Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Ils profitent de la crise sanitaire ...
    Soutenons le rassemblement du 19 janvier 2021 contre la Loi de « Transformation de la Fonction Publique » en étant nombreux devant la mairie de NoisNoisy-le-Grand 17 h. Vous trouverez ci-joint : l'appel de l'intersyndicale l'attestation de déplacement...
  • Meilleurs Voeux Solidaires ...
    Solidarités La France comptera d’ici la fin 2020 près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Alors que 20% des plus riches cumulent les deux tiers d’épargne, 20% des plus pauvres sont contraints à l’endettement. L’indécente euphorie...
  • Adresse aux noiséen-nes pour l'an 2021 ...
    Crise sanitaire et sociale : des inégalités insupportables ! La crise sanitaire a mis en évidence la situation désastreuse de nos hôpitaux : 100 000 lits supprimés en 20 ans, au plus fort de la crise sanitaire seulement 35 000 lits mobilisés pour les...
  • KDO d'une fin d'année morose ...
    Conseil Municipal Lundi 14 décembre 2020 Toujours en retransmission aux bons soins de Facebook ! A croire que la "ville intelligente" que l'on nous annonce ne l'est que par l'intermédiaire des GAFAM (acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook,...
  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 18:55

L’hiver approche et Coluche, homme clown, tristement, remet malheureusement le couvert comme les milliers de bénévoles des soupes populaires du Secours Populaire Français, de la Chorba pour tous, du Secours Catholique et bien d’autres…  Car on ne se s’habitue pas à la détresse des hommes et des femmes, nos frères et sœurs, alors on résiste au froid et à la faim en donnant, donnant, donnant, années après années depuis trop longtemps… mais encore cette année … La précarité et la pauvreté ne cessent pas, au contraire !

A Noisy, c’est dans la Maison des Solidarités, nommée Coluche justement, que cela se passe. Parce qu’il faut bien que cela se passe quelque part et, chaque fois, que possible au plus près de celles et ceux qui ont besoin.

Or, au plus près, c’est où ? Pas besoin d’être urbaniste avisé pour constater que les quartiers populaire les plus denses, et notre ville n’en manque pas, sont ceux qui abritent aussi les plus fragiles, sans oublier ceux qui n’ont plus de toit que les maraudes bénévoles secourent autant que possible.

On se rappelle d'ailleurs que c’est un particulier, proche de la Cité Château de France gérée par ATD Quart Monde, qui avait mis à disposition le premier lieu d’accueil des Restos du Cœur dans notre ville. Après son décès et la vente de son patrimoine, immobilier oblige, la commune avait accepté de relayer cette action nécessaire.

C’est sans doute dans cet esprit qu’est née en 2007, La Maison Coluche, au bord du clos d’Ambert, à mi-chemin du Champy et du Pavé Neuf, mais dans un espace qui ne tardait pas à s’urbaniser. Tiens, voilà Montoit, tiens voilà Montoit, on connait tous la musique… De là à ce que quelques grincheux s’émeuvent des pauvres à leur porte, ou presque, il n’y avait pas loin. Mais peu importe les grincheux !

Alors, bien sûr, on aura pu s’étonner que la solidarité municipale passe par un loyer et une subvention en conséquence pour les Restos du Cœur. D’ailleurs, nous l’avons fait en son temps. Mais après tout, l’essentiel était bien qu’un lieu d’accueil, équipé, existe et que les bénévoles et les « bénéficiaires » - quel mot désagréable – puissent l’utiliser dans de bonnes conditions.

