Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Ils profitent de la crise sanitaire ...
    Soutenons le rassemblement du 19 janvier 2021 contre la Loi de « Transformation de la Fonction Publique » en étant nombreux devant la mairie de NoisNoisy-le-Grand 17 h. Vous trouverez ci-joint : l'appel de l'intersyndicale l'attestation de déplacement...
  • Meilleurs Voeux Solidaires ...
    Solidarités La France comptera d’ici la fin 2020 près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Alors que 20% des plus riches cumulent les deux tiers d’épargne, 20% des plus pauvres sont contraints à l’endettement. L’indécente euphorie...
  • Adresse aux noiséen-nes pour l'an 2021 ...
    Crise sanitaire et sociale : des inégalités insupportables ! La crise sanitaire a mis en évidence la situation désastreuse de nos hôpitaux : 100 000 lits supprimés en 20 ans, au plus fort de la crise sanitaire seulement 35 000 lits mobilisés pour les...
  • KDO d'une fin d'année morose ...
    Conseil Municipal Lundi 14 décembre 2020 Toujours en retransmission aux bons soins de Facebook ! A croire que la "ville intelligente" que l'on nous annonce ne l'est que par l'intermédiaire des GAFAM (acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook,...
  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 15:11

RUE89 excusera, ainsi que les auteurs de cette tribune, cet emprunt. Cela n'aurait pas eu d'intérêt de paraphraser un tel article qui démontre une fois encore que nous n'avions pas tort de nous opposer à Noisy le Grand à la vidéosurveillance, dite politiquement correcte, vidéoprotection ...  et à la police municipale

 

En tout cas

rue89_logo.gif

 

 c'est en cliquant sur le lien

 

 

On a le droit de voir rouge

 

 

Tribune

La vidéosurveillance coûte cher pour un résultat très limité

Par Tanguy Le Goff et Laurent Mucchielli | Universitaires | 06/05/2010 | 19H11

 

Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, la vidéosurveillance est devenue le principal instrument de lutte contre l'insécurité. Les évaluations scientifiques démontrent pourtant que, dans les espaces publics, son impact, tant préventif que répressif, est très limité. Il devient même dérisoire si on le rapporte au coût financier pour une collectivité locale.

Absence d'évaluations françaises

En 2008, le ministère de l'Intérieur estime à 22 000 le nombre de caméras dans les espaces publics et 1 500 le nombre de communes équipées d'un dispositif de vidéosurveillance. Elles n'étaient que 850 en 2005. Certes, l'objectif fixé en 2007 par le gouvernement de 60 000 caméras est encore loin, mais le rythme d'augmentation est fort.

Les subventions versées par l'Etat dans le cadre du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) y sont pour beaucoup. Pourtant, au-delà d'une série de « petites histoires », on ne dispose pas de preuves de l'efficacité de la vidéosurveillance pour prévenir la délinquance dans les espaces publics.

Est-ce à dire qu'on ne sait rien sur l'efficacité de cet outil ? Non, car il existe à l'étranger de nombreuses études, notamment aux Etats-Unis, en Australie et surtout en Angleterre. On y apprend que l'efficacité de la vidéosurveillance varie selon deux critères.

- Le lieu

Espaces ouverts ou fermés comme les parkings ou les hôpitaux… La vidéosurveillance n'a qu'un faible impact dans les espaces étendus et complexes comme les rues.

Les caméras ne dissuadent pas les délinquants dans la mesure où le risque de se faire identifier et interpeller est jugé faible. En revanche, les études convergent pour dire que la vidéosurveillance a une réelle efficacité dissuasive dans des espaces fermés comme les parkings ou les hôpitaux.

Le délit

On constate, dans certaines études, une légère baisse des atteintes aux biens (vols à l'étalage, cambriolages, vols à la roulotte).

Par contre, il n'y a aucun impact sur les violences interpersonnelles (agressions sexuelles, bagarres, rixes, etc.).

Un coût financier…

Le coût initial d'équipement d'un système de vidéosurveillance est estimé à 1,5 million d'euros pour 40 caméras. Si l'Etat prend en charge une partie substantielle de cet investissement, en revanche les coûts de maintenance, de location des réseaux de transmission évalués à 10% par an du budget initial, demeurent à la charge des collectivités locales. Et surtout, elles assument le coût humain.

