Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Ils profitent de la crise sanitaire ...
    Soutenons le rassemblement du 19 janvier 2021 contre la Loi de « Transformation de la Fonction Publique » en étant nombreux devant la mairie de NoisNoisy-le-Grand 17 h. Vous trouverez ci-joint : l'appel de l'intersyndicale l'attestation de déplacement...
  • Meilleurs Voeux Solidaires ...
    Solidarités La France comptera d’ici la fin 2020 près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Alors que 20% des plus riches cumulent les deux tiers d’épargne, 20% des plus pauvres sont contraints à l’endettement. L’indécente euphorie...
  • Adresse aux noiséen-nes pour l'an 2021 ...
    Crise sanitaire et sociale : des inégalités insupportables ! La crise sanitaire a mis en évidence la situation désastreuse de nos hôpitaux : 100 000 lits supprimés en 20 ans, au plus fort de la crise sanitaire seulement 35 000 lits mobilisés pour les...
  • KDO d'une fin d'année morose ...
    Conseil Municipal Lundi 14 décembre 2020 Toujours en retransmission aux bons soins de Facebook ! A croire que la "ville intelligente" que l'on nous annonce ne l'est que par l'intermédiaire des GAFAM (acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook,...
  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 17:23

Editorial par Jean-Emmanuel Ducoin
Planète fric

 

À l’échelle de notre cerveau pourtant entraîné à la fronde, l’ampleur des chiffres donne le vertige : les entreprises du CAC 40 ont dégagé 98 milliards d’euros de bénéfices en 2006. Une progression de plus de 10 % par rapport à l’exercice précédent. C’est dit : 98 milliards d’euros. Qui s’additionnent aux profits antérieurs, qui eux-mêmes s’additionnaient aux additions... Vous rendez-vous compte ? Si l’on n’y prenait garde, habitués que nous sommes aux technologies ordinateurisées du XXIe siècle, on dirait une cyber-économie hollywoodienne, un truc d’accrocs aux nuits blanches capables d’inventer et de dupliquer une pseudo-existence façon Second Life, un jeu vidéo mondialisé détenu par quelques maîtres jouant à se disputer le monde à coups d’euros-dollars sur un planisphère type Monopoly où les frontières sont effacées et les hommes manipulés au gré des décisions de l’oligarchie financière... Seulement voilà, les profits du CAC 40 n’ont rien de virtuel. Ils sont réels et tintent sourdement derrière les portes des coffres-forts que nos économies osent à peine entrouvrir.

 

Nous entendons déjà les indignations à notre indignation, les phrases formatées du genre « il faut bien que les entreprises fassent des bénéfices », « beaucoup de ces profits ne sont pas réalisés en France », etc. Nous connaissons les contre-arguments, la banalisation du « ça marche comme ça », la mise à plat désincarnée de chiffres rendus soudain illisibles au menu du Vingt heures, quand, chez soi, une autre réalité arrive dans nos assiettes. Celle qui dérange. Et pour cause. D’un côté, 38 milliards d’euros versés directement dans les poches des actionnaires desdites entreprises, record absolu ; de l’autre côté, plus de la moitié des salariés de France qui gagnent moins de 1 450 euros net par mois. D’un côté, des dirigeants qui s’enfournent en moyenne 155 fois le SMIC comme salaire ; de l’autre côté, 3 millions de travailleurs pauvres ou allocataires du RMI. D’un côté des tapis rouges, de l’autre des cortèges de difficultés. Pardon, mais tout cela n’a pas la même gueule...

 

À ce stade de l’argumentation, nous sommes forcément taxés de « misérabilisme », d’« ouvriérisme », voire d’« idéalisme marxiste ». Pardi ! Thierry Breton, notre ministre de l’Économie, a même sauté le pas récemment en affirmant sans rire : « L’important c’est que ces entreprises restent en France, le reste c’est de la philosophie. » Voilà donc l’envergure d’un ministre français en 2007 : renvoyer la philosophie aux vestiaires de la pensée politique. Bravo ! L’opulence de quelques-uns, agissant pourtant au nom d’une philosophie ultralibérale, suffit au bonheur de monsieur Breton, qui, comme chacun le sait, est l’une des pièces maîtresses d’un gouvernement de barbouzes prêts à tout, même à truquer les chiffres du chômage.

 

S’il faut se garder de négliger la puissance de feu - sans équivalent dans notre histoire - de ceux qui nourrissent le capitalisme et gavent les actionnaires, une autre philosophie, antilibérale, existe et refuse l’ultrapouvoir accordé aux puissances d’argent. Est-il si fou de taxer ces sommes astronomiques ? Est-il infaisable de varier le taux de l’impôt sur les sociétés selon l’utilisation de ces profits, en favorisant celles qui investissent dans le travail ? Est-il délirant pour l’économie d’imposer une taxe sur les transactions financières et un impôt sur les placements financiers ? Est-il catastrophique pour la croissance de financer ainsi l’augmentation du SMIC à 1 500 euros, tout de suite ? Soyons sérieux. Entre 2002 et 2006, les profits du CAC 40 ont augmenté de 1 494 %. Vous avez bien lu ! Mais dans le même temps non seulement les salaires ont stagné, mais les effectifs de ces entreprises ont diminué.

 

Camus avait raison. La vérité est « mystérieuse, fuyante, toujours à conquérir ». C’est pareil avec les profits du CAC 40. Mystérieux, fuyants, toujours à conquérir. Un jour ou l’autre, il faudra quand même nous expliquer à quoi sert une économie - même mondialisée - sinon au bien commun ?

le 14 mars 2007

 

Partager cet article

Repost0

commentaires