Alors, bien sûr, on s’étonna encore un peu plus lorsque l’on apprenait que la tentation de trier les « pauvres » aurait pu exister. Rroms, ce n’est pas bon. Noisy Résidence, pas terrible, non plus. Mais, dans une ville où le moindre squat de famille, d’Europe de l’Est bien entendu, était délogé au plus vite, dans une ville où les enfants des familles hébergées devaient s’acquitter du tarif hors commune pour la cantine, le plus cher - et au combien ! -, on ne s’étonna pas beaucoup beaucoup du coté de la majorité municipale d’alors… d’un tri implicite … de la misère…

Faut bien le dire, la Kapitale de l’Est Parisien n’aurait sans doute pas supporté l’appel d’air. Quelle mauvaise blague ! C’est vrai, un pauvre, ça va mais deux, trois, quatre, on ne sait plus où cela va s’arrêter, le tout sans vouloir se poser la question du pourquoi. Finalement, la misère, c’est toujours mieux ailleurs qu’à notre porte !

Et c’est bien cela pourtant, on ne sait plus !!! Et pour autant, on ne s’habitue toujours pas. La preuve ? Le nombre des « bénéficiaires » ne cesse de croitre. Et parmi eux, de plus en plus, des salariés pauvres et précaires, des retraités qui ne peuvent mettre au bout, des familles cassées en deux, des chômeurs, jeunes ou pas en fin de droit ou sans droit … Il n’y a pas que le RSA dans la misère et dans la survie ! Il y a aussi plein … de rien !

Alors, quand, tout d’un coup, on apprend que les Restos du Cœur sont invités à déménager avant fin décembre, ça raisonne mauvais, ça raisonne fort. Quitte à oublier l’histoire du loyer, quitte à oublier que le nombre de «bénéficiaires » augmente, quitte à oublier que les locaux mis à disposition sont, certes pratiques, mais peut-être pas aussi bien situés puisque la maison des Solidarités est cernée par les immeubles, et bientôt, sans doute, pépinière disparaissant, par d’autres immeubles.

Alors, quand on apprend dans la foulée, que la nouvelle localisation se retrouvera excentrée, qu’il s’agit d’une ancienne entreprise de pompes funèbres, même de taille bien plus conséquente que l’actuel local, on ne peut s’empêcher de penser qu’à Noisy, on a le sens du symbole.  D’un seul coup, on se rappellera que déjà la première localisation envisagée de l’aire des gens du voyage, obligatoire mais jamais construite malgré la loi d’un ministre socialiste, se trouvait être sur le terrain de l’ancienne déchetterie près du bois des Yvris. Comme quoi, pompes funèbres et déchetterie, c’est toujours d’une certaine façon, ce que peuvent devenir … les vivants ! Finalement, sans l’avoir fait exprès ou pas nécessairement, les meilleures intentions font le buzz, immanquablement…

Bien sûr, Madame le Maire se fendra d’une réponse dans le Parisien du jour, réponse selon laquelle, cette affaire de déménagement était dans les tuyaux depuis près d’un an. Bien sûr, Monsieur l’ancien Maire se fendra d’une pétition en ligne et papier aux accents scandalisés. Bien sûr, Monsieur le Conseiller Départemental, ex fils putatif et conseiller municipal d’opposition, tweetera à tout va, sans omettre de facebooker via la page du PS local, contre l’horreur d’une telle décision contre les pauvres. Et bien sûr, on ne résistera pas, quand à nous, de dire qu’il faut savoir aussi balayer devant sa porte. Les enfants de Noisy Résidence et les familles hébergées s’en souviennent, elles aussi.

Mais finalement, ça dit quoi cette décision à la veille des fêtes, en cette fin novembre ? Cela dit en premier que la communication municipale n’a pas fonctionné malgré les annonces de plus de concertation. Cela dit que les responsables des Restos du Cœur sont étrangement silencieux, au moins au moment où ces lignes sont écrites. Cela dit que le choix de la nouvelle localisation n’est pas aussi judicieux qu’il n’y parait et qu’à vouloir aller trop vite, on peut se prendre les pieds dans le tapis. Cela dit que le fait d’avoir 350 m² utile au lieu de 150, même avec des parkings et des facilités pour les livraisons, cela ne règle pas l’éloignement de nombreux « bénéficiaires » du lieu de distribution. Cela dit que l’avis des « bénéficiaires » et des bénévoles pourrait avoir compté pour du … beurre. Le comble ! Et cela veut dire, enfin, qu’il ne peut être question d’instrumentaliser la pauvreté et la précarité à des fins de mauvais règlements de compte politicien. En tout cas, ce n’est pas notre volonté et nous laissons cette petite manœuvre à ce qu’elle est… une petite manœuvre facile et médiocre.

Donc, de deux choses, l’une, soit les Restos du Cœur confirment que cette proposition de déménagement à leur assentiment. Soit, dans l’hypothèse où ce ne serait pas le cas, la ville accepte d’étudier une nouvelle solution et gèle le déménagement prévu courant décembre. Enfin, ne dédaignons pas la question de l’éloignement de nombreux « bénéficiaires » du site envisagé. A l’évidence, le transport est une véritable difficulté qu’il faut résoudre avec le respect que méritent les hommes et les femmes pour qui la nécessité exige la solidarité. Et celle-ci n’est pas une affaire de « bénéfice » mais de dignité !

On a le droit de voir rouge

Partager cet article
Repost0

commentaires

Patricia BETUEL 03/12/2016 17:24

"Alain Cassé si c'est écrit dans le Parisien c'est forcément vrai? Peut-être qu' il y a deux ou trois personnes gênées par les questions de stationnement mais pour autant doit-on se servir de cela pour faire croire aux Noiséens que sous la pression des habitants du Clos d'Ambert, Brigitte Marsigny se débarrasserait des Restos du Coeur?
C'est ridicule.
Personne dans les lotissements qui entoure le bâtiment n'a entendu de plaintes, de pétition, tout le monde a même été franchement étonné ( et désabusé) de ces allégations.
J'ai une petite idée de qui se trouve derrière l'orchestration de cette affaire. Et c'est dommage parce que si vraiment BM délocalise les Restos pour de mauvaises raisons, le combat politique ne se trouve pas sur le bon terrain.
Ceci étant, il y a clairement des problèmes de stationnement, de livraison et probablement de place pour le stockage.
J'aurais plutôt tendance à dire qu'avant de se mettre martel en tête, il fallait avoir le retour de la Mairie et des responsables des Restos."

Alain Cassé 28/11/2016 12:35

Moi je n’y comprends rien à cette histoire de « Restos du Cœur » Les réseaux sociaux s’affolent dans le vague, mais finalement ou se localise ce déménagement annoncé ? Etienne DOUSSAIN sur son blog parle d’une ancienne entreprise de pompes funèbres, sur les Bas Heurts. Brigitte Marsigny, dans le Parisien du 25 novembre écoulé propose un site en plein centre-ville de 350 m², avec parking pour les voitures et camions de livraison !

Il faudrait être plus précis, pour moi, les anciens locaux de Christian RAFFAULT, le plus ancien Thanatopracteur de France (*) au 48 rue Pierre Brossolette, ce n’est pas tout à fait le Centre ville.

Par ailleurs, les bras m’en tombent lorsque le Parisien mentionne que la cohabitation avec les personnes qui fréquentent la « Maison de Coluche » (Restos du Cœur) est depuis huit ans houleuse avec les riverains (Pétitions, pneus de voiture crevés chez les bénévoles,….) dans un quartier soit disant tranquille et sans histoire.

Sur les Bas Heurts, à 6 m du fond de mon jardin, passage des Aulnettes, dans un quartier également tranquille, j’ai un lieu de prière musulmane depuis une dizaine d’année (fréquentation du vendredi environ 300 fidèles), cadeau de mon ami Michel PAJON. A ma connaissance nous n’avons jamais crevé de pneus, même si le vendredi à 13h30 la circulation est difficile rue des Aulnettes. Nous prenons même du plaisir à échanger avec quelques connaissances.

Au fait, c’est quoi le « Vivre ensemble » à Noisy-le-Grand, moi je me pose des questions ?

(*) Christian RAFFAULT, l’embaumeur des Stars : Serge GAINSBOURG, Pierre MENDES-FRANCE, Claude FRANCOIS, Jacques CHABAN-DELMAS, etc…