Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Meilleurs Voeux Solidaires ...
    Solidarités La France comptera d’ici la fin 2020 près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Alors que 20% des plus riches cumulent les deux tiers d’épargne, 20% des plus pauvres sont contraints à l’endettement. L’indécente euphorie...
  • Adresse aux noiséen-nes pour l'an 2021 ...
    Crise sanitaire et sociale : des inégalités insupportables ! La crise sanitaire a mis en évidence la situation désastreuse de nos hôpitaux : 100 000 lits supprimés en 20 ans, au plus fort de la crise sanitaire seulement 35 000 lits mobilisés pour les...
  • KDO d'une fin d'année morose ...
    Conseil Municipal Lundi 14 décembre 2020 Toujours en retransmission aux bons soins de Facebook ! A croire que la "ville intelligente" que l'on nous annonce ne l'est que par l'intermédiaire des GAFAM (acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook,...
  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...
  • Sidération ...
    Depuis juillet dernier, « On a le droit de voir rouge » n'a rien publié. Est-ce à dire que « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » et ses amis n'auraient plus rien à dire, vexés qu'ils seraient de ne plus siéger au Conseil Municipal de Noisy-le-Grand...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 18:55

L’hiver approche et Coluche, homme clown, tristement, remet malheureusement le couvert comme les milliers de bénévoles des soupes populaires du Secours Populaire Français, de la Chorba pour tous, du Secours Catholique et bien d’autres…  Car on ne se s’habitue pas à la détresse des hommes et des femmes, nos frères et sœurs, alors on résiste au froid et à la faim en donnant, donnant, donnant, années après années depuis trop longtemps… mais encore cette année … La précarité et la pauvreté ne cessent pas, au contraire !

A Noisy, c’est dans la Maison des Solidarités, nommée Coluche justement, que cela se passe. Parce qu’il faut bien que cela se passe quelque part et, chaque fois, que possible au plus près de celles et ceux qui ont besoin.

Or, au plus près, c’est où ? Pas besoin d’être urbaniste avisé pour constater que les quartiers populaire les plus denses, et notre ville n’en manque pas, sont ceux qui abritent aussi les plus fragiles, sans oublier ceux qui n’ont plus de toit que les maraudes bénévoles secourent autant que possible.

On se rappelle d'ailleurs que c’est un particulier, proche de la Cité Château de France gérée par ATD Quart Monde, qui avait mis à disposition le premier lieu d’accueil des Restos du Cœur dans notre ville. Après son décès et la vente de son patrimoine, immobilier oblige, la commune avait accepté de relayer cette action nécessaire.

C’est sans doute dans cet esprit qu’est née en 2007, La Maison Coluche, au bord du clos d’Ambert, à mi-chemin du Champy et du Pavé Neuf, mais dans un espace qui ne tardait pas à s’urbaniser. Tiens, voilà Montoit, tiens voilà Montoit, on connait tous la musique… De là à ce que quelques grincheux s’émeuvent des pauvres à leur porte, ou presque, il n’y avait pas loin. Mais peu importe les grincheux !

Alors, bien sûr, on aura pu s’étonner que la solidarité municipale passe par un loyer et une subvention en conséquence pour les Restos du Cœur. D’ailleurs, nous l’avons fait en son temps. Mais après tout, l’essentiel était bien qu’un lieu d’accueil, équipé, existe et que les bénévoles et les « bénéficiaires » - quel mot désagréable – puissent l’utiliser dans de bonnes conditions.

Alors, bien sûr, on s’étonna encore un peu plus lorsque l’on apprenait que la tentation de trier les « pauvres » aurait pu exister. Rroms, ce n’est pas bon. Noisy Résidence, pas terrible, non plus. Mais, dans une ville où le moindre squat de famille, d’Europe de l’Est bien entendu, était délogé au plus vite, dans une ville où les enfants des familles hébergées devaient s’acquitter du tarif hors commune pour la cantine, le plus cher - et au combien ! -, on ne s’étonna pas beaucoup beaucoup du coté de la majorité municipale d’alors… d’un tri implicite … de la misère…

Faut bien le dire, la Kapitale de l’Est Parisien n’aurait sans doute pas supporté l’appel d’air. Quelle mauvaise blague ! C’est vrai, un pauvre, ça va mais deux, trois, quatre, on ne sait plus où cela va s’arrêter, le tout sans vouloir se poser la question du pourquoi. Finalement, la misère, c’est toujours mieux ailleurs qu’à notre porte !

Et c’est bien cela pourtant, on ne sait plus !!! Et pour autant, on ne s’habitue toujours pas. La preuve ? Le nombre des « bénéficiaires » ne cesse de croitre. Et parmi eux, de plus en plus, des salariés pauvres et précaires, des retraités qui ne peuvent mettre au bout, des familles cassées en deux, des chômeurs, jeunes ou pas en fin de droit ou sans droit … Il n’y a pas que le RSA dans la misère et dans la survie ! Il y a aussi plein … de rien !

Alors, quand, tout d’un coup, on apprend que les Restos du Cœur sont invités à déménager avant fin décembre, ça raisonne mauvais, ça raisonne fort. Quitte à oublier l’histoire du loyer, quitte à oublier que le nombre de «bénéficiaires » augmente, quitte à oublier que les locaux mis à disposition sont, certes pratiques, mais peut-être pas aussi bien situés puisque la maison des Solidarités est cernée par les immeubles, et bientôt, sans doute, pépinière disparaissant, par d’autres immeubles.

