Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Meilleurs Voeux Solidaires ...
    Solidarités La France comptera d’ici la fin 2020 près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Alors que 20% des plus riches cumulent les deux tiers d’épargne, 20% des plus pauvres sont contraints à l’endettement. L’indécente euphorie...
  • Adresse aux noiséen-nes pour l'an 2021 ...
    Crise sanitaire et sociale : des inégalités insupportables ! La crise sanitaire a mis en évidence la situation désastreuse de nos hôpitaux : 100 000 lits supprimés en 20 ans, au plus fort de la crise sanitaire seulement 35 000 lits mobilisés pour les...
  • KDO d'une fin d'année morose ...
    Conseil Municipal Lundi 14 décembre 2020 Toujours en retransmission aux bons soins de Facebook ! A croire que la "ville intelligente" que l'on nous annonce ne l'est que par l'intermédiaire des GAFAM (acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook,...
  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...
  • Sidération ...
    Depuis juillet dernier, « On a le droit de voir rouge » n'a rien publié. Est-ce à dire que « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » et ses amis n'auraient plus rien à dire, vexés qu'ils seraient de ne plus siéger au Conseil Municipal de Noisy-le-Grand...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 20:00

DÉCLARATION DU PCF


LA LOI LOGEMENT BOUTIN: UN PROJET LIBÉRAL, AUTORITAIRE ET DE DÉSENGAGEMENT POUR L'ÉTAT


Mme Boutin, Ministre du logement et de la ville, a présenté lundi 28 juillet prochain son projet de loi dit «Plan d’actions pour l’accès au logement».


Ce projet autoritaire est loin de répondre aux enjeux de la crise du logement que connaît notre pays. Autoritaire à l’égard des bailleurs, autoritaire à l’égard des locataires, autoritaire à l’égard des collectivités locales qui voient leur rôle une fois de plus restreint. Ainsi, dès les premières lignes, les sanctions pleuvent sur les éventuels bailleurs récalcitrants au conventionnement global (sanctions financières, retrait de compétences, réduction de subventions …).


C’est un projet de loi qui consacre un nouveau désengagement de l’Etat.
Il mobilise les fonds du 1% au service de sa politique. Il continue de servir les intérêts des investisseurs privés, en les encourageants à solliciter les dispositifs De Robien et Borloo, là où cela sera rentable. Il s’accapare, sans tenir compte des réalités sociales et territoriales des offices et surtout des obligations et des charges leur incombant (dépôts de garantie des locataires, provisions et réserves indispensables pour gros travaux, remboursements d’emprunts, impôts fonciers), leur trésorerie accumulée par le versement des loyers, évaluée à 11milliards d’euros. En vrai le montant réel des fonds d’investissement est limité à 6 milliards d’euros quand ils doivent compter une dette de 85 milliards d’euros déclare l’Union Sociale de l’Habitat. Le mensonge d’Etat est une nouvelle fois utilisé comme paravent au désengagement de l’Etat.


Par contre, pas un centime d’euro supplémentaire de l’Etat, RGPP oblige ! C’est la mobilisation indécente de la Réduction Générale des Politiques Publiques pour le logement social. Le budget du logement sera ainsi réduit de 6,9% en 2009. De surcroît, aucune disposition n’est formulée en faveur du pouvoir d’achat des locataires, du privé comme du public, pour stopper la hausse des loyers


Un projet de loi dur à l’égard du secteur public du logement mais toujours plus attentionné pour le secteur privé de l’immobilier. Aucune leçon n’est tirée de la crise des « subprimes » le front idéologique reste le même « Chers concitoyens, devenez propriétaires ! »;hors de cet objectif pas d’avenir pour se loger.


Les bailleurs sociaux pourront acheter des logements aux investisseurs privés, tandis que la vente du logement social est une nouvelle fois encouragée. De fortes déconvenues financières, tant pour les locataires devenus alors copropriétaires, que pour les syndics avec le risque réel de l’extension du nombre de copropriétés dégradées est patent malgré les mesures de prévention envisagées. De fait, les bailleurs sociaux, concernés se trouveront de plus en plus face à des situations inextricables pour la gestion de leur patrimoine.


Au nom de la mobilité dans le parc de logements, c’est le développement de la précarité locative pour les locataires solvables au travers de la baisse des plafonds de ressources et des contrats à durée limitée de trois ans non renouvelable, les surloyers pour les familles les moins en difficultés, exit la mixité sociale ! C’est encore la chasse à la « sous- occupation » sans tenir compte des histoires humaines : au bout de trois refus d’offres de logement c’est l’expulsion. C’est également la réduction des délais d’expulsion de trois à un an afin d’accélérer la mise envie du DALO si mal en point compte tenu de la faiblesse et de l’inadaptation de la construction du logement social. Madame Boutin poursuit ainsi le travail de destruction du secteur public du logement social engagé précédemment par les gouvernements de droite. C’est la disparition du droit au maintien dans les lieux, pilier original du logement social français.


Sans augmentation conséquente du budget de l’Etat
la mobilisation- au-delà des dispositifs déjà existants - des fonds de l’ANRU, de Anah, du 1%, du FISAC, de l’EPARECA en faveur de 100 à 150 quartiers maximum de 100 communes pour le requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQA) se fera au détriment des projets actuels qui manquent déjà tant de moyens. Ainsi on oppose les projets entre eux alors que tout devrait être fait pour que les conditions de vie digne soient réalisées pour tous.


Si rien n’est fait l’article 55 de la loi SRU n’existe plus.
En 2006, la présence de l’Abbé Pierre dans l’hémicycle avec tous les acteurs du droit au logement avait fait reculer les plus libéraux de nos députés. Qu’en sera-t-il en décembre prochain lors du vote de la loi ? La ministre donne un signe fort à la majorité UMP et ouvre grand la porte au marché. Il serait au contraire nécessaire de construire jusqu’à 30% de logements sociaux dans chaque commune comme nous l’avons soutenu à l’occasion du SDRIF. Ainsi l’accession sociale à la propriété sera comptabilisée afin d’éviter aux maires réticents les amendes et surtout pour leur éviter de construire ces logements sociaux sans lesquels il n’y aura pas résolution de la crise du logement.


Alors que la France vient d’être sanctionnée par le comité des droits sociaux du Conseil de l’Europe Mme Boutin s’obstine à construire un projet de loi d’essence libérale
. Ainsi ce projet, après celui de l’abandon des 35h ou bien l’abandon de la carte scolaire vient compléter l’architecture libérale du changement de civilisation qu’appelle le président de la République


Nous ne pouvons laisser faire. D’ici à décembre la mobilisation doit s’organiser et grandir. C’est dans cet esprit que le Parti communiste français compte co-organiser avec toutes les forces et acteurs du logement public la prochaine édition des Etats Généraux du logement et de la ville le 8 novembre 2008 à Paris. C’est dans ce cadre que nous souhaitons le plus largement possible continuer de porter l’exigence de la création d’un grand service public du logement et de la ville décentralisé et un budget national à la hauteur des enjeux actuels

Partager cet article

Repost0

commentaires