Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne les interventions municipales de nos élus, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui ont participé à la construction de la Liste NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Vendredi soir 18 h 30 ...
    Depuis plusieurs mois, le 1er vendredi en cours, à 18 h 30, une poignée de noiséens-nes se rassemble sur le parvis de la mairie pour protester contre l'utilisation des pesticides dans notre pays. l'actualité de la dernière reculade de Macron et de son...
  • Le 28 juin, c'est comme on veut ...
  • Tant que l'on a la santé ...
    Paris, à 13h Rassemblement régional devant le ministère des solidarités et de la santé, avenue Ségur, avant une manifestation unitaire.
  • Le der des der ? On verra bien avec le temps ...
    Conseil municipal jeudi 28 mai 2020 En ouverture de séance, présentation en avant-première d’un court métrage réalisé par la Direction de la communication pour remercier l’ensemble des noiséens d’avoir œuvré pour faire face à la crise sanitaire : associations,...
  • Vidéo-conférence municipale noiséenne ...
    Préambule : la crise sanitaire majeure que traverse notre pays a imposé un gel temporaire de l’activité institutionnelle habituelle sur le plan municipal. L’état d’urgence sanitaire a délégué, de fait, aux maires, qu’ils aient été élus dès le 1 er tour...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 17:03
Dans l'Humanité Dimanche de ce  week end ... pour les grincheux adeptes de faux procès en matière de logement social.

La triste réalité de cet article est, bien entendu, vraie à Noisy le Grand.

Alors pour aider à comprendre et ne pas tricher sur un sujet dramatique!


Construire du logement social : Oui, mais lequel ?

Depuis 2004 et la mise en oeuvre du plan Borloo de cohésion sociale, la construction de logements s'est considérablement développée.

Mais à qui sont-ils destinés ? Sur les 420 000 logements mis en chantier en 2006, seuls 45 000 correspondaient à du logement locatif social selon l'Union sociale pour l'habitat (USH).

Situation d'autant plus inacceptable que les logements sociaux construits correspondent de moins en moins à la capacité financière des demandeurs.

Il existe en effet trois types de logements sociaux attribués à des personnes ne dépassant pas un certain plafond de ressources : les PLAI (prêts locatifs aidés d'intégration, pour lequel le plafond est fixé à 1 800 euros par mois pour un couple avec enfant à Paris et communes limitrophes, 1 300 euros en province), les PLUS (prêts locatifs à usage social, 3 015 euros à Paris, 2 150 en province) et les PLS (prêts locatifs sociaux, 3 900 euros à Paris, 2 800 en province).

Or les PLAI ne correspondent qu'à 8% des logements construits en 2006 alors qu'un tiers de la population peut y prétendre. En outre, la construction des logements sociaux destinés au plus grand nombre (70% des ménages peuvent prétendre à un PLAI ou à un PLUS) a stagné depuis 2001.

Dans le même temps, le nombre de logements PLS a été multiplié par quatre, alors que seulement 13% de la population se situent entre le seuil du PLUS et du PLS.

L'augmentation, depuis 2001, du nombre de logements sociaux mis en chantier ne profite donc pas à la majorité des personnes qui éprouvent de sérieuses difficultés pour se loger.

Partager cet article

Repost0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 10:47

Hier soir, dernier conseil municipal avant les échéances prochaines. Chacun fait le boulot suivant sa compétence, ses convictions du moment et les nécessités de la vie municipale qui doit continuer ... 
Rien à signaler de particulier ... Un débat d'orientations budgétaires 2008 qui ressemble au précédent, en particulier sur le désengagement persistant, déplorable de l'Etat et sur le maintien anticipé des actions ... de la majorité sortante. Une annonce, déjà publique, de recomposition politique à Noisy, les Verts iront avec le PS et votent le budget, sauf un...

Puis, lors des questions diverses, un Député Maire qui affirme que pour le Palacio, rien n'est engagé (sauf, peut-être, l'étude commandée courant 2006 sur décision du maire ?) et qui confirme qu'il ne changera rien à ce qu'il a mis en place pour les professeurs des écoles qui habitent dans les anciens logements de fonction malgré l'appel à la négociation en début de conseil de deux organisations syndicales par voie de tract ... Normal, à Noisy, on ne négocie pas avec ceux qui pensent que l'on peut faire autrement ... Tant pis pour eux, le Maire a raison, il faut mettre à bas les "régimes spéciaux" ! Cela rappelle quelque chose, une telle méthode, Non ?

Enfin, fin du conseil, sans prévenir préalablement les différentes formations politiques représentées, un discours lénifiant d'un maire sortant qui se veut " au dessus de la mélée" pour ponctuer le dernier débat municipal de cette mandature.

Mais, voilà, suite à cette intervention légitime, un élu lève la main et demande la parôle... parce que la sienne en vaut bien une autre ... refus et le maire lève la séance, la dernière séance comme dirait Eddy Mitchel...
 