Alors, quand on apprend dans la foulée, que la nouvelle localisation se retrouvera excentrée, qu’il s’agit d’une ancienne entreprise de pompes funèbres, même de taille bien plus conséquente que l’actuel local, on ne peut s’empêcher de penser qu’à Noisy, on a le sens du symbole.  D’un seul coup, on se rappellera que déjà la première localisation envisagée de l’aire des gens du voyage, obligatoire mais jamais construite malgré la loi d’un ministre socialiste, se trouvait être sur le terrain de l’ancienne déchetterie près du bois des Yvris. Comme quoi, pompes funèbres et déchetterie, c’est toujours d’une certaine façon, ce que peuvent devenir … les vivants ! Finalement, sans l’avoir fait exprès ou pas nécessairement, les meilleures intentions font le buzz, immanquablement…

Bien sûr, Madame le Maire se fendra d’une réponse dans le Parisien du jour, réponse selon laquelle, cette affaire de déménagement était dans les tuyaux depuis près d’un an. Bien sûr, Monsieur l’ancien Maire se fendra d’une pétition en ligne et papier aux accents scandalisés. Bien sûr, Monsieur le Conseiller Départemental, ex fils putatif et conseiller municipal d’opposition, tweetera à tout va, sans omettre de facebooker via la page du PS local, contre l’horreur d’une telle décision contre les pauvres. Et bien sûr, on ne résistera pas, quand à nous, de dire qu’il faut savoir aussi balayer devant sa porte. Les enfants de Noisy Résidence et les familles hébergées s’en souviennent, elles aussi.

Mais finalement, ça dit quoi cette décision à la veille des fêtes, en cette fin novembre ? Cela dit en premier que la communication municipale n’a pas fonctionné malgré les annonces de plus de concertation. Cela dit que les responsables des Restos du Cœur sont étrangement silencieux, au moins au moment où ces lignes sont écrites. Cela dit que le choix de la nouvelle localisation n’est pas aussi judicieux qu’il n’y parait et qu’à vouloir aller trop vite, on peut se prendre les pieds dans le tapis. Cela dit que le fait d’avoir 350 m² utile au lieu de 150, même avec des parkings et des facilités pour les livraisons, cela ne règle pas l’éloignement de nombreux « bénéficiaires » du lieu de distribution. Cela dit que l’avis des « bénéficiaires » et des bénévoles pourrait avoir compté pour du … beurre. Le comble ! Et cela veut dire, enfin, qu’il ne peut être question d’instrumentaliser la pauvreté et la précarité à des fins de mauvais règlements de compte politicien. En tout cas, ce n’est pas notre volonté et nous laissons cette petite manœuvre à ce qu’elle est… une petite manœuvre facile et médiocre.

Donc, de deux choses, l’une, soit les Restos du Cœur confirment que cette proposition de déménagement à leur assentiment. Soit, dans l’hypothèse où ce ne serait pas le cas, la ville accepte d’étudier une nouvelle solution et gèle le déménagement prévu courant décembre. Enfin, ne dédaignons pas la question de l’éloignement de nombreux « bénéficiaires » du site envisagé. A l’évidence, le transport est une véritable difficulté qu’il faut résoudre avec le respect que méritent les hommes et les femmes pour qui la nécessité exige la solidarité. Et celle-ci n’est pas une affaire de « bénéfice » mais de dignité !

On a le droit de voir rouge

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 18:30
En attendant d'autres communiqués ...
En attendant d'autres communiqués ...

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 12:19

La librairie Folies d'Encre et les éditions La Découverte

vous invitent à une rencontre autour de la revue

Hérodote
        
et de son dernier numéro
 
"Le 9-3 un territoire de la nation"

Le mardi 22 novembre à partir de 19h



Librairie Folies d'Encre
5 allée Lino Ventura
93160 Noisy-le-Grand

Réservation :
tel : 01.43.04.05.36
mail : foliesdencrenoisy@orange.fr

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 10:00

Oui, c'est un peu long puisque cela dure 1 h 30...

Mais, mais, mais ... ça se laisse écouter. D'autant plus, par ces temps d'incertitude, comme dirait l'autre et surtout parce que l'exemple de la Grèce, et du véritable pillage néo-colonial qu'elle subit, mérite amplement notre patience.

Il semble d'ailleurs qu'il va nous falloir nous en armer avec la triste campagne qui pourrait s'annoncer. A moins que l'exemple de Syriza nous serve ... d'exemple !

Bref, un débat utile :

[Respectons le NON du peuple Grec] une video débat sur la Grèce avec Stathis Kouvelakis et Alain Badiou

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 17:31

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 16:00

Nous y voila ! La tentation était trop forte. Il fallait bien justifier une promesse électorale avec une grande affiche placardée dans notre bonne ville.

Et elle dit quoi, cette photo ? Elle dit qu’il faut en rajouter pour bien durcir le climat anxiogène qui se répand et que l’on répand dans le pays ?

Ce n’était pas l’intention ? En tout cas le résultat est le même…  

Alors, on se dit mais pourquoi à Noisy le Grand  fallait-il en faire plus ? Pour avoir un petit goût de « On ne va pas laisser cela à Robert Ménard, maire de Béziers de sinistre mémoire »? Il est vrai que lui, c’est les revolvers qu’il aime afficher.

On ne peut donc pas a priori reprocher cette dérive à la nouvelle majorité municipale noiséenne… même si la police municipale, sauf erreur de notre part, sera bien armée, elle-aussi.  Mais, quand même, cette affiche-là, celle de Noisy, même s’il est de bon ton, paraît-il de communiquer, nous, on s’en serait bien passé, surtout avec l’ambiance dans le pays !

Il ne semblait pas pourtant qu’il y avait une volonté de courir après le Front National. Lui piquer ses thèmes ? Vous n’y pensez pas … Quoique ?