Des écrans de contrôle que personne ne regarde ne servent pas à grand chose. Il faut donc du personnel. Dans l'hypothèse retenue, pour un système fonctionnant 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, une équipe de 14 personnes est nécessaire, soit un coût de l'ordre de 450 000 euros par an. Il faut aussi du personnel municipal sur le terrain (policiers municipaux, médiateurs) en mesure d'intervenir.

Ceci est fondamental : les études étrangères ont montré que la vidéosurveillance n'avait (qu'un peu) d'effet qu'à la condition d'être couplée avec un dispositif d'intervention d'agents de terrain. Le coût financier est donc extrêmement lourd en réalité. Et ce, dans un contexte de réduction des effectifs de la police nationale et de la gendarmerie, que les communes compensent de plus en plus par l'embauche de policiers municipaux.

… qui « plombe » les budgets

Enfin, il faut rappeler que le budget investi pour si peu de résultats dans la vidéosurveillance est autant d'argent public qui n'est pas affecté à d'autres programmes de prévention et de tranquillité.

Au plan national, la politique de « prévention » de l'Etat est de plus en plus vidée de substance par la vidéosurveillance. Du reste, la circulaire du 5 mars 2010 précise explicitement que l'Etat n'engagera plus aucune action de financement pluriannuelle autre que la vidéosurveillance.

Ses aides restantes seront très ciblées et les collectivités devront se débrouiller avec d'autres partenaires pour financer des actions préventives classiques telles que les mesures de prévention et de lutte contre la toxicomanie, les mesures de sécurité routière, les dispositifs d'accès au droit ou encore les opérations « Ville, vie, vacances ».

Au plan local, lorsque la vidéosurveillance vient « plomber » un budget municipal déjà entamé par le développement de la police municipale, on devine qu'il ne reste plus grand-chose dans les caisses pour recruter des éducateurs, des animateurs socioculturels, des médiateurs, des correspondants de nuit, des surveillants de sortie d'école, et autres types d'emplois de proximité permettant de renforcer un peu le lien social, d'encadrer la jeunesse avec des projets éducatifs et de maintenir le dialogue entre la population et les institutions.

Pour toutes ces raisons -et non, au nom d'une quelconque idéologie-, le développement de la vidéosurveillance apparaît comme une mauvaise nouvelle pour la société française, un gaspillage d'argent public et un renforcement de la « crédulité technologique » chez nos concitoyens inquiets que la vidéosurveillance rassure souvent, mais qu'elle ne protège nullement.

 

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 18:32

Un petite suite du conseil municipal du ...1er avril dernier ?

 

C'est parti !

 

A la suite de la déclaration des élus de "Noisy Solidaire, A gauche vraiment !" sur le budget 2010, il s'est trouvé un adjoint au maire, et pas le dernier puisqu'il s'agissait du premier ... chargé des finances  - finances qu'il explique bien d'ailleurs - à s'étrangler d'indignation après que les mêmes élus aient fait remarquer que certaines collectivités locales envisageaient de présenter un budget en déséquilibre pour stigmatiser publiquement l'action néfaste du gouvernement.

 

Il nous a même semblé entendre qu'il s'agissait de comportement irresponsable ! Bigre, le pôvre Bartolone ne sait pas où il a mis les pieds, même ses amis , certains aussi fabiusiens que lui, d'ailleurs, le critiquaient par avance.

 

Irresponsable, Monsieur Bartolone, un ancien ministre de la ville blanchi sous le harnais ?

 

Décidemmment, on n'est jamais trahi que par les siens, dit le proverbe...

 

L'Express nous pardonnera cet emprunt. D'ailleurs, en échange, il suffit de cliquer sur un des liens pour aller sur son site !

 

La Seine-Saint-Denis pourrait être mise sous tutelle

Par Isabelle Kuehl, publié le 06/04/2010 11:24

Selon le secrétaire d'Etat chargé des collectivités locales, Alain Marleix, une mise sous tutelle du département sera envisagée si le conseil général PS vote son "budget de révolte" en déficit.

La mise sous tutelle de la Seine-Saint-Denis, "c'est la procédure traditionnelle", a expliqué ce mardi sur RTL le secrétaire d'Etat aux collectivités territoriales, Alain Marleix. Cette décision sera envisagée, si le département francilien décide réellement de voter un budget en déséquilibre comme l'a annoncé ce week-end le président PS de son conseil général, Claude Bartolone.