A manqué de hauteur, notre édile !

Nous prenons donc acte de ce refus et publions l'intervention qu'aurait souhaité faire cet élu en cette fin de mandat . Dommage, encore un loupé ! 

Monsieur le Député Maire,
 
Mesdames, Messieurs,
 
7 ans déjà…, cela me rappelle les Guignols de l’info d’avant avril 2007 !
 
Ca y est ! Nous sommes quasiment au terme du mandat confié par les noiséens et je ne pourrai pas m’empêcher d’exprimer regret et satisfaction pour ce dernier conseil.
 
Elus au sein d’une majorité en 2001, il faut bien le dire, l’expérience aidant, nous aurions pu faire mieux. Pourtant, et ce sera le chapitre « satisfaction », il y a eu des choses biens que la période suspecte ne me permet pas d’évoquer.
 
D’ailleurs, cette partie positive du bilan est à mettre au profit de tous et de toutes, ici autour de cette table, que l’on soit de l’opposition, de la majorité, en délicatesse avec la même ou, encore, futur partenaire d’une autre majorité à venir. Car, enfin, le positif dans un bilan, c’est bien ce qui sert les noiséens et, là, aucun de nous ne peut trouver à y redire…
Donc c’est bien l’ensemble des élus de ce soir qui peut s’en revendiquer un peu, beaucoup, passionnément, selon la place de chacun…
 
Alors, finalement, il y a ceux qui ont mis en œuvre, certes, puisqu’ils avaient cette délégation de pouvoir que possèdent les majorités électorales, mais globalement et quoiqu’on en dise, je préfère considérer que ce qui est utile à tous les Noiséens appartient d’abord à ces derniers et par extension à tous ceux qu’ils ont désignés pour les représenter, une espèce de bien commun en sorte, même si certains d’entre nous auront eu la bonne idée, au bon moment avant d’autres.
C’est vrai que les autres peuvent ne pas avoir compris au début, voire peuvent avoir contesté le bien fondé de telle ou telle décision.
 
Cela invalide-t-il le bien commun ? Non, je ne le crois pas et c’est ce qui devra rester.
 
Voila pour la partie positive que l’on ne s’arrachera pas puisque cela appartient dorénavant aux noiséens !
 
Sur les regrets, comment le dire ? Ce mandat, ce n’était pas qu’une question d’énergie.
Ce mandat, au moins pour moi et plusieurs d’entre nous j’imagine, c’était de croire qu’agir en qualité d’élu au nom de l’intérêt général n’était pas obligatoirement agir sans que le réel dépositaire de cet intérêt général, la population, dans toute ses composantes et avec ses contradictions, soit aussi imparfaitement associée aux décisions qui la concerne au premier chef.
 
Il n’y avait pas d’angélisme en ce début de mandat mais il y avait de l’optimisme à pouvoir agir sur le réel, c’est le propre de la politique, avec la population, à ses côtés et non pas seulement au nom de la population dans une espèce d’étonnante mutation qui fait passer des militants bénévoles dévoués à un fonctionnement qui pourrait ressembler à s’y méprendre à un fonctionnement clanique animé par de nouveaux professionnels de la vie publique.
 
J’ai du rêver trop fort et pourtant je crois encore que revivifier le débat politique, faire reculer le désintérêt ou la méfiance qu’ont nos concitoyens à l’égard de la « politique » reste une nécessité vitale.
 
J’ai même cru comprendre que cela serait un enjeu de la prochaine consultation électorale… On verra ce qu’il en est en son temps !
 
Enfin, quelques mots encore, sur un plan plus personnel, malgré les affrontements, malgré les désaccords, je veux dire le respect que j’ai pour les fonctions que nous avons occupées pendant sept ans, bientôt.
 
Il y a de l’honneur dans la confiance que les électeurs nous ont témoignée. C’est la force du système démocratique quelle que soit la vivacité du débat d’idée.
 
Je le voulais dire, ce soir, et les en remercier.
 
Et puis comme tout finit en chanson …
 
« Ce n’est qu’un au revoir, mes frères …. »
 
                                                                                  Merci de votre attention

                                                                                  Pour les Elus Communistes
 
                                                                                  Etienne DOUSSAIN

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 16:38
Ce jeudi 10 janvier 2008, l'édition de Seine Saint Denis du Parisien s'est livrée à un récapitulatif des candidatures déclarées (sic) des principales villes du département.

C'est son droit, bien entendu, sous réserve toutefois de prendre le temps de vérifier les informations divulguées.  D'ailleurs,  c'est un principe , croit-on savoir, du journalisme que celui de recouper les informations avant publication, sauf à avoir une confiance absolue dans les sources utilisées...