Mettons nous d’accord ! Oui, il faut de la sécurité dans notre ville. Oui, les habitants de Noisy le Grand ont le droit d’exiger que l’on vive de façon apaisée et tranquille dans tous les quartiers de la ville. Oui, la police est utile et nous ne ferons pas l’injure à ses fonctionnaires de penser qu’ils font mal leur travail dans la plupart des situations qu’ils rencontrent. Ce qui ne veut pas dire que les excès ne doivent pas être condamnés et que la justice ne passe pas. Nous savons bien que c’est un sujet difficile et la Seine Saint Denis peut en témoigner. Mais disons le tout net, la police est indispensable pour le vivre ensemble, tout comme l’est une justice indépendante … et juste !

Autre chose est le transfert de compétence qui s’est  opéré depuis plusieurs années en matière de sécurité et d’opération de maintien de l’ordre. L’État s’est défaussé et a laissé aux communes ce rôle qui, pourtant, lui appartenait totalement, lui qui devrait être le garant de l’égalité en tous endroits du territoire national. Or, il n’en est rien, nous le savons tous. Cette égalité est passée à la trappe du dogme de la réduction budgétaire et de la privatisation à outrance que sont les polices municipales en croissance permanente et les boites de vigiles qui ont pignon sur rue maintenant partout. Et, on ne parle pas là du garde champêtre des villages d’antan, chacun l’aura bien compris ! 

Et, les communes, de trop nombreuses de gauche comme de droite, ont foncé, tête baissée, dans le piège qui était tendu par les tenants, de droite comme de gauche aussi de l’orthodoxie budgétaire – pour mémoire, on se souviendra utilement que les textes principaux qui régissent les polices municipales ont deux pères fondateurs, Jean-Pierre Chevènement et Nicolas Sarkozy – c’est dire d’ailleurs combien le désengagement de l’État républicain a fait l’objet d’un consensus… Nul doute que cela ne doit pas beaucoup gêner Manuel Valls, l’ancien premier flic de France comme Sarkozy !

https://www.legifrance.gouv.fr/affichSarde.do;jsessionid=036045ADE5388102A24813D191EC764C.tpdila12v_2?reprise=true&page=1&idSarde=SARDOBJT000007104421&ordre=null&nature=null&g=ls

Pour autant, le sujet est loin d’être clos. Les tristes événements de Nice ont montré malheureusement comment le rôle de chacune, police nationale ou municipale, était aussi un enjeu politicien. A l’évidence, la sécurité a bon dos et les maires, sous fond de réduction des effectifs de policiers nationaux dans leur commune, voire de l’inexistence de commissariats pour plusieurs d’entre elles, les maires donc ont cru, naïvement (mon œil !) qu’il fallait se substituer à la défaillance de l’État et qu’au passage, une belle opération électorale était possible.

C’est ainsi que dans notre bonne ville, vidéosurveillance et police municipale ont été mis en œuvre par une majorité socialiste et un maire qui, la main sur le cœur, disait à qui voulait l’entendre à peu près ainsi « oui, c’est le rôle de l’État, je suis d’accord, mais il faut que je le fasse … quand même ». De la part d’un député de la République, cela en dit long !!!

Comment aurions-nous pu penser que la droite noiséenne ne déciderait pas d’amplifier le processus ? Argument de campagne, s’il en est, on notera toutefois que la motivation de la population noiséenne n’est pas venue confirmer cet engouement pour le renforcement … de la police municipale.

Les chiffres parlent d’eux même, il suffit de regarder le résultat des élections de 2014, puis de 2015, pour constater que 170 noiséens et noiséennes supplémentaires ont apporté leurs suffrages à la liste conduite par Madame Marsigny, alors même que celle de Michel Pajon en perdait 840 environ entre les deuxièmes tours des dites années et, grosso modo, que 50% des électeurs s’abstenaient…

Plébiscite pour une augmentation de la police municipale et de la vidéoprotection ? Certainement pas !  Donc, au-delà de l’argument de campagne électorale,  c’est bien un accord tacite faisant suite au désengagement de l’Etat dont nous sommes les premiers témoins … et financeurs, par deux fois d’ailleurs, puisque nous payons l’impôt national … et local pour deux fonctions qui ne devraient ne faire qu’une ! Et ce ne sont pas les arguments livrés par le Maire et un des Conseillers Départementaux au Parisien qui prouveront le contraire (lien PDF ci-après).

Chapeau, il fallait le faire. D’autant plus, maintenant par ces temps de création d’une garde nationale et de multiples voisins vigilants, qui ne sont pas critiquables en soi, mais qui démontrent un peu, beaucoup, pas passionnément que l’on nous prend tout à la fois pour des ânes et des cochons de payeurs. Pour le coup, des moutons qui se font raser pour leur bien, en quelque sorte. Bref, un vrai troupeau à lui tout seul, le citoyen !!!

En fait, ce qui pose problème, un très sérieux problème devrait-on insister, c’est comment allons-nous sortir de cette forme de privatisation du traitement de notre sécurité ? Entre la nécessité évidente d’une police de proximité et la fonction régalienne de l’Etat qu’est la sécurité des citoyens, il va falloir se  projeter en avant … 

Il y aurait bien une solution. Mais oui (bon sang mais c’est évident, mon cher Watson !) pour en finir avec cette privatisation rampante qui en appelle d’autres… Faisons monter l’idée de l’intégration des polices municipales dans une Police nationale rénovée et encore plus démocratique, avec une nuance toutefois, que les missions de proximité soient clairement établies et surtout maintenues, l’ilotage en particulier. Autrement dit que les maires et les conseils municipaux continuent d’avoir leur mot à dire, justification peut-être de financement croisé, au moins partiel, mais qui suppose une égalité, nous y revenons, sur tout le territoire, bien entendu.

Par ces temps de métropole, d’intercommunalités, voire de grandes régions, on devrait pouvoir moyenner moyennement mais efficacement. En voila, une idée qu’elle est bonne, pour tous les tenants d’une république respectueuse et protectrice !!!  Alors, oui, police il faut, mais une seule doit être suffisante afin d’en finir avec ce glissement permanent qui depuis au moins 30 ans s’impose sans réaction, cette forme de privatisation qui ne dit pas son nom et qui reste profondément inégalitaire puisque toutes les collectivités locales, à l’évidence, ne peuvent pas se payer un tel « luxe ».

Finalement, une affiche, ça fait causer, non ? Et ce n’est pas  fini …

Ah bon, qu’elle dit encore des choses,  cette affiche ?

Ben oui, elle dit que le climat sécuritaire est bien entretenu, jour après, jour, partout dans nos villes, dans nos médias… Partout !!!

Mais pourquoi donc, nous direz-vous ? Peut-être parce que cela entretient la peur, en général.

Que la peur est justifiée quand on a vu l’horreur d’attentats autant aveugles qu’insupportables de la part, notamment d’enfants de la République…

Que la peur trouve aussi sa source dans les conditions de vie de bon nombre d’entre nous et qu’elle permet à certains de croire que l’on peut vivre d’expédients douteux en s’en prenant à ses propres voisins, peut-être ou souvent aussi frères de misère…

Que la peur peut être générée par l’abandon ou son sentiment, l’abandon des services publics, dont la police d’ailleurs – on y revient –, des commerces qui disparaissent, bref, une déshumanisation réelle qui malheureusement n’est pas fictive, comme vient de le montrer la tentative d’assassinat de Viry-Châtillon dans l'Essonne…

Que la peur, donc, peut être consécutive à une économie souterraine de trafic qui impose son rythme et sa logique délinquante … (Aparté : on remarquera à ce sujet qu’il s’agit bien d’une économie, douteuse certes, voire violente et interdite mais une économie bien réelle puisque ses profits et ses auteurs sont pourchassés comme le sont de plus en plus les fraudeurs fiscaux - on aime à le croire !!! - . D’ailleurs, c’est un débat qui ne serait pas clos par un processus de légalisation. Au plus, cette économie changerait de statut. De clandestine, elle deviendrait simplement tolérée et n’en resterait pas moins une économie avec ses convoyeurs, ses VRP et ses banquiers…).

Enfin, que la peur peut être tout simplement consécutive à un avenir bouché et un ascenseur social plus qu’en panne, si on ajoute délit de faciès ou de banlieue pour l’emploi et la formation...

Ce qui nous amène logiquement à une autre suite de l’affiche ! L’emploi, le boulot, le job, le taf… les formations, les salaires… Vous avez compris comme nous, ce qui permet de vivre dans la dignité et d’avoir des projets,  quoi !!!

Or, voilà, une autre raison d’un désaccord quasi pictural, avec cette fichue affiche !

La préoccupation principale des français et, donc, en toute logique celle des noiséens, ce n’est pas la sécurité, même si elle reste en bonne place. La principale, c’est, on l’a déjà dit, l’emploi, le boulot, le job, le taf… les formations, les salaires, les retraites, les licenciements, etc …       

D’ailleurs, en voilà deux exemples sondagiers éloquents...

®     Selon une enquête Harris Interactive pour RTL, sobrement intitulée « Bilan de l'année 2015 et perspectives pour 2016 », les Français n'ont pas le cœur léger. Loin de là. Sans surprise, après les attentats de janvier et de novembre 2015, la lutte contre le terrorisme est une préoccupation majeure pour 75 % des sondés, contre 59 % l'an dernier. Mais ce n'est pas là leur première inquiétude : c'est bien le chômage qui tracasse le plus les Français, pour 77 % des personnes interrogées. Viennent ensuite l'insécurité (62 %), le système social (60 %), le pouvoir d'achat (59 %) et la croissance économique (56 %).

®     Pour 64% des Français, les thèmes économiques et sociaux priment sur les thèmes identitaires et de sécurité dans la perspective de la prochaine élection présidentielle, selon un sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV. Plusieurs candidats à la présidentielle veulent en faire des axes majeurs de la campagne. Mais les questions identitaires et de sécurité ne sont pas au cœur des préoccupations des Français pour 2017, largement devancées par les thèmes économiques et sociaux, selon un sondage "L'Opinion en direct" de l'institut Elabe pour BFMTV publié ce samedi 3/09/2016 à 07h19

Une réalité, donc, qui diffère singulièrement de celle que l’on entretient, y compris dans notre ville en laissant penser que plus de police va apaiser … la détresse et la colère sociale. D’autant plus, même s’il ne s’agit pas de contester les incivilités, les nuisances évidentes d’une petite délinquance qui existent réellement et qui pourrissent la vie, Noisy le Grand, sauf erreur de notre part, ce n’est pas le « Bronx » pour reprendre une image américaine bien connue… Il y a plus difficile en Seine-Saint-Denis, non ?

On savait depuis des mois, l’actualité sinistre et angoissante aidant, que la SÉCURITÉ serait le maitre mot de la future campagne des présidentielles. Comment aurait-on pu penser qu’il n’y aurait pas de relais localement ? La question est dorénavant ouverte, voire béante…

Et ce n’est pas les parrainages des maires pour les futurs candidats … qui nous feront dire le contraire !

D'autant plus que l'actualité des protestations "spontanées" des policiers nationaux oblige à se rappeler que le manque de moyens et l'éparpillement de leurs missions vient de loin.

Des mêmes qui, au prétexte de réduire le nombre de fonctionnaires indispensables, ont fragilisé tous les services publics, police nationale comprise. Et ils promettent de remettre le couvert ... en 2017 ! Au pays de Tartufe, en somme !

On a le droit de voir rouge 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 19:00

Le journal l'Humanité ayant eu la bonne idée d'envoyer des journalistes, ce jour là, voici une trace audiovisuelle de l'inauguration de la nouvelle cité "Château de France".

On ne reviendra pas sur les démêlés et les différences de vision entre la l'ancienne majorité municipale, le bailleur Emmaus Habitat et le gestionnaire ATD Quart  Monde, qui ont précédé cette réalisation.

Maintenant, c'est fait et il faut garder à l'esprit l'essentiel, une rénovation qui était nécessaire et aller de l'avant ...

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 12:30

7 oct. 2016 — Cher(e)s signataires,

Comme vous êtes nombreux et nombreuse à nous le demander, voici le programme des 19 et 20 octobre.

Le lieu de rendez-vous est le parc Saint Pierre à Amiens (sortie autoroute Amiens centre). Les moyens de locomotion seront stationnés à proximité.

De nombreux préavis de grève ont été déposé pour permettre à chacun de participer à ce mouvement national.

Les 19 et 20 octobre à Amiens nous serons tous ensemble pour obtenir la relaxe des Goodyear.

Octobre 2016 est aussi l'occasion de se rassembler et se rappeler qu'en octobre 1906 était signée la charte d'Amiens, 110 ans après la lutte de classe est plus que jamais d'actualité.


Les 8 de GOODYEAR

P.S : Pour celles et ceux qui souhaitent dormir sur place, n'oubliez pas vos sacs de couchage ......

 

c'est aujourd'hui et demain
c'est aujourd'hui et demain

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 12:05

 SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 29 SEPTEMBRE 2016

Une fois n'est pas coutume, ordre du jour léger et donc le conseil municipal relativement court.

Noisy Solidaire à Gauche Vraiment a fait le travail comme à son habitude et Sylvie Monnin a tenu son rôle de porte-parole, portée par le collectif et ses convictions.

A l'ouverture du conseil, Mme B. Marsigny annonce qu'elle a été informée par Sylvie Monnin du décès de Marie-Thérèse Goutmann à l'âge de 83 ans.

Elle rappelle que militante du Parti Communiste Français, Marie-Thérèse Goutmann a été Maire de Noisy-le-Grand du 26 mars 1977 au 30 mars 1984.

Elle a aussi été Sénatrice de la Seine Saint-Denis du 22 septembre 1968 au 23 juillet 1978 (1ère femme Présidente d'un groupe politique), Députée de la 9ème circonscription de Seine Saint-Denis du 23 juillet 1978 au 22 mai 1981, Vice-Présidente de l'Assemblée Nationale.

Un hommage est donc rendu à la mémoire de Madame Goutmann sans pour autant aller jusqu'à observer une minute de silence qui aurait été à notre sens bienvenue.

ADMINISTRATION GÉNÉRALE

1 - Désignation du secrétaire de la séance du Conseil municipal en date du jeudi 29 septembre 2016

Rapporteur : Mme Brigitte Marsigny

2 - Approbation du procès-verbal de la séance du Conseil municipal en date du mercredi 29 juin 2016

Rapporteur : Mme Brigitte Marsigny.

Vote  NSAGV : pour

3 - Désignation des représentants du Conseil municipal dans les conseils d’administration des collèges et lycées implantés sur le territoire de Noisy-le-Grand

Rapporteur : Mme Brigitte Marsigny

Une seule liste, pas de vote

4 - Approbation du remboursement, par la commune, des frais engagés par la compagnie ALLIANZ pour l’indemnisation de la clôture vandalisée du local commercial communal sis 3/5 allée du Closeau et loué à son assuré, la société FRANCE AIR

Rapporteur : Mme Brigitte Marsigny

Vote  NSAGV : pour

AFFAIRES FINANCIERES

5 - Octroi de la garantie de la Commune pour le remboursement d’un emprunt à souscrire par la société publique locale d’aménagement, de rénovation et d’équipement de Noisy-le-Grand (SOCAREN) auprès de la Caisse d’épargne, pour la réalisation de la zone d’aménagement concerté (ZAC) de Maille Horizon Nord.

Rapporteur : M. Michel Americo

Vote  NSAGV : Abstention

URBANISME

6 - Cession des lots de volumes n° 74, 70 et 75, consistant dans des coques commerciales et des lots de copropriété n° 724, 650 et 721, consistant dans des emplacements de stationnement, sis au sein du volume n° 45, dépendant de l’ensemble immobilier sis 3, 7 et 9 rue du Marché

Rapporteur : M. Michel Barbieri

Vote  NSAGV : Abstention

7 - Division d’une parcelle communale sise rue de la Plaine en vue de la réalisation d’un centre de tri communal et de l’implantation d’une entreprise de transformation, rénovation et installation de terrasses

Rapporteur : M. Vincent Monnier

Vote  NSAGV : Abstention

Lors de la note de présentation Mr V. Monnier décrit les objectifs de la division de cette parcelle et l'usage qui en sera fait.

Petit supplément d'âme non avoué officiellement mais ajouté au hasard d'une phrase " En même temps cela permettra d'empêcher l'installation de Rroms".

Noisy Solidaire étant engagé dans l'aide aux personnes précarisées, dont les citoyens européens Rroms, et la défense de l'accès à leurs droits,  Sylvie Monnin indique que sa conscience solidaire ne peut entériner un tel argument et s'abstiendra donc.