Dans ce "budget de révolte" contre l'Etat, le président du conseil général veut inscrire les 75 millions d'euros dûs selon lui cette année par l'Etat au département au titre des transferts de charges (RSA, allocation personnalisée d'autonomie...). Depuis 2004, c'est la dette de l'Etat qui atteindrait 640 millions d'euros, estime Claude Bartolone.

Mais pas question pour le gouvernement de le laisser faire. "Voter un budget en déséquilibre, a rappelé Alain Marleix, c'est interdit par le code général des collectivités locales." Interrogé par RTL sur cette perspective, le secrétaire d'Etat a répondu: "On appliquera tout simplement la loi.". "Le préfet saisira la chambre régionale des comptes" et celle-ci, "après examen, demandera au préfet de bien vouloir exécuter le budget".

Solidarité avec la Seine-Saint-Denis

Le président du conseil général de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg (PS) s'est déclaré "solidaire de la Seine-Saint-Denis et de son budget de révolte". Arnaud Montebourg avait, à son tour, saisi le Conseil d'Etat sur la question des compensations financières en décembre 2009. Dans un communiqué, il demande "au gouvernement de venir en aide aux départements qu'il a lui-même mis en très grande et grave difficulté".

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 17:43

Le nihilisme ( latin nihil, « rien ») est un point de vue philosophique d'après lequel, le monde (et particulièrement l'existence humaine) est dénué de toute signification, tout but, toute vérité compréhensible ou toutes valeurs.

Cette notion est applicable à différents contextes : histoire et politique, littérature, philosophie.

 

Nous ne savons pas si la définition de Wikipedia contentera notre édile préféré mais la référence au nihilisme, vraisemblablement, politique auquel le maire de Noisy le Grand a souhaité se référer pour désigner un des élus de "Noisy Solidaire, A gauche vraiment !" ne nous a pas convaincu.

 

Partir d'une déclaration sur le budget 2010 pour en arriver à qualifier un opposant politique d'être une sorte de nihiliste alors qu'il ne s'agissait que de constater un désaccord concernant la politique budgétaire de la majorité municipale est un exercice inhabituel pour ne pas être souligné !

 

Sans aller jusqu'à Nietzsche, on pourra néanmoins rassurer no't bon maire en lui signalant qu'à la différence du sophiste Gorgias  qui , dans la Grèce antique, développa la première thèse nihiliste, nous sommes de ceux, qui, terriens chez les terriens, pensent que Michel Pajon et sa majorité municipale existent.

 

Est ce que la politique municipale que ces derniers vont défendre en 2010 à Noisy le Grand a une utilité à exister ? C'est une vraie question que nous nous autorisons à poser, même si la pensée de Gorgias nous alerte. Ne dit-elle pas "Ainsi, si ni l’être ni le non être n’existent, alors rien n’existe" ?

 

En fait, nous ne savons pas très bien... mais il nous semble quand même que cette hypothèse d'être et de non être trouve une conclusion contradictoire dans notre bonne ville. Ce budget 2010 va-t-il exister, oui ou non ?

 

Est-il une vue de l'esprit, une construction abstraite sans conséquences pour la population qui, elle même, n'existe sans doute pas ? Pas plus que la ville, d'ailleurs !

 

Sacrebleu, nous vl'a bien ... La ville n'existe pas, la population, non plus. Donc le budget 2010 n'existe pas. Pas besoin d'accompagner Fillon et Sarkozy en anticipant la suppression de la taxe professionnelle puisque cette dernière ne doit sans doute pas exister ! Pas besoin de majorité municipale au garde à vous, ni d'opposition, de fait ... puisque tout cela n'a pas de sens ...

 

Pas besoin de déclaration politique, grain de sable d'un fonctionnement démocratique nécessaire puisqu'il n'y a pas de conseil municipal.

 

Décidemment, c'est trop dur d'être nihiliste. Pourtant, nous sommes convaincus que Michel Pajon existe, c'est dire ....

 

Nous hésitons, nous doutons, nous ergotons... Existons nous ou pas? Le bougre nous a troublé !

 

Alors, soyons fous et publions nos déclarations de conseil municipal, elles vont nous rassurer ... puisqu'elles existent, du moins, le croyons nous !

 

Budget 2010

 

Mesdames, Messieurs, Monsieur le Député-maire,

Finalement entre les orientations budgétaires qui nous ont été proposées, il y a quelques semaines, et le budget 2010 que vous soumettez ce soir à notre approbation, il n’y a plus grand-chose de commun !