Ainsi donc, je suis candidat "déclaré" !  A l'insu de mon plein gré, comme dirait l'autre !
Hé bien, oui, je suis candidat pour participer à une belle liste de rassemblement à Gauche et m'en suis jamais caché... mais je n'ai jamais donné une telle information au Parisien et surtout pas nominative. Ca va mieux en le disant ! Non pas, comme tout le monde en politique, dit-on, que mon égo souffre de voir mon nom apparaître à la rubrique "Noisy le Grand", mais simplement parce qu'une candidature, de mon point de vue au moins, n'est pas qu'une affaire personnelle.

Alors oui, je suis candidat pour participer à une belle liste de rassemblement et une belle liste de rassemblement, c'est quoi ?

C'est construire à plusieurs voix, une alternative à une Droite furieusement décomplexée si l'on en juge la frénésie monarchique présidentielle, aidée maintenant par Monsieur Blair, travailliste anglais de renom (?), l'Irak s'en souvient, et une alternative à une Gauche gestionnaire, cynique par omission, ne connaissant que la délégation de pouvoir, le sien ! Vous savez, celle qui nie au peuple souverain le droit de s'exprimer par référendum, par exemple en boycottant le futur congrès de Versailles pour modifier la constitution... Celle qui, encore, à Noisy, certaine de la qualité de son bilan, va confondre allègrement "politique de communication", politique progressiste et démocratie locale...la participative comme dirait Ségolène.

Je sais bien que des voix s'élèveront pour me signifier, à moi comme à d'autres, qu'une telle attitude ne peut que favoriser la Droite et le Modem. Mais on les connait ces mêmes vieilles voix culpabilisantes qui font prendre trop souvent, voire depuis trop longtemps, les vessies pour des lanternes.

Pour autant, on ne confondra pas, ici, Droite et Gauche mais on dira clairement qu'à Gauche, il y a plusieurs tonalités, plusieurs envies, au fond des convictions dont la tenue est à géométrie variable selon la conception que l'on a de l'exercice du pouvoir ... au service de, pour et avec nos concitoyens. Vieux débat, là encore, vieux comme le monde disent certains !
Il est pourtant des moments en politique où il n'est pas possible de faire l'impasse sur cette question essentielle qui a à voir avec une autre, toute aussi essentielle, la démocratie.  Pas plus d'ailleurs, au titre de ces mêmes convictions, qu'il faille mettre son "drapeau" dans sa poche et renoncer à de justes revendications ou avancées même si le débat peut être rude, fait de conflits ou encore de reculs temporaires. La aussi, les exemples ne manquent pas. Faut-il pour autant baisser les bras ?

Alors, oui, je suis candidat pour agir à plusieurs, et avec plusieurs, avec l'ambition nécessaire de faire bouger la réalité mais pas forcément en acceptant des compromis qui ressemblent à des compromissions.

Mais c'est quoi un rassemblement utile à Gauche ?

Quelques exemples suffisent à le démontrer et peuvent se décliner à l'échelle d'une commune pourvu que la volonté politique s'affirme :

- une densification urbaine harmonieuse est possible en prenant en compte la réalité de l'existant, sans violence et en répondant vraiment à une quadruple préoccupation, celle du logement des plus démunis, celle du parcours résidentiel de tous, celle de la qualité environnementale et celle des conditions de vie générale de chacun dont font partie emploi et transport.

-Est possible aussi la mise en place de mécanismes permanents de consultations par projets, par quartiers. On peut penser à la place des autres, bien sûr, mais à plusieurs, avec le temps nécessaire donné à la co-élaboration, on est plus intelligent et la réussite en est que plus belle et efficace pour tous...

-Comme est possible, d'autres communes l'ont démontré, une politique de l'eau qui mette en cause la logique infernale de la privatisation et du profit... au profit, pour le coup, d'un service public nouveau, y compris par négociations intercommunales.

-De même, est possible de réintégrer la restauration scolaire puisque les outils existent, la cuisine centrale notamment, dans le cadre d'une fonction publique territoriale qui n'avait pas failli auparavant. Là aussi, d'autres s'y emploient en France sans être pour autant des révolutionnaires avec le couteau entre les dents !

-Etait et est encore possible de ne pas entériner le choix de la punition et de la répression en confondant volontairement les missions des polices nationale et municipale, en passant par la vidéosurveillance, alors que la prévention, et pour cause, n'a pas dit son dernier mot.

Voila, sans que cela ne soit exhaustif, des exemples qui maillent démocratie locale, emplois et services publics sans que cela ne soit ringard ni sujet à une "concurrence libre et non faussée", vaste sujet où on attend avec impatience la position du Député de la 13ème circonscription à Versailles !

On aurait pu utilement parler de parkings, de commerces, de la vie des quartiers et de la jeunesse mais il faut savoir en garder pour demain. Et demain, il y aura du boulot pour une belle liste de rassemblement à laquelle j'ai envie de participer...

Alors, vous êtes candidat, vous aussi ?

Plus on est de fou, plus on rit, non ?

A demain , donc...

