Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Mieux que les images, de la bonne lecture ...
    Conseil municipal du jeudi 18 novembre 2021 En guise d'introduction , on remerciera Mme le Maire de nous avoir informé qu'elle était malade, depuis au moins deux jours, suite à l'injection de la 3ème dose du vaccin ARN messager qu'elle avait reçue probablement....
  • La rage et l'humanité ...
    Billet de blog 25 nov. 2021 À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires...
  • Chasse aux sorcières noiséennes ...
    Il a fait son boulot, il est sanctionné ! Décidément, il ne fait pas bon avoir le souci de la qualité du travail et du Service Public à Noisy-le-Grand ! Malgré de nombreuses alertes, une lettre ouverte à Madame le Maire le 21 septembre, une manifestation...
  • Mieux vaut tard que jamais ...
    Conseil municipal jeudi 7 octobre 2021 Propos liminaire : NSAGV ne s'est pas exprimé depuis plusieurs semaines publiquement. Et pourtant, entre l'application d'un pass sanitaire aux vertus qui restent à démontrer, une campagne de vaccination décriée,...
  • Lettre ouverte à Madame Le Maire de Noisy le Grand du 20 septembre 2021 du Syndicat CGT des Territoriaux
    Cliquez sur le lien ci dessous https://nsagv.ouvaton.org/wp-content/uploads/2021/10/Tract-Territoriaux.pdf

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 21:00

affiche 23 juin

Partager cet article
Repost0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 15:14
Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 13:46

Fronts bas, brodequins cloutés, haine et violence pour seul argument, voila l'ordre brun en marche ...

Résistance et solidarité, voila la bonne réponse !

communique_agression-clement-06062013.jpg

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 17:19

Incontestablement un homme d'expérience... mais pour autant un homme au parcours institutionnel certain... Par contre, sa présidence de l'Union Sociale de l'Habitat aura peut-être laissé des traces utiles !

Fera-t-on de l'ANRU autre chose que de l'ANRU, genre plus de démolition que de reconstruction ? En dehors du cadre budgétaire restreint, on attend de voir ...

 

On a le droit de voir rouge

Michel Delebarre nouveau président de l'Anru

Michel Delebarre, premier ministre de la Ville dans un gouvernement français en 1990 et 1991 (suivront André Laignel, puis Bernard Tapie en 1992), a été nommé président de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine, par décret du président de la République, en date du 21 mai 2013. Il succède à Gérard Hamel, maire (UMP) de Dreux, "atteint par la limite d'âge", souligne un communiqué de l'Anru.
Sénateur-maire (PS) de Dunkerque et président de la communauté urbaine de Dunkerque, Michel Delebarre est président de l'Association des communautés urbaines de France (Acuf) depuis novembre 2012 et président de la Mission opérationnelle transfrontalière, depuis mai 2008. Il a été président de l'Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) en 1997 et 1998 et président du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) entre 1998 et 2002. Il a également présidé le conseil régional Nord-Pas-de-Calais, de 1998 à 2001.
Géographe de formation, Michel Delebarre avait débuté sa carrière en 1968, en tant que secrétaire général adjoint du Comité d'expansion du Nord-Pas-de-Calais, et l'avait poursuivie auprès de Pierre Mauroy (au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, à la ville de Lille, à Matignon) avant d'être nommé, en 1984, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Par la suite, de 1988 à 1993, il aura encore été six fois ministre (Affaires sociales et Emploi en 1988, Transports et Mer en 1988-1989, Equipement, Logement, Transports et Mer en 1989-1990, Ville en 1990-1991, Ville et Aménagement du territoire en 1991-1992, Fonction publique et des Réformes administratives en 1992-1993).
Il a par ailleurs occupé le fauteuil de président de l'Union sociale pour l'habitat de 1999 à 2008 (dont il demeure président d'honneur) et est membre du conseil d'administration de l'Anru depuis 2004, année de création de l'agence.

 

Localtis info

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 16:47

Tract-appel-manifestation-regionale-25-mai.jpg

Partager cet article
Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 14:00

En direct du site de l'UFAL ...

 

Pour le lien, cliquez ici

 

L’ANI est aussi un coup contre la Sécu et une avancée vers l’américanisation de la santé !

