Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Qu'on se le dise ...
    Et oui, « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! » n'est pas une coquille vide et existe bel et bien, même par ces mauvais temps de pass sanitaire et de virus mutant ! Remarquez, depuis 2008, on se serait aperçu du contraire, non ? Alors, on a pensé qu'il...
  • On vous souhaite un très bon été ...
    SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 8 JUILLET 2021 NOTRE PRÉAMBULE : La triste séquence électorale est terminée. Rien de joyeux, en effet, de devoir constater une abstention massive qui en dit long sur l'état du fonctionnement démocratique de notre pays,...
  • Tout ça pour ça ...
    70,45 % des électeurs et des électrices n'ont pas validé la seconde séquence électorale des régionales à Noisy-le-Grand et c'est le total de l'abstention, des bulletins nuls et blancs … 71,01% des électeurs et des électrices ont fait de même pour le second...
  • Il faut voter ...
    DÉCLARATION Second tour des élections régionales et départementales du 27 juin 2021 Canton de Noisy-le-Grand / Gournay-sur-Marne Pas de vainqueurs et une perdante (provisoire) … La Démocratie ! 74,70% d'abstentions, de blancs et de nuls pour le premier...
  • Absents mais toujours présents ...
    Après plusieurs semaines de campagne électorale dans les conditions que nous connaissons toutes et tous, le 1er tour des deux élections régionales et départementales se tiendra ce dimanche 20 juin ... Bien que ne participant pas au scrutin départemental...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 12:00

Dix contrevérités sur les retraites

 

1) L’âge moyen de départ à la retraite est de 61,5 ans, reculer l’âge légal de départ à la retraite ne changerait donc rien.

 

L’âge moyen de « départ à la retraite » est celui auquel on fait valoir son droit à pension. Ce qui est important, c’est l’âge de cessation d’activité. L’âge moyen de cessation d’activité est de 58,8 ans, et six salariés sur dix sont hors emploi (chômage, invalidité, inactivité ou dispense de recherche d’emploi) au moment de liquider leur retraite. Très souvent, les salariés ayant eu une carrière courte et/ou heurtée, en particulier les femmes, liquident leur retraite à 65 ans pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein sans décote, alors même qu’ils sont déjà hors du marché du travail. Reporter l’âge légal de la retraite au-delà de 60 ans aurait une double conséquence : les systèmes de chômage ou de préretraites vont devoir financer en plus ce que les systèmes de retraite financeront en moins, et en parallèle, la période hors emploi avant l’âge de départ en retraite s’allongera pour beaucoup, avec des ressources dérisoires ou nulles.

L’âge du taux plein (65 ans) sera repoussé d’autant, signifiant qu’une proportion croissante de salarié-es devra reculer son départ pour atteindre la nouvelle borne ou bien avoir une pension amputée par la décote.

 

2) L’espérance de vie augmente, c’est normal de travailler plus longtemps.

 

       L’augmentation de l’espérance de vie n’est pas nouvelle, elle n’a pas empêché que le temps passé au travail dans une vie baisse en parallèle. De plus, l’espérance de vie « en bonne santé », c’est-à-dire sans incapacité, est beaucoup plus faible que l’espérance de vie. Tout départ en retraite tardif obère de façon non négligeable le temps dont les salariés disposent pour jouir réellement de leur retraite. Enfin, les jeunes entrent de plus en plus tard dans la vie active et de nombreux salariés, dont une majorité de femmes, ont des carrières discontinues et n’arrivent déjà pas à réunir le nombre d’annuités demandé, alors même que les entreprises se débarrassent des salariés âgés. L'augmentation de la durée de cotisation ou le report de l’âge légal de départ à la retraite aurait donc des conséquences importantes lors de la liquidation de la retraite et se traduirait en pratique par une pension réduite pour le plus grand nombre.

 

3) Les jeunes ne pourront pas financer les pensions des futurs retraités, il faut donc que ces derniers travaillent plus longtemps.

 

       Pour que les jeunes puissent payer les pensions des retraités, il faut qu’ils ne soient pas au chômage et donc que les salariés âgés laissent leur place sur le marché du travail aux nouvelles générations. Décaler l'âge de départ à la retraite revient à préférer entretenir le chômage des jeunes plutôt que de payer des retraites. La retraite par répartition repose sur un contrat implicite : la génération qui travaille prend en charge part à la retraite bénéficie à la génération suivante et cette dernière prend à sa charge la génération en formation, et celle partie à la retraite. Ainsi chaque génération monte sur les épaules de la précédente et la création de richesse est partagée entre actifs et retraités. C’est ce contrat intergénérationnel que le gouvernement et le patronat tentent de détruire en voulant faire travailler plus longtemps les générations les plus jeunes.

 

4) Le système par répartition ne sera plus capable de garantir des pensions décentes aux jeunes générations, celles-ci doivent donc d'ores et déjà se prémunir en se constituant un supplément de retraite par une épargne privée.

 

         Si on estime possible de compléter les cotisations pour le système public par répartition par des versements dans une épargne privée, qu’est-ce qui empêche alors d’augmenter les cotisations et de garantir une meilleure retraite grâce au système par répartition ?

 

 

5) Les fonctionnaires sont des privilégiés

 

         Le niveau des retraites est équivalent dans le secteur privé et dans la fonction publique : en moyenne 1625 euros par mois dans le privé, 1593 euros dans la fonction publique. Le mode de calcul de la retraite est différent dans le privé et dans le public, mais cela aboutit à un résultat similaire. Dans le secteur privé, elle est calculée sur les 25 meilleures années et les primes sont prises en compte. Dans le public, c’est le salaire des 6 derniers mois, mais les primes ne sont pas prises en compte et la retraite complémentaire n’est pas de même niveau que dans le secteur privé.

 

6) Il y aura trop de retraités et pas assez d’actifs

 

         Les projections démographiques ne sont pas des vérités scientifiques et sont basées sur des hypothèses concernant plusieurs paramètres (fécondité, chômage, taux d’activité des hommes et des femmes, etc.). Déjà, depuis quelques années, les projections ont beaucoup varié. Ainsi, à la fin des années 1990, tous les rapports officiels prévoyaient un effondrement de la natalité. Il n’en a rien été. Jusqu’à récemment, les mêmes rapports prévoyaient un effondrement de la population active dans le futur. Les dernières prévisions de l’Insee font maintenant apparaître une augmentation de la population active jusqu’en 2015 puis une stabilisation par la suite. En outre, les hypothèses retenues sur la population active sont très pessimistes, pour ne pas dire régressives : rien ne justifie en effet de projeter, dans la tranche de 25 à 45 ans, un taux d’emploi des femmes inférieur de 15 points à celui des hommes si ce n’est renoncer définitivement à toute politique visant l’égalité entre les femmes et les hommes. De fortes marges de manœuvre existent pourtant dans ce domaine, et un niveau d’emploi égal entre hommes et femmes signifie qu’on retrouverait le même ratio retraités/actifs qu’en 1970, donc sans aucune dégradation.

 

7) On ne pourra pas financer les retraites

 

       À moins de décréter la paupérisation des retraité-es, il est normal de couvrir les besoins sociaux liés à l’augmentation de leur part dans la population par un accroissement des prélèvements sur la richesse produite. Les déficits des caisses de retraite sont essentiellement dus au refus obstiné de le faire. Pourtant, le besoin supplémentaire de financement nécessaire aux retraites est réalisable puisqu’il a été chiffré en 2007 par le COR entre 1 et 2 points de PIB jusqu’en 2050, à comparer avec la chute de la part de la masse salariale de 8 points au cours des dernières décennies et avec l’explosion correspondante des dividendes, qui sont passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2007. Il est donc juste d’augmenter la part des salaires et des pensions dans la richesse produite en s’attaquant aux profits. Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité.

 

8) La solution pour financer les retraites qui consiste à augmenter les cotisations patronales serait néfaste à la compétitivité des entreprises.

 

Différents scénarios ont été étudiés, avec l’hypothèse sur laquelle travaille le COR d’un gain de productivité de 1,5% par an. Un de ces scénarios établit qu’il est tout à fait possible de garantir à la fois le maintien du taux de remplacement (retraite moyenne/salaire moyen) et une progression identique du pouvoir d’achat des retraités et des salariés (de 1, 2%/an, soit une progression un peu moindre que celle de la productivité) par une augmentation de 6 points des cotisations patronales entre 2009 et 2050 : cette augmentation n’aurait aucun effet sur la sacro-sainte compétitivité des entreprises, puisque ce scénario est fait en prenant l’hypothèse du maintien à son niveau actuel de la part de la masse salariale (salaires et cotisations) dans la valeur ajoutée, donc sans impact sur les coûts.

 

Ce scénario, même s’il n’est pas le plus favorable aux salarié-es et retraité-es puisqu’il suppose que la part de la masse salariale reste à son niveau actuel qui est historiquement bas, rend totalement inopérant le seul argument du Medef contre l’augmentation des cotisations. Un scénario plus favorable aux salariés et retraités est celui qui permet que la part de la masse salariale augmente en rognant sur les dividendes, ce qui laisse inchangé le coût du travail.

 

9) Pour financer les retraites, il faut une croissance productiviste

      

       Fonder le financement des retraites sur le partage des gains de productivité ne signifie pas que l’on mise sur une croissance économique forte. Quels que soient les gains de productivité futurs, ils devront être partagés entre le niveau de vie de tous, actifs comme retraités, la satisfaction de nouveaux besoins sociaux et la diminution du temps de travail.

 

10) Les dispositifs familiaux dont bénéficient les femmes sont contraires à l’égalité entre les hommes et les femmes.

 

Ce sont très majoritairement les femmes qui prennent en charge les enfants et la gestion du foyer. De ce fait, elles sont pénalisées dans leur carrière, elles s’interrompent ou travaillent à temps partiel. Même en intégrant ces dispositifs familiaux, leur retraite est en moyenne inférieure de 40 % à celles des hommes. Ils sont donc encore aujourd'hui essentiels pour réduire les inégalités de pension entre femmes et hommes. Pourtant, le droit communautaire européen remet ponctuellement en cause l’existence de tels dispositifs. C’est une incohérence, puisqu’il reconnaît par ailleurs la notion de discrimination indirecte,  c'est-à-dire la légitimité à donner un avantage particulier dès lors que celui-ci permet de réduire des inégalités sociales ou de sexe. Il est impossible de se réclamer du principe d’égalité pour augmenter les inégalités.

 

ATTAC- Fondation Copernic

Partager cet article
Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 12:00

bandeau-5.jpg

 

Le projet de loi sur l'immigration, transposant en droit français trois directives européennes dont la Directive Retour, dite « Directive de la Honte » vient d'être présenté au Conseil des Ministres. La Cimade s'inquiète du durcissement du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit des réfugiés

Quelques clés pour mieux comprendre le projet de loi "relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité"

Qu’entend-on par « peine de bannissement » ?

Ce projet de loi prévoit  une nouvelle peine pour les étrangers arrêtés en situation irrégulière : une interdiction de retour sur le territoire français pour une durée de deux ans à cinq ans. Cette « peine de bannissement » sera prononcée par les préfectures de manière discrétionnaire.

Cette véritable double peine se veut dissuasive, le but étant d’empêcher le retour des personnes sans titre de séjour. En effet, aujourd’hui, de nombreuses personnes expulsées ont le droit de revenir sur le sol français légalement avec un visa et demander un titre de séjour.  Ce sont des conjoints de français, des parents d’enfants français, des demandeurs d’asile déboutés menacés de nouvelles persécutions dans le pays où ils ont été renvoyés, des hommes et des femmes qui ont construit leur vie en France.  Que pèse une telle interdiction face au besoin vital de rejoindre sa famille ou d’échapper à des persécutions ? Comment accepter de prendre le risque de refouler d’éventuels demandeurs d’asile sans examiner leur situation ? Cette interdiction ne fera que créer des situations aussi kafkaïennes que dramatiques en poussant les personnes vers la clandestinité et le recours aux filières de passeurs. 

La loi prévoit déjà depuis plus de 40 ans une mesure judiciaire d’interdiction du territoire français. Touchant plusieurs milliers d’étrangers par an, malgré une réforme en 2003 à l’initiative de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, afin d’en limiter les effets, cette mesure montre son inefficacité, rappelée par de nombreux rapports publics, et son impact désastreux pour les personnes migrantes et leur famille. Avec cette nouvelle mesure administrative, la double peine revient en force, sans limites …

La durée de rétention ne reste-elle pas la plus courte d’Europe ?

Ce projet de loi allonge la durée maximale de rétention de 32 à 45 jours. Malgré cela, il est vrai,  la France garde la durée de rétention la plus courte d’Europe.

Mais 45 jours de privation de liberté pour un étranger qui n'a commis aucun délit c'est beaucoup trop long. La transposition de la Directive Retour, qui autorise une durée de rétention maximale de 18 mois, n’oblige en aucun cas la France à s’aligner sur les normes des pays européens les moins respectueux en matière de droits des étrangers.
 
Le ministre de l’Immigration assène qu’allonger la durée de rétention est nécessaire pour  mettre en œuvre les mesures d’éloignement, en donnant plus de temps aux consulats des pays de renvoi pour délivrer les laissez-passer nécessaires.  Aujourd’hui près d’un tiers des échecs de reconduite à la frontière est dû à la non obtention de ces laissez passer. Or augmenter la durée de rétention n'y changera rien. Actuellement, selon le Comité interministériel de contrôle de l’immigration la durée moyenne de rétention est de 10 jours et demi. De plus, l'immense majorité des expulsions se réalise lors des 17 premiers jours, c'est-à-dire lors de la première période de prolongation de la rétention. Selon le rapport 2008 de la Cimade sur la rétention, 89 % des personnes présentées à l'embarquement n'ont pas comparu pour la deuxième fois devant le Juge des Libertés et de la Détention, c'est-à-dire qu’il n’a pas été nécessaire de prolonger leur rétention de 15 jours supplémentaires pour obtenir les laissez-passer nécessaires.

Les préfectures n'ont donc pas besoin de plus de 17 jours pour rendre effectif l'éloignement. Au lieu d’augmenter le taux de reconduite à la frontière, comme il est souhaité dans ce projet, l’allongement de la durée de rétention s’apparente donc à une simple mesure répressive contre les étrangers. La rétention change de nature pour devenir une véritable sanction. En effet les textes précisent bien qu'un étranger ne peut être placé en rétention «que pour le temps strictement nécessaire à son départ ». Augmenter la durée de rétention ressemble bien plus  à une mesure de mise à l'écart qu'à une mesure d'efficacité.

Par ailleurs, ce projet de loi développe d’autres formes de mise à l’écart, non pas pour en faire des alternatives à l’enfermement mais pour mieux contrôler les populations migrantes, ainsi l’assignation à résidence des étrangers sous le coup d’une mesure d’éloignement qui n’aurait pu être mise en œuvre faute de laissez-passer, assignation à résidence qui peut durer jusqu’à 6 mois. Celle-ci pourra se généraliser, à domicile, dans les lieux d’hébergement, enfermant les personnes dans une « non-existence » légalisée.

Enfin on peut rappeler que lors de l’adoption de la Directive Retour, le ministre de l’Immigration d’alors, Brice Hortefeux, s’était engagé à ne pas modifier la durée de rétention en France

Combattre le « pointillisme procédural » ?

L’arrestation, la garde à vue puis le placement en rétention d’étrangers faisant l’objet d’une mesure d’éloignement sont encadrés juridiquement pour garantir le respect des droits des personnes arrêtées. Aujourd’hui, un tiers des échecs de reconduites à la frontières est dû à des illégalités de procédure. Car du fait de la politique du chiffre, les arrestations des étrangers sous le coup d’une mesure d’éloignement se multiplient et sont bien souvent entachées de nombreuses irrégularités.  Les droits des étrangers arrêtés trop fréquemment bafoués. Lorsqu’ils observent de telles irrégularités, les juges des libertés et de la détention décident de libérer les étrangers arrêtés. Mais il ne s’agit pas de simples vices de forme, d’une virgule mal placée ou d’un mot mal prononcé. Il s’agit du respect des droits les plus fondamentaux des personnes retenues. Les procédures et le contrôle judiciaire sont les seuls moyens que nous ayons pour garantir l'effectivité des droits de tous, étrangers ou non.

Or ce projet de loi prévoit que les irrégularités de procédures ne puissent plus être soulevées que de manière très restrictive. D’abord, les étrangers arrêtés ne seront informés de leurs droits que « dans les meilleurs délais possibles » après notification de leur rétention. Les retenus ne pourront faire valoir leurs droits (droit à un avocat, à un interprète etc.) qu’une fois arrivés au centre de rétention. Aucun droit ne leur serait donc garanti durant le trajet entre la garde à vue et l'arrivée au centre de rétention.

Surtout, un étranger retenu sera privé de liberté durant cinq jours, sur décision administrative, avant que le préfet ne saisisse le juge des libertés et de la détention, le seul pourtant garant de la liberté individuelle. Selon le ministre, cela laissera le temps au juge administratif de statuer sur le « fond » de la mesure d’éloignement. Cet allongement de la durée de privation de liberté sans contrôle judiciaire laisse surtout plus de temps à l’administration pour organiser les expulsions avant même qu'un juge ne se prononce sur la légalité de la procédure suivie.

De plus, la complexité et la multiplicité des mesures qui peuvent être prises à l’encontre des étrangers retenus les empêcheront vraisemblablement de faire valoir leurs droits. Selon les mesures dont ils feraient l’objet, ils pourraient contester  devant le juge administratif cinq à six actes administratifs dans un seul recours à faire dans un délai de 48h ! Comment un étranger non francophone pourra-t-il exercer ses droits, dont on ne l’informe que « dès que possible », dans un tel labyrinthe juridique ?

Qu’est ce qu’une zone d’attente spéciale ?

Aujourd’hui les zones d’attentes sont délimitées précisément à proximité des lieux de débarquements : ports, aéroports... Dans ces zones les étrangers qui ne présentent pas les conditions d’entrée sur le territoire français sont retenus le temps de les renvoyer vers le pays dont ils proviennent ou le temps de l’examen de leur situation, notamment celle des demandeurs d’asile. Privés de liberté, leurs droits sont extrêmement restreints.

Ce projet de loi prévoit de faire de ce régime d’exception un principe en permettant à l’administration de créer une zone d’attente du lieu de découverte d’un groupe d’étrangers, qui manifestement vient d’entrer sur le territoire français, jusqu’au poste frontière le plus proche. L’administration peut donc rendre très élastique la délimitation de la zone d’attente. Cette mesure est présentée comme une réponse adéquate aux situations exceptionnelles comme celle de l’arrivée de demandeurs d’asile kurdes sur une plage de Corse en janvier 2010. Pourtant, il existait alors différentes façons d’accueillir ces demandeurs d’asile et d’examiner leur demande sans pour autant créer une zone d’attente spéciale (la préfecture pouvait tout à fait admettre provisoirement au séjour ces demandeurs d’asile kurdes pour leur permettre de déposer leur demande d’asile). En réalité cette mesure n’a d’autre but que d’empêcher les personnes de faire valoir normalement leurs droits et contourner la justice qui, dans l’affaire des Kurdes arrivés en Corse, a d’ailleurs ordonné la libération de toutes les personnes et l’annulation de tous les arrêtés de reconduite à la frontière qui avaient été pris à leur encontre.

Les sanctions aux employeurs qui embauchent des travailleurs sans-papiers ne vont-elles pas permettre de mettre fin à leur exploitation ?

Ce projet de loi  prévoit en effet de plus lourdes sanctions administratives et judiciaires contre les entreprises employant des travailleurs sans-papiers, et plus précisément contre les maîtres d’ouvrage. Mais en ne précisant que les nouvelles sanctions contre les employeurs,  ce projet élude complètement la question de la régularisation par le travail.
Que va-t-il se passer effectivement pour tous les travailleurs sans-papiers qui sont en France, y travaillent et cotisent depuis des années ? Rien n’est dit à leur sujet. Aucune proposition n’est faite pour leur permettre, en les régularisant, d’accéder aux mêmes droits que les autres salariés. Or la meilleure façon de lutter contre le travail clandestin c’est de permettre aux travailleurs eux-mêmes de faire valoir leurs droits, sans crainte d’être arrêtés et expulsés.
 
Que dit ce projet de loi sur le délit de solidarité ?

Depuis quelques années, des citoyens sont poursuivis en France pour avoir aidé des étrangers en situation irrégulière, pour délit de solidarité, comme l’illustre le film Welcome. Depuis 2008, les associations engagées auprès des étrangers en situation précaire demandent la modification de l’article L. 622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA), qui prévoit jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende pour aide au séjour irrégulier.

Or la modification proposée par le nouveau projet est minime car elle prévoit une immunité que pour celui qui «sauvegarde la personne d’un étranger ». Ce n’est pas seulement l’action humanitaire qui doit être prise en compte dans cette immunité mais également le travail d’accompagnement social et juridique en vue de l’autonomie.

Avec ce projet, les personnes qui aident et accompagnent les migrants pourront toujours être poursuivies. 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 21:00

Faire entendre les exigences citoyennes
sur les retraites

 

Le gouvernement français s’apprête à engager une nouvelle réforme qui risque de porter un coup fatal au système de retraite par répartition en jurant une fois de plus que c’est pour le sauver. Le bilan des réformes menées depuis 1993 est déjà catastrophique car toutes les dispositions prises (calcul sur les 25 meilleures années, indexation sur les prix et non plus sur les salaires des actifs, allongement de la durée de cotisation sous peine de décote…) ont déjà fait baisser le niveau des pensions d’environ 20 %.  Elles ont aggravé les inégalités déjà fortes entre les pensions des hommes et des femmes. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) prévoit que le taux de remplacement moyen – niveau de la retraite par rapport au salaire, passerait de 72 % en 2007 à 59 % en 2050. Cette dégradation continuera donc de frapper les actuels retraités et touchera également les générations suivantes.


Malgré ce bilan désastreux, le gouvernement veut aller encore plus loin en supprimant l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans en le portant à 62, voire 65 ou 67 ans, comme le demande le Medef, et en remettant en cause le calcul sur les six derniers mois d’activité des retraites du secteur public. Jumelées avec un nouvel allongement de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein, ces mesures condamneraient à la pauvreté la plupart des futurs retraités, surtout les femmes et tous ceux et celles qui ont connu et connaîtront des périodes de chômage et de précarité importantes. Ce sont les salarié-es les plus jeunes qui subiraient les effets cumulés de ces orientations au moment de partir à la retraite.


Le gouvernement et le patronat persistent à vouloir durcir les conditions de départ en retraite alors même que les entreprises continuent de se débarrasser des salariés âgés avant qu’ils aient acquis la totalité de leurs droits. Exiger que les salariés travaillent et cotisent plus longtemps, alors que l’âge moyen de cessation d’activité est de 59 ans, ne vise qu’à baisser le niveau des pensions. De plus, cette logique remet en cause la solidarité intergénérationnelle. Il n’y a aucun sens à augmenter l’âge de la retraite alors que le chômage de masse sévit pour les jeunes. Au lieu de voir dans la retraite par répartition une transmission perpétuelle et solidaire de la prise en charge d’une génération par la suivante, le gouvernement et le patronat, afin d’attiser la division, la stigmatisent comme un fardeau pour la seule génération à venir.


Le danger ne s’arrête pas là. Le COR dessine les contours d’une réforme pour remplacer notre système par un autre « par points » ou « par comptes notionnels ». Dans les deux cas, il s’agirait de ne plus avoir à assurer un taux de remplacement du salaire défini à l’avance et de faire de la variation du niveau des pensions le moyen d’équilibre financier des régimes. Cela aggraverait encore la baisse du niveau des pensions et contraindrait les salariés, particulièrement les salarié-es pauvres et effectuant les travaux pénibles, à travailler toujours plus longtemps.

La vraie raison des mesures qui s’annoncent n’est pas liée à la démographie. La crise financière a provoqué une récession et donc une flambée des déficits publics. Les États continuent benoîtement à financer leurs déficits en empruntant sur ces mêmes marchés financiers qui ont provoqué la crise. Réduire ces déficits pourrait se faire par une taxation du capital. Mais les spéculateurs refusent évidemment cette solution, demandent que les États donnent des gages et exigent une réduction des dépenses publiques.


Une alternative à cette régression sociale existe pourtant. A moins de décréter la paupérisation des retraité-es, il est normal de couvrir les besoins sociaux liés à l’augmentation de leur part dans la population par un accroissement des prélèvements sur la richesse produite. Les déficits des caisses de retraite sont essentiellement dus au refus obstiné de le faire. Pourtant, le besoin supplémentaire de financement nécessaire aux retraites est réalisable puisqu’il a été chiffré en 2007 par le COR entre 1 et 2 points de PIB jusqu’en 2050, à comparer avec la chute de la part de la masse salariale de 8 points au cours des dernières décennies et avec l’explosion correspondante des dividendes, qui sont passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2007. Il est donc juste d’augmenter la part des salaires et des pensions dans la richesse produite en s’attaquant aux profits. Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité.


La question des retraites pose celle de la société dans laquelle nous voulons vivre. Nous ne pouvons accepter la paupérisation programmée des futurs retraité-es, l’idéologie absurde du « travailler toujours plus » et la destruction des solidarités sociales. Nous souhaitons contribuer à une vaste mobilisation citoyenne (réunions publiques, appels locaux…) pour stopper cet engrenage.


Cliquez sur ce lien, signez, c'est pour votre bien

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 16:25

Article publié dans la lettre quotidienne de l'AMF "Maire info".

 

En cinq ans, le programme national de rénovation urbaine (PNRU) n’a pas atteint tous les objectifs fixés.

 

Cinq après le lancement du Programme national de rénovation urbaine (PNRU), qui concerne 460 quartiers défavorisés et trois millions d’habitants, la mixité sociale peine à s’imposer dans les quartiers défavorisés, selon un rapport publié vendredi par le Comité d’évaluation et de suivi de l’Agence nationale de rénovation urbaine (CES/ANRU).

 

Les objectifs quantitatifs du PNRU ont été atteints à 70% puisque les quartiers «ont changé sur tous les aspects urbains», mais leur peuplement est un «échec réel», conclut le rapport. «Les objectifs ambitieux de la mixité sociale ont souvent dû être revus à la baisse, bien que la diversification de l’habitat constitue un progrès», pointe le texte présenté par Yazid Sabeg, président du CES/ANRU et commissaire à la diversité.

 

Le CES/ANRU a réalisé une évaluation «transversale» dans dix sites «emblématiques». Il s’agit notamment du plateau de Clichy-Montfermeil (Seine-Saint-Denis) - point de départ des émeutes de novembre 2005 -, du Val d’Argent à Argenteuil (Val-d’Oise), des quartiers nord du Havre (Seine-Maritime) ou de Lyon-La Duchère (Rhône).

 

Résultat: plus de 80% des logements reconstitués relèvent de l’habitat collectif là où il aurait fallu «diversifier la morphologie urbaine» (immeubles bas à l’architecture différente des barres) et les statuts (locations libres, accession à la propriété).

 

Dans 70% des cas, les habitants concernés par les démolitions sont relogés dans leur quartier d’origine quand il aurait fallu reconstruire des logements sociaux ailleurs, regrette Yazid Sabeg. Il aurait aussi fallu construire des logements non sociaux sur les sites libérés afin d’y attirer des ménages à statut socio-économique différent.

 

Du coup, il n’y a pas de «brassage des populations», selon M. Sabeg. La mise en œuvre du droit au logement opposable (Dalo) a contribué à cette situation puisque les bénéficiaires sont «systématiquement relogés dans les quartiers».

 

Par ailleurs, note le rapport, «le transport urbain et le développement économique local ont été largement déconnectés de la rénovation des quartiers, faute d’une gouvernance globale qui intègre de façon cohérente et coordonnée les diverses problématiques de la politique de la ville».

 

Dans l’enseignement, les interventions n’ont consisté le plus souvent qu’à réhabiliter des infrastructures dégradées et non à créer de l’attractivité. La sectorisation scolaire n’a pas favorisé la mixité sociale. Les phénomènes d’évitement qui explosaient au collège se sont accentués avec l’assouplissement de la carte scolaire.

 

Au moment où le PNRU 2 (2010-2014) est engagé, M. Sabeg demande que «la rénovation urbaine ne soit pas un prétexte pour éloigner les populations dans le but de changer la sociologie» des centres villes. (Avec AFP).

 

Le rapport : Rapport 2009 CES ANRU La-renovation urbaine a lepreuve des Rapport 2009 CES ANRU La-renovation urbaine a lepreuve des

 


Partager cet article
Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 18:32

Un petite suite du conseil municipal du ...1er avril dernier ?

 

C'est parti !

 

A la suite de la déclaration des élus de "Noisy Solidaire, A gauche vraiment !" sur le budget 2010, il s'est trouvé un adjoint au maire, et pas le dernier puisqu'il s'agissait du premier ... chargé des finances  - finances qu'il explique bien d'ailleurs - à s'étrangler d'indignation après que les mêmes élus aient fait remarquer que certaines collectivités locales envisageaient de présenter un budget en déséquilibre pour stigmatiser publiquement l'action néfaste du gouvernement.

 

Il nous a même semblé entendre qu'il s'agissait de comportement irresponsable ! Bigre, le pôvre Bartolone ne sait pas où il a mis les pieds, même ses amis , certains aussi fabiusiens que lui, d'ailleurs, le critiquaient par avance.

 

Irresponsable, Monsieur Bartolone, un ancien ministre de la ville blanchi sous le harnais ?

 

Décidemmment, on n'est jamais trahi que par les siens, dit le proverbe...

 

L'Express nous pardonnera cet emprunt. D'ailleurs, en échange, il suffit de cliquer sur un des liens pour aller sur son site !

 

La Seine-Saint-Denis pourrait être mise sous tutelle

Par Isabelle Kuehl, publié le 06/04/2010 11:24

Selon le secrétaire d'Etat chargé des collectivités locales, Alain Marleix, une mise sous tutelle du département sera envisagée si le conseil général PS vote son "budget de révolte" en déficit.

La mise sous tutelle de la Seine-Saint-Denis, "c'est la procédure traditionnelle", a expliqué ce mardi sur RTL le secrétaire d'Etat aux collectivités territoriales, Alain Marleix. Cette décision sera envisagée, si le département francilien décide réellement de voter un budget en déséquilibre comme l'a annoncé ce week-end le président PS de son conseil général, Claude Bartolone.

Dans ce "budget de révolte" contre l'Etat, le président du conseil général veut inscrire les 75 millions d'euros dûs selon lui cette année par l'Etat au département au titre des transferts de charges (RSA, allocation personnalisée d'autonomie...). Depuis 2004, c'est la dette de l'Etat qui atteindrait 640 millions d'euros, estime Claude Bartolone.

Mais pas question pour le gouvernement de le laisser faire. "Voter un budget en déséquilibre, a rappelé Alain Marleix, c'est interdit par le code général des collectivités locales." Interrogé par RTL sur cette perspective, le secrétaire d'Etat a répondu: "On appliquera tout simplement la loi.". "Le préfet saisira la chambre régionale des comptes" et celle-ci, "après examen, demandera au préfet de bien vouloir exécuter le budget".

Solidarité avec la Seine-Saint-Denis

Le président du conseil général de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg (PS) s'est déclaré "solidaire de la Seine-Saint-Denis et de son budget de révolte". Arnaud Montebourg avait, à son tour, saisi le Conseil d'Etat sur la question des compensations financières en décembre 2009. Dans un communiqué, il demande "au gouvernement de venir en aide aux départements qu'il a lui-même mis en très grande et grave difficulté".

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 17:43

Le nihilisme ( latin nihil, « rien ») est un point de vue philosophique d'après lequel, le monde (et particulièrement l'existence humaine) est dénué de toute signification, tout but, toute vérité compréhensible ou toutes valeurs.

Cette notion est applicable à différents contextes : histoire et politique, littérature, philosophie.

 

Nous ne savons pas si la définition de Wikipedia contentera notre édile préféré mais la référence au nihilisme, vraisemblablement, politique auquel le maire de Noisy le Grand a souhaité se référer pour désigner un des élus de "Noisy Solidaire, A gauche vraiment !" ne nous a pas convaincu.

 

Partir d'une déclaration sur le budget 2010 pour en arriver à qualifier un opposant politique d'être une sorte de nihiliste alors qu'il ne s'agissait que de constater un désaccord concernant la politique budgétaire de la majorité municipale est un exercice inhabituel pour ne pas être souligné !

 

Sans aller jusqu'à Nietzsche, on pourra néanmoins rassurer no't bon maire en lui signalant qu'à la différence du sophiste Gorgias  qui , dans la Grèce antique, développa la première thèse nihiliste, nous sommes de ceux, qui, terriens chez les terriens, pensent que Michel Pajon et sa majorité municipale existent.

 

Est ce que la politique municipale que ces derniers vont défendre en 2010 à Noisy le Grand a une utilité à exister ? C'est une vraie question que nous nous autorisons à poser, même si la pensée de Gorgias nous alerte. Ne dit-elle pas "Ainsi, si ni l’être ni le non être n’existent, alors rien n’existe" ?

 

En fait, nous ne savons pas très bien... mais il nous semble quand même que cette hypothèse d'être et de non être trouve une conclusion contradictoire dans notre bonne ville. Ce budget 2010 va-t-il exister, oui ou non ?

 

Est-il une vue de l'esprit, une construction abstraite sans conséquences pour la population qui, elle même, n'existe sans doute pas ? Pas plus que la ville, d'ailleurs !

 

Sacrebleu, nous vl'a bien ... La ville n'existe pas, la population, non plus. Donc le budget 2010 n'existe pas. Pas besoin d'accompagner Fillon et Sarkozy en anticipant la suppression de la taxe professionnelle puisque cette dernière ne doit sans doute pas exister ! Pas besoin de majorité municipale au garde à vous, ni d'opposition, de fait ... puisque tout cela n'a pas de sens ...

 

Pas besoin de déclaration politique, grain de sable d'un fonctionnement démocratique nécessaire puisqu'il n'y a pas de conseil municipal.

 

Décidemment, c'est trop dur d'être nihiliste. Pourtant, nous sommes convaincus que Michel Pajon existe, c'est dire ....

 

Nous hésitons, nous doutons, nous ergotons... Existons nous ou pas? Le bougre nous a troublé !

 

Alors, soyons fous et publions nos déclarations de conseil municipal, elles vont nous rassurer ... puisqu'elles existent, du moins, le croyons nous !

 

Budget 2010

 

Mesdames, Messieurs, Monsieur le Député-maire,

Finalement entre les orientations budgétaires qui nous ont été proposées, il y a quelques semaines, et le budget 2010 que vous soumettez ce soir à notre approbation, il n’y a plus grand-chose de commun !

Vous nous aviez annoncé un maintien de la fiscalité noiséenne. Ce n’est pas le cas puisque cette dernière va voir ses taux majorés de 2,8 % alors que, globalement, malgré les effets négatifs de la suppression de la taxe professionnelle, la progression attendue des impôts et taxes s’élèvera à 4,57%.

Plus fort encore, en page 30 du rapport de présentation, vous nous indiquez que la compensation relais versée par l’Etat permettra une progression de 5,20% de recettes de compensation au regard du produit de la taxe professionnelle notifié en 2009 !

C’est dire, de notre point de vue au moins, qu’il existe une richesse noiséenne qu’il est possible de répartir autrement. Comment pourrait-on accepter de se contenter de cette affirmation qu’il s’agit de, nous citons : « la constitution d’un socle de ressources fiscales de référence en anticipation de la mise en œuvre de la réforme fiscale en 2011 ».

Si l’ajoute l’augmentation vraisemblable de la fiscalité départementale au vu des charges transférées mais non compensées, les noiséens seront contents d’apprendre, ce soir, que malgré l’apparente bonne santé financière de leur ville, il va leur falloir mettre un peu plus la main au porte-monnaie. Ce n’est sans doute pas ce dont ils avaient envie en ce moment !

Certes, nous n’avions pas d’illusion sur les effets négatifs annoncés pour 2011 de la suppression de la taxe professionnelle, véritable cadeau du gouvernement au Medef par ordre présidentiel.

Par contre nous jugeons cette anticipation préoccupante surtout dans une ville qui annonce dans le même temps une progression de ces recettes globales de fonctionnement de 3,87% sans réduction de voilure, nous a-t-il semblé.

Il suffit pour cela de constater le maintien de la sacro-sainte ligne budgétaire relatives aux acquisitions foncières qui s’élèvera en 2010 encore à 10 millions d’euros … qui viendront rejoindre les 12 ou 13 de l’an passé, puis de l’année précédente et ainsi de suite…

C’est vrai, nous allions l’oublier, vous allez laisser à vos successeurs une ville riche d’un patrimoine important mais ce qu’il y a de clair, cette année en particulier, c’est que les noiséens vont le payer un peu plus cher … par anticipation, avez-vous dit !

Ce qui nous amène naturellement à un autre chapitre des recettes attendues. Allez vous nous annoncer ce soir ou bien est-ce pour plus tard les augmentations conséquentes des services rendus à la population, cantine scolaire, centre de loisirs, etc… ? Parce que, là aussi, il y a sans doute du gras qui pourrait permettre d’encore mieux anticiper la suppression de la taxe professionnelle…

Non, sérieusement, nous n’acceptons pas ce qui ressemble à une logique d’acceptation d’une politique que les suffrages exprimés récemment ont condamné même si l’abstention massive, qui signe un désaveu de la politique gouvernementale, ne fait pas un succès de cette dernière élection, ni d’ailleurs un tapis rose pour le PS et ses alliés du moment.

Non, sérieusement, nous affirmons que vous aviez d’autres solutions budgétaires.

Vous le savez bien, il y a même des communes qui ont envisagée de présenter des budgets en déséquilibre pour bien marquer l’impact négatif de la suppression de la taxe professionnelle !  Eh bien, non, à Noisy le Grand, sans rien changer au cadre budgétaire, on présente directement l’addition aux noiséens.

Nous comprenons bien que vous ne puissiez pas revenir sur les chantiers engagés. Il en est autrement par exemple pour les acquisitions foncières à marche forcée depuis plusieurs années. D’autant plus que ces dernières témoignent concrètement des marges de manœuvres de la ville.

Non, désolé, Monsieur le Maire, vous faites le choix d’appuyer là où cela fait mal, le choix de participer d’une attaque contre le pouvoir d’achat des noiséens, alors que les coups tombent depuis des mois maintenant avec la crise.

Il n’y a pas d’anticipation dans cette affaire, ni de réalisme, il n’y a qu’une logique budgétaire erronée qui se résume à cela : on m’a pris de l’argent, j’en prends ailleurs … Aucune résistance, finalement, simplement, alors que la crise frappe durement, de la gestion sans réels choix sociaux nouveaux d’ampleur sinon ceux de continuer obstinément à gérer une ville qui a un beau patrimoine.

Avouez qu’expliquer aux noiséens que c’est de la faute de Sarkozy et de Fillon alors que ces mêmes noiséens voient la commune préempter à tour de bras, cela ne va pas être simple. Remarquez, ils pourront toujours s’abstenir la prochaine fois !

Dans le même esprit lors du débat d’orientation budgétaire, vous nous aviez dit que la masse salariale pourrait progresser de 3%, il n’en est rien puisque celle-ci se trouve réduite à 2,48%, réduisant encore un peu plus les marges de manœuvre de création ou de développement de services publics utiles à la population. Vous comprendrez que nous ne rangeons pas la création de postes pour la vidéosurveillance et le jardin d’éveil privé dans cette catégorie.

Non, décidément ce budget 2010 ne nous dit rien qui vaille.

Enfin, nous n’oublierons pas deux choses préoccupantes dans ce contexte. La première, c’est que malgré un autofinancement conséquent, l’intérêt de la dette augmente comme cela avait été souligné par la Chambre Régionale des Comptes dans son contrôle récent.

La seconde, c’est un strict encadrement annoncé des dépenses de fonctionnement puisqu’elles subiront une « contraction de 0,6% des charges de gestion de reconduction » selon l’expression du rapport en page 6.

Ce n’est seulement après intégration des dépenses liées à des actions nouvelles ou exceptionnelles, dites vous, que les dépenses de gestion des services augmenteront de 2,43%. Donc, autrement dit, la rigueur ou l’austérité d’abord, l’exceptionnel après !

Nous allons en terminer là, Monsieur le Maire. Nous sommes encore déçus. Finalement, nous serions presque tentés de vous dire que vous nous présentez un budget d’accompagnement des mesures Fillon – Sarkozy. N’est pas cela le sens de l’anticipation ?

En fait, rien d’original même si vous maintenez le haut niveau d’investissement que vous avez annoncé aux Noiséens. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est qu’ils vont le payer un peu plus encore cette année. Or, aujourd’hui, nous venons d’apprendre que les tarifs du gaz augmenteraient de 10% avec la bénédiction du gouvernement… Aussi nous nous interrogeons, alors que notre ville reste riche malgré l’impact de la suppression de la TP, devons-nous, nous aussi, en rajouter dans la pression sur les ménages ?

Les élus de « Noisy Solidaire – à Gauche vraiment ! » voteront contre vos propositions budgétaires, à moins qu’il ne s’agisse, c’était inévitable, d’un poisson … d’avril.

Etienne DOUSSAIN

 

Subvention CCAS

 

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

Nous avons un problème et nous sommes certains que vous allez nous aider à le résoudre.

Depuis le dernier trimestre 2008, chacun sait qu’une crise financière majeure, d’aucun la compare à celle de 1929, affecte l’économie mondiale.

Pour la combattre les Etats ont injectés des milliards d’euros ou de dollars dans le secteur bancaire qui, pourtant, était sans aucun doute le responsable de la folie spéculative à l’origine de ce krach.

Depuis les entreprises licencient à tour de bras, le gouvernement, imperturbable malgré la gifle reçue, lors du dernier scrutin, annonce un renforcement de l’austérité et se prépare à accélérer un processus infernal de pauvreté à propos des retraites, etc… hélas.

Or, nous devons délibérer d’une subvention au CCAS, structure municipale de solidarité avec les plus vulnérables et nous n’avons aucune information dans la note de présentation qui préciserait ce qui s’est passé vraiment dans notre ville entre 2008, 2009 et maintenant en prévision pour2010.

Aucune comparaison de chiffres, aucun indicateur, simplement un topo quasi technique sur l’action de redistribution du CCAS en 2009, le foyer Jean Wiener mis à part. La seule information utilisable, c’est d’apprendre que les bénéficiaires du RMI/RSA ont augmenté de l’ordre de 21%

Et notre problème, le vôtre peut-être, c’est comment évalue-t-on  encore plus précisément dans cette ville la montée ou non de la précarité et de la pauvreté ? Et quelles mesures a-t-on ou va-t-on mettre en place face à cette situation qui, hélas, ne peut pas ne pas avoir touché notre ville ?

A titre d’exemple, la fin de campagne nationale des Restaurant du Cœur a démontré, le Secours Populaire et le Secours Catholique le confirmant de leur côté, une augmentation des besoins en secours.

Non, Monsieur le Maire, la présentation de cette demande de subvention n’est pas suffisante par rapport à la réalité que nous connaissons tous.  Ce n’est pas faire un procès à la majorité municipale que de dire que c’est totalement insuffisant pour l’information du Conseil.

Le CCAS est outil indispensable pour mettre en œuvre la solidarité municipale. Nous ne doutons pas que ces agents le fassent au quotidien.

Nous pensons à la fois que la présentation de ces actions n’est pas à la hauteur des exigences et des conséquences de la crise et, surtout, nous n’avons aucun moyen, ce soir, de savoir si la subvention qui sera attribuée au CCAS en 2010 sera suffisante ou si la collectivité doit faire un effort supplémentaire, ce dont nous sommes convaincus, alors que vous allez la baisser et venez d’en appeler aux dons des noiséens.

C’est aussi dans cet esprit que nous avions appelé, l’an dernier déjà, à la constitution pluraliste et transversale d’une cellule de veille sociale. Décidemment, nous allons finir par croire que Noisy le Grand est sur une autre planète.

Dans ces conditions, Monsieur le Maire, bien entendu nous ne nous opposerons pas à ce vote, nous nous abstiendrons.

Etienne DOUSSAIN

 

Intervention Conseil Municipal 1er avril 2010:

Tarification Spectacles Espace M.Simon

 

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux

 

Les tarifs proposés, en légère augmentation pour certains, ne sont a priori pas choquants pour tout un chacun, ici dans cette salle.

Cependant, il nous semble qu'il convient de prendre en compte les conditions d'accès à la culture d'un certain nombre de nos concitoyens parmi les plus vulnérables. En ce sens, il nous semble légitime d'engager une réflexion à propos d'une réelle tarification sociale?

La tarification des spectacles scolaires notamment pose problème pour un certain nombre d'établissements situés en ZUS et en ZEP. Dans ces écoles, une part du montant des spectacles est prise en charge par les coopératives scolaires ; coopératives par ailleurs moins abondées que dans d'autres secteurs plus favorisés. Pourquoi alors ne pas imaginer un tarif préférentiel voire la gratuité pour ces établissements ?

Nous savons que la tarification n'est pas le seul obstacle à l'accès à la culture pour tous et nous saluons l'effort entrepris au travers des actions culturelles.

Mais en ces temps de crise, nous souhaiterions qu'une politique plus volontariste d'accès à la culture pour le plus grand nombre soit clairement identifiable, notamment envers les jeunes noiséens.

Nous savons que la culture a un coût mais nous sommes convaincus aussi qu'elle doit être un investissement notamment en terme d'égalité et de citoyenneté.

C'est une question de choix politique et budgétaire.

Pour ces raisons, nous nous abstiendrons sur ce dossier.

 

Pas de réponse sur le fond de la part de Sylvie Dufresne mais intervention sur le fait qu'un certain nombre de tarifs ont été maintenus à leur niveau antérieur ; ce n'était pas l'objet de l'intervention. Dommage !

 

Sylvie MONNIN

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 16:20

Rom001.jpg

Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 10:00
Eau.jpg
Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 16:22
LOGO-FEDE.jpg
Resolution-28-mars_Page_1.jpg
Resolution-28-mars_Page_2.jpg
Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 20:30
Vidéo numéro 1




Vidéo numéro 2

Partager cet article
Repost0