Vous nous aviez annoncé un maintien de la fiscalité noiséenne. Ce n’est pas le cas puisque cette dernière va voir ses taux majorés de 2,8 % alors que, globalement, malgré les effets négatifs de la suppression de la taxe professionnelle, la progression attendue des impôts et taxes s’élèvera à 4,57%.

Plus fort encore, en page 30 du rapport de présentation, vous nous indiquez que la compensation relais versée par l’Etat permettra une progression de 5,20% de recettes de compensation au regard du produit de la taxe professionnelle notifié en 2009 !

C’est dire, de notre point de vue au moins, qu’il existe une richesse noiséenne qu’il est possible de répartir autrement. Comment pourrait-on accepter de se contenter de cette affirmation qu’il s’agit de, nous citons : « la constitution d’un socle de ressources fiscales de référence en anticipation de la mise en œuvre de la réforme fiscale en 2011 ».

Si l’ajoute l’augmentation vraisemblable de la fiscalité départementale au vu des charges transférées mais non compensées, les noiséens seront contents d’apprendre, ce soir, que malgré l’apparente bonne santé financière de leur ville, il va leur falloir mettre un peu plus la main au porte-monnaie. Ce n’est sans doute pas ce dont ils avaient envie en ce moment !

Certes, nous n’avions pas d’illusion sur les effets négatifs annoncés pour 2011 de la suppression de la taxe professionnelle, véritable cadeau du gouvernement au Medef par ordre présidentiel.

Par contre nous jugeons cette anticipation préoccupante surtout dans une ville qui annonce dans le même temps une progression de ces recettes globales de fonctionnement de 3,87% sans réduction de voilure, nous a-t-il semblé.

Il suffit pour cela de constater le maintien de la sacro-sainte ligne budgétaire relatives aux acquisitions foncières qui s’élèvera en 2010 encore à 10 millions d’euros … qui viendront rejoindre les 12 ou 13 de l’an passé, puis de l’année précédente et ainsi de suite…

C’est vrai, nous allions l’oublier, vous allez laisser à vos successeurs une ville riche d’un patrimoine important mais ce qu’il y a de clair, cette année en particulier, c’est que les noiséens vont le payer un peu plus cher … par anticipation, avez-vous dit !

Ce qui nous amène naturellement à un autre chapitre des recettes attendues. Allez vous nous annoncer ce soir ou bien est-ce pour plus tard les augmentations conséquentes des services rendus à la population, cantine scolaire, centre de loisirs, etc… ? Parce que, là aussi, il y a sans doute du gras qui pourrait permettre d’encore mieux anticiper la suppression de la taxe professionnelle…

Non, sérieusement, nous n’acceptons pas ce qui ressemble à une logique d’acceptation d’une politique que les suffrages exprimés récemment ont condamné même si l’abstention massive, qui signe un désaveu de la politique gouvernementale, ne fait pas un succès de cette dernière élection, ni d’ailleurs un tapis rose pour le PS et ses alliés du moment.

Non, sérieusement, nous affirmons que vous aviez d’autres solutions budgétaires.

Vous le savez bien, il y a même des communes qui ont envisagée de présenter des budgets en déséquilibre pour bien marquer l’impact négatif de la suppression de la taxe professionnelle !  Eh bien, non, à Noisy le Grand, sans rien changer au cadre budgétaire, on présente directement l’addition aux noiséens.

Nous comprenons bien que vous ne puissiez pas revenir sur les chantiers engagés. Il en est autrement par exemple pour les acquisitions foncières à marche forcée depuis plusieurs années. D’autant plus que ces dernières témoignent concrètement des marges de manœuvres de la ville.

Non, désolé, Monsieur le Maire, vous faites le choix d’appuyer là où cela fait mal, le choix de participer d’une attaque contre le pouvoir d’achat des noiséens, alors que les coups tombent depuis des mois maintenant avec la crise.

Il n’y a pas d’anticipation dans cette affaire, ni de réalisme, il n’y a qu’une logique budgétaire erronée qui se résume à cela : on m’a pris de l’argent, j’en prends ailleurs … Aucune résistance, finalement, simplement, alors que la crise frappe durement, de la gestion sans réels choix sociaux nouveaux d’ampleur sinon ceux de continuer obstinément à gérer une ville qui a un beau patrimoine.

Avouez qu’expliquer aux noiséens que c’est de la faute de Sarkozy et de Fillon alors que ces mêmes noiséens voient la commune préempter à tour de bras, cela ne va pas être simple. Remarquez, ils pourront toujours s’abstenir la prochaine fois !