8 - Aliénation des parcelles communales sises 16 rue Lucien Sampaix et 9 rue Georges Laigneau à Noisy-le-Grand et cadastrées sections AD n° 367 pour 687 m² et AD n° 368 pour 478 m²

Rapporteur : M. Michel Barbieri

Vote  NSAGV : Abstention

Intervention de Sylvie  Monnin  pour "Noisy Solidaire À Gauche Vraiment":  

"Madame la Maire,

Cette délibération confirme qu’une partie au moins du projet de l’ancien maire est restée dans les tuyaux. NSAGV a bien noté que le projet proposé par la société Génestier & Co était a priori modeste puisqu’il n’est question que des emprises qui jouxtent les ancien Bains Douches, soit environ 1100 m², et que la façade serait conservée pour une construction de l’ordre de 1458 m².  Pour autant, vous voudrez bien nous préciser la hauteur probable  de cet immeuble et pourquoi ce projet ne prévoit que de l’accession libre alors même que les besoins sociaux sont criants. Même au regard d’une opération modeste, on aurait pu imaginer un montage qui combine accession libre et logement social, ne serait-ce qu’un ou deux.

Enfin  cette proposition d’aliénation participe d’un processus de rentabilisation des emprises disponibles en centre ville et nous savons bien qu’il faut boucler le budget 2016 !

Vous avez sans nul doute évoqué cette question lors de réunions publiques mais comme vous le savez, cela va beaucoup mieux en le disant lors d’un conseil municipal, instance officielle de la commune. Aussi, nous souhaiterions connaitre les projets de la majorité  sur le devenir des biens acquis par la commune en centre ville, notamment au cœur des fameuses cours intérieures de la rue Brossolette.  Bien évidemment, la même question pourra concerner utilement le devenir du parking  Pambrun dont l’usage actuel démontre sans contestation l’utilité…

Je vous remercie de votre attention"

Mme B. Marsigny n'apprécie pas la demande de NSAGV concernant les logements sociaux, "Ce sont quand même des logements avec vue sur la mairie".

Et alors? La vue sur la mairie serait-elle  réservée à  certains?  Les plus modestes n'y auraient pas droit?

" En matière de social avec tout ce qu'on fait au Palacio. Et puis, il y  a déjà l'hôtel social et nous envisageons une autre structure pour remplacer Noisy Résidence...."

Certes l'intérêt porté par la ville aux Espaces d'Abraxas contraste avec l'indifférence voire le dénigrement de la précédente majorité municipale. La "Fête" du 17 septembre  a été belle. Merci pour les habitants.

Cependant, les ménages et les jeunes éligibles aux logements sociaux sont nombreux sur la ville.

Il ne faudrait pas non plus faire mine de confondre logement d'urgence et logement social qui n'ont pas la même finalité et ne visent pas les mêmes publics.

Sylvie Monnin rappelle par ailleurs que ces nouveaux logements seront construits en lieu et place des anciens Bains-Douches municipaux, dont la façade emblématique sera conservée. A l'origine, les usagers de ces lieux  étant pour l'essentiel issus de la classe ouvrière, y consacrer quelques logements sociaux aurait été un clin d'œil bienvenu à cette mémoire.

Par contre, pas de réponse pour le parking provisoire avenue Paul Pambrun ...

9 – Aliénation de la propriété communale sise 7 rue de la Chapelle à Noisy-le-Grand et cadastrée sections CM n° 46 pour 1 m² et CM n° 47 pour 1902 m².

Rapporteur : M. Vincent Monnier

Vote  NSAGV : Abstention

AFFAIRES TECHNIQUES

10 - Approbation d’une convention avec l’Union des groupements de l’achat public (UGAP) relative à la mise à disposition d’un marché subséquent issu d’un accord-cadre ayant pour objet la gestion de flotte pour véhicules industriels et engins spéciaux

Rapporteur : Mme Michèle Claveau

Vote  NSAGV : pour

11 - Institution de la redevance pour occupation provisoire du domaine public communal par les chantiers de travaux sur des ouvrages de réseaux de transport et de distribution d’électricité et de gaz et fixation de son montant

Rapporteur : Mme Michèle Claveau

Vote  NSAGV : pour

12 - Pose d’une plaque commémorative à la mémoire de Bernard Naudin, peintre, dessinateur et graveur sur le mur extérieur de la propriété sise 31 rue du Brayer à Noisy-le-Grand

Rapporteur : Mme Pascale Cotte-Morreton

Vote  NSAGV : pour

ÉDUCATION

13 - Approbation de la remise gracieuse de deux dettes envers la Commune et du remboursement de frais concernant le paiement des activités périscolaires

Rapporteur : Mme Sylvie Huret

Vote  NSAGV : pour

Concernant cette délibération Sylvie Monnin a adressé par mail à Mme la Maire avant le conseil municipal la remarque suivante:

"Concernant le point 13 de l'ordre du jour,  il  me semble qu'une certaine confidentialité devrait prévaloir. Les situations décrites avec de nombreux détails relèvent de la vie privée. Dans la mesure où la séance du Conseil municipal est publique, il ne m’apparait pas opportun que les noms des personnes concernées soient annoncés lors de la présentation de ce dossier par Mme Huret, ni dans le compte-rendu qui suivra."

Mme B. Marsigny a annoncé avant la présentation de cette délibération qu'elle était en accord avec cette remarque et qu'il ne serait pas fait mention oralement des noms des personnes concernées, mais que la présence de leur nom est légalement obligatoire dans la délibération soumise au vote..

SPORTS

14 - Information du Conseil municipal sur la situation du Tennis club de Noisy-le-Grand

Rapporteur : Mme Brigitte Marsigny

Mme B. Marsigny annonce que la ville ne renouvellera pas la convention d'occupation des installations sportives situées en bords de Marne avec l'association Racing Club de Tennis de Noisy-le-Grand (RCTNG) pour des raisons financières . Une dette importante serait à l’origine du contentieux.

Mr E.Constant précise que la présidence du club conteste la réalité des chiffres présentés et que le dialogue entre l'association et la ville pour tenter de trouver une solution n'a pas été possible.

On se rappellera utilement que la gestion du club de tennis de Noisy le Grand est un serpent de mer. En effet, sous les précédentes mandatures, pas moins de trois gestionnaires ont été nommés puis remerciés pour deux d’entre eux, y compris celui que l’on avait été cherché, au moins une de ses représentantes, dans une ville de Seine Saint Denis. Nous ne savons pas exactement si toutes les conditions du dialogue ont été réunies. Ce que l’on sait en revanche, c’est que pour les précédents « remerciés », le dialogue n’était pas le maitre mot des relations municipales. Comme quoi, l’arroseur arrosé existe peut-être !

Reste la question essentielle : Quid des 600 membres de l'association et notamment des 300 enfants qui pratiquaient au sein du club ? Il convient d’être attentif à la suite des évènements tennistiques…

AFFAIRES SOCIALES

15 - Approbation du principe de création d’une Maison de la justice et du droit (MJD) et autorisation du Maire à mener les démarches en ce sens auprès des autorités compétentes

Rapporteur : Mme Brigitte Marsigny

Vote  NSAGV : pour

DÉVELOPPEMENT URBAIN

16 - Approbation d’une convention avec le Service interacadémique des examens et concours des académies de Paris-Créteil-Versailles relative à la réutilisation par la Commune d’informations figurant dans les listes de résultats d’examen pour l’année scolaire 2015-2016 dans le cadre de la soirée des bacheliers organisée en novembre 2016

Rapporteur : Mme Assiba ABBACI

Vote  NSAGV : Abstention

Un élu fait remarquer que l'utilisation de fichiers internes à l’Éducation Nationale sans le consentement des lycéens concernés pose question.

NSAGV rappelle ici que la multiplication des fichiers informatiques de données personnelles et leur utilisation sans aucune transparence appellent une vigilance accrue pour le respect des libertés individuelles. Selon Madame la Maire, c’est la C.N.I.L. à qui il appartient de vérifier les bonnes conditions d’usage.

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI

17 – Approbation du plan de financement relatif au dispositif municipal d’aide à l’emploi et de la demande de subvention y afférente auprès du Fonds social européen (FSE) – axe 1, au titre des années 2016, 2017 et 2018

Rapporteur : Mme Joëlle Hélénon

Vote  NSAGV : pour

PERSONNEL

18 -  Modification du tableau des effectifs du personnel permanent et création de deux postes de catégorie A

Rapporteur : M. Éric Allemon

Vote  NSAGV : Abstention

Questions de Sylvie  Monnin  pour "Noisy Solidaire À Gauche Vraiment":  

"Concernant le remplacement d'un poste d'attaché territorial à la MPT du Champy, agent de catégorie A, par un poste de catégorie B, les missions ne sont-elles plus les mêmes? Auquel cas, il serait intéressant d'en informer le conseil municipal.

Si les missions restent inchangées, qu'est-ce qui justifie un changement de catégorie?"

Mr E.Allemon répond qu'i s'agit d'adapter le poste au profil de la nouvelle personne qui l'occupe et qui est agent de catégorie B.

"Ce point concernant le personnel municipal, je crois savoir, notamment via la presse, que des modifications des conditions de travail  des policiers municipaux ( extension des horaires de travail et des missions) sont en cours.

Pouvez-vous nous donner des précisions sur les compensations salariales et autres accordées à ces agents dans ce nouveau contexte?"

Mr E.Allemon répond que le CTP est saisi du dossier et que les horaires en vigueur jusqu'alors ne correspondent pas aux besoins notamment des commerçants, qu'il convient donc de les étendre.

Peut-être... mais la question sur les compensations pour les agents ne reçoit pas de réponse claire de la part de Mr E. Allemon.

19 - Création de huit missions de service civique au sein de la Commune

Rapporteur : M. Éric Allemon

Vote  NSAGV : abstention.

Intervention de Sylvie  Monnin  pour "Noisy Solidaire À Gauche Vraiment":  

" Chers collègues,

Je pense qu'il est souhaitable de bien mesurer les limites et les possibles dérives de ce dispositif.

L'Agence du Service Civique précise que les missions des volontaires "ne peuvent être les mêmes que celles d'un stagiaire ou d'un salarié".

Or, de nombreux dysfonctionnements ont lieu dans des associations mais aussi au sein de services publics tels que Pôle Emploi. Des organisations syndicales de fonctionnaires de l'Education Nationale note notamment une dynamique de substitution grandissante d'emplois de fonctionnaires ou de contractuels, y compris des contrats aidés, par des volontaires du Service Civique.

Dans une société du plein-emploi, il est envisageable que des jeunes s'engagent dans une association contre une indemnité de 500 euros par mois. Mais avec le chômage actuel, et celui des jeunes en particulier, il serait naïf de croire que seul le civisme motive les jeunes volontaires.

Pour information, près de 48 % d'entre eux étaient demandeurs d'emploi avant leur Service Civique.

Précision: lorsque qu'un effectue un Service Civique, il est automatiquement sorti de la catégorie 21 du chômage.

Enfin, pour 24 heures hebdomadaires minimum, mais ça peut être plus, la mission sera au mieux indemnisée à la hauteur de 6 euros de l'heure.

Alors certes ce dispositif peut être porteur de citoyenneté mais est aussi porteur de précarité.

Cela étant posé, afin de permettre au conseil municipal de voter cette délibération en toute connaissance de cause, il serait utile de préciser quelles missions ont d'ores et déjà été identifiées par vos services. Cela nous permettrait d'être assurés que ces missions sont porteuses de perspectives d'insertion professionnelle pour les personnes concernées et qu'elles ne se substitueront pas à des emplois publics."

Réponse de Mme B.Marsigny: " Bien sûr, nous ferons les choses dans les règles. Nous n'avons pas encore établi quelles seraient les missions."

Vigilance donc! Surtout à un moment où la Cour des Comptes appelle les collectivités locales à réduire leur masse salariale et que la baisse des effectifs dans les mêmes collectivités se confirme au détriment des conditions de travail et du service rendu aux citoyens...

20 - Mise en place du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP) au profit des cadres d’emplois des rédacteurs, des animateurs et des éducateurs des activités physiques et sportives territoriaux

Rapporteur : M. Éric Allemon

Vote  NSAGV : pour

21 - Fixation du taux de promotion pour l’avancement de grade dans le cadre d’emplois des cadres territoriaux de santé paramédicaux

Rapporteur : M. Éric Allemon

Vote  NSAGV : pour

DÉCISIONS DU MAIRE

 22 - Information du Conseil municipal sur les décisions prises par la Maire en application de l’article L. 2122-22 du Code général des collectivités territoriales

Rapporteur : Mme Brigitte Marsigny

Sylvie Monnin demande des explications sur les décisions suivantes:

221 25/07/2016 Administration générale

Passation d’un marché à procédure adaptée avec Maître Thierry  BAQUET relatif à la réalisation de missions de conseil et d’assistance juridique dans le cadre d’une procédure d’expulsion de la propriété sise 8, rue Armand Gundhardt à Noisy le Grand.

228 29/07/2016 Administration  générale

Passation d’un marché à procédure adaptée avec le cabinet HÉLÉNE DIDIER ET FRANÇOIS PINET relatif à la réalisation de missions de conseil et d’assistance juridique dans le cadre de la procédure contentieuse introduite par Madame S… L… S….

229 29/07/2016 Administration  générale

Modification de la décision n° 16/178 du 27 juin 2016 portant passation d’un marché à procédure adaptée avec Maître Jean CAPIAUX relatif à la réalisation de missions de conseil et d’assistance juridique dans le cadre de la procédure contentieuse relative à un arrêté de permis de construire en date du 3 août 2015 pour la construction d’une  maison individuelle sise 74, rue de la Forêt à Noisy le Grand.

 262 30/08/2016 Affaires techniques

Passation du marché n° 2016 010, selon une procédure adaptée, avec la société SEGEX ENERGIES, relatif à l’entretien et à la réparation des fontaines et des bassins.

Des réponses écrites seront adressées ultérieurement.

QUESTIONS DIVERSES

Sylvie Monnin a soumis la question suivante:

"Madame la Maire,

50 migrants essentiellement afghans et soudanais sont accueillis provisoirement depuis quelques jours au sein de l'hôtel familial géré par l'association Hôtel social 93.

L'appel à la solidarité lancé par Béatrice Dembélé membre de cette association en charge de l'accueil de ces réfugiés a été entendu. En effet de nombreux noiséens ont apporté des vêtements, d'autres proposent leurs services pour animer des groupes de conversation et  aider à la constitution de dossiers.

Dans ce contexte, quelle part compte prendre la municipalité en terme de solidarité envers ces personnes qui pour beaucoup ont fui la guerre dans des conditions dramatiques?"

A la date du conseil municipal aucun élu de la majorité municipale n'avait pris contact avec le personnel de l'hôtel familial et les migrants.

Mme B. Marsigny dit être sensible à la situation des migrants accueillis à l'hôtel familial. Elle précise cependant n'avoir pas apprécié d'avoir été mise devant le fait accompli.

Elle se dit prête à organiser un accueil dans la salle du conseil municipal, à faire un état des besoins et évoque des échanges possibles avec les responsables de l'association.

Après les paroles, nous attendons donc les actes...

22h15 fin du conseil municipal... comme quoi c'est possible!

Compte rendu à multiples mains et têtes. Merci à elles !
 

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 18:54

Samedi 15 octobre : marchons ensemble contre le TAFTA & le CETA

Nous vous invitons à rejoindre les manifestations, actions, rassemblements et animations prévus partout en France ce samedi 15 octobre pour refuser le TAFTA et le CETA et pour garantir la démocratie, développer la solidarité internationale, défendre la culture, sauvegarder les services publics, défendre l’emploi, soutenir l’agriculture paysanne, sauver le climat, protéger notre alimentation et notre santé !

Marche et assemblée citoyenne à Paris

La marche s’élancera à 15 h 30 depuis la place Stalingrad pour rejoindre la place de la République où se tiendra une Assemblée citoyenne à 18 h et un Opéra d’Orchestre debout à 21 h.

Vous pourrez rejoindre un des 4 cortèges thématiques :

  • > Démocratie & solidarité internationale
  • > Climat
  • > Agriculture et alimentation
  • > Emploi & services publics

Relayez la mobilisation !

Pour vous informer et relayer la mobilisation autour de vous :

Pourquoi ?

Après plusieurs années de mobilisation des deux cotés de l’Atlantique, nous sommes parvenus à mettre de sérieux bâtons dans les roues du TAFTA, le projet d’accord qui vise à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Mais l’Union européenne s’apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit recevoir l’approbation des États membres le 18 octobre prochain. S’il est approuvé, il sera soumis à la ratification du Parlement européen dans les mois suivants.

Partout en Europe, les peuples se mobilisent pour refuser les traités transatlantiques TAFTA et CETA. En Allemagne, en Belgique et en Autriche, plusieurs centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues. La ratification du CETA par les gouvernements autrichien et belge n’est pas acquise : nous devons les soutenir (l’unanimité étant requise) !

 

Le 15, ça vient vite ...

Partager cet article

Repost0