Noisy, le 13 janvier 2008

Etienne DOUSSAIN



Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 10:30

Ce qu'voeux-pajon-2008.jpgil y a de bien en fin d'année, c'est les voeux ! Vous savez, ces voeux qui témoignent de l'affection que l'on a pour les siens, de la sympathie pour ses voisins, ses amis, ses relations de travail et ... ses électeurs notamment quand il s'agit des voeux d'une personnalité publique.
C'est quoi un personnalité publique ? Ben, c'est l'inverse d'une personne privée ... Bon sang mais c'est bien sûr ! C'est quelqu'un qui a un rôle public, un rôle qui le met devant les feux de la rampe ... C'est quelqu'un qui a des cartes de visite particulières, qui mentionne ... qui, il ou elle, est dans la vie publique ... Bref, c'est quelqu'un qui peut même être appelé à représenter les autres, les personnes privées en somme !
D'où ma surprise du jour en recevant les voeux personnalisés du Député Maire, me souhaitant ainsi qu'aux miens une très belle année 2008 (jusqu'ici tout va bien, je ne peux que l'en remercier et lui présenter les notres) puis, un peu plus loin, une phrase étonnante, tant la conception du débat démocratique qu'elle revêt peut sembler étroite sinon surprenante, une phrase étonnante, donc, rédigée comme suit: "je ne doute pas que notre défaite en mars prochain accréditerait le patient travail de destruction (sic) que tu as accompli au sein de notre équipe mais, sur ce point précis je ne peux te souhaiter la réalisation de tous tes désirs en 2008 ... Sans rancune ... Bien à toi"

Vraiment, Cher Michel, point trop n'en faut ! Confondre désaccords, contreverses et "patient travail de destruction accompli", c'est de la démesure et un personnage public, élu par le suffrage universel qui plus est, se doit d'être au delà d'une telle confusion. Ou alors c'est à n'y plus rien comprendre... Comment, débattre, donner son avis, s'opposer démocratiquement ne serait que du sabotage systématique ? Comment, essayer de respecter la fonction élective confiée par nos pairs, tu sais, Michel, ceux que l'on appelle les citoyens, les citoyennes, ne serait seulement que de vouloir réaliser d'obscurs désirs en 2008 ? Quant au travail de destruction, j'en laisse l'appréciation aux noiséens...

Comme le dit Baschung, j'ai du rêver trop fort !

Bien à toi aussi, Monsieur le Député Maire et ... sans rancune ...

Etienne DOUSSAIN, le 09 janvier 2008

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 18:00
undefined A moins que le directeur de la publication souhaite nous faire mentir, nous en acceptons l'augure, la tribune des élus communistes ne sera pas publiée dans le prochain Noisy Mag...

Alors, un peu plus tôt que d'habitude, en avant première, Mesdames, Messieurs, laissez passer la TRIBUNE !!!

Terre de champions du monde…suite…
 
Une hirondelle ne fait pas le printemps … mais ça peut aider. S’il y en a une, on peut penser que les autres ne sont pas très loin
Et les hirondelles, ça peut-être vous, nous, toi, moi, tout dépend ce que l’on attend du printemps ! Ce qu’il y a de certain quand il s’agit du printemps, c’est qu’il y a des bourgeons, de la sève qui monte, des feuilles qui poussent et des fleurs qui annoncent la sortie de l’hiver.
Fait plutôt frisquet en ce moment, d’ailleurs ! Même les relations municipales élémentaires pourraient donner l’impression d’avoir pris un coup de froid…
Un coup de gel, peut-être ? Un manque d’enthousiasme ? De l’hibernation devant les débats en suspens, vifs comme la bise qui fût venue et qui repartira ?
Qui sait ?
Enfin, ce que l’on sait sûrement, c’est qu’il reviendra bien, lui, ce fichu printemps ! Avec ses municipales, son Sarkozy, ses amours, son Kadhafi, sa droite décomplexée et son cortège de ravages sociaux en cours et à venir, hélas, eux aussi, si l’on n’y prend pas garde…
Pensez donc, on nous promet de la « réforme » de l’assurance maladie, y avait longtemps que l’on ne nous avait pas servi un couplet sur ce sujet, à nous autres, pauvres pécheurs d'assurés sociaux coupables devant l’éternel  ! De la réforme des retraites après avoir pilonné les soi disant « honteux » régimes spéciaux , sauf ceux des députés et sénateurs, ni ceux, d’ailleurs des tenants du CAC 40 ! On nous promet encore, à cause de ceux qui abusent bien entendu, de la vente de HLM pour en construire de nouveaux que d’autres n’auront pas, tellement ils sont devenus pauvres ! Même un traité européen modifié sans consultation des Français est à l’ordre du jour en plein hiver pour déboucher au … printemps, comme il se doit !
 