Par Jean Mabuse

Lundi 6 mai 2013

L’article 1 de l’ANI (Accord national interprofessionnel) entend généraliser des régimes de complémentaire santé pour tous les salariés. Or, nous savons que seuls 26 % des salariés n’ont pas de complémentaires santé d’entreprise. 92 % de cette population avait déjà un contrat individuel.

Jusqu’à l’application de l’ANI, 100 % du salaire de ces personnes rentrait dans la base du calcul de leurs cotisations sociales (part salariale et part dite patronale). Or, avec la nouvelle loi, une partie de leur salaire sera consacrée au paiement de la complémentaire santé d’entreprise et ainsi la part patronale sera conformément à la loi Fillon exonérée de cotisations sociales. Il faut urgemment évaluer le manque de cotisations à la Sécurité sociale que cela induit. Les partisans de la marchandisation de la santé fourbissent déjà leurs nouveaux arguments alarmistes sur le fumeux trou de la Sécu que l’ANI n’aura de cesse que de renforcer.

Il y a par contre un acteur de la complémentaire santé qui n’envisage pas l’ANI avec enthousiasme. Il s’agit de la Mutualité Française. En effet, la part de salariés qui avait une complémentaire santé individuelle était souvent assurée dans des organismes ressortant du Code de la Mutualité. L’ANI aura pour effet de renforcer les organismes plus en phase avec les directions d’entreprises comme les assurances capitalistes et les institutions paritaires souvent dirigées par le patronat en alliance avec des syndicats minoritaires.

La Mutualité française s’est donc fendue d’une déclaration solennelle où elle demande que la proposition de loi Leroux soit très vite votée, c’est-à-dire qu’au lieu de défendre un modèle particulier basé sur la solidarité et un but non lucratif face à la marchandisation de la santé, la Mutualité entend être attractive dans la concurrence avec les organismes assureurs (assurances, bancassurances, mutuelles assurances, IP) en créant des réseaux de soins avec conventionnement (cahier des charges, pratiques thérapeutiques, tarifs) particuliers en dehors du conventionnement Sécurité Sociale ! Il est vrai que ces réseaux existent déjà de fait, mais la loi les renforcera.

Nous voilà vraiment arrivés au système américain dans lequel l’accès aux soins se fait par filaire. Il faut avoir la bonne carte du bon organisme assureur pour être soigné. La Mutualité Française montre ainsi, une fois de plus, son accompagnement du système qui pourtant la voit reculer chaque année.

Aux États-Unis, la protection sociale est une affaire privée assurantielle. Nombre d’organismes d’assurance furent jadis des mutuelles coopératives avant de devenir des compagnies d’assurance. Cette direction est prise en France l’ANI va accélérer le mouvement.

Raison de plus de résister et de militer avec l’UFAL pour le retour à une Sécurité sociale démocratique solidaire remboursant 100 % des soins utiles et nécessaires.

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 10:00

Le 1er mai ? C'est fait !

Le 5 mai ? C'est fait et bien fait !

Le 11 mai ? Cela va être bien fait !

 

NDL

Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 18:00

Des élus EELV, dont Eva Joly, Sergio Coronado, Francine Bavay et Julien Bayou, appellent à « une renaissance démocratique, sociale et écologiste de notre République » et à ne « pas laisser le monopole de l'action de rue » au Front de gauche. Critiquant la politique menée par François Hollande qu'ils ont contribué à faire élire, ils plaident pour un rééquilibrage des pouvoirs au profit du Parlement.


L’affaire Cahuzac est une affaire d'Etat. Elle a mis en lumière les liens étroits qui unissent depuis des années la haute finance, l’industrie et certains responsables politiques, autour des enjeux de pouvoir et d’argent.

Cette collusion ne tient pas du hasard. Depuis les années 80, sous prétexte de compétitivité économique internationale, les gouvernements successifs ont mis en œuvre des politiques publiques productivistes au service de la libéralisation, de la dérégulation de l'économie et de la mondialisation financière.

Ces politiques, dictées par les firmes multinationales et la finance, ont entraîné des dérives insoutenables. La mise sous tutelle du pouvoir politique par la dictature de l’argent roi nous conduit à subir une crise économique, sociale et morale sans précédent. Elle mène à la prédation sans fin des ressources naturelles, à l’exploitation de la main d’œuvre salariée, à l’individualisme forcené, à l’affaiblissement des solidarités et à la corruption.

Il ne s'agit pas d'une simple histoire de morale, c'est bien notre système politique et notre modèle de développement qui sont en cause. Au-delà d'un responsable politique qui a failli, c'est tout un mécanisme de reproduction des dominations sociales. En nous focalisant sur le mensonge d’un homme, nous ne faisons que protéger l’immoralité du système lui-même.

Pour en finir avec ce système, une renaissance de notre République ainsi qu'une réorientation de la politique actuelle passant par l’adoption d’une feuille de route pour la transition démocratique, sociale et écologique deviennent indispensables.

Il s'agit désormais de prendre des actes de rupture lisibles par l’opinion et de faire preuve d'un réel volontarisme pour transformer en profondeur notre pays. Dans l’immédiat, nous souhaitons que soient réellement mises en œuvre les propositions du président de la République concernant l’interdiction pour les banques françaises comme pour les entreprises multinationales de disposer de fonds dans les paradis fiscaux, une vraie séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires, que la France demande à ce que l'Europe oblige l'ensemble des établissements financiers de la planète à transmettre les informations sur leurs comptes. Nous souhaitons que François Hollande se souvienne vraiment que « [son] adversaire, c’est la finance », et qu'il a promis de rétablir la justice sociale.

Le sursaut démocratique que nous connaissons aujourd'hui doit aussi nous conduire à remettre en cause la Ve République, à bout de souffle plus de cinquante ans après son avènement. Les écologistes plaident pour une véritable démocratie participative et un rééquilibrage des pouvoirs au profit du Parlement qui a été dépossédé de la plupart de ses prérogatives par un pouvoir exécutif concentré autour de la seule présidence de la République. Nous sommes pour une Constituante européenne, seule à même de répondre également au déficit démocratique qui gangrène l'Union européenne, et à laquelle nous ne pouvons répondre que par plus et mieux d'Europe.

Nous avons, en tant qu’écologistes, contribué à la victoire du 6 mai de François Hollande et à la victoire aux législatives de juin 2012. Mais nous ne voulons pas que, comme en 1981, comme en 1997, la gauche au pouvoir finisse par perdre les élections parce qu’elle a fait le contraire de ce qu’attendaient ses électeurs. Parce qu’elle a appliqué les recettes de l’austérité et de la précarité à coups de chocs budgétaires (TSCG et réduction des dépenses publiques), de crédits d’impôts (CICE) et de chocs sociaux (ANI et flexibilisation du contrat de travail). Parce qu’elle a failli sur le plan éthique, parce qu’elle n’a remis en cause ni le nucléaire ni les grands projets inutiles comme Notre-Dame-des-Landes, parce qu’elle a renoncé à ses promesses sur le droit de vote des étrangers, le contrôle au faciès ou la rupture avec la Françafrique. Parce qu'enfin, elle refuse d'adopter une loi d'amnistie dans un moment où l'apaisement et la réconciliation entre les Français sont une urgence absolue.

En tant que membres d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), en tant qu’écologistes, nous ne voulons pas cette fois attendre la fin du quinquennat pour tirer le bilan de notre participation au gouvernement. Nous voulons aider nos élu-e-s et nos ministres à construire un nouveau rapport de force au sein des institutions, en s’appuyant sur une société mobilisée.

Nous, écologistes, n'avons pas d'adversaires à gauche mais voulons résolument peser pour une refondation des politiques menées par la majorité issue des élections de 2012.

C’est pour dire cela que nous serons présents dans la rue le 5 mai, en tant qu’écologistes, aux côtés d’autres forces de gauche, de la Bastille à la Nation, pour ne pas laisser le monopole de l'action de rue à une seule composante de la gauche, pour maintenir les passerelles entre toutes les gauches. Si nous pouvons diverger sur leurs objectifs, leurs méthodes, voire leur style, nous partageons en l’occurrence la même préoccupation ; nous refusons que la déception et la colère des citoyens soient canalisées par Marine Le Pen et la droite extrême.

Il faut maintenant que la gauche de gouvernement prenne ses responsabilités. Nous ne voulons ni d’un Mai 68 à l’envers comme le prônent Copé, Guaino et Boutin, ni d’un nouveau mai 2002. Une partie de la droite mime le 6 février 1934 et appelle à descendre dans la rue contre le mariage pour tous le 5 mai. Nous ne laisserons pas la rue aux homophobes, aux racistes, sexistes, fascistes et à la droite extrême. Le 5 mai, nous défendrons aussi les institutions républicaines menacées par les nostalgiques de Pétain et de l’OAS.

La gauche et l’écologie ont besoin d’un sursaut démocratique, et nous vous invitons à y contribuer. C’est comme militants EELV que nous serons présents dans la rue le 5 mai pour porter notre projet et parole écologiste et nous invitons toutes celles et ceux qui se retrouvent dans cette démarche unitaire contre la droite extrême et le FN à nous rejoindre.

Premiers signataires :

Eva Joly, députée européenne
Sergio Coronado, député, conseiller fédéral EELV
Francine Bavay, conseillère régionale et conseillère fédérale EELV
Jérôme Gleizes, membre du bureau exécutif d'EELV
Annie Lahmer, conseillère fédérale EELV
Julien Bayou, conseiller régional Ile-de-France
Françoise Alamartine, membre du bureau exécutif d'EELV

Ont déjà signé :

Alain Coulombel, conseiller régional Rhône-Alpes
Zine-Eddine Mjati, membre du conseil politique régional des Français de l'étranger et candidat aux législatives 2002
Eric Bélistan, EELV Nice
Véronique Dubarry, adjointe au maire de Paris
Laurent Bussière Saint-André, EELV
Claude Vilain, Paris
Magali Deval, Bretagne, conseillère fédérale
Pierre-Yves Jourdain, Paris
Marie Toussaint, conseillère fédérale, membre du conseil d'orientation politique, Paris
Patrick Farbiaz, membre du conseil fédéral et du conseil d'orientation politique, Paris
Marie Aoustin, conseillère fédérale, Paris
Hicham Fassi-Fihri, Paris
Vincent Madeline, Paris
Mathieu Béchu, Strasbourg
Bruno Nicostrate, Bruxelles
Bernard Chappellier, conseiller municipal du Kremlin-Bicêtre, membre du conseil politique régional Ile-de-France et du bureau exécutif du Val-de-Marne
Aurélien Danvert, Lille
Ricardo Coronado,  Bondy
Kevin Puisieux, Lille
Corine Faugeron, adjointe au maire de Paris 4e
Silvain Pastor, Languedoc-Roussillon
Annette Rimbert, Nord-Pas-de-Calais
Abdessalam Kleiche, Paris
Laure Leforestier, Conseillère régionale Haute-Normandie
Frédéric Supiot, Conseiller Fédéral EELV
Chantal Dhoukar, Conseillère fédérale EELV, Conseillère régionale Bourgogne
Jean-Marc Tagliaferri, Conseiller fédéral EELV, La Réunion
Michèle Vigne, CPR Midi-Pyrennées
Stéphane Levy, Hauts-de-Seine
Martine Landry, Franche-Comté
Alexis Réjasse, Bourgogne
Yannick Lavenne, Conseiller fédéral EELV, Nord-Pas-de-Calais
Olivier Perney, EELV
Christine Perney, EELV
Pierre Lucot, Conseiller fédéral EELV, Île-de-France
Pascal Branchu, Rennes
Fanou Mena, Tarn
Pierre Christophe, Conseiller fédéral EELV
Annick Clairin, CPR Midi-Pyrennées
Sebastien Lecoeur, Conseiller municipal EELV Bièvre Valloire
Jean-François Schneider, EELV Isère Trièves
Guy Papelier, EELV Savigny-sur-Orge
Jacques Minnaert, Conseiller fédéral EELV

La liste des signataires a été actualisée mercredi 1er mai à 11H30.

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 10:00

Tract_FASE_5mai_Page_1.jpg

Tract_FASE_5mai_Page_2.jpg

Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 19:00

 

2-tractA5-5maiHD_Page_1.jpg

2-tractA5-5maiHD Page 2

Partager cet article
Repost0