Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 18:00
logoae

Le tournant de la rigueur

La France a transmis à Bruxelles le 1er février dernier son « Programme de stabilité 2010-2013 » (à consulter ici). Il prévoit que les déficits publics passeront sous la barre des 3 % de PIB dès 2013. Un document qui marque le  « tournant de la rigueur » du quinquennat de Nicolas Sarkozy...

Il faut bien sûr réussir à réduire le niveau des déficits publics après la crise, mais pour y parvenir se posent deux questions. La première est celle du rythme. Celui qui est programmé par le gouvernement  sous la pression de la Commission européenne est probablement trop rapide. D'autant que la Commission veut que la même politique soit mise en œuvre dans tous les pays de l'Union en même temps. Du coup, l'objectif de réduction des déficits ne sera très probablement pas atteint au final : la croissance risque de tellement ralentir que, contrairement à l'objectif poursuivi, les déficits augmenteront parce que les recettes baisseront, alors que le retour de la récession entraînera une nouvelle hausse des dépenses. C'était déjà la mésaventure qui était arrivée au gouvernement d'Alain Juppé en 1995 lorsque, deux ans après la récession de 1993, il avait trop brutalement serré la vis budgétaire.

La seconde question est celle des moyens mis en œuvre. Le choix du gouvernement de ne miser que sur la réduction des dépenses publiques et non sur l'augmentation des impôts des plus riches est à la fois injuste et inefficace. Une augmentation des impôts des plus aisés les amènerait en effet à puiser dans leur épargne abondante (avec 16 % de taux d'épargne moyen les Français – pas tous bien sûr – sont actuellement des champions du monde de l'épargne). Ce qui permettrait de limiter les déficits sans ralentir outre mesure la consommation et l'activité. Ce n'est pas la voie que souhaite emprunter le gouvernement, qui préfère limiter les dépenses publiques, et au premier chef les dépenses de protection sociale. Ces coupes affecteront surtout les moins aisés dont les revenus dépendent davantage de la protection sociale. Et elles inciteront les Français à épargner davantage en prévision de maladies ou d'une retraite de moins en moins bien couvertes par les mécanismes collectifs. Et l'effet négatif sur l'activité économique s'en trouvera multiplié...

Retrouvez ici le dossier d'Alternatives Economiques n° 288 de février 2010 : « Faut-il avoir peur de la dette publique ? », ainsi que le dossier documentaire qui l'accompagne ici.

Guillaume Duval, rédacteur en chef d'Alternatives Economiques

Partager cet article
Repost0

commentaires