Dans le même esprit lors du débat d’orientation budgétaire, vous nous aviez dit que la masse salariale pourrait progresser de 3%, il n’en est rien puisque celle-ci se trouve réduite à 2,48%, réduisant encore un peu plus les marges de manœuvre de création ou de développement de services publics utiles à la population. Vous comprendrez que nous ne rangeons pas la création de postes pour la vidéosurveillance et le jardin d’éveil privé dans cette catégorie.

Non, décidément ce budget 2010 ne nous dit rien qui vaille.

Enfin, nous n’oublierons pas deux choses préoccupantes dans ce contexte. La première, c’est que malgré un autofinancement conséquent, l’intérêt de la dette augmente comme cela avait été souligné par la Chambre Régionale des Comptes dans son contrôle récent.

La seconde, c’est un strict encadrement annoncé des dépenses de fonctionnement puisqu’elles subiront une « contraction de 0,6% des charges de gestion de reconduction » selon l’expression du rapport en page 6.

Ce n’est seulement après intégration des dépenses liées à des actions nouvelles ou exceptionnelles, dites vous, que les dépenses de gestion des services augmenteront de 2,43%. Donc, autrement dit, la rigueur ou l’austérité d’abord, l’exceptionnel après !

Nous allons en terminer là, Monsieur le Maire. Nous sommes encore déçus. Finalement, nous serions presque tentés de vous dire que vous nous présentez un budget d’accompagnement des mesures Fillon – Sarkozy. N’est pas cela le sens de l’anticipation ?

En fait, rien d’original même si vous maintenez le haut niveau d’investissement que vous avez annoncé aux Noiséens. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est qu’ils vont le payer un peu plus encore cette année. Or, aujourd’hui, nous venons d’apprendre que les tarifs du gaz augmenteraient de 10% avec la bénédiction du gouvernement… Aussi nous nous interrogeons, alors que notre ville reste riche malgré l’impact de la suppression de la TP, devons-nous, nous aussi, en rajouter dans la pression sur les ménages ?

Les élus de « Noisy Solidaire – à Gauche vraiment ! » voteront contre vos propositions budgétaires, à moins qu’il ne s’agisse, c’était inévitable, d’un poisson … d’avril.

Etienne DOUSSAIN

 

Subvention CCAS

 

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

Nous avons un problème et nous sommes certains que vous allez nous aider à le résoudre.

Depuis le dernier trimestre 2008, chacun sait qu’une crise financière majeure, d’aucun la compare à celle de 1929, affecte l’économie mondiale.

Pour la combattre les Etats ont injectés des milliards d’euros ou de dollars dans le secteur bancaire qui, pourtant, était sans aucun doute le responsable de la folie spéculative à l’origine de ce krach.

Depuis les entreprises licencient à tour de bras, le gouvernement, imperturbable malgré la gifle reçue, lors du dernier scrutin, annonce un renforcement de l’austérité et se prépare à accélérer un processus infernal de pauvreté à propos des retraites, etc… hélas.

Or, nous devons délibérer d’une subvention au CCAS, structure municipale de solidarité avec les plus vulnérables et nous n’avons aucune information dans la note de présentation qui préciserait ce qui s’est passé vraiment dans notre ville entre 2008, 2009 et maintenant en prévision pour2010.

Aucune comparaison de chiffres, aucun indicateur, simplement un topo quasi technique sur l’action de redistribution du CCAS en 2009, le foyer Jean Wiener mis à part. La seule information utilisable, c’est d’apprendre que les bénéficiaires du RMI/RSA ont augmenté de l’ordre de 21%

Et notre problème, le vôtre peut-être, c’est comment évalue-t-on  encore plus précisément dans cette ville la montée ou non de la précarité et de la pauvreté ? Et quelles mesures a-t-on ou va-t-on mettre en place face à cette situation qui, hélas, ne peut pas ne pas avoir touché notre ville ?

A titre d’exemple, la fin de campagne nationale des Restaurant du Cœur a démontré, le Secours Populaire et le Secours Catholique le confirmant de leur côté, une augmentation des besoins en secours.

Non, Monsieur le Maire, la présentation de cette demande de subvention n’est pas suffisante par rapport à la réalité que nous connaissons tous.  Ce n’est pas faire un procès à la majorité municipale que de dire que c’est totalement insuffisant pour l’information du Conseil.

Le CCAS est outil indispensable pour mettre en œuvre la solidarité municipale. Nous ne doutons pas que ces agents le fassent au quotidien.