A Gauche ? Tout va bien ! La suffisance est au top et Ségolène, le retour, devrait suffire à combler nos espérances, du moins le croit-elle. A Noisy, la Gauche ? Mais quelle Gauche ? Celle de notre maire bien aimé, la gestionnaire, fière de son bilan, de sa morgue et de sa communication insipide ? Elle va bien aussi ! Elle prépare les prochains rendez-vous printaniers avec efficacité et haute tenue, celles qui consistent à préconiser « silence dans les rangs, je ne veux voir qu’une tête », sauf que ça ne marche pas… Pas au pas ! L’aurait peut-être un peu oublié qu’à sa Gauche ou dans la Gauche, il y en a d’autres, tout aussi respectables, qui pensent qu’on peut faire mieux que… d’occuper le « pouvoir » pour la seule gloriole !
On verra bien… Notre président « maréchalesque » et « chanoinisé » donne le ton.
Pourvu que le miroir aux alouettes sarkozien, à défaut d’hirondelles, se brise devant la réalité sociale et pourvu que la Gauche, toute la Gauche, veuille de nouveau faire rêver.
 
Vous savez ce rêve, porté par de si nombreuses générations, ce rêve qui s’appelle progrès et avancées sociales ! Ce rêve qui oblige à dépasser « l’esprit boutique » et qui permet de construire du neuf pour le plus grand bien de tous et de chacun !
 
Meilleurs vœux à vous et aux votres. Soyons forts et heureux pour l’an nouveau …
   
Pour les Elus Communistes, le 17 décembre 2007
Etienne DOUSSAIN

 

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 23:55

undefined




undefinedeilleurs 
undefinedoeux 

et
undefinedas de 

undefinedésignation !
  

 
 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 19:45

Brève histoire de fin semaine ... à moins que ce ne soit le début de la suivante !

Il était une fois un ministre de l'Education Nationale qui décida de réformer le déroulement de carrière des instituteurs et institutrices. Pour cela, fort d'une revendication juste et légitime des mêmes, déjà celle du pouvoir d'achat, il inventa un nouveau titre, et bien sûr, un nouveau statut : Professeur des Ecoles.

Dire que que la "réforme" passa comme une lettre à la poste, dit-on trivialement, ça, non , on ne peut pas le dire. Il y eut refus, mécontentement, contestation ... mais quand même, bonne année, mauvaise année, le nouveau titre et le nouveau statut s'imposèrent. D'abord, parce que tous les nouveaux professionnels qui sortaient des IUFM étaient patentés "professeurs des écoles" et que, bien entendu, les plus anciens, nouveau statut et déroulement de carrière oblige, durent se rendre à l'évidence.

Pas tous, certains résistèrent encore et encore ! Mais, il faut bien le dire la réelle revalorisation financière qui accompagnait la "réforme" faisait tomber, une à une, les prévenances des uns et des autres. 

Rien de choquant par ces temps de pouvoir d'achat en berne... Il est vrai que la même dite réforme, car c'est toujours donnant - donnant, entraînait la perte de la retraite à 55 ans ... et surtout la perte du logement de fonction à charge des municipalités ou de l'indemnité de logement !

Hé oui, la République logeait ses instituteurs et institutrices dans chacune de ses 36000 communes... C'était comme cela l'école d'avant, sans nostalgie pour autant !

Et alors, après cette dite "réforme", que se passa-t-il dans nos belles communes ? 

Il fallait "gérer" les conséquences du changement de statut. Comment allait-on attribuer les logements de fonction ? Comment faire entre ceux qui choisissaient de rester instituteurs ou institutrices et ceux qui, soit par concours, soit à l'ancienneté devenaient "professeurs des écoles ? 

Dans de très, très nombreuses villes, villages de France et de Navarre, la solution s'imposa d'elle même : à ceux et celles qui le souhaitaient, le bénéfice du logement serait maintenu sous réserve du règlement d'un loyer prenant en compte, à la fois, sans doute, la réalité des prix du marché de l'immobilier et, à la fois, la situation financière de chacun. 
Il ne s'agissait pas, en effet, d'annuler le "gain" salarial d'un nouveau déroulement de carrière par le montant d'un loyer supérieur au même gain ! 

L'idée même d'amputer le nouveau pouvoir d'achat des "professeurs des écoles" semblait être une évidence à nos bons édiles... sauf à Noisy le Great... avec plusieurs années de retard, semble-t-il.

Comment, nous laisserions nos enseignants se vautrer dans le luxe et l'abondance en profitant de gites modernes, entretenus dans une ville qui connait parmi les meilleurs indices de spéculation immobilière d'Ile de France ? 

C'était sans compter sur la vigilance avisée du premier d'entre nous, celui que les électeurs et les électrices ont choisi ... parmi les meilleurs, les plus méritants, les plus opiniâtres et, sans doute, les plus justes ... puisqu'ils veulent s'occuper des affaires de la Cité, c'est à dire s'occuper des autres ! 

