Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Meilleurs Voeux Solidaires ...
    Solidarités La France comptera d’ici la fin 2020 près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Alors que 20% des plus riches cumulent les deux tiers d’épargne, 20% des plus pauvres sont contraints à l’endettement. L’indécente euphorie...
  • Adresse aux noiséen-nes pour l'an 2021 ...
    Crise sanitaire et sociale : des inégalités insupportables ! La crise sanitaire a mis en évidence la situation désastreuse de nos hôpitaux : 100 000 lits supprimés en 20 ans, au plus fort de la crise sanitaire seulement 35 000 lits mobilisés pour les...
  • KDO d'une fin d'année morose ...
    Conseil Municipal Lundi 14 décembre 2020 Toujours en retransmission aux bons soins de Facebook ! A croire que la "ville intelligente" que l'on nous annonce ne l'est que par l'intermédiaire des GAFAM (acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook,...
  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...
  • Sidération ...
    Depuis juillet dernier, « On a le droit de voir rouge » n'a rien publié. Est-ce à dire que « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » et ses amis n'auraient plus rien à dire, vexés qu'ils seraient de ne plus siéger au Conseil Municipal de Noisy-le-Grand...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 12:17
L'automne est là et ce n'est pas triste ...

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 16:46

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 17:18
Le journal La Marseillaise me pardonnera de reprendre en totalité l'article de sa journaliste. Marie-Thérèse et Emmanuel Goutmann, lui parti trop tôt, avaient choisi de vivre à Sète, il y a plusieurs années. Aussi il m'a semblé naturel de relayer le sentiment de celles et ceux qui cotoyaient encore, il y a peu, Marie-Thérèse. Or, la sobriété respectueuse de cette triste annonce y contribue.
Pour autant, notre ville est aussi en deuil.
Au delà du parcours politique exceptionnel de Marie -Thérèse Goutmann, il nous faut conserver le souvenir de Mme la Maire de Noisy le Grand. Sans doute aussi, le souvenir d'une autre époque politique mais, sans aucun doute, non plus, le souvenir d'une militante devouée, sincère, modeste et digne.
Bien évidemment, il s'en trouvera qui préféreront garder les traces d'une séquence électorale amère, celle de 1983-1984, mais je choisis de conserver celles de la militante communiste de Noisy le Grand qui, parvenue plusieurs fois à de hautes responsabilités républicaines, avait conservé l'humilité et la simplicité des petites gens, des gens du peuple, sans naiveté pour autant sur la dureté du combat politique. D'autant plus par ces temps de Bygmalion, d'affaire Cahuzac et autres 49-3, toutes proportions gardées, donc ...
Marie-Thérèse fût un bon maire de notre ville et mérite amplement que lui soit rendu hommage.
Maire de 1977 à 1984, elle a géré avec son équipe plurielle et citoyenne (faut-il le rappeler en 1977, le PS n'était pas dans la majorité municipale et de très nombreux élus de la majorité n'étaient pas membres du PCF...) la difficulté de la croissance imposée à marche forcée par la ville nouvelle de Marne la Vallée.
Ce n'était pas, chacun pourra en convenir, une mince affaire et je ne serai pas de ceux qui oublient les nouveaux quartiers de la ville, ses écoles, ses maisons pour tous, son centre municipal de santé,  obtenus dans d'âpres négociations avec Epamarne. Dans l'émotion, j'en oublie beaucoup à l'évidence, nous qui venions, avec ma compagne, d'emménager au Champy en 1980.
Marie-Thérèse fût une citoyenne engagée dans la vraie vie, celle du quotidien de ses concitoyens. Passé le mandat de maire, elle conserva la simplicité des militants ordinaires, proches des habitants, elle qui vivait avec Emmanuel, son époux, dans un logement social du quartier de la Varenne.
Si les liens s'étaient distendus de par l'éloignement sétois, la fidelité restait présente et à de nombreux passages en région parisienne, Marie-Thérèse n'oubliait pas Noisy le Grand, elle avec qui, plusieurs années durant, j'avais milité dans mon quartier, la Noiseraie et la Butte Verte.
Ce souvenir reste vivace, tout comme les voeux annuels de ma camarade et les aléas des parcours personnels, y compris celui d'une fidélité à son parti insuffisament  reconnue. En tout cas, pas autant qu'il aurait été justifié que cela soit, à mon goût ! Mais cela appartient à Marie-Thérèse et Emmanuel Goutmann et mon avis importe peu, aujoud'hui.
Je préfère conserver le souvenir de cette belle rencontre !
Heureux de t'avoir connue, Marie-Thérèse.
Merci à toi, Madame la Maire ...
Noisy le Grand, le 30 septembre 2016.
Etienne Doussain
 

Marie-Thérèse Goutmann, la disparition d'une pionnière et d'une femme d'exception

Première femme présidente d'un groupe politique au Parlement, Marie-Thérèse Goutmann est décédée à l'âge de 83 ans. Militante communiste de toujours, sénatrice puis députée maire de Noisy-le-Grand, elle s'était retirée à Sète dans la maison familiale à l'âge de la retraite et était restée une humble militante.

C'est une femme d'exception qui est décédée jeudi 29 septembre à Sète et pas seulement parce que ce fut une personnalité politique nationale pendant une trentaine d'années. Surtout parce qu'elle fut une pionnière de la reconnaissance des femmes dans la vie politique.

Marie-Thérèse Goutmann était la fille du peintre Jean Milhau, un proche de Picasso. Si elle était née le 29 août 1933 à Jouars-Ponchartrain, dans les Yvelines, son pays était Sète, où elle avait vécu dans son enfance et c'est dans la maison familiale qu'elle a fini sa vie, à deux pas de celle de son frère jumeau décédé il y a trois mois. Denis Milhau était conservateur du musée des Augustins à Toulouse.

Une vie de dévouement

Tous les deux avaient hérité de leur famille l'idéal d'un monde meilleur et une grande culture. Marie-Thérèse Goutmann avait adhéré très jeune au PCF. Comme son frère, elle en était devenue membre du Comité central. Très vite reconnue pour ses convictions et ses compétences, elle avait été élue sénatrice à l'âge de 36 ans en septembre 1968. Ce qui était fort rare dans une période où peu de femmes exerçaient des mandats (il y avait quatre femmes sénatrices en 1968, soit 1,8% des élus).

 

Plus rare encore, son parti l'avait affectée à la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées à une époque où les rares élues étaient cantonnées aux affaires sociales. Ce qui n'avait pas empêché la sénatrice, réélue en 1977, de s'intéresser, dans ses propositions de loi, à tout ce qui concernait l'égalité homme/femme, les aides sociales, le salaire minimum ou les droits des femmes victimes de viol.

Pas étonnant de la part de l'ancienne institutrice et directrice d'école qu'elle était. Toute sa vie, Marie-Thérèse Goutmann resta proche des gens. Sa disparition laisse les Sétois sous le choc. A l'heure de sa retraite, quand elle s'était retirée dans l'Île singulière, elle était devenue simple secrétaire de section et en était toujours la trésorière. "C'est elle qui assurait les lotos chaque samedi", nous a rapporté, très émue, Anita Liberti.

"Elle va beaucoup nous manquer"

Marie-Thérèse Goutmann avait pourtant été une personnalité politique de premier plan. Elle fut, en tant que sénatrice, la première femme présidente d'un groupe politique au Parlement, succédant ainsi à une figure du mouvement communiste international : Jacques Duclos. Élue députée en 1978, elle devint vice-présidente de l'Assemblée nationale. Elle avait également été maire de Noisy-le-Grand, en Seine Saint-Denis, de 1977 à 1984.

"Un mot la caractérise", souligne François Liberti, ancien député maire de Sète, "la fidélité". Mais un mot n'est pas suffisant pour résumer une telle femme, "une grande dame", dit-il. Celle qui ne parlait jamais de sa vie d'avant, "était d'une modestie incroyable", poursuit François Liberti. "Elle était d'une grande abnégation et jusqu'à ces derniers temps, elle participait toujours aux débats. Même dans les moments de grands doutes, elle ne perdait pas de vue l'essentiel." "Marie-Té va beaucoup nous manquer", ajoute-t-il tristement.

A ses enfants et particulièrement à Aline Goutmann, qui fut journaliste à La Marseillaise, à toute sa famille, à tous ceux qui l'ont côtoyée et aimée, la rédaction présente ses plus sincères condoléances.

Annie Menras

Les obsèques auront lieu lundi 3 octobre à 10h30 au complexe funéraire de Sète

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 18:00

Faut-il commenter l'intelligence ? Non, à l'évidence ...

Il suffit d'écouter des bons !!!

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 12:20

Vite, la consultation se termine ... le 30 septembre !!! 

C'est facile et rapide à faire et la réponse sera celle-ci ... 

Bonjour,

vous avez déposé un commentaire sur le site des consultations publiques
du Ministère du Développement durable
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr
au sujet de la consultation Projet de décret relatif à la protection
sanitaire contre les dangers résultant de l'exposition aux rayonnements
ionisants et à la sécurité des sources de rayonnements ionisants contre
les actes de malveillance.

Date et heure du dépôt : le 29/09/2016 à 12:15
Titre de votre commentaire : Accident nucléaire : des niveaux de
référence inacceptables

Votre commentaire (si vous êtes d'accord ) :

En accord avec la CRIIRAD, je pense que le projet de décret retient des
niveaux de référence excessivement élevés pour la gestion des
situations accidentelles et post-accidentelles. Je demande qu’ils soient
fixés à la borne inférieure et non pas supérieure de l’intervalle
défini par la directive 2013/59/Euratom sur la base des recommandations de
la CIPR :
- 20 mSv et non pas 100 mSv pour la phase d’urgence
- 1 mSv/an et non pas 20 mSv/an pour la phase post-accidentelle.

Je demande également qu’une limite et non pas une simple référence
soit établie pour la gestion des territoires contaminés et que des
garanties spécifiques soient définies pour les enfants et les femmes
enceintes.

Je refuse d’être contraint de vivre et de laisser vivre mes enfants
dans un environnement aussi dangereux pour notre santé. Si les pouvoirs
publics ne peuvent pas garantir un niveau de risque plus faible, il est
impératif de mettre à l’arrêt les installations nucléaires
susceptibles de conduire à cette situation.

Le Ministère du Développement durable

Ceci est un mail automatique suite à votre dépôt de commentaire sur le
site des consultations publiques du Ministère du Développement durable.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 20:00
Après les c... de l'été, ne rien lâcher ...

Abrogation de la Loi Travail

Communique régional unitaire

Rien n'y fait, malgré 3 articles 49-3 successifs, les salariés et l'immense majorité des français se prononcent toujours contre la loi El Khomri. Une loi à tel point rejetée que le gouvernement n'avait même pas confiance en sa majorité pour en débattre au Parlement !

Promulguée le 8 août dernier, la loi « Travail » menace à terme l'ensemble des garanties collectives encadrant le contrat de travail. Dans le cadre des attaques contre la fonction publique, elle pourrait servir de point d'appui pour dégrader aussi les statuts des agents publics. Elle marque la disparition du principe de faveur - conquis en 1936 - et l'inversion de la hiérarchie des normes, notamment pour la définition du temps de travail et le taux de majoration des heures supplémentaires. C'est une loi de dumping social.

Ce recul sans précédent permet à Pierre Gattaz, président du MEDEF d'exiger 90 milliards d'euros supplémentaires d'allègements fiscaux pour les patrons, qui s'ajouteraient aux 40 milliards déjà obtenus dans le cadre du Pacte de responsabilité…
Pour tenter d'imposer cette politique de régression sociale, le gouvernement, isolé dans la population et même dans son propre camp, utilise des méthodes autoritaires. La prolongation de l'état d'urgence servant de prétexte pour tenter d'interdire les manifestations. Ce climat sert même à Mme El Khomri de désavouer l'inspection du travail en validant le licenciement d'un délégué syndical d'Air France. L'action syndicale étant peu à peu assimilée à un délit de droit commun.
D'ailleurs, l'article 3 de la loi du 21 juillet 2016, qui proroge de six mois l'état d'urgence, énonce explicitement que « les cortèges, défilés et rassemblements de personnes sur la voie publique peuvent être interdits dès lors que l'autorité administrative justifie ne pas être en mesure d'en assurer la sécurité compte tenu des moyens dont elle dispose ».

Les Unions Régionales CGT, CGT-FO, Solidaires, FSU et UNEF d'Ile de France réaffirment qu'elles n'entendent pas se soumettre, surtout lorsqu'il en va de la défense des intérêts matériels et moraux des salariés.
S'inscrivant dans le cadre de la déclaration commune des 7 organisations nationales du 8 juillet : « ….. », les organisations signataires réaffirment leur détermination à combattre la loi « Travail » et à en obtenir l'abrogation et plus généralement à faire aboutir l'ensemble des revendications des salariés et des jeunes.

Pour ce faire elles appellent à se mobiliser massivement pour réussir la journée d'actions du 15 septembre contre la loi Travail, et à manifester à 14H00 place de la Bastille.
Promulgation ou pas, on n'en veut pas ! Abrogation de la Loi Travail !

ET...

Après les c... de l'été, ne rien lâcher ...

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 10:00
On ne s'en lasse pas ...

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 15:32
Rendez-vous de bon sens ...

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 17:16
Communiqué

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 19:06

Ça, c’est fait !

Le rapporteur public du Conseil d’Etat a donné son avis à propos de l’élection municipale de septembre 2015. Et son avis, qui ne fait pas encore jugement de la haute instance, c’est « on casse le jugement du Tribunal Administratif de Montreuil et on retoque la demande du maire sortant d’annulation des élections ».

De quoi dépiter le député, en effet, mais pas seulement puisque « un homme, un destin, une ville », alias Brutus ou « Tu quoque, mi fili » (toi, aussi mon fils, pour celles et ceux dont le latin est trop loin) et sa fraction, ont visiblement la même opinion que lui sur le sujet.

Il suffit pour cela de lire les communiqués successifs du député dépité puis celui de la section du Parti Socialiste pour comprendre la grande injustice … potentielle du rapporteur public.

Et que préconise-t-il, cet injuste rapporteur, il dit tout simplement selon notre traduction que Mme Monnin est bien membre du Parti Communiste (ce que nous savions, nous, tout comme pour près d’une dizaine de ses autres colistiers), que le PCF, même en ayant émis une autre indication pour le second tour de l’élection municipale, ne l’a pas déjugé, ni sanctionné, que les logos figurant sur les documents de campagne de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! » lui apparaissent légitimes.

Il ajoute, sauf erreur de notre part, que le plaignant avait tout à fait le temps de réagir, à la fois dans sa propagande électorale et à la fois dans son matériel officiel… et que de ce fait, la jurisprudence de Clichy La Garenne, en la circonstance, ne peut s’appliquer.

Ce qui est intéressant dans la position du canal historique, puis du néo canal historique, c’est que les deux disent la même chose. Pas question, seule la jurisprudence de Clichy nous arrange et pas une autre !

C’est là où le bât blesse ! La jurisprudence est une interprétation claire des faits, simplement des faits. Or, Noisy ne ressemble pas à Clichy comme chacun peut le constater. Donc …

On verra bien ce qu’en dira au final le Conseil d’Etat dans sa sage décision juridique mais on ne peut pas tordre le coup à la réalité. C’est ainsi, Messieurs, le coup est vacillant pour l’instant !

On remarquera, enfin, qu’après en avoir appelé « au rassemblement des progressistes » pour l’un et avoir œuvré sympathiquement pour améliorer les relations avec une partie de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! », pour l’autre, que les autres motifs de rejet du rapporteur public sont passés sous silence par le père et le fils putatif (et ses amis). Rien sur le rejet des autres accusations contre Brigitte Marsigny.

A croire que l’essentiel tenait bien dans un logo ! Comme quoi, les amis et le progrès, c’est selon le moment…

Et, alors, je rigole tout seul devant mon clavier, tapant frénétiquement ma prose du moment. Chaque noiséen aura bien vu en recevant son enveloppe de matériel électoral que celle-ci contenait un bulletin de vote et une profession de foi, et ce pour chacune des listes en présence.

Marrant ce détail car en effet la profession de foi de Michel Pajon mentionnait bien, non seulement un message de soutien d’un électeur communiste (non membre du dit parti, toujours sauf erreur de ma part) mais aussi une mention émanant du PCF. Par contre, le bulletin de vote, néant !

Ce qui est parfaitement curieux, c’est que l'impression du bulletin de vote et de la profession de foi sont en général, c’est du moins ce que me rapporte mon expérience personnelle en la matière, confiés à un unique imprimeur, qui, souvent, pratique la subrogation, autrement dit envoie directement sa facture en préfecture. C’est lui, toujours en principe, qui veille à faire déposer en mairie les dits documents pour la mise sous pli qui parviendra à tous les électeurs et électrices.

Vous suivez ? Bien. Cela signifie précisément que le candidat Pajon avait parfaitement le temps et les moyens … de faire imprimer le logo du PCF sur son propre bulletin de vote. Vraiment pas de chance que cet oubli fâcheux !

Pas de problème donc pour la profession de foi dont nous savons de source sure qu’elle a été peaufinée mais une erreur ou un oubli sur le bulletin de vote, c’est stupéfiant, non ? Qui tombe à pic pour reprocher à « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment » et à sa tête de liste, membre du Parti Communiste, d’avoir laissé le logo du PCF sur ses bulletins de vote parmi tous les autres, ce qui était notoire comme le relève le rapporteur public ?

Mdr, comme on dit sur les réseaux sociaux…

Enfin, comment ne pas dire, encore et encore, que les fameuses 33 voix manquantes pour battre Brigitte Marsigny sont ridiculement petites par rapport aux plus de 800 qui manquaient à Michel Pajon entre 2014 et 2015 pour les deuxièmes tours respectifs de ces deux scrutins.

Et comment ne pas dire, non plus que plus de 20 000 électeurs n’ont voté pour personne…

Tout ça pour un logo ? De qui se moque-t-on ?

Bref, il ne nous reste plus qu’à attendre le délibéré du Conseil d’Etat. On verra bien ce qu’il en sera.

Ce qu’il y a de certain, c’est qu’il va falloir faire un sérieux effort pour prétendre rassembler les « progressistes » et débattre sereinement entre militants de gauche…

Mais, au fait, de quelle gauche parle-t-on, celle du 49-3 ? Celle de la loi Travail, de Macron, de Cazeneuve et des manifestants nassés, celle de Valls et de Hollande ?

Visiblement, le canal historique et le néo canal historique se ressemblent encore trop !

Etienne Doussain

Membre d’Ensemble et de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! »

Colistier de Sylvie Monnin

 

 

Partager cet article

Repost0