiséens payent d’abord le stationnement à l’opérateur puis, dans un second temps, s’acquittent d’un solde significatif par l’impôt noiséen… versé à l’opérateur…

 

Voila, brièvement, Monsieur le Député Maire, Mesdames, Messieurs, ce que les élus de « Noisy Solidaire – A gauche vraiment ! » pensent de ce budget 2008 et voila pourquoi, nous nous abstiendrons de voter des engagements financiers dont une part significative exige que l’on tienne compte du vote des noiséens et des noiséennes en mars dernier.

 

                                                                                  A Noisy le 15 avril 2008

 

                                                                Pour « Noisy Solidaire – A gauche vraiment ! »

                                                                                  Etienne DOUSSAIN

Partager cet article
Repost0