Nous pensons à la fois que la présentation de ces actions n’est pas à la hauteur des exigences et des conséquences de la crise et, surtout, nous n’avons aucun moyen, ce soir, de savoir si la subvention qui sera attribuée au CCAS en 2010 sera suffisante ou si la collectivité doit faire un effort supplémentaire, ce dont nous sommes convaincus, alors que vous allez la baisser et venez d’en appeler aux dons des noiséens.

C’est aussi dans cet esprit que nous avions appelé, l’an dernier déjà, à la constitution pluraliste et transversale d’une cellule de veille sociale. Décidemment, nous allons finir par croire que Noisy le Grand est sur une autre planète.

Dans ces conditions, Monsieur le Maire, bien entendu nous ne nous opposerons pas à ce vote, nous nous abstiendrons.

Etienne DOUSSAIN

 

Intervention Conseil Municipal 1er avril 2010:

Tarification Spectacles Espace M.Simon

 

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux

 

Les tarifs proposés, en légère augmentation pour certains, ne sont a priori pas choquants pour tout un chacun, ici dans cette salle.

Cependant, il nous semble qu'il convient de prendre en compte les conditions d'accès à la culture d'un certain nombre de nos concitoyens parmi les plus vulnérables. En ce sens, il nous semble légitime d'engager une réflexion à propos d'une réelle tarification sociale?

La tarification des spectacles scolaires notamment pose problème pour un certain nombre d'établissements situés en ZUS et en ZEP. Dans ces écoles, une part du montant des spectacles est prise en charge par les coopératives scolaires ; coopératives par ailleurs moins abondées que dans d'autres secteurs plus favorisés. Pourquoi alors ne pas imaginer un tarif préférentiel voire la gratuité pour ces établissements ?

Nous savons que la tarification n'est pas le seul obstacle à l'accès à la culture pour tous et nous saluons l'effort entrepris au travers des actions culturelles.

Mais en ces temps de crise, nous souhaiterions qu'une politique plus volontariste d'accès à la culture pour le plus grand nombre soit clairement identifiable, notamment envers les jeunes noiséens.

Nous savons que la culture a un coût mais nous sommes convaincus aussi qu'elle doit être un investissement notamment en terme d'égalité et de citoyenneté.

C'est une question de choix politique et budgétaire.

Pour ces raisons, nous nous abstiendrons sur ce dossier.

 

Pas de réponse sur le fond de la part de Sylvie Dufresne mais intervention sur le fait qu'un certain nombre de tarifs ont été maintenus à leur niveau antérieur ; ce n'était pas l'objet de l'intervention. Dommage !

 

Sylvie MONNIN

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 17:44
Contribution au débat contre le Jardin d'éveil noiséen ... dans l'Huma Hebdo du 04 au 10 mars

articles-0001_NEW.jpg
Partager cet article
Repost0
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 23:15
Deuxième tour des élections régionales à Noisy le Grand

Inscrits :    33727

Votants :   14280 soit 42,34% des inscrits, soit 57,66% d'abstentionnistes

Blancs et nuls : 690 soit 4,83% des inscrits

Exprimés : 13690

Liste Pécresse (UMP) :  4907 soit 36,11%

Liste Huchon (PS) :        8683 soit 63,89%


Finalement 57,66% d'abstentionnistes + 4,83% de blancs et nuls, cela fait combien ??? 62,49% ... pas loin du premier tour en somme (61,67%).

Les questions restent donc posées à toutes les formations politiques, notamment sur leur crédibilité et celle des institutions démocratiques !

Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 16:42
Élucubrations électorales ...

J'avoue, je bats ma coulpe de mégalomane, c'est vrai que la motivation n'y est pas ...

Vais-je faire partie des abstentionnistes de droite du 1er tour au second comme nous le serinent les médias ? Mais, non, je suis de gauche !
Vais-je faire partie des vraisemblables abstentionnistes de gauche comme dans les villes de la Seine Saint Denis ?

Pas brillant, brillant , ces 62 % d'abstentionnistes, autant qu'à Noisy le Grand avec 61,67%, marque s'il en est de désintérêt, voire pire, de méfiance à l'égard des institutions et de ceux qui souhaitent les représenter...

Non, c'est décidé, je ne serai pas abstentionniste. J'irai voter ! Mais quoi ? Pour Madame Pecresse ? Non et non. C'est déjà un point acquis. Et j'ai de la chance, je n'aurai pas à faire barrage à l'extrême droite incarnée par le Front National qui n'a pas pu se maintenir. C'est tant mieux, l'Ile de France est au moins une région où le débat nauséeux sur l'Indignité Nationale a fait moins de dégâts qu'ailleurs...

Alors, que reste-t-il ? Jean Paul Huchon et son joyeux quadrille ? De Pierre du Front de Gauche à Cécile d'Europe Ecologie avec une pincée d'Alternatifs comme Claire ? En principe, c'est mieux, c'est même beaucoup mieux ...

Mais est-ce totalement satisfaisant ? Pas certain ! Il suffit de prendre connaissance du dernier tract de campagne distribué ce matin dans nos boites à lettre, sans doute par les aficionados du PS local si l'on en juge par le contenu, pour penser qu'il est possible, hélas vraiment possible, que certains n'aient pas bien compris le premier tour.


Profiter de ce second tour pour nous assener tout ce que la Région a fait et va faire pour Noisy le Grand, avec toute la suffisance du vainqueur annoncé, surtout quand on connaît les débats noiséens et le score des dernières municipales avec ses 50 % d'abstention (déjà !), j'avoue encore que cela me laisse très perplexe pour l'avenir ... de la dite Région, du moins comme on semble la voir du côté de notre ville. Il s'agirait seulement de subventions à obtenir ?

Il n'est pas sûr que c'est comme cela que les Noiséens perçoivent la Région et c'est bien dommage, d'ailleurs. D'autant plus que nul ne peut contester que le bilan de l'équipe sortante contient des actions intéressantes et utiles pour les franciliens, notamment en matière de transport public, même si le processus de modernisation de ces derniers prend et prendra du temps.


Bref, la méthode Coué va l'emporter. Je vais voter, c'est certain.

Mais vraiment, je n'avais pas besoin dès le réveil d'être obligé de voir la photo de mon député, ni celles des deux conseillères régionales sortantes, encore moins, celle de notre conseiller général, assorties les unes et les autres, de conseils avisés pour me motiver, ce dimanche.

Non, je n'en avais vraiment pas besoin. Mais peut-être dois-je ne pas confondre la politique noiséenne en vigueur appliquée par les mêmes comme maire et adjoints au maire et celle de la Région !


C'est promis, dès lundi, je me soigne plus sérieusement ...

Etienne DOUSSAIN
Conseiller Municipal, délirant en cours de traitement
" Noisy Solidaire, A gauche vraiment !"




Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 15:06

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ,

Vous allez commencer à comprendre pourquoi ces mots ont disparu de nos pièces de monnaie et de nos timbres-poste.

En effet, des ressortissants de l'Union européenne, munis de leurs pièces d'identité, doivent se cacher et ne peuvent aller aux toilettes ni se doucher. Car la (!) porte du pays des Droits de l'Homme se ferme à des habitants de l'ancien Empire… roumain !

Et qui sont-ils, ces gens pourchassés dans leur propre pays avec le gouvernement duquel les (actuels) dirigeants de la France s'entendent si bien ? Ils sont tout simplement ceux qui ont donné leur nom (comme on donne son sang) à leur pays : les Roms !

Refuser de leur donner asile, en se retranchant derrière des lois européennes honteuses, c'est un peu comme, il y a 70 ans, refuser de cacher un juif ou un républicain espagnol… Comme le dit cette jeune mère qui s'exprime en français, car c'est la langue qu'elle a choisi d'apprendre à l'école, quand elle était en Roumanie : "on ne nous considère pas comme de vrais européens ! "
Merci donc aux élus courageux — municipaux, départementaux, régionaux, nationaux, européens — qui bravent les lois iniques. Merci aussi à tous les voisins de la rue René Navier qui ont apporté de la nourriture, des vêtements, des couvertures, du pétrole, de l'eau, des couches et des sacs poubelles à
des familles dans le dénuement…


Un colistier de NOISY SOLIDAIRE À GAUCHE VRAIMENT,
Bernard Tricard, PCF

Partager cet article
Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 20:50

Noisy, le 15 mars 2010, bientôt le printemps, les explusions sont de nouveau possibles en France et en Navarre.

23 personnes, hommes, femmes et enfants, d'origine roumaine, roms sans doute habitués à la méfiance et l'exclusion, squattent un pavillon rue Navier. Depuis quand ? Une semaine, dix jours ? Personne ne sait exactement. Ce qui se dit, c'est qu'elles ne gênaient pas le voisinage.

Noisy, le 16 mars 2010, vers 8 heures 45, toujours rue Navier, la circulation est difficile comme tous les matins. Manque de chance, à la hauteur du terrain vague, juste à côté du feu, un convoi exceptionnel stationne avec, à son bord, un engin du genre tracto-pelle.

Noisy, le 16 mars 2010, vers 11 heures, dans la même rue Navier, on expulse 23 personnes d'un pavillon, croit-on savoir, municipal en présence .... de la police municipale. Si la police nationale est prévenue, les témoins ne se souviennent pas de son intervention avec précision.

Le temps de sortir quelques baluchons, de vieux matelas et du mobilier de récupération - un canapé -, le tracto-pelle peut travailler sous le soleil et démolir méthodiquement ce pavillon squatté par des pauvres parmi les pauvres. D'abord, le toit, puis quelques murs, histoire de dissuader quelques mauvais aventuriers de sommeil précaire sans chauffage, surtout des enfants ...

Noisy, toute la journée, des citoyens s'alertent devant cette situation. Des citoyens saisissent tel adjoint au maire ... qui appelle le 115. Pas de place. Doucement, une petite chaîne de solidarité s'organise. Le DAL est prévenu. Tentera de trouver des tentes. Le Préfet est prévenu par fax par une conseillère régionale résidant à Neuilly sur Marne. Pas de réponse en début de soirée. La nuit va être froide dehors pour les deux ou trois bébés aperçus et la toute jeune femme enceinte.

Noisy, le 16 mars 2010, vers 20 heures, la solidarité s'accélère. Quelques voisins apportent, qui des couvertures, qui des bâches, qui de quoi manger ou qui des vêtements plus chaud.

Noisy, le 16 mars est en train de s'achever, encore quelques vêtements chauds. Le campement de bric et de broc est prêt. Deux feux se consument et réchauffe les familles. Les petits ont pu manger un peu, les grands un peu moins, c'est certain. Il faut dormir comme on pourra, il n'y aura pas de solution, cette nuit à Noisy le Grand. Pas de barnum qui aurait pu permettre d'être à l'abri en famille, il y en au moins deux, voire trois. Pas de lits de camps pour être isolé du sol, juste des cartons propres que des voisins ont pensé à donner...

La honte au coeur, les noiséens qui sont venus et ont essayé de témoigner d'une solidarité élémentaire, sont aussi partis dormir d'un sommeil cauchemardeux. Demain sera peut-être un autre jour, on ne sait jamais ?

Noisy, le 17 mars 2010, au matin et dans la journée, pas de changement, le campement - ce n'est pas du camping de vacances, soyez en certain - est toujours là. La solidarité se réveille, elle aussi. De quoi manger pour la journée, on tente de trouver des solutions temporaires. Des militants du Secours Populaire, alertés, organisent une distribution de produits de première nécessité. Peu de nouvelles de la mairie... Ah si, la police municipale est repassée et a demandé quelques informations aux familles ... Roms !

Noisy, le 17 mars 2010 au soir, pas de solutions, même provisoires, en vue. Visiblement, on fait dans le social dans notre ville. Malheur aux pauvres qui viennent sur notre territoire. Comme dans d'autres sans doute, mais il se trouve que c'est dans la notre !

C'était 24 heures à Noisy le Grand, du côté de la précarité et de l'Europe élargie !

On a le droit de voir rouge 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 23:17
NOISY LE GRAND, ce soir :

Inscrits : 33727
Votants : 12925
Blancs et nuls : 369
Exprimés : 12556 soit 38,32 %

ABSTENTION : 61,68 %

Resultats :

UMP :                         2535 votes soit  20,19%
LO :                               104 votes soit    0,83%
FN :                             1334 votes soit  10,62%
Europe Ecologie :   2229 votes soit  17,75%
Modem :                      521 votes soit    4,15%
Alliance écologiste:  195 votes soit    1,55%
Front de Gauche :      779 votes soit   6,20%
Chretien :                       76 votes soit    0,61%
PS:                              3786 votes soit  30,15%
Dupont Aignan:          409 votes soit    3,26%
NPA:                              505 votes soit    4,02%
Emergence:                  83 votes soit     0,66%


L'abstention a donc gagné par KO debout ...
Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 16:33
Encore une contribution au débat ...

Tribune_prevention_La_Gazette_16_11_09.jpg
Partager cet article
Repost0