Haro sur le baudet, que l'on fasse donner la garde, justice pour un, justice pour tous ... enfin, chacun, chacune va rentrer dans le rang, à bas les privilèges et les régimes spéciaux car, cela aussi c'est connu, c'est en déshabillant Paul que l'on va habiller Pierre...  Bref, ce que n'avait pas forcément prévu le ministre de l'éducation nationale en son temps arriva ... A notre avis, d'ailleurs, il devait s'en douter ! Z'avaient raison de se méfier, les enseignants !

Missives, plis et autres avertissements tombèrent sur les profiteurs, les profiteuses. Enfin, l'infamie allait être pourfendue par l'action sans faiblesse de notre "saigneur" et maitre...

On allait voir ce que l'on allait voir à Noisy le Great, terre de champions du monde ! Le marché de l'immobilier, ses prix, sa spéculation éhontée allaient être respectés. Allez, et un studio à 560 euros ; plus fort encore, allez , et un quatre pièces, selon sa taille, de 1100 à 1350 euros ! Qui dit mieux ?

On n'allait pas se laisser attendrir par 20 familles, au mieux, qui squattent honteusement les beaux logements de nos écoles. Que diable, nous leur ferons rendre gorge ou qu'elles partent de notre ville. 

Tant pis, si elles avaient prévenu, la plupart d'entre elles en temps utile, du changement de statut de l'époux, de l'épouse ou encore de la mère seule avec enfants. Tant pis, si aucune réponse n'avait été donnée après cela, pendant de longs mois.

Suspects ou suspectes de profiter des faiblesses de nos élus, des faiblesses de la ville. Suspects et suspectes, ces enseignants de vouloir abuser du bien public sans payer leur écot, comme tout bon citoyen.  Car, enfin, occuper le domaine public à titre gratuit, il faut que cela se paye, et fissa, même rétroactivement.

Et c'est bien ainsi que cela se passa. Peu importe, les problèmes d'entretien, la mise aux normes des logements ou encore d'éventuelles dégradations non réparées... Peu importe, il fallait payer ou se demettre ... du bien public, vous les affreux privilégiés aux salaires démésurés !

Le ministre, depuis, a du oublier les conséquences du régime spécial accordé. Pas à Noisy le Grand où la justice sociale passe par la pénalisation des uns au prétexte de mieux répondre à d'autres.
Au fait, cela sert à quoi que les agents de la fonction publique se mettent en grève et manifestent ? A leur pouvoir d'achat ? Calter, volailles, vous allez être plumées !

Amusant, d'ailleurs, cette idée, à défaut d'être nauséabonde, va-t-on louer les mêmes logements ainsi libérés sans compromis au même tarif ? Quel employé communal peut-il se payer un 100 m2 à 1100 euros ?

Sauf à vouloir faire croire que la fonction publique territoriale est devenue la mieux rémunérée de France et de Navarre, Il y des jours où, décidemment, l'on voit rouge...










 

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 10:57
Il y a quelques mois déjà, nous nous sommes exprimés sur la vidéosurveillance qui est en cours d'installation en ce moment. Il nous semble bon de rappeler notre point de vue sur le sujet en publiant la déclaration des élus communistes lors du conseil municipal du 29 mars 2007 qui lançait ce médiocre projet.
img_0344_pms400.jpg
Surveillons, surveillons, il en restera toujours quelque chose !
 
Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,
 
 La sécurité des personnes et des biens est une véritable question.
 
Une véritable question qui ne supporte pas l’instrumentalisation politique tant les victimes ont raison de demander réparation.
 
Dans le même temps, le traitement de cette grave question ne peut être isolée du contexte social général dans lequel les faits de délinquance et d’incivilités se produisent.
 
Sans rejeter l’idée de la responsabilité individuelle lorsqu’un délit ou une agression sont commis, responsabilité individuelle qui justifie sanction, pour autant, il n’est pas possible, non plus, de ne pas pointer les conséquences sociales de politiques économiques qui se traduisent depuis plus de 20 ans par chômage, exclusion, précarité et mal vie
 
Le climat sécuritaire dans lequel le pays s’est installé, climat qui est la marque réelle de la progression des idées d’extrême droite, vient de trouver son apogée avec un ex ministre de l’Intérieur- candidat à l’élection présidentielles qui, pendant 5 ans sans que la majorité parlementaire, y compris l’UDF, ne trouve à redire, a favorisé une véritable chasse à la jeunesse et une triste chasse au faciès, jusqu’aux enfants dans les écoles, en prenant pour prétexte la situation des sans papiers.
 
Ce ministre a surtout réussi à stigmatiser des quartiers entiers des villes de banlieue.
 
Karcher et racaille sont devenus des termes synonymes de nos cités. Insultes et mépris ont été la marque de cette politique.
 
Bien entendu, au-delà des effets d’annonce, le même ministre, avec l’accord des 1ers ministres en exercice et de leur majorité, a soigneusement démoli, alors qu’il en convient aujourd’hui de la nécessité, le concept et ….surtout, la réalité de la police de proximité.
 
Et, il a, de surcroît, Noisy le Grand et la Seine Saint Denis peuvent en témoigner, diminuer les effectifs de la police nationale sur le territoire communale.
 
Là, les chiffres parlent d’eux-mêmes et Monsieur le Maire a eu, plusieurs fois, l’occasion de nous les rappeler.
 
La politique de la ville, elle par contre, n’a pas donné lieu au retour des services publics dans les quartiers.
Pire, ceux qui étaient là se sont désengagés et je pense à la maison des services publics de Noisy le Grand.
 
Je ne parlerai pas, non plus, des retards de l’ANRU et de ses conséquences détestables pour la population de nos quartiers qui a le sentiment légitime de ne rien voir venir.
 
Au moins, aurait-on pu tenir compte des urgences et sérier les interventions indispensables.
 
C’est dans ce contexte qu’il nous faut appréhender deux décisions majeures de la Ville : la création de la police municipale et aujourd’hui, la demande d’autorisation d’installation de vidéosurveillance.
 
Ce n’est pas nouveau, notre opposition est connue depuis l’annonce des dits projets.
 
Fallait-il ne rien faire, nous a-t-on déjà répondu !
 
Notre réponse reste la même : certainement pas en rajoutant sur le terrain sécuritaire pour des résultats très médiocres, sinon insignifiants …comme nombreux s’accordent à le reconnaître s’agissant de la vidéosurveillance.
Chère et peu efficace semble être le constat des installations existantes.
 
Sans dramatiser à l’excès, je rappellerai puisque l’on m’en a fait déjà l’observation, que les nombreuses caméras du centre commercial des Arcades n’ont jamais empêché les actes de vandalisme que ce dernier a connu au début de l’été dernier, par exemple ou, encore, que les inacceptables et insupportables attentats londoniens n’ont pas été anticipés alors que cette capitale est connue pour avoir massivement implantée de la vidéosurveillance.
 
C’est la même chose que la police municipale. Ironiquement, je dirai qu’il fallait bien rentabiliser les parcmètres et que les noiséens s’habituent à payer leur stationnement …
 
Nous savons tous que la sécurité noiséenne n’a rien à voir avec la présence nouvelle de ces agents dont le professionnalisme n’est pas en cause !
 
On ajoute des missions de sécurité à la ville sans qu’elles soient probantes, en flirtant avec une attitude démagogique pour rassurer la population, alors que les véritables réponses à cette question difficile sont toujours la même :
  •   Emplois, conditions de vie et, bien sur, une véritable police nationale de proximité
 Nous savons bien qu’il y a loin de la coupe aux lèvres, que ces réponses demandent un véritable changement de politique dans notre pays et, qu’en tout état de cause, cela ne peut se faire immédiatement.
 
Mais comment pourrions nous croire et, surtout, accepter de faire croire que la vidéosurveillance installée, en particulier dans les quartiers comme on dit sensibles va sécuriser la vie des gens ?
 
C’est un gadget. Un gadget qui coûte cher et c’est un gadget qui déplace, une fois de plus, le champ des réelles responsabilités.
 
L’Etat de droit, l’égalité républicaine, la sécurité, cela ne se traite pas à l’échelle de Noisy le Grand. Il y erreur sur la compétence !
 
Le faire croire est une faute politique que nous ne partageons pas.
 
Nous voterons contre le dépôt de ce dossier auprès du Préfet.
 
Je vous remercie.
 
 
                                                                  Etienne DOUSSAIN

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 10:44
anme48ee6cb1676bed3.gifComme chacun sait, on ne prend pas les mouches avec du vinaigre ! Alors, à défaut habituel, dorénavant, de réponse du directeur de la publication, nous vous proposons notre rubrique mensuelle ... que vous ne lirez pas dans Noisy Mag.


Terre de champions du monde…
 
« Etonnant, non ? » aurait dit Pierre Desproges, cette façon de communiquer autour du seul territoire de Noisy le Grand à propos de la victoire des Springboks.
 
Sans être « pisse-froid », l’effet « Springboks » aura donc été utilisé à toutes les sauces… au profit, croit-on comprendre, d’une bonne image de notre ville. Exit, pour beaucoup, le département de la Seine Saint Denis qui aura particulièrement contribué à cet accueil et qui, avec ses élus, avait de longue date tissé des liens avec l’Afrique du Sud combattant l’Apartheid, celle de l’ANC, du SACP ou de la COSATU, cette belle Afrique du Sud de Nelson Mandela, de Joe Slomo ou de Chris Hani, assassiné par les tenants d’un racisme d’état insupportable. Bien d’autres devraient être citées comme Dulcie September, assassinée, elle aussi, mais à Paris.
On espère bien que Noisy le Grand ne va pas en rester à cette seule opération de communication et, qu’effectivement, jumelage, échanges et partenariat seront à un ordre du jour très prochain. A cet effet, les voyages, qui ont et qui vont avoir lieu, sont de bonne augure, comme l’ont été les très nombreuses activités réalisées par les noiséens et les employés communaux pendant la coupe du monde du rugby.  Il ne pourrait s’agir que … de cultiver l’image du maire et de son « équipe » bientôt sortante…. Ne soyons pas mesquins, nous sommes tous des champions potentiels… On ne change pas une équipe qui gagne ; à bon chat, bon rat… Puisqu’on vous le dit, croyez le !
 
Mais, ne nous trompons pas, plus exactement ne trompons personne, sauf à penser ou vouloir faire penser que le territoire municipal de Noisy the Great est une exception dans le contexte national, la « terre de champions du monde » est en France et ce n’est pas terrible, terrible…
Rappelez vous les charters qui décollent ; les centres de rétention qui sont pleins ; les ressortissants européens, bulgares ou roumains, qui doivent être expulsés, y compris à Noisy ; RESF qui continue de se battre pour les enfants « sans papiers » et la rue de la Banque, à Paris certes, qui reste occupée jour après jour par des familles de travailleurs pauvres qui ne trouvent pas à se loger.   
Rappelez vous, en ce moment de grèves nationales largement justifiées par le vote cynique de 15 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches, que l’on nous prend pour des idiots pour NOS retraites en opposant systématiquement les soi-disant privilégiés aux autres, les pauvres entre les justes un peu moins pauvres ; que l’on privatise une peu, beaucoup, passionnément les universités. Quant à la santé ? Comptons sur nos braves parlementaires pour nous expliquer que nous ne sommes pas raisonnables avec le trou de la sécu ! Mais jamais, au grand jamais, d’autres pistes de financement ne seront mises sérieusement en débat, même quand Philippe Seguin, illustre président UMP de la Cour des Comptes, le suggère un peu, au moins par obligation républicaine.  
 
Rappelez vous, encore, que Nicoléon, notre président bien-aimé à tous, tel le sauveur suprême, s’estime légitime pour imposer, avec la complicité annoncée des députés et sénateurs UMP, du Centre et du PS à quelques exceptions près, un traité constitutionnel identique au précédent sans référendum.  Ah, plan B, quand tu nous tiens !
Rappelez vous aussi que Mmes Boutin et Amara ne feront pas grand-chose de neuf pour une politique de la Ville adaptée aux besoins réels, sauf de désengager l’Etat de ses responsabilités avec la vente des terrains du Clos d’Ambert, la sortie de la ville nouvelle, par exemple, ou encore subventionner la vidéosurveillance avec les fonds interministériels de la prévention de la délinquance !
 
Chapeaux bas à ceux qui veulent croire ou faire croire que ce sont des bonnes nouvelles. Le compromis républicain peut vite devenir compromission républicaine si l’on ne prend garde aux conséquences locales de la politique nationale… d’une droite décomplexée.
 
N’est pas champion du monde qui veut. Parfois, on tombe sur un os comme un ancien noiséen du nom de Mormeck.
 
Pour les Elus Communistes, le 14 novembre 2007
Etienne DOUSSAIN

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 15:33
anme48ee6cb1676bed3.gif Il est devenu habituel, hélas depuis plusieurs mois maintenant, de rendre publique sur notre blog la tribune des Elus communistes qui ne sera pas publiée dans Noisy Mag. Pire, sa transmission au Cabinet du Maire aux dates prévues pour la parution dans le magazine municipal n'entraîne ni réponse, ni accusé de réception. 
Ainsi va la vie à Noisy... 
Vivement le mois de mars et le retour du printemps !

Les « mouches à m… *» sont-elles satisfaites ?
 
Après une interruption de deux mois pour cause de pause estivale, les mouches, elles aussi, se détendent, l’actualité noiséenne commande de survoler brièvement les sujets du moment, de survoler, cela s’entend, avec l’acuité de la vision à facettes, et non pas à œillères, bien connue de la mouche.
Et, qu’avons-nous appris cet été à Noisy le Grand, à défaut de pêcher à la mouche dans le vivier des tristes informations nationales, celles qui concernent la Gauche, notamment ? Que le conseil municipal, à la limite du quorum, soit de la présence physique des conseillers, c’est le moins que l’on puisse dire, avait délibéré, parmi d’autres, sur un sujet d’importance, le Plan Local d’Urbanisme et que, compte tenu des abstentions, celui-ci avait été adopté sans états d’âme par une vraie minorité, physique s’entend, d’élus. 
C’est aussi ça la démocratie locale … Mais il est vrai aussi, comme le dit le bon sens populaire, que pendant les vacances, c’est toujours plus facile à faire passer ! Eh oui, l’augmentation des tarifs de la Ratp, par exemple, c’est souvent au 1er août… Rien à voir avec l’absence de nombreux utilisateurs à ce moment là ! Qui a dit que les vacances étaient propices aux mauvais coups ?
Enfin, cessons de persifler, pour une fