Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Mieux que les images, de la bonne lecture ...
    Conseil municipal du jeudi 18 novembre 2021 En guise d'introduction , on remerciera Mme le Maire de nous avoir informé qu'elle était malade, depuis au moins deux jours, suite à l'injection de la 3ème dose du vaccin ARN messager qu'elle avait reçue probablement....
  • La rage et l'humanité ...
    Billet de blog 25 nov. 2021 À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires...
  • Chasse aux sorcières noiséennes ...
    Il a fait son boulot, il est sanctionné ! Décidément, il ne fait pas bon avoir le souci de la qualité du travail et du Service Public à Noisy-le-Grand ! Malgré de nombreuses alertes, une lettre ouverte à Madame le Maire le 21 septembre, une manifestation...
  • Mieux vaut tard que jamais ...
    Conseil municipal jeudi 7 octobre 2021 Propos liminaire : NSAGV ne s'est pas exprimé depuis plusieurs semaines publiquement. Et pourtant, entre l'application d'un pass sanitaire aux vertus qui restent à démontrer, une campagne de vaccination décriée,...
  • Lettre ouverte à Madame Le Maire de Noisy le Grand du 20 septembre 2021 du Syndicat CGT des Territoriaux
    Cliquez sur le lien ci dessous https://nsagv.ouvaton.org/wp-content/uploads/2021/10/Tract-Territoriaux.pdf

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

11 juin 2021 5 11 /06 /juin /2021 10:42
Demain pour après demain et les jours suivants...

Partager cet article
Repost0
3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 13:38
Ne pas hésiter à venir ...

Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 14:30

Et oui, Noisy Solidaire n'est pas une coquille vide et existe bel et bien ! Remarquez, depuis 2008, on se serait aperçu du contraire, non ?

Alors, on a pensé qu'il était bien de mieux s'organiser entre nous et avec vous. D'où la création de cette nouvelle association dont l'unique but est de soutenir notre collectif de citoyen.ne.s, membres d'organisation ou non.

Et pour cela, que vous partagiez ou non, ou pour partie seulement nos actions, nos avis, nos préoccupations, ou tout simplement parce que c'est bon pour le pluralisme des idées, deux possibilités s'offrent à vous.

 

  • Soit vous éditez le beau bulletin d'adhésion à l'Association des Ami.e.s de Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! et vous le postez ou vous le déposez directement à l'adresse mentionnée sur celui-ci accompagné du règlement de votre choix.

 

  • Soit vous utilisez directement le lien qui suit pour vous acquitter en ligne sur le site Helloasso de votre cotisation ou de votre don.

Le lien :

https://www.helloasso.com/associations/les-ami-e-s-de-noisy-solidaire-a-gauche-vraiment/adhesions/adhesion-a-l-association-les-ami-e-s-de-noisy-solidaire-a-gauche-vraiment

Un dernier mot, avant de vous remercier de votre soutien, adhérer à cette association, comme le stipule précisément ses statuts, ne signifie pas que vous adhérez à "Noisy Solidaire A Gauche Vraiment" mais simplement que vous en devenez une amie ou un ami.

Ce qui veut dire que cela ne vous engage en rien, hormis le fait de souhaiter apporter un soutien financier pour permettre à notre libre rassemblement de continuer d'agir et de mettre en débat ses propositions dans le débat public.

Merci à vous !

 

P.S.: Comme annoncé, la refonte du blog est quasiment achevée et devrait intervenir incessamment. Nous ne manquerons pas de vous communiquer le lien utile, tout en sachant que le lien actuel continuera d'exister durant quelques mois, nom de domaine oblige ...

Encore merci par avance de votre soutien ...

 

 

C'est comme vous voulez et c'est maintenant ...
Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 09:25
Ce matin ...

Partager cet article
Repost0
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 11:20

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL

DU JEUDI 6 MAI 20

 

Propos Liminaire :

Ainsi donc, la majorité municipale institutionnelle se déchire sur le thème de la sécurité due aux noiséen.ne.s.

Il aura fallu un incident "ordinaire" dans notre France de 2021, pour autant que les contrôles policiers puissent être banalisés, mais surtout accélérés depuis le début de la crise sanitaire, pour que soient révélées des pratiques discutables lors et à la suite d'intervention de forces de l'ordre, autrefois de maintien de la paix.

Ainsi donc, se seront joints à l'hallali des groupes de l'opposition, à commencer par celui qui se présente comme le premier opposant se fendant dès le lendemain de l'incident d'une lettre alambiquée sans connaissance réelle des faits, selon nous au moins, suivi en cela par un nouveau groupe qui, en la circonstance, aurait mieux fait de ne pas s'embarquer dans une critique un peu facile, sinon trop facile. Il est des coups politiciens qui font flop et qui laissent des traces.

Les faits ?

Ce conseil municipal en témoigne puisqu'il s'agit de démettre officiellement de son mandat d'adjointe au maire, Mme Joëlle Hélénon, qui aurait eu l'outrecuidance en sa qualité d'élue d'astreinte, donc remplaçant Mme la Maire en son absence, donc pourvue d'un pouvoir de police à ce titre, certes encadré mais bien réel, de demander des informations au commissariat suite à l'interpellation mouvementée de cinq mineurs.

Pire, elle aurait exigé qu'un de ceux-ci, la garde à vue levée sans suite, puisse consulter un médecin en raison d’ecchymoses, parfaitement visibles au sortir des locaux de la Police Nationale.

Soyons précis, nous ne jugeons pas en soi le bien fondé d'un contrôle de police, pas plus que nous jetterons l'anathème sur tous les policiers de Noisy-le-Grand, mais tout simplement , nous avons le droit de nous interroger sur ses circonstances et les suites de ce dernier.

Surtout, de la suite qui lui a été donnée en mairie, voire en préfecture plusieurs semaines après, en passant notamment par une demande d'excuses publiques sur un réseau social, dans un premier temps, faite à l'adjointe démise de ses fonctions depuis.

Au nom de la sécurité, du fond on ne parlera pas.

Au nom d'une posture quasi idéologique, celle de « on ne critique pas la police », on évacue tranquillement une règle de droit, celle qui autorise un citoyen à demander des informations sur le sort réservé à des mineurs interpellés, voire dans la foulée, celui de pouvoir ester en justice si nécessaire.

A fortiori, on reproche et sanctionne une élue qui a fait son devoir et qui était parfaitement autorisée à le faire, n'en déplaise à beaucoup, à l'évidence.

Mais dans quelle société sommes-nous en train de vivre ? Et avec quelle complaisance ?

Cet incident, qui aurait pu rester banal, si l'on peut le dire depuis un moment dans notre pays (qui dans la jeunesse n'a pas été contrôlé dans notre ville?), est révélateur du climat sécuritaire qui s'impose de plus en plus et que ses tenants défendent mordicus au mépris de faits parfaitement discutables dans un fonctionnement démocratique.

Et cela nous inquiète au plus haut point !

Administration générale

1. Désignation du secrétaire de la séance du Conseil municipal en date du jeudi 6 mai 2021.

Cuisine légale

2. Approbation du procès-verbal de la séance du Conseil municipal en date du jeudi 11 mars 2021.

Chacun le sien ...

3. Non-maintien de Madame Joëlle HÉLÉNON aux fonctions d’adjoint au Maire.

En séance, nous aurions dit cela …

Madame le Maire, Mesdames, Messieurs,

Vous nous pardonnerez de persifler et de ne pas suivre votre raisonnement, ainsi que celui d'une bonne partie de votre majorité avec l'aide paradoxale d'une partie de l'opposition au début de cette crise.

Comme nous l'avons écrit dans notre communiqué https://www.on-a-le-droit-de-voir-rouge.org/2021/04/communique.htm , vous sanctionnez une élue de votre majorité, tout simplement parce qu'elle a fait son travail d'élue responsable.

Le credo sécuritaire que vous défendez touche là sa limite. Que cette élue se soit emportée ne dit pas pourquoi elle aurait pu s'emporter ...

Nous sommes tous d'accord, nous avons besoin d'une véritable police républicaine et il faut la défendre à ce titre.

Mais pour autant, enfin, dans un fonctionnement démocratique équilibré, il n'est pas anormal qu'une action de la police nationale ou municipale, puisse être interrogée.

Il n'est pas anormal de surcroît que des agents puissent être appelés à rendre compte de faits discutables, s'ils sont avérés, ce qui pourrait être le cas, l'enquête que nous appelons de nos vœux le dira.

C'est le principe même de l’État de droit et il ne s'agit pas de confondre par interprétation abusive la notion de séparation des pouvoirs qui, comme vous le savez parfaitement, concerne le politique, son pouvoir exécutif précisément, et la justice et non pas police et élu local.

Dans cette triste affaire, vous avez tendu le bâton, c'est un comble pour l'ancienne bâtonnière que vous êtes (c'était facile …) pour vous faire battre.

Où est-il écrit qu'un maire, donc a fortiori une de ses adjoints auquel il délègue son pouvoir de police en cas d'absence, la fameuse position d'astreinte, n'aurait pas le droit de s'inquiéter auprès des gardiens de la paix des conditions d'une interpellation de jeunes mineurs, puis de leur garde à vue ? Nulle part !

Et on ne voit, non plus, sur quel motif, le préfet s'arrogerait le droit de tancer l'élue que vous êtes … De quel droit, là encore !

Fonctionnaire d'autorité, certes, mais pas au point de mettre en cause la fonction régalienne qui est confiée aux élus par le suffrage universel...

Nous ignorons le contenu réel de vos échanges avec le préfet mais ce que nous n'ignorons pas, en revanche, c'est la façon dont vous semblez vous être pliée à son injonction de faire rentrer dans le rang une élue dont l'action n'était, selon nous, absolument pas illégitime.

Et pour nous, par-delà le débat d'idées qui nous oppose, c'est inacceptable sur le fond. Que le préfet demande des éclaircissements sur un incident, voire diligente une enquête, soit …

Que son intervention détermine le rôle et le droit des élus, non !

Cela, c'est la loi et la justice qui en décide ...

Bref, c'est une détestable situation qui vous regarde, vous et votre majorité, et vous en subirez sans doute, ou peut-être pas, les conséquences, cela ne nous intéresse pas plus.

Par contre, ce qui nous intéresse, c'est le point de vue des familles concernées par cette affaire, le point des jeunes interpellés et, bien évidemment, la nécessite d'une meilleure coordination entre les services de police et de la commune.

Car visiblement, là, le cafouillage est avéré...

Car prétendre que l'élue aurait finalement dérapé lors de son intervention, sans que l'on sache réellement pourquoi en l'occurrence, est un peu facile puisque sa parole vaut bien celle d'un policier à notre avis. C'est le minimum de la citoyenneté, non ?

En douter et sanctionner a priori est pour le moins une justice bien expéditive.

Curieux que l'exemplarité s'applique à l'un mais pas à l'autre, pour l'ancienne avocate que vous êtes. Vraiment curieux !

Il ne suffit pas de voter des dispositifs favorisant la médiation pour que cela soit efficace, visiblement, surtout s'il l'on n'en tient pas compte.

Et il faudra bien que l'on retienne les leçons de ce regrettable « incident » pour mettre à plat d'éventuels dysfonctionnements dont la réalité n'est pas aussi simple que celle que votre décision d'évincer un des membres de votre majorité pourrait le laisser croire.

Mais vous avez jugé sans appel et Mme Hélénon est coupable. De quoi réellement ? De quoi, on ne sait pas vraiment ?

Ah oui, pour l'exemple d'un manque d'exemplarité !

Ah oui, il y a aussi le tweet du préfet qui confirme 3 ou 4 heures avant ce conseil municipal qu'il vous a bien envoyé une lettre équivoque début avril... Quelle rigolade si ce n'était pas si triste !

Mais votez donc dorénavant l'éviction d'une des vôtres et chacun, chacune parmi vous se regardera dans la glace demain matin en se rasant ou non !

C'est votre affaire et c'est votre procès en sorcellerie.

Gardez-le et pensez bien à vous regarder en face demain matin à propos de l'humiliation, voire de la calomnie que vous faites subir à une de vos élue.

Car c'est bien du statut de l’Élu dont il s'agit par-delà nos différences politiques ...

Statut que nous défendons, celui d'être au service de la population qui l'a désigné. Et, le comble, c'est que ce soit nous, des opposants à votre politique, qui devions vous le rappeler...

Voilà pour nous …

Post scriptum : Comme on pourra s'en douter, ce point de l'ordre du jour demandait une réponse.

D'abord celle de Mme Hélénon, sollicitée par M. Constant proposant de passer son tour de parole, puis celles des différents groupes d'opposition.

Avec dignité et émotion,  « l'accusée, la coupable » a donc évoqué les faits, dit sa vérité ainsi que, selon elle, celles des familles concernées qui n'ont jamais été reçues en mairie pour donner leur version de l'incident. Qu'elle en soit remerciée.

Bien évidemment, elle a confirmé les suites judiciaires qui étaient données à cette affaire, tout comme elle a confirmé son total respect des missions des forces de l'ordre et des agents qui les composent, ce qui n'exonère aucunement ceux qui auraient pu déraper en la circonstance.

Elle a dit haut et fort sa loyauté et son incompréhension devant le procès qui lui a été fait, sans qu'à aucun moment, visiblement une quelconque médiation ait pu être efficace.

En quelque sorte, le seul accord possible, c'était se plier en s'excusant et en se taisant sur les faits ou être démise …

Drôle de conception du mandat individuel d'un élu républicain  !

Le caractère inhabituel de la fameuse lettre du Préfet, véritable jugement dans le jugement, a bien entendu été citée, tout comme la plainte pour faux et usage de faux qu'elle pourrait entraîner si cela était avéré, un tweet de dernière minute n'étant pas en soi la certitude que ladite lettre était conforme à ce que l'on peut attendre du rôle d'un Préfet.

Après sa déclaration claire et digne, Mme Hélénon a quitté immédiatement la salle.

Peut-être pressentait-elle la lamentable suite que son intervention allait susciter ?

La tentative de prise de parole de M. Constant fut interrompue dès ses premiers mots au motif de la lettre de demande d’éclaircissement qu'il avait envoyée par mail et sur les réseaux sociaux quasiment immédiatement, une fois les faits connus, après le 13 mars.

Alors qu'il reconnaissait publiquement que l'intervention de Mme Hélénon éclairait sous un autre jour cette triste affaire, nous avons assisté à un dérapage d'une gravité exceptionnelle de la part d'un maire et qui, nous pouvons le dire, ne ressemblait en rien à ceux que nous avions connus avec un ancien maire, pourtant prompt à exprimer son mépris du fonctionnement démocratique d'une assemblée d'élus.

Grossièreté publique, vociférations, coupure de micro, attaque personnelle inacceptable à propos de la famille de l'élu d'opposition, telle fut la teneur du dérapage, la presse en a fait ses choux gras depuis.

Un niveau de violence verbale rarement atteint, sinon jamais, dans l'hémicycle qui nous fait dire que si Mme Hélénon était coupable d'un manque d'exemplarité, selon Mme Marsigny, que penser de la sienne en sa qualité de maire ?

Mais où était passé la charte de bonne conduite votée à l'unanimité en début de mandat ?

Visiblement le sentiment de toute puissance semble être la marque de celles et ceux qui possèdent le pouvoir conféré par les urnes.

Et on ne peut que s'en préoccuper, le condamner et en appeler à une réforme du mode de représentation de nos institutions qui confèrent un pouvoir abusif à celles et ceux qui en ont la charge !

Bien évidemment, Mme le Maire, sans se priver de fustiger le départ de Mme Hélénon, pourtant humainement compréhensible, donnera sa version, non pas des faits dans leur réalité, mais de leur suite au sein de la majorité tel que nous l'avons compris, moquant l'interprétation de la prétendue fausse lettre du préfet, allant jusqu'à dire que des images réalisées au commissariat prouvaient que son ancienne adjointe ne s'était pas contenue, manquant en cela de la fameuse exemplarité, dont elle ne témoignait pas elle-même en cette séance.

Nous aurons appris que le 1er adjoint avait été appelé par la commissaire de police, sans que l'on sache en quoi il avait été témoin de la scène et de propos inappropriés.

Juste qu'il aurait été efficace pour éviter que les deux élues présentes soient mises en garde à vue. On se demande bien pourquoi, d'ailleurs...

Qu'un jeune aurait été poursuivi (un stage de citoyenneté selon nos sources...) pour une vidéo de rap trouvée dans son téléphone, sans rapport avec les raisons de l'interpellation et de la garde de vue, doit-on noter pour être objectif...

Bref, du noyage de poisson sans que l'on ne comprenne vraiment autre chose que l'injonction tacite du Préfet devait trouver son épilogue, ce soir.

Toujours est-il que l'on peut espérer que les images, si elles existent, seront bien versées au dossier de l'instruction en cours dans leur totalité.

Aussi entendrons-nous, peut-être, les propos racistes qui auraient été tenus et que les conditions de l'algarade pourront être vérifiées tranquillement ?

S'en est suivie une intervention de M. Zrihen, au nom de son groupe auteur de la seconde lettre de l'opposition demandant, elle, des sanctions contre l'ex adjointe et critiquant les nombreux mandats qui lui avaient été confiées.

Rien vraiment sur le fond mais par contre une allusion à des poursuites pour diffamation publique assimilées à une tentative de pression de l'avocat conseil de Mme Hélénon, qui a parfaitement le droit de se défendre après avoir été salie, à notre avis, et la confirmation explicite de l'accord de son groupe pour l'éviction de l'ancienne adjointe.

Puis suivra une intervention de M. Monnier posant plusieurs questions sans réponse à ce jour et annonçant que son groupe ne participerait pas au vote de destitution.

Voilà pour la pétaudière de ce début de soirée... avec un vote de destitution sans surprise de la majorité avec l'appui du groupe Engagés pour Noisy, à l'exception d'un membre de la majorité, c'est tout à son honneur, votant contre avec le groupe animé par M. Constant et trois refus de vote du Projet Citoyen.

Et pour être sûr de ne rien oublier, en lien l'extrait vidéo de ce grand moment de débat qui permettra à chacun, chacune de se former son avis …

https://youtu.be/h85Uj3Tgckw

Vraiment pas certains que la démocratie et le rôle des élus soient sortis grandis de tout cela !

4. Fixation du nombre d’adjoints au Maire de Noisy-le-Grand et élection d’un nouvel adjoint.

1 : fixation du nombre d’adjoints au Maire. 2 : élection d’un nouvel adjoint

Notre commentaire ...

Le partage de la dépouille et le dosage des sensibilités ...

5. Désignation des représentants du Conseil municipal dans divers organismes extérieurs et instances locales.

1 : Centre Communal d’Action Sociale. 2 : Mission locale pour l’emploi Sud 93. 3 : conseil d’école de l’école Georges-Brassens. 4 : conseil d’administration du collège Victor-Hugo. 5 : commission des logements sociaux. 6 : SOCAREN

Notre commentaire, encore et encore ...

Il faut combler les trous et remplacer la « sans grade, la félonne », etc...

6. Approbation des tarifs de mise à disposition de certains locaux municipaux pour les réunions et manifestations à vocation politique dans le cadre de pré-campagnes et campagnes électorales.

Notre avis ...

Nous avions exprimé notre opposition en 2020 à cette tarification de l’accès aux salles municipales pendant les campagnes électorales.

L’objectif annoncé par la majorité était alors de « Garantir la transparence de la vie politique locale, faciliter la libre expression des candidats à l’élection municipale et le débat démocratique local ».

Comment le fait d’appliquer des tarifs pouvant aller jusqu’à 750 € (salle +matériel) serait facilitateur du débat démocratique local ?

Comment restreindre l’accès aux salles sur des critères financiers pourrait être positif pour la démocratie ?

Nous nous interrogeons toujours sur ce point. Mme la Maire a-t-elle fait une overdose démocratique ?

On peut se poser la question quand on voit la qualité des échanges lors de la dernière séance du conseil municipal.

Les chiffres de l’abstention dans notre ville lors du dernier scrutin ne vont pourtant pas dans ce sens, et nous pensons que toutes les mesures qui encouragent au débat sont les bonnes plutôt que sa limitation par de telles mesures.

Finances et commande publique

7. Approbation du compte de gestion établi par le Trésorier principal et du compte administratif du Maire concernant le budget principal de la Commune afférent à l’exercice 2020

1 : compte de gestion 2 : compte administratif

Nous aurions sans aucun doute dit quelque chose de ressemblant à ce qui suit sans entrer dans le détail puisque nous avons déjà exprimé notre point de vue lors du vote du budget et que l'impact de la crise sanitaire, visiblement, n'a pas perturbé excessivement l’exécution budgétaire, c'est le moins que l'on puisse dire …

Madame le Maire,

Mais, Madame, quelle crise, quelle épidémie ?

Il y en a bien une, pourtant. D'ailleurs, les témoins ne manquent pas …

Près de 70 000, rien qu'à Noisy-le-Grand !

70 000 qui ont vu des magasins fermés, des comptes bancaires s'assécher, la pauvreté s’accélérer et la précarité grandir sous fond de crise du Covid.

On ne se permettra pas de vous reprocher de n'avoir rien fait, ce serait de la mauvaise foi.

Nous savons bien que vous avez agi comme bon nombre de maires dans l'urgence, pour faire face à l'incurie de l’État au cours des errements de l'année 2020.

Que des mesures de soutien, pour les usagers, pour les commerces ont été prises. Non, nous ne dirons pas que vous n'avez rien fait...

Mais par contre comment ne pas réagir en constatant l'insolence des bons résultats budgétaires de notre ville en cette année si particulière ? C'est impossible !

16 420 727,33 d'euros, c'est l'excédent final qu'a pu constater le Trésorier Principal pour le fonctionnement.

Avouons que c'est un résultat spectaculaire alors que la crise sanitaire est loin d'être achevée et que son impact 2020 a été de l'ordre de plus de 2 millions d'euros, selon vous !

Et, l'investissement alors, avec ses 17 362 896,54€ d'excédent ? Ben, tout simplement renfloué avec 11 millions 500 000 euros de l'excédent de fonctionnement pour limiter le recours à l'emprunt et faire face aux différents projets immobiliers en cours, notamment... Ah oui, pour faire couler le béton plus facilement ...

D'ailleurs, votre 1er adjoint s' étonne lui-même d'avoir, non seulement tenu le cadre budgétaire voté par votre majorité, mais en plus d'avoir de meilleurs résultats que ceux attendus, notamment en évoquant la bonne évolution des droits de mutations.

Ce qui tend à prouver d'ailleurs que la crise sanitaire n'a pas les mêmes conséquences pour tout le monde.

Mais, c'est bien connu, quand l'immobilier va, tout va ! Sauf que ça se saurait, si c' était aussi simple pour bon nombre de nos concitoyens...

Et pour les familles en 2021, pour la veille sociale, pour la baisse des tarifs municipaux pour les services rendus aux noiséens, cantine, activités périscolaires, études surveillées, etc.… ?

Rien, rien de rien !

Alors que l'on sait parfaitement qu'une redistribution d'une partie de l'excédent n'impacterait pas de façon significative le budget de la ville.

Non, non, répondez-vous obstinément comme votre prédécesseur, l'important, c'est la dette ! L'obsession idéologique de l'époque ...

Peut-être qu'à force de répéter cette évidence, un jour viendra où les excédents, pour une partie raisonnable sans mettre en péril l'équilibre financier de la ville, répétons-le, retomberont directement dans la poche des noiséens dès les résultats budgétaires connus …

En tout cas, ce n'est pas pour demain, à l'évidence !

8. Approbation du compte de gestion établi par le Trésorier principal et du compte administratif du Maire concernant le budget annexe du cinéma municipal le Bijou afférent à l’exercice 2020.

1 : compte de gestion. 2 : compte administratif

Il faut le dire …

Bien entendu, les comptes du Cinéma le Bijou sont très impactés par la crise sanitaire. Mais au-delà de l’aspect financier, l’ensemble du monde de la culture sortira de cette crise meurtri durablement.

« La culture est un droit et un bonheur » disait Jack Ralite, initiateur des États généraux de la Culture. Comment comprendre alors que la culture ait été reléguée au rang d’activité « non essentielle » ?

Dans ce contexte, E. Macron a annoncé la réouverture des salles de cinéma et de spectacle, les théâtres, les musées et les monuments le 19 mai. Malheureusement, dans notre département cette réouverture risque d’être contrariée par le taux d’incidence du virus et la saturation des services de réanimation. Du côté des professionnels de la culture l’enthousiasme est tempéré par une bonne dose de scepticisme et d’inquiétude.

Rappelons que défiance et colère s’expriment lors des occupations de théâtres et lors des prises de position diverses, en faveur du statut des intermittents ou des auteurs, notamment.

Il faudra bien plus que des formules imagées comme celle employée par E.Macron le 6 mai 2020 appelant le monde la culture à « enfourcher le tigre » pour sortir le secteur culturel de cette crise sans précédent.

Foncier et développement urbain

9. Approbation du bilan des acquisitions et des cessions immobilières, opérées en 2020, par la Commune, l’Établissement public foncier d’Île-de-France (EPFIF), la société publique locale (SPL) d’aménagement, de rénovation et d’équipement de Noisy-le-Grand (SOCAREN) et par la SPLA-IN Noisy-Est.

On aurait pu dire cela …

Le tableau du monopoly noiséen en quelque sorte, sous fond de ZAC en cours et à venir, entre la Région et son EPFIF, la Socaren et la nouvelle société publique locale Noisy-Est pour la nouvelle gare du Champy...

Que dire ?

 

On vend, on achète, on régularise entre partenaires institutionnels.

Parfois avec des variations sur les cessions et les acquisitions qui interrogent, sans que les Domaines ne semblent avoir à y redire...

10. Approbation du choix du cessionnaire dans le cadre de la rétrocession du fonds de commerce de la boucherie-charcuterie au 180 rue Pierre Brossolette à Noisy-le-Grand.

Même si on a le droit d'être végétarien ou végan, nous, on a pensé ça ...

Enfin, un boucher en centre-ville !

Voilà une bonne nouvelle pour les amateurs de viande, non ?

Bref, le feuilleton semble vraiment terminé et cette coque commerciale appartenant à la ville a trouvé preneur.

On ne peut que s'en satisfaire et souhaiter un plein succès à ce nouveau commerçant.

11. Acquisition d’un fonds de commerce sis 33 avenue Aristide Briand à Noisy-le-Grand.

Une question qui s'impose ...

Cette acquisition fait suite à la cessation d’une activité de restauration liée à la crise sanitaire.

Il nous semblerait intéressant et nécessaire qu’un état des lieux soit effectué afin de connaître l’impact de la crise sanitaire sur l’ensemble des commerces de la ville.

12. Approbation de la convention entre la Commune et l’Agence locale de l’énergie et du climat Maîtrisez votre énergie (ALEC-MVE) relative à la mise en œuvre d’actions autour de la maîtrise de l’énergie, et attribution d’une subvention à l’ALEC MVE.

Ce que l'on sait dorénavant …

Cette convention ne pose pas de problème en soi, si ce n'est que le dispositif gagnerait en efficacité si le territoire Grand Paris Grand Est dont la ville est membre était lui-même partenaire officiel de cette agence, comme le département d'ailleurs.

Compte tenu de l'urgence de son action, Il y a donc nécessité que la commune interpelle la direction du territoire à ce propos.

Bâtiments et espaces publics

13. Approbation de l’exonération de la redevance d’occupation du domaine public relative aux terrasses, dans le cadre de l’aide à la reprise économique à la suite de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, jusqu’au 31 octobre 2021.

Du bon sens …

Il n'y a donc pas lieu de polémiquer en ces temps de crise sanitaire qui impactent durement les commerces concernés et … le vivre ensemble dans la ville.

14. Approbation de deux conventions de maîtrise d’ouvrage temporaire (MOT) avec le Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France (SIGEIF) concernant les enfouissements de réseaux.

1 : rue Jules-Ferry. 2 : rues Fajol et Armand-Gundhart

Une question, une seule …

Serait-il possible d'obtenir une plus grande cohérence entre les opérateurs pour éviter la superposition de chantiers d'enfouissement.

On ne doute pas a priori que ce soit le cas et que la commune y veille mais nous avons tous été témoins de chantiers successifs dont la réalisation interroge.

Et nous ne parlerons pas de la fibre, devenue, ici et là, aérienne !

Insertion et emploi

15. Attribution du solde de subvention à la Mission locale pour l’emploi Sud 93.

Ça va craindre pour la jeunesse et ça craint déjà ...

La municipalité verse un solde dû à la Mission Locale pour l’Emploi de 14 400€.

Cela fait suite aux conditions de la convention signée avec la Mission Locale. Néanmoins,

il nous semble que la municipalité aurait pu faire un effort supplémentaire en cette période pendant laquelle les jeunes doivent avoir tellement de difficultés à trouver un emploi, bâtir un projet professionnel.

D’autant plus en considérant les marges financières confortables dont dispose la commune.

De son côté le gouvernement ne met pas en place de mesures suffisamment ambitieuses pour soutenir les jeunes, dans leur recherche d’emploi notamment mais aussi et surtout dans leur vie de tous les jours.

Le gouvernement refuse par exemple toujours d’ouvrir les droits au RSA pour les moins de 25 ans, c’est pourtant une mesure indispensable tant la pauvreté progresse en France.

Car, il faut se le rappeler, présentes sur l’ensemble du territoire français, les Missions locales sont des missions de service public ayant pour but d’accompagner les jeunes de 16 à 25 ans à surmonter leurs difficultés et à intégrer durablement le marché du travail.

Du 13 au 20 mai 2020 la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) a réalisé une enquête « Flash Covid-19 » auprès de ces acteurs afin de mesurer l’impact de la crise sanitaire sur leur mission :

https://dares.travail-emploi.gouv.fr/sites/default/files/dca4997fa50948c125200850b4922083/Dares_enquete-flash-missions-locales_juin2020.pdf

Cette enquête aurait pu documenter opportunément cette note de présentation. Elle constate que « les jeunes (sont) exposés à des difficultés socioéconomiques durables depuis le confinement. Les missions locales ont également dû trouver des solutions aux problèmes, créés ou amplifiés par la situation de confinement, auxquels les jeunes restés ou entrés en contact ont pu être confrontés… La quasi-totalité des missions locales anticipe que les jeunes rencontreront, dans les mois à venir, des problèmes financiers et des difficultés d’accès à l’emploi ».

Étudiants, lycéens, jeunes travailleurs ou précaires subissent la crise sanitaire de plein fouet. La ville a une responsabilité particulière à accompagner les jeunes noiséens. Il est nécessaire de le rappeler alors que nous parlons d'excédent utile sur le plan budgétaire.

Pour ce faire, la mission locale est un dispositif qui a fait la preuve de son expertise et de son efficacité. Il convient de conforter son action y compris sur le plan financier.

 

Vie associative et vie des quartiers

16. Attribution de subventions de fonctionnement à diverses associations pour l’année 2021.

Évidemment ...

Soutenir le mouvement associatif qui souffre lui, aussi, de la crise sanitaire,  ...mais pas que ...

est une évidence qui ne se discute pas sur le principe.

Bienvenue aux nouvelles associations qui vont être aidées !

 

17. Exonération exceptionnelle de la redevance 2020-2021 due au titre de la mise à disposition de locaux pour les associations proposant des activités en direction des mineurs au sein des Maisons pour tous de Noisy-le-Grand en raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.

A l'évidence ...

Sécurité et tranquillité publiques

18. Approbation de l’adhésion à l’Association Prévention Routière.

C'est utile, donc ...

Ressources humaines

19. Rémunération du personnel communal pour la mission de mise sous pli de la propagande électorale.

Cela va de soi ...

20. Approbation de la répartition des subventions aux organisations syndicales représentatives siégeant au comité technique au titre de l’exercice 2021.

Bien entendu …

Les organisations syndicales participent du fonctionnement démocratique.

Nous ne sommes pas de ceux qui pensent qu'une subvention ne leur sera pas utile, bien au contraire.

21. Modification du tableau des effectifs du personnel permanent.

Ce que l'on pense sérieusement ...

Que dire, si ce n’est une fois de plus, que les tableaux des effectifs soumis à l’approbation des élu.e.s sont opaques et passent, séance après séance, comme une lettre à la poste. Noisy Solidaire n’est pas dupe, les transformations et créations de postes affichées ne compensent pas les suppressions d’effectifs ! Contenir la masse salariale reste la boussole assumée de la majorité en place. La situation va empirer avec l’application de la loi sur la transformation de la Fonction publique votée en août 2019, laquelle accentuera la précarité avec l’augmentation des contrats à durée déterminée non renouvelables. Alors que le progrès devrait conduire à la réduction du temps de travail, cette loi va mettre fin aux régimes dérogatoires de 1607 heures annuelles dès juin 2021, annulant ainsi tous les accords plus favorables au temps de travail légal qui avaient été négociés dans les collectivités au fil des ans.

Derrière cette mesure qui, sur le plan national, permettra une économie de 57 000 postes, se cache l’objectif affiché au début du quinquennat du gouvernement Macron d’imposer, au nom de la baisse de la dépense publique exigée par les institutions financières, une réduction du budget de fonctionnement de 10 milliards d’euros aux collectivités territoriales. Il n’est pas acceptable que les agents territoriaux servent de variable d’ajustement comptable pour accompagner les baisses de dotation et le désengagement de l’État.

L’utilité du service public est une évidence et passe par le recrutement massif de fonctionnaires territoriaux, lesquels, rappelons-le sont en première ligne pour affronter la crise sanitaire d’une ampleur inédite. C’est tellement vrai que, par exemple, durant le troisième confinement, les crèches privées de notre ville étaient fermées et les enfants des parents prioritaires inscrits dans ces établissements étaient, de ce fait, confiés aux crèches municipales !

Et comment ne pas évoquer, par ailleurs, l’émotion, la colère et la mobilisation le 5 mai des agents du service des sports qui ont manifesté en mairie alors qu’en séance du Comité Technique la Direction soumettait au vote des organisations syndicales un nouvel organigramme comprenant le démantèlement de leur service. Ainsi, au 1er janvier 2022, les gardiens des équipements sportifs, soit 80% des effectifs du service des sports, devraient être transférés à la direction des bâtiments, sous couvert d’une montée en compétence, notamment en matière de sécurité. En d’autres termes, c’est « votez et on discutera ensuite », méthode que syndicats et agents ont refusé tout net, tant la méthode et le fond sont contestables.

LE FOND : Les gardiens des gymnases et des stades sont en contacts étroits avec le public, les scolaires, les associations et participent activement aux événements de la ville. Ils assurent la maintenance au quotidien des équipements et leur présence, jusqu’à 23h, permet de répondre aux besoins des utilisateurs chaque fois que nécessaire. Dépouiller un service qui fonctionne parfaitement pour en grossir un autre est une aberration, d’ailleurs, en Seine-Saint-Denis aucune commune n’a dissocié le personnel des équipements sportifs du service des sports.

LA FORME : ne pas informer les intéressés, imposer une réorganisation puis entamer une pseudo concertation est, pour les agents, un manque de respect évident.

Devant cette levée de boucliers unanime, M. Allemon a consenti à dissocier ce vote des autres points abordés en Comité Technique, à organiser la concertation avec les intéressés puis à inscrire cette question pour vote au Comité Technique de décembre 2021 pour une mise en place en janvier 2022.

Les agents entendent mettre à profit ce délai pour analyser, faire un diagnostic et des propositions dont la finalité ne sera pas de démolir leur entité mais de construire, pourquoi pas, des passerelles avec la direction du bâtiment avec un seul but : le meilleur service rendu aux noiséen.ne.s.

Pour l’heure, les agents communaux dans leur globalité restent vigilants sur la mise en œuvre de la loi de transformation de la fonction publique, ses retombées sur les services, les conditions de travail, les rémunérations et … d’éventuelles réorganisations à venir.

Leur objectif : le développement du service public, la défense de l’intérêt général.

« Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! », en cohérence avec ces valeurs, apportera résolument son soutien tout au long de leur combat.

Décisions du Maire

22. Information du Conseil municipal sur les décisions prises par le Maire en application de l’article L. 2122-22 du Code général des collectivités territoriales.

Bon, nous, on pose ça là et on dit ça en italique ...

N° 77 du 17.02.2021 (Culture) : Demande de subvention auprès du réseau Europa Cinémas relative au soutien à la programmation et à la diffusion de films européens non nationaux et à des actions spécifiques menées en faveur du jeune public par le cinéma municipal le Bijou, au titre de l’année 2020.

N° 78 du 17.02.2021 (Culture) : Demande de subvention (volet fonctionnement) auprès de la Région Île-de-France pour le cinéma municipal Le Bijou en raison du contexte sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, au titre de l’année 2020.

N° 119 du 26.03.2021 (Culture) : Approbation de la convention d’objectifs avec EUROPA CINEMAS pour le cinéma municipal Le Bijou dans le cadre du versement de l’aide exceptionnelle COVID 19 et du soutien à la programmation et aux activités Jeune Public pour l’année 2021

N° 120 du 26.03.2021 (Culture) : Demande d’attribution d’une subvention (volet fonctionnement) auprès de la Région Île-de-France pour le cinéma municipal Le Bijou en raison du contexte sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, au titre de l’année 2021.

N° 121 du 26.03.2021 (Culture) : Demande d’attribution d’une subvention (volet investissement) auprès de la Région Île-de-France pour le cinéma municipal Le Bijou en raison du contexte sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, au titre des investissements réalisés pour accueillir le public et protéger les agents.

Les nombreuses décisions du maire concernant le cinéma le Bijou témoignent, à notre avis, de la fragilité de cet équipement engendrée par la crise sanitaire. Il est bien donc de le signaler pour information à chaque noiséen.

N° 88 du 22.0202021 (Finances et commandes publiques) : Passation d'un contrat n° HS21010, selon une procédure négociée sans publicité ni mise en concurrence préalables, avec la société SELDON FINANCE, relatif à l'abonnement à une plateforme de gestion de la dette, et au conseil en gestion de dette.

Ah, la gestion de la dette confiée à une société privée, garantie s'il en est d'efficacité. Marrant d'ailleurs, pas de mise en concurrence, ni de publicité ! Légal, sans doute mais un peu opaque, non ?

N° 96 du 30.03.2021 (Bâtiments et espaces publics) : Signature du marché n° 2019_050 relatif au marché de maîtrise d’œuvre pour les travaux de réaménagement et d’extension du groupe scolaire Les Coteaux

Juste pour signaler cette annonce de travaux dans une ville où la croissance immobilière fait craindre des mauvais jours dans les écoles...

N° 99 du 02.03.2021 (Sécurité et tranquillité publiques) : Passation d’une convention entre la Commune et l’association « RAID AVENTURE ORGANISATION » en vue de l’organisation d’un séjour multisport à Dreux du 19 au 23 avril 2021

Il faut bien former les policiers municipaux, non ? Surfez sur le site de l'association, ça vaut le détour...

N° 131 du 31.03.2021 (Foncier et développement urbain) : Passation d’un bail professionnel entre la Commune et la SELARL CHOUAM en vue de l’occupation à titre temporaire d’un cabinet médical au sein de la maison médicale du Champy sise 3 place du 11 novembre 1918 à Noisy-le-Grand

Juste une remarque qui finalement illustre bien la différence entre une maison médicale et un centre municipal de santé... Le praticien n'est pas en cause, bien évidemment. Disons que l'on pourrait aussi imaginer que celui-ci soit salarié et non pas locataire. Ce qui n'a pas du tout le même sens, à nos yeux.

N° 136 du 02.04.2021 (Ressources humaines) : Passation d’une convention avec la société MICHAEL PAGE Public et Non Profit relative au recrutement d’un Directeur Adjoint du Développement Urbain

Juste comme ça en passant, le développement urbain n'est-il pas une compétence du Territoire ? Cela étant, vu la croissance de la ville, on a sûrement besoin d'expertise. On dit ça, on dit rien ...

***********

A plusieurs, on est toujours plus intelligent ! Donc, merci aux plusieurs qui se reconnaitront pour ce compte rendu de conseil municipal qui a fini bien tard après minuit. Courage à celles et ceux qui bossent le lendemain !

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 16:13

Depuis une semaine, des élèves de deux lycées de Noisy-le-Grand sont en mouvement pour contester les conditions qui leur sont faites, en particulier, pour le passage du baccalauréat. Cela concerne donc les élèves de premières et de terminales.

En cause, les décisions de préparation de l'examen prises par le ministère de l’Éducation Nationale, alors même que chacun sait que la crise sanitaire a imposé des dispositions difficiles (jauge des présences par classe , présentiel réduit, cours par vidéo, inégalités d'un lycée à un autre, etc.).

En cause donc, l'examen par lui-même et la validation du contrôle continu...

Nous avons relayé autant que possible, chaque jour, des images et des interviews par l'intermédiaire de chaque page de "Noisy Solidaire A Gauche Vraiment !" sur les réseaux sociaux.

La volonté de laisser pourrir le mouvement lycéen, alors que plus de 600 établissements voient leur fonctionnement perturbé par cette grève inédite, apparait de plus en plus évidente. Le silence des grands médias le prouve.

Le passage régulier des forces de police, nationale et municipale, compréhensible en soi, l'attitude de vigiles ou de responsable d'établissement comme celui d’Évariste Galois laissent craindre une stratégie de la tension face à un mouvement pacifiste et tranquille qui n'empêche en aucun cas la libre circulation des autres élèves et du personnel, professeurs et agents, de chaque établissement.

Les deux témoignages audio réalisés dans deux des lycées noiséens, ce matin, disent cette crainte, tout en réaffirmant la détermination des élèves en lutte.

Ils méritent notre respect et notre soutien. Ils sont l'avenir !

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2021 4 06 /05 /mai /2021 16:16

TRANSPARENCE …

Les 20 et 27 juin prochains, nous sommes appelés à voter pour les élections régionales et départementales. Malgré la crise sanitaire qui dure depuis plus d'un an, malgré le risque d'une abstention massive, la décision de la classe politique unanime est tombée : le vote aura lieu !

Peu importe qu'aucune campagne électorale sérieuse ne soit possible.

Peu importe que l'absence de débat ne permette pas aux électrices et aux électeurs de choisir dans de bonnes conditions, ni que les débats se limiteront majoritairement à un petit peu d'agitation sur les réseaux sociaux qui ne touchent que celles et ceux qui les consultent, excluant de facto une très large partie de la population !

Seuls les convaincus se déplaceront pour une véritable farce électorale dont l'exemple des dernières municipales avec plus de 63% d'abstention témoigne d'une légitimité douteuse.

La parole au peuple ? Vraiment ? Le respect du suffrage « universel » ?

On nous permettra d'en douter, même si nous ne doutons pas de l'utilité de consultation électorale pour mobiliser la parole des votants ... Oui, mais le plus massivement possible !

Et « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » dans tout ça ? La transparence s'impose …

Pour les élections régionales, malgré ces conditions aussi imparfaites, une majorité de nos sympathisants se sont exprimés pour un soutien à la liste conduite par Clémentine Autain au premier tour du scrutin des Régionales en Île-de-France, pour battre Valérie Pécresse des Républicains et le Rassemblement National de Jordan Bardella.

Pour les départementales, c'est une autre paire de manches ! Les instances représentatives des partis réellement de gauche ont évalué le danger de leur propre concurrence et le risque de voir la Seine-Saint-Denis basculer vers une droite dure.

Deux cantons perdus et le département change de main ! Et l'on peut incontestablement craindre des conséquences néfastes pour la population.

Nous en mesurons le risque en toute conscience et plusieurs d'entre nous, militants d'organisations politiques, ont fait le choix légitime de respecter cet accord tacite dans le département, laissant seule en lice crédible la liste dite « de gauche et écologiste » dans notre canton.

D'autres, tout aussi légitimes dans leur choix, en colère de devoir constater qu'il n’y aura pas moins de 6 candidats de droite, d'extrême centre et d’extrême droite, opposés à un binôme, dit « de gauche » et un autre issu d’une formation marginale d’extrême gauche , considèrent qu'il était erroné de ne pas tenir compte du 2ème tour et qu'il y avait de la place pour la candidature d'un binôme vraiment à gauche.

Surtout avec une campagne électorale tronquée qui se moque des électrices et des électeurs, et quand le principal des candidats sortants dit « de gauche » en est à plus de 20 ans de mandat ! Bonjour le renouvellement en politique et la fin du professionnalisme !

En tout cas, si la gauche veut un avenir, il faut du changement, inévitablement. Ces scrutins n’y participent pas, de fait, compte tenu des conditions réelles de cette pseudo campagne électorale !

Mais nous n'avons pas l'habitude de tergiverser, et au moment de la clôture du dépôt des listes de candidats dans notre canton, ce 5 mai, en toute transparence et dans le respect de ce qui nous unit, « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » ne présentera pas, ni ne soutiendra de candidats pour le 1er tour de scrutin départemental.

Chacun, chacune agira ainsi dans le secret de l'isoloir, en toute indépendance et conscience des enjeux locaux et départementaux, s'il ou elle se déplace pour voter.

Nous verrons bien quelles seront les forces en présence pour le 2ème tour des scrutins, régional et départemental, et nous aviserons en conséquence lors d'un prochain communiqué.

« Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! », le 05 mai 2021

Partager cet article
Repost0
22 avril 2021 4 22 /04 /avril /2021 23:36

Événements au Palacio d’Abraxas

du 13 mars 2021

Réaction de "Noisy Solidaire À Gauche Vraiment !"

Le 13 mars dernier, alors que la brigade de la Compagnie de Sécurisation et d’Intervention de Seine-Saint-Denis a effectué un contrôle d'identité au cœur du quartier du Palacio d'Abraxas près du terrain de jeux, la situation a dégénéré. 5 jeunes mineurs sont placés en garde à vue au commissariat de Noisy-le-Grand. Les mères de famille, dont une conseillère municipale, paniquées ont sollicité la venue d'une adjointe au maire d'astreinte pour les accompagner.

Il ne nous appartient pas de porter un jugement sur le bien-fondé et la nécessité d'intervention de forces de police dans notre ville. La sécurité est effectivement un droit fondamental pour toutes et tous et la Police Nationale en est l'acteur principal, relais indispensable de la Justice.

Les Élus locaux sont aussi garants de ce droit, tout comme ils sont fondés à intervenir conformément au pouvoir de police qui leur est accordé de par la Loi, lorsqu'il leur est délégué par le maire absent, premier responsable.

Qu'un Préfet l'ignore est pour le moins stupéfiant, alors même qu'il s'arroge le droit de tancer une élue de la République par maire interposé !

Peut-être a-t-il, lui aussi, manqué de discernement et devrait-il s'excuser ?

Comment ne pas constater que, renforcés par la crise sanitaire depuis plus d'un an maintenant, les contrôles sont de plus en plus fréquents, en particulier envers la jeunesse, dans nos villes, à Noisy comme ailleurs en Seine-Saint-Denis ?

Comment ne pas lier cela au climat anxiogène dans lequel le pays est plongé et comment pouvoir nier, en plus, la réalité d'une répression policière sur ordre qui, trop souvent, dépasse l'objectif du seul maintien de la paix ?

La multiplication des affaires de brutalités policières est avérée et la Justice tarde à faire son travail en toute indépendance … Adama, Cédric, Rémy, Stève, Zyed et Bouna, Michel... et combien d'autres … la sombre litanie des noms n'est pas le produit d'une haine anti-flic. Ce sont simplement des drames qu'il faut dénoncer pour que le droit soit le même pour toutes et tous sur tout le territoire de la République...

Et, comment, enfin, ne pas penser, comme en témoigne le vote récent de la loi sur la Sécurité Globale, pourtant largement contestée, à la course folle qui s'est emparée de trop nombreux hommes et femmes politiques, de la LREM en passant par LR, dans notre pays, au point de légiférer quasiment à chaque fait divers pour plus de répression ?

Répression dans les manifestations, répression dans les entreprises, répression dans les quartiers populaires, prétendument « territoires perdus de la République », répression maintenant sur la conception même de la laïcité que la Loi de 1905 avait mise à l'honneur de la France…

Répression, répression, répression...

Mais de quoi ont-ils peur, si ce n'est de leur propre abandon du triptyque républicain « Liberté - Égalité - Fraternité » ?

Comment ne pas se rendre compte qu'à vouloir chasser l’électorat sur les terres nauséabondes du Rassemblement National, ils finissent par appliquer les recettes politiques éculées et dangereuses de ce dernier et qu'ils font le lit de celui-ci ?

À Noisy-le-Grand, une élue a été démise de ses fonctions pour être intervenue auprès de la Police Nationale afin d'obtenir des informations à propos de mineurs gardés à vue, puis d'avoir demandé la venue d'un médecin pour constater des contusions sur l'un d'entre eux. Cela s'est mal passé, à l'évidence, et les plaintes déposées permettront de savoir ce qu'il en est réellement.

Pour autant, sa démarche était-elle anormale ? Pour nous, non !

Une grosse partie de sa propre majorité comme de l’opposition a pensé qu'il était nécessaire de la condamner, alors qu'il s'agissait du droit élémentaire d'un citoyen, a fortiori d'une élue soucieuse de la situation d'enfants de ses concitoyens.

Pour nous, cela reste une attitude légitime et respectable et nous refusons d'entrer dans une lamentable polémique politicienne.

ATTENTION ! Le climat dans notre pays est malsain et ce n'est pas seulement en affichant à grands renforts de publicité que l'on est pour la sécurité de ses concitoyens, que c’est la réalité vécue par ceux-ci dans tous les quartiers de notre ville.

Rétablir le lien de confiance avec la Police, demande transparence et respect, tant de la part de la population et des élus que de la part des agents qui composent les forces de police.

Cette affaire montre que nous en sommes loin et nous le regrettons !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 17:08

Aux abonné.es,

Comme annoncé, il y a quelques semaines, la refonte du blog "On a le droit de voir rouge" est quasiment achevée.

Dès le début du mois de mai, le processus de migration arrivera à son terme.

Vous avez choisi, depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, de suivre sur ce blog l'actualité, en particulier mais pas que, de "Noisy Solidaire À Gauche Vraiment !"

Votre fidélité est pour nous la marque d'un soutien démocratique indispensable. C'est pourquoi nous vous proposons de maintenir ce lien nécessaire à l'occasion du lancement du nouveau "On a le droit de voir rouge".

Ce dernier sera dorénavant financé par l'association nouvellement créée, "les Ami.e.s de Noisy Solidaire À Gauche Vraiment !" et vous trouverez le lien avec celle-ci dans la nouvelle configuration si cela vous intéresse.

Vous le savez bien, le pognon, c'est le nerf de la guerre et, là encore, les profiteurs, que vous connaissez comme nous, ne viendront pas nous aider. C'est votre contribution, nécessaire et bienvenue, bien évidemment, qui sera la meilleure garantie de notre indépendance.

Pour l'instant, il est indispensable que vous nous confirmiez votre souhait de rester abonné ou non à notre blog.

Pour cela, deux méthodes possibles :

1) soit adresser d'ores et déjà directement avant le 09 mai 2021 un mail de confirmation de l'arrêt de votre abonnement à l'adresse suivante :

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

Sans mail de votre part à cette date, nous considérerons que vous maintenez votre abonnement et que vous acceptez de figurer sur la future liste d'abonné.e.s. à l'issue de la migration vers le nouveau blog.

2) soit attendre la migration et l'envoi à votre attention du 1er article de la nouvelle formule.

A la réception de cet envoi, une demande de confirmation vous sera communiqué et il suffira de cliquer positivement pour maintenir votre abonnement. Dans le cas contraire, votre adresse mail sera supprimée de notre liste d'abonné.e.s.

Vous remerciant par avance de votre soutien renouvelé et comme le dit la chanson "Les mauvais jours finiront...",

Prenez soin de vous.

On a le droit de voir rouge

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 23:16

      CONSEIL MUNICIPAL

      JEUDI 11 MARS 2021

 

Propos liminaire

Début de conseil sous la direction du 1er Adjoint, Madame la Maire n'est pas encore arrivée...

Et immédiatement l'annonce de la création d'un nouveau groupe au sein de l'hémicycle suite à l'éclatement de celui dit du « Projet Citoyen ». 3 élus d'un côté, 3 de l'autre dorénavant. Sans jubilation excessive du 1er adjoint mais avec une évidente fausse candeur, béate, peut-être, qui pourrait en dire long sur la satisfaction du moment au sein de la majorité électorale municipale, qui voit ainsi plusieurs de ses anciens membres en difficulté …

Prise de parole du nouveau président du groupe des dissidents, puis du représentant du canal historique... Ce qui donne à peu près ça : Ben quoi, moins d'un an après notre élection, on conserve « nos valeurs » mais on n'est plus d'accord entre nous, peut-être bien d'ailleurs avec en toile de fond des ambitions non-partagées pour des scrutins à venir, peut-être bien encore, un petit problème de « gouvernance » au sein de l'ancien groupe et entre colistier.es... Va savoir, Charles !

Et en écho, rien ou peu de nouveau, on garde notre cap et « nos valeurs ». Décidément... « les valeurs » ont bon dos et pour le mea culpa éventuel, on repassera !

Nous, ce que l'on en pense depuis le départ est simple.

Le « Projet Citoyen » est né d'une imposture. Imposture parce que les soutiens officiels macroniens, LREM et Modem, ne faisaient aucun doute dès le départ et imposture parce que, nous citons une communication récente du leader en chef, l'attelage était effectivement « hétéroclite ».

Et ça, à nos yeux, c'est la marque du bluff macronien, comme en 2017 pour la présidentielle dont on voit les limites chaque jour dans le pays. Bluff et épate et rien de nouveau, réellement sur le fond et pour la résolution des difficultés...

Après, que cette liste ait été marquée par une campagne dynamique, l'engagement de nouveaux venus en politique, cela ne fait aucun doute, non plus, et le résultat du scrutin, malgré la très faible participation électorale, ne peut être négligé.

Nous aurions aimé pouvoir en dire autant, cela va de soi.

Après que cet engagement se soit traduit par de nombreuse propositions, par de l'affichage systématique d'un prétendu nouveau monde noiséen, nous restons dubitatifs mais, reconnaissons-le, l'émergence de nouveaux militants, de citoyens engagés dans le débat public, jeunes pour beaucoup d'entre eux, est une bonne nouvelle pour la vitalité démocratique.

Nous ne ferons l'injure à personne de mettre en cause la sincérité de cet engagement ! C'est aussi cela le pluralisme politique. Donc, bienvenus au club, bien trop fermé à notre goût !

Mais, voilà, les ambitions politiques se heurtent au mur de la réalité et le bon coup électoral d'une fois ne peut masquer trop longtemps les divergences, à la fois de méthode et, à la fois, de fond (peut-être) ou de stratégie, trop souvent individuelle.

Donc, le groupe « Engagés pour Noisy » est donc dorénavant constitué de trois élus dont nous pourrons juger de la parole, y compris pendant ce conseil.

Et que vive le pluralisme !

ADMINISTRATION GÉNÉRALE

1. Désignation du secrétaire de la séance du Conseil municipal en date du jeudi 11 mars 2021.

2. Approbation du procès-verbal de la séance du Conseil municipal en date du jeudi 19 novembre 2020. 3. Approbation du procès-verbal de la séance du Conseil municipal en date du lundi 14 décembre 2020.

3. Approbation du procès-verbal de la séance du Conseil municipal en date du lundi 14 décembre 2020

4. Représentation-substitution de l’Établissement Public territorial Grand-Orly Seine Bièvre au sein du Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France (SIGEIF).

Cuisine interne, pas de commentaire

5. Modalités d’exercice du droit au remboursement par la Commune des frais engagés par des élus locaux pour l’exercice de leur mandat.

Ce que cela nous inspire ...

Ce droit au remboursement s’inscrit dans le cadre du Code général des Collectivités qui définit notamment les conditions d’exercice des fonctions électives. Toute disposition qui permette l’accès de toutes et tous à l’exercice de mandats électifs dans les meilleures conditions est un enjeu démocratique.

C’est pourquoi, il faut encore renforcer un statut de l’élu.e qui permette à chacun.e d’accéder à un mandat électif tout en lui garantissant de valoriser les nouvelles compétences acquises, un statut de l’élu.e qui permette aux femmes d’exercer ce mandat à égalité avec les hommes, un statut de l’élu.e qui permette à chacun, chacune d’apprendre et de se former, tout au long de son mandat.

6. Règlement intérieur du Conseil Municipal.

Ce que nous en pensons...

Des avancées et des reculs, ce sera la marque du règlement intérieur de ce nouveau mandat.

- Une avancée avec le droit d'expression individuel, enfin notifié, dans les publications de la ville. Encadré, bien évidemment, on saluera quand même le principe tant bafoué, alors qu'il était prévu par la loi en qualité de droit imprescriptible individuel, mais, ça va mieux en l'écrivant.

Pour autant, on demande à voir ce qu'il en sera, tant le naturel du « Pouvoir » revient au galop lorsqu'il s'agit de respecter un avis contraire et sa publication dans un organe de presse papier ou dématérialisé dont le premier responsable est … le maire !

- Avancée aussi, la possibilité de consulter un dossier concernant un service public municipal pour un conseiller municipal. Bien sûr, la procédure sera strictement encadrée mais au moins, c'est écrit donc opposable.

- Avancée encore, la conférence des présidents de groupe en amont de chaque conseil municipal qui pourrait permettre de déminer, et non pas les édulcorer, les sujets sensibles. Avec un bémol, toutefois, un recul donc, par l'officialisation de l'autorisation de constitution d'un groupe à partir de deux personnes. Ce qui signifie que NSAGV n'aurait jamais pu participer à une telle conférence, si l'on tient compte de la règle en vigueur lors du précédent mandat.

Or, la proportionnelle au plus fort reste, lamine de fait, les listes qui rassemblent le moins de votants. Une raison supplémentaire pour réclamer un scrutin proportionnel intégral pour garantir une juste représentation politique …

- Autre bémol, et non des moindres, le principe de lots pour les délibérations, à caractère technique sans doute, principe arrêté par la conférence des présidents, et donc votées globalement en fin de séance, si nous avons bien compris. Or, cela signifie, en creux, qu'il n'y a pas de débat possible au cours de la séance publique du Conseil Municipal.

On comprend bien l'intention de ne pas surcharger un ordre du jour mais c'est la séance plénière qui permet de légiférer et, non pas, une instance discutable en soi, en amont de ladite séance.

En plus, ce mode de fonctionnement, tout compréhensible qu'il soit, peut permettre de gommer le droit inaliénable individuel d'intervention de chaque conseiller municipal, au prétexte que les présidents de groupe auraient tranché...

D'autant plus dirons-nous que rien n’empêcherait une décision, elle aussi de bon sens, celle de raccourcir les ordres du jour en prévoyant deux petits conseils municipaux plutôt qu'un gros qui finit à plus d'heure... au moins pour respecter celles et ceux qui ne sont pas des professionnels … de la politique.

Et comme, le diable se cache dans le détail, comment ne pas voir une possibilité de restriction de ce droit individuel et un risque d'opacité à l'égard des citoyen.nes ?

- Avancée dans le texte que la possibilité de déclencher une mission d'information ou d'évaluation à partir de la demande d'un sixième des conseillers municipaux, soit 8 élus si notre décompte est bon, pour un délai d'instruction pouvant durer jusqu'à 6 mois sur un sujet lié au fonctionnement d'un service municipal, par exemple. Bémol, à l'évidence, que l'obligation d'une majorité absolue en conseil qui vient réduire à néant ce type d'initiative, pourtant bienvenue.

Ce qui nous faire dire que l'effet d'annonce est beau mais que la réalité politique et partisane continue d'imposer sa logique. Pas demain la veille que l'on puisse avoir un vote majoritaire de bon sens pour étudier le bien-fondé d'une délégation de service public !

- Enfin, au chapitre des reculs, comment ne pas constater que la tribune des groupes d'élus, initialement arrêtée à 4500 signes à partager auparavant en trois, se trouve réduite de fait puisqu'un nouveau groupe vient de naître...

Il aurait été de bon sens de sanctuariser l'expression des groupes à hauteur de 1500 signes, plutôt que d'écrire que la quantité maximum pour tous les groupes était de 4500 signes.

- De même, non pas des reculs mais plutôt la persistance de pratiques réductrices du débat démocratique, écrit noir sur blanc, les vœux proposés en conseil municipal, au-delà de leur approbation préalable, ce qui en soi est pour le moins effarant, ne peuvent concerner que la vie de la commune.

Nous savons bien que la notion peut être extensive, ce fut le cas par le passé pour la solidarité suite à des événements majeurs au-delà de notre ville, mais l'écrire à nouveau signifie explicitement qu'un conseil municipal est une instance mineure sur le plan démocratique et, qu'à ce titre, il ne peut s'exprimer sur des sujets d’intérêt général qui dépasseraient les frontières de la commune.

C'est, selon nous, une hérésie démocratique car les élus municipaux sont aussi des représentants de la République.

- Comment ne pas conclure sans parler de la cerise sur le gâteau, les décisions du maire ?

C'est quoi les décisions du maire ? Ben, tout simplement, tous les pouvoirs qui lui ont été confiés en début de mandat par sa majorité, et ils sont nombreux, qui lui permettent de gérer la ville sans en rendre compte réellement devant le conseil municipal. Évidemment, on ne pourra lui reprocher de procéder à l'attribution de concession dans les cimetières de la ville sans passer par l'assemblée délibérante. C'est une question de bon sens...

Mais la délégation est tellement vaste que l'opacité de telle ou telle décision ne peut être totalement écartée.

Or, ce règlement intérieur nous explique que les décisions du maire, vues en fin de conseil et généralement tard, très tard, ne donnent pas lieu à débat.

Et dans la mesure où à chaque fois qu'une demande d'information sur une décision se conclue par un « on vous donnera la réponse par écrit », chacun.e pourra mesurer que la possibilité de refuser tout débat pose un véritable problème démocratique.

Surtout quand la réponse écrite, lorsqu'elle finit par arriver, n'est rédigée que de façon strictement administrative...

7. Fixation des crédits alloués à la formation des élus municipaux pour l’exercice 2021.

C’est réglementaire…

Une remarque d’importance cependant (qui fait écho au point 26) : pourquoi les élus peuvent se faire rembourser les frais de repas alors que les agents n’ont pas cette possibilité ?

Nous considérons injuste la règle considérant Paris et la petite couronne comme une unique unité administrative (et donc expliquant que les repas ne soient pas financés) et d’autant plus injuste cette différence de traitement élus/agents.

DÉMOCRATIE LOCALE

8. Approbation de la charte du Conseil des Jeunes de Noisy-le-Grand.

Notre avis ...

Noisy Solidaire À Gauche Vraiment est évidemment favorable à l’installation du Conseil Municipal des Jeunes (CMJ). Les reconnaître comme partenaires à part entière dans la vie de la cité, s’inscrit dans une démarche de réflexion globale sur le statut de l’enfant dans notre société, en référence à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Ainsi, entendre leur point de vue, leur permettre d’écouter celui des autres enfants pour collecter leurs propositions et construire des projets pour améliorer la vie des habitants fait partie de l’apprentissage de la citoyenneté.

Deux éléments de la charte ont cependant retenu particulièrement notre attention.

  • Le préambule fait référence à la « notion de laïcité ». Or, les valeurs du Conseil Municipal des Jeunes sont celles de la République française dont la devise rappelée à l’article 2 de la Constitution de 1958 repose sur la philosophie des Lumières et les principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : Liberté, Égalité, Fraternité. De la même façon, le Conseil Municipal des Jeunes s’appuie sur des principes de la République française : Laïcité, Démocratie, Solidarité. Il ne peut donc être question de « notion » mais de « principe ».

  • Le texte précise par ailleurs : « les membres du Conseil des Jeunes développeront un lien privilégié avec les acteurs locaux afin de répondre au mieux aux besoins et attentes des jeunes dans la ville. » Or, une clause de confidentialité stipule que « les membres du Conseil des Jeunes s’engagent à garder confidentiels toute information et tout document mis à disposition par la collectivité dans le cadre de leur travail. Aucune information sur leurs travaux ne sera divulguée avant que le maire ou son représentant élu n’ait eu connaissance de l’avancement des travaux et n’ait donné son accord. »

Cette clause nous semble contradictoire avec la nécessaire relation entre les élu-e-s du CMJ et les autres jeunes sur le suivi des projets qu’ils portent ensemble. Entendre leurs éventuelles critiques pour enrichir les projets supposent d’être en lien avec les lieux de vie de jeunes (l’institution scolaire, les associations, clubs de jeunes…) en mettant à leur disposition tous les outils de réflexion. Ce ne peut être qu’une source d’enrichissement et d’ouverture sur le territoire.

Le préambule de la charte présentée à la séance du Conseil Municipal indique respecter la Convention Internationale des droits de l’Enfant, or l’article 13 stipule « L’enfant a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend : la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées (…) sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique ou par tout autre moyen du choix de l’enfant. L’exercice de ce droit ne peut faire l’objet que des seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires : « au respect des droits et de la réputation d’autrui, à la sauvegarde de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé ou de la moralité publique ».

Pour conclure, nous avons pris soin d’étudier des chartes de CMJ dans de très nombreuses communes, nous n’avons pas retrouvé trace de cette clause de confidentialité, ce qui confirme qu’elle n’est pas nécessaire.

Faisons confiance à nos jeunes, que diable !!!

FONCIER ET DÉVELOPPEMENT URBAIN

9. Rétrocession du fonds de commerce d’une boucherie-charcuterie situé au 180 rue Pierre Brossolette à Noisy-le-Grand – Approbation du cahier des charges.

Ce que l'on pourrait en penser ...

Un boucher en centre-ville, quelle bonne idée ! Voilà, un moment que cette situation dure et que ce local emblématique de la rue commerçante reste obstinément vide suite au litige entre la ville et l'ancien boucher …

Il était donc temps de passer à autre chose, ce qui vient de commencer avec la préemption de la ville suite à la liquidation judiciaire de l'ancien fonds de commerce.

Nous ne rentrerons pas dans le détail de ce conflit. Ce que nous dirons simplement, c'est qu'il y a de la place pour un boucher dans cette rue. Et que l'on ne nous parle pas de la concurrence car il fut un temps, pas si lointain, où, en plus du marché, en plus du rayon boucherie de la surface commerciale proche, il y avait dans ce périmètre … deux boucheries qui semblaient bien fonctionner, l'une d'un côté de la place de la mairie, l'autre... de l'autre côté...

Peut-être finalement une histoire de prix et de qualité qui fait l'arbitrage de la clientèle, au bout du compte ?

Ce que nous notons, en revanche, c'est que la ville a laissé des plumes dans ce contentieux et qu'il n'y a pas de raison, dans le respect du cahier des charges, que la rétrocession ne se fasse pas en fonction du mieux offrant, ce qui est de bon sens.

Ainsi, le prix minimum devra tenir compte des pertes antérieures et du coût de la préemption.

Non pas pour étrangler d'emblée un acquéreur mais tout simplement parce que la ville fait déjà un effort significatif en consentant un loyer, selon nous, favorable à la continuité de cette exploitation commerciale.

Voilà, c'est dit, passons réellement à autre chose ...

10. Cession de biens communaux sis 1-5 rue de la Chapelle à Noisy-le-Grand cadastrés section CM n°24 et 52

Un sujet qui fâche ? Vraiment ?

Il aura suffit d'un problème, sans doute, bien réel de stationnement dans le futur pour déclencher l'ire des groupes de l'opposition. Ainsi donc, la proposition de céder des locaux à l'angle de la rue de la Chapelle, zone très active comme chacun le sait, pour les bureaux d'une société existante, pour créer une petite surface commerciale bio et une salle de réunion privée de 300 personnes n'aura pas trouvé grâce...

Qui rappelle son programme électoral... Qui fustige les liens avec la société acquéreuse et qui oublie … qu'il n'y a rien à cet endroit pour les habitant.e.s de ce secteur... et c'est une réalité. Et de nous rappeler les sacro-saintes lois de la concurrence vis à vis du supermarché du carrefour des Richardets …

On croit rêver !

Pour nous, le raisonnement est simple. Cette partie de la ville qui longe l'autoroute ne revêt pas un caractère essentiel pour la ville. Si un entrepreneur veut prendre le risque de créer de nouvelles activités, dont un commerce de proximité à cet endroit dans cette zone pavillonnaire, il ne nous paraît pas totalement absurde que la commune puisse prendre la décision de libérer cette enclave, sous réserve, à l'évidence que le problème du stationnement soit résolu de façon satisfaisante.

Quand à la salle de réunion privée, aurions-nous trop de locaux disponibles dans notre ville pour répondre à la demande, notamment pour les événements privés ? Rien n'est moins certain ! Et la question de son attractivité est celle que doit se poser son futur propriétaire...

Enfin, on aura entendu des choses étonnantes comme, par exemple, comment cette société privée plutôt spécialisée dans la construction peut-elle se diversifier de la sorte ?

Ah bon, c'est aux élus d'en décider ? Occupez-vous plutôt des délégations de services publics et de la casse de la fonction publique, non ?

11. Cession au profit de la SOCAREN du pavillon d’habitation sis 8 bis rue Pierre Brossolette (lot 2) à Noisy-le-Grand et cadastré section AW n°554 et 555.

Notre réflexion ...

Cette cession entre dans le cadre de la réalisation de la ZAC des Bas-Heurts.
Le but étant de créer, en concertation avec les habitants qui se sont battus pour préserver les pavillons existants tout en intégrant les nouvelles constructions de façon la plus harmonieuse possible ainsi que de développer un quartier résidentiel tenant compte des quartiers pavillonnaires environnants en lien, aussi, avec le nouveau quartier de Maille -Horizon -Nord en prolongeant notamment son jardin public.

Ce pavillon fait partie du lot M4 (à l’angle de la rue des Aulnettes et de la rue Pierre Brossolette, incluant le passage des Aulnettes) dont la réalisation a été confiée à la société BRÉMOND.

Sur ce lot M4 seront donc construits des pavillons et des petits collectifs de faible hauteur. Cette démarche de concertation (tenue de plusieurs ateliers incluant les habitants et les riverains) a permis d’obtenir l’assentiment des parties concernées. Dont acte.

Nous ne pouvons que reconnaître les bienfaits d’une concertation qui aurait dû avoir lieu dès le début du projet d’aménagement de ce quartier sous le mandat de la municipalité socialiste.

TRANSPORTS ET CIRCULATION

12. Approbation de la convention particulière avec le Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Électricité en Île-de-France (SIGEIF) pour la création, l’entretien et l’exploitation d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques sur la commune de Noisy-le-Grand.

Quelques remarques ...

Si on peut saluer l’initiative qui vient compléter le futur dispositif d’autopartage, il est dommage de ne pas disposer des éléments qui ont permis à la municipalité de choisir les emplacements. Autre point, soulevé d’ailleurs en séance par le groupe ANR : pourquoi ne pas utiliser le dispositif métropolitain (Metropolis) ?

La réponse de Mme la Maire laisse dubitatif (« quand on a commencé à discuter, Metropolis n’existait pas et ce n’est pas pareil »).

Une seconde remarque en passant : pas d’autopartage, ni de bornes de recherche au niveau de la gare des Yvris (certes moins fréquentée que les autres gares RER de la ville).

 

 

13. Approbation de la convention de délégation de compétence en matière de services spéciaux de transport public routiers réservés aux élèves (circuits spéciaux scolaires) avec Île-de-France Mobilités.

Ce qui nous turlupine de plus en plus ...

Bien évidemment, la mise en place d’un mode de transport qui permettent à des enfants éloignés de leur école de s’y rendre en toute sécurité est une disposition à saluer.

Nous avons compris qu’« Île-de-France Mobilités est responsable de l’organisation, du fonctionnement et du financement des services de transports scolaires en circuits spéciaux scolaires. Ces derniers sont mis en place dès lors qu’il n’existe pas de lignes régulières (routières ou ferrées) permettant aux élèves franciliens de moins de 21 ans de se rendre de leur zone d’habitation à leur établissement scolaire. Ces services sont majoritairement délégués à des Organisateurs Locaux (OL) qui sont les interlocuteurs des familles. » (sur le site d’Île-de-France Mobilités).

C’est donc le principe qui a été voté. Il s’agit d’une délégation de compétences qui sera vraisemblablement confiée à un opérateur privé qui n’est pas encore défini.

Peut-être est-il naïf de penser que le service transport de la ville aurait pu assurer ce service, comme il assurait auparavant le transport des élèves vers les classes « spécialisées » ?

De toute façon, les cars ont été vendus, les chauffeurs non remplacés ; alors…

Mais bon, il est vrai qu'il fallait trouver une solution pour les enfants habitants dans des immeubles collectifs excentrés, dont le construction fût autorisé en son temps par un ancien maire... sans solution, ni de transport, ni d'école à proximité... Mais les bonnes questions restent !

14. Approbation des gratuités et exonérations des droits de stationnement sur voirie à titre temporaire dans le cadre de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire.

Cela va de soi, tout comme ira de soi le soutien aux commerçants fermés bénéficiaires de coques appartenant à la ville...

LOGEMENT ET HABITAT

15. Octroi de la garantie communale pour les emprunts souscrits par la société SEQENS ACCESSION auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations et la Caisse d’Épargne et de Prévoyance Île-de-France, en vue de la réalisation d’une opération de 22 logements en location accession (PSLA) dans la résidence « Les Jardins d’Abraxas » située rue du Clos des Aulnes, et approbation des conventions y afférentes.

Ce qu'il faut dire …

22 logements en accession à la propriété, voilà ce pourquoi, la commune est invitée à garantir les emprunts !

Nous, qui étions habitués à voter sans difficulté les garanties d'emprunt dans le cadre de programme de construction de logements sociaux en location pour celles et ceux qui en ont besoin, sommes scotchés devant cette proposition...

La France des propriétaires est en marche et Noisy-le-Grand apporte sa contribution ! Et on entend déjà la belle unanimité lors de conseil municipal...

Non pas que nous contestions la démarche de ce bailleur de proposer un mécanisme social d'accession dont nous ne mettons pas en doute la qualité et le respect à l'égard des futurs propriétaires, mais tout simplement parce qu'à nos yeux, il s'agit d'une forme de détournement du principe de l'octroi de garantie communale en faveur de la construction de logements sociaux, donc locatifs en priorité, alors que les besoins sont si grands.

La note de présentation le dit crûment en mentionnant le montant des loyers acquisitions. Même si les tarifs indiqués, à surface égale, sont sans doute inférieurs au prix du marché noiséen, même si les modalités de la construction restent favorables avec une TVA réduite. Il n’empêche, chacun en conviendra, qu'il ne s'agit pas avec une telle réalisation de participer activement à la résolution du mal logement ou de son insuffisance dans notre commune.

Nous maintenons notre point de vue, la garantie communale pour la construction de logements sociaux n'est pas faite pour une opération de ce type. Et nous ne sommes pas inquiets pour le promoteur qui s'engage dans celle-ci.

Pour les finances de la commune, par contre, si !

BÂTIMENTS ET ESPACES PUBLICS

16. Approbation de l’avenant n°1 à la convention de mandat entre la Commune et la SOCAREN pour la construction d’une annexe au groupe scolaire Samuel-Wallis en raison de l’évolution du programme vers la construction d’une nouvelle école élémentaire dans le quartier de Maille Horizon Nord.

Encore un sujet qui fâche mais beaucoup plus sérieusement ...

À propos du groupe scolaire Samuel Wallis, nous sommes désolés d’avoir eu raison avant tout le monde.

Petit rappel de diverses alertes de NSAGV :

10/10/17 : « Nous n’avons pas trouvé les chiffres d'estimation des besoins scolaires par rapport à la construction de logements ? Il nous semble qu’il y a un manquement de l'étude d'impact sur le sujet.

Le groupe scolaire de la Varenne déborde. Le nouveau groupe scolaire du quartier Maille Horizon sera vraisemblablement vite plein s’il accueille les enfants du nouveau quartier et ceux de l’école du clos des Aulnes.

Sera-t-il en capacité de permettre un allègement des effectifs de la Varenne ?

Et l’école de la rue Navier sera peut-être dans la même situation vus tous les projets immobiliers. »

8/02/2018 : « Pour revenir aux questions de périmètre, concernant le mal nommé groupe scolaire Samuel Wallis, vous prévoyez une extension importante du secteur de recrutement : ancien secteur du Clos des Aulnes + 8 voies du nouveau quartier Maille Horizon + 8 voies de l’actuel secteur de la Varenne.

Vous annoncez 13 classes élémentaires et 8 classes maternelles. Ce qui ne suffira pas à terme pour le secteur considéré. »

4/07/19 : « Le projet porte sur la construction d’une annexe provisoire de 8 classes à un coût estimé aujourd’hui à environ 3,8 millions d’euros dont 100.000 euros versés au mandataire…

Quid des délais de réalisation de l’extension (la ville s’engage à acquérir le terrain un an maximum après la signature du mandat) ?

Pourquoi le groupe scolaire Samuel Wallis a-t-il été sous-dimensionné ?...

L’urgence de trouver une solution pour construire des moyens d’accueil pour les élèves montre à quel point vous ne maîtrisez pas le rythme de l’urbanisation de la ville.

Les constructions de logements doivent obligatoirement être accompagnées des équipements publics suffisamment dimensionnés pour répondre aux besoins des habitants, particulièrement en matière scolaire. » En réponse, Mme Marsigny annonçait l’ouverture de l’annexe en septembre 2021 !

Malheureusement, au risque de jouer les Cassandre, personne ne semble s’inquiéter de ce que le nouveau groupe scolaire ne comporte que des classes élémentaires.

Pas de classes maternelles annoncées. 8 classes maternelles pour 21 classes élémentaires pour le quartier, n’est-ce pas une fois de plus sous-dimensionné au regard de la population présente et à venir ?

ÉDUCATION ET ENFANCE

17. Attribution de subventions au titre des projets du Parcours Éducatif Artistique et Culturel (PEAC) pour l’année 2021.

L'évidence même... et on aimerait tellement qu'une ministre de la Culture fasse son boulot plutôt que de la représentation...

18. Attribution d’une subvention à l’école maternelle Les Abeilles dans le cadre des projets d’écoles maternelles et élémentaires au titre de l’année scolaire 2020/2021.

Ce que nous écrivions en novembre 2020 sur le sujet :

« En ces temps de pandémie, NSAGV souhaite réaffirmer la place essentielle de l’école dans l’accès à la culture. C’est par des projets culturels porteurs d’apprentissages que l’école permet au plus grand nombre de rencontrer des artistes et des œuvres au sein de structures auxquelles tous n’auraient pas accès. Il en est ainsi pour l’Espace Michel Simon et sa programmation scolaire, ainsi que le cinéma Le Bijou et les dispositifs « École et Cinéma » et « Ciné Kid ».

Le choix gouvernemental de considérer comme non-essentiels les lieux de culture est un renoncement mortifère à la culture pour tous.

Alors que ces lieux ont mis en œuvre des protocoles sanitaires stricts, il serait plus dangereux d’assister à une séance de cinéma, à une représentation théâtrale que de déambuler dans un centre commercial ou de se rendre dans un lieu de culte!

Les écoliers noiséens n’ont donc accès ni aux structures municipales, ni aux musées nationaux et départementaux. Depuis le mois de mars (2020), dans les écoles, des visites, des représentations ont dû être annulées. Ce sont autant d’espaces d’ouverture culturelle et de construction de soi qui font défaut à ces jeunes enfants.

N’y a-t-il pas une certaine incohérence à « parquer » les enfants dans les classes, tout en leur refusant la possibilité d’assister à un spectacle avec leur école ou leur famille ? La culture fait « marcher » les cerveaux, permet de partager la magie, la beauté et contribue à se construire en se confrontant au monde.

La ville aura à s’interroger sur la mise en œuvre d’actions volontaristes dans ce domaine, pour sortir de la sidération culturelle imposée à tous et qui touche particulièrement les jeunes noiséens, victimes de décrochage culturel. C’est une question de salubrité publique. »

Cela reste vrai puisque rien n’a changé ou presque…

Aujourd’hui, le monde de la Culture, « bien » non-essentiel en grande souffrance, les compagnies, les artistes se mobilisent partout dans le pays.

Plus d’une trentaine de théâtres sont occupés par les artistes, technicien.ne.s, précaires, chômeur·se·s, étudiant.e.s, gilets jaunes, spectateur.rice.s, citoyen.ne.s…

Pour sortir de la crise sanitaire et sociale : vaccinons-nous aussi contre le poison de l’inculture !

SOLIDARITÉ

19. Approbation des critères d’éligibilité au programme d’aide à l’inclusion numérique « Ordinateurs Solidaires » tendant à la donation d’ordinateurs à des familles noiséennes concernées par la fracture numérique.

Ce que nous en pensons ...

L’initiative de la Ville est à encourager d’autant plus en cette période difficile. Néanmoins, comme souvent avec cette équipe municipale, cela ressemble à une opération de communication solitaire : les critères utilisés sont obscurs, la consultation n’a pas été complète, la distribution a déjà eu lieu accompagnée d’une communication appuyée.

La crise sanitaire dont nous venons de fêter tristement le premier anniversaire a rendu visible la fracture sociale préexistante dans notre pays. La fracture numérique n’est qu’un symptôme de ce fossé qui existe entre nos concitoyen.ne.s. Au-delà de ces considérations numériques, nous aurions souhaité que Mme la Maire nous fasse un état des lieux de la situation des habitant.e.s, notamment les plus impacté.e.s par la crise économique qui fait suite à la crise sociale.

Quelle est la situation des Noiséen.ne.s ? Quelle initiative prend la Ville pour les étudiant.e.s que l’état a abandonné ?

Nous réaffirmons que notre proposition d’un observatoire municipal aurait un rôle primordial pour aider au plus près nos voisin.e.s.

Sur la distribution à proprement parler, quelques remarques s’imposent.

Concernant le choix des enfants de CM1, pourquoi pas ? Il convient toutefois de préciser que le Ministère de l’Éducation nationale ne remet que quelques tablettes à des élèves de CE2 identifiés. Tous ne sont pas concernés, loin de là.

Par ailleurs, les critères retenus pour l’octroi d’un ordinateur nous semblent méconnaître les conditions d’utilisation des familles comportant plusieurs enfants scolarisés.

Des écoles du REP (Réseau d’Éducation Prioritaire) n’ont pas pu identifier d’élèves répondant aux critères retenus. Et pourtant, les enseignants de ces écoles savent combien il a été difficile pour nombre de familles de maintenir le lien avec l’école avec un équipement pour toute la famille, parfois un téléphone, lors du confinement de mars à mai 2020.

Dans ces foyers, il a fallu en prioriser l’usage entre lycéens, collégiens, écoliers en primaire et en maternelle et parfois parents.

Les disparités d’équipement s’accompagnent souvent d’inégalités liées aux usages du numérique et à l’accès à internet. Le confinement du printemps 2020 a mis au jour une situation inquiétante en la matière. D’autant plus inquiétante, que la crise sociale touche essentiellement les mêmes familles.

En novembre 2019, Pascal Plantard, anthropologue des usages des technologies numériques, professeur de sciences de l’éducation, écrivait :

« Pour les « zones sensibles », la plupart du temps périurbaines, comment redonner de l’espoir, de la réussite scolaire et du pouvoir d’agir aux jeunes en déshérence ? De nombreuses initiatives territoriales démontrent la pertinence des cultures numériques dans des processus d’empowerment (pouvoir d’agir) des personnes et des territoires en difficulté (tels l’école inversée, la ludification 9 des apprentissages, Tran-sapi, les cartes subjectives, les Fab Labs solidaires, les chantiers-écoles multimédias...). Ce n’est pas d’un petit plan « tablettes » mais d’un grand plan pour l’éducation prioritaire dont nous avons besoin, un plan numérique où les écoles, les collèges et les lycées connectés de la République se situeraient prioritairement en zone urbaine sensible. »

L’accès aux usages du numérique constitue un enjeu démocratique. Il s’agit bien d’égalité des droits plus que d’égalité des chances. Il y a là matière à réflexion.

VIE ASSOCIATIVE ET VIE DES QUARTIERS

20. Approbation des demandes d’agrément pour les maisons pour tous du Champy et du Jardin des sources, auprès de la Caisse d’allocations familiales (CAF) de la Seine-Saint-Denis.

Évidemment ...

SPORT

21. Attribution de subventions à diverses associations sportives locales au titre de l’exercice 2021.

Nous, on pense cela ...

Nous l’écrivions en décembre dernier lors de la présentation des subventions allouées à diverses associations sportives locales pour l’année 2021, la crise sanitaire et sociale frappe toutes et tous : agents du service public, salariés, entrepreneurs, petits chefs d’entreprise, indépendants, associations et notamment les associations sportives.

Fragilisées économiquement par les différentes périodes de confinement puis par une baisse importante des adhésions, certaines associations sportives pourraient ne pas s’en remettre alors que nous n’avons aucune certitude quant à la fin de la pandémie.

Considérée comme une activité non essentielle par les pouvoirs publics, la vie associative et sportive fait face à une crise sans précédent :  Pourtant nous le savons bien, la sédentarité tue sans bruit. Les conclusions scientifiques le prouvent. Ne pas pratiquer d’exercice physique favorise le développement de nombreuses pathologies au pronostic grave, telles que l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires ou encore les troubles musculo-squelettiques.

La crise due au Covid-19 pose aujourd’hui la question de la pérennité de certains de nos clubs. Plus fondamentalement, l’enjeu porte sur le droit au sport pour toutes et tous, et sur les moyens mis en œuvre pour lutter contre des inégalités toujours plus importantes.

Le monde de la culture a exprimé sa souffrance face à la crise, celui du sport s’est montré plus discret. Pourtant, en France près de 90 % des associations sportives ont dû interrompre leurs activités, notamment les petites associations dont le budget annuel est inférieur à 50 000 euros.

D’après une enquête réalisée auprès des clubs fédérés par le Comité national olympique et sportif français (Cnosf) en octobre 2020, les chiffres étaient déjà alarmants : « Sur un échantillon représentatif de 36 000 clubs, on constate un déficit de recettes d’un montant de 376 millions d’euros, dont 260 millions de pertes de cotisations et 116 millions de pertes “autres” (subventions, partenariats, billetterie…). » Avec la non-reprise d’un grand nombre d’activités en janvier 2021, la baisse des ressources s’est amplifiée, pour les clubs comme pour les fédérations dans leur diversité.

Nous considérons que la situation exceptionnelle dans laquelle nous vivons, implique que nos associations noiséennes puissent bénéficier de subventions à un niveau supérieur pour cette saison 2021, que l’on pourrait compléter par des dispositifs exceptionnels de soutien.

Et ce, malgré les dispositions de droit commun dont les associations sportives employeuses ont bénéficié (chômage partiel et fonds national de solidarité), et le déblocage par le Comité national olympique et sportif français et l’Agence nationale du sport de 900 000 euros en 2020 pour venir en aide aux fédérations les plus touchées, auxquels devraient s’ajouter 20 millions d’euros répartis par l’Agence nationale du sport en 2021.

22. Approbation des conditions du parrainage des entreprises intéressées dans le cadre de la retransmission des matchs de football à l’occasion de la Coupe d’Europe de la discipline.

Si on peut le faire, tant mieux ...

SÉCURITÉ ET TRANQUILLITÉ PUBLIQUES

23. Approbation de la convention relative au projet Médiateur à l’école, dispositif de médiation sociale en milieu scolaire pour la période 2020-2022.

Sans doute indispensable …

La dure crise sociale qui s'accélère avec la crise sanitaire ne peut laisser l'école indemne. A l'évidence, les relations sociales dans l'enclave scolaire peuvent se tendre, à la mesure de la souffrance d'une partie de la population, plus sévèrement touchée par la précarité et des conditions de vie difficile, mais aussi en raison d'une forte attente d'une école publique que l'on laisse se dégrader délibérément.

Il suffit de voir les derniers chiffres communiqués par le Ministère de l’Éducation pour le recrutement de professeurs des écoles pour s'en convaincre. Moins 900 postes pour le prochain concours , et particulièrement dans notre département !

Alors, oui, à défaut de mieux, il faut sans doute, nous le regrettons, des instruments de médiation pour mieux gérer la colère et l'incompréhension...

24. Approbation de la convention relative à la sécurité et à la prévention de la délinquance et de la radicalisation dans le logement social en Seine-Saint-Denis.

Ce qui nous inquiète ...

Ah, les territoires perdus de la République ! Ah, les zones de non-droit !

Et rajoutons un soupçon d'islamo-gauchisme et le tour est joué pour une lepénisation des esprits qui s'installe de plus en plus durablement dans notre imaginaire collectif ...

Que l'on se comprenne bien, il ne s'agit pas de nier les difficultés ni de nier que d'autres acteurs sont dorénavant présents dans nos villes pour tenter d'accompagner une jeunesse en plein désarroi et souvent en grande difficulté sociale, familles incluses, à l'évidence.

La faute à qui ? À un État qui s'est désengagé ? Qui n'assume plus ses missions régaliennes dans tous les territoires de la République ? Sûrement ...

Mais, ce n'est pas sous l'angle de la répression et du contrôle social que les difficultés sociales vont se résoudre.

C'est par une véritable police de proximité, par le retour des services publics dans les quartiers de nos villes, par la défense de l'école avec de véritables moyens et, surtout, par un retour à l'emploi, plutôt que de stigmatiser les chômeurs par ces temps de crise sanitaire majeure... que nous ferons reculer délinquance et mal vie.

C'est ce que nous croyons et ce n'est pas, sans en contester à priori la nécessité parfois, avec « notamment l’engagement des bailleurs sociaux, qui le souhaitent, à assermenter ses agents afin de constater par procès-verbal tous délits ou contraventions portant atteinte aux propriétés dont ils ont la garde. Cela concerne également le déploiement de la vidéo protection dans le patrimoine des bailleurs sociaux. ».

Et ce n'est pas en désignant, de fait, une partie de nos concitoyens en prétendant « favoriser la prévention de la délinquance et de la radicalisation ... ».

Oui, il faut mettre en place, aux côtés des mesures fortes que nous avons évoquées précédemment, véritable plan Marshall de nos banlieues, des actions en faveur de la parentalité, contre les violences intrafamiliales, pour la santé mentale mais certainement pas sous l'angle de la seule répression et du contrôle social permanent.

RESSOURCES HUMAINES

25. Approbation de l’évolution de la liste des emplois justifiant l’attribution d’une concession de logement.

R.A.S.

26. Approbation des modalités de financement des formations des agents municipaux au titre du compte personnel de formation (CPF).

Nous nous en remettons à l'avis éclairé des organisations syndicales de la fonction publique territoriale...

27. Mise en place du forfait mobilités durables au bénéfice des agents municipaux.

Pareil ...

28. Approbation d’une convention-cadre tripartite portant sur la période de préparation au reclassement (PPR) entre la collectivité, le Centre Interdépartemental de Gestion de la Petite Couronne de la Région Île-de-France (CIG) et les agents de la collectivité concernés par le dispositif.

Un outil utile ...

29. Mise à jour du tableau des effectifs du personnel permanent et état zéro.

Un vrai sujet qui fâche pour l'avenir du service public ...

Des recrutements, des créations de postes, certes, mais 298 postes budgétaires supprimés. M. Allemon a lâché en séance « afin de mieux contenir la masse salariale » alors que la crise liée à la pandémie de coronavirus a révélé les carences des services publics, fragilisés par des années de politique austéritaire.

La pandémie a démontré (mais est-ce encore nécessaire) à quel point nos services publics territoriaux sont l’élément essentiel de l’égalité républicaine, de la prise en charge des jeunes enfants, du Relais d’assistantes maternelles à la crèche en passant par les écoles, les centres de loisirs, les Maisons Pour Tous …

Nos services publics sont l’élément essentiel de l’accès aux soins, à la culture, mais aussi à l’hygiène, à l’entretien et à la sécurité des équipements… Mais pour le gouvernement il y a trop de fonctionnaires, trop de congés, trop de soins, trop de prises en charge, trop de droits syndicaux, trop de statuts, trop d’équipements publics. La Fonction publique territoriale n’y échappe pas.

Noisy Solidaire À Gauche Vraiment soutient les organisations syndicales et les agents qui s’opposent à la loi dite de transformation de la Fonction publique qui a pour objectif de détruire ce bien commun, atout majeur du progrès social, de l’efficacité économique et de la démocratie politique dans l’ensemble de la société.

À noter que ce point à l’ordre du jour n’aura pas suscité de réactions à la mesure de ce que nous espérons chez les élu-e-s d’opposition…

DÉCISIONS DU MAIRE

30. Information du Conseil municipal sur les décisions prises par le Maire en application de l’article L. 2122-22 du Code général des collectivités territoriales

Plein de question à propos de ces décisions...

Mais comme nous n'obtiendrons pas de réponse, nous contenterons de rappeler que ce dispositif, totalement lié à la large délégation de pouvoir accordée au maire en début de mandant par sa majorité, le règne de l’opacité est assuré... puisqu'il n'y a pas de débat a posteriori (c'est écrit dans le règlement, cqfd ...)

Bien évidemment, nous ne parlons pas de concessions dans les cimetières...

 

Et un grand merci à celles et ceux (ils savent...) pour ce compte rendu !

Partager cet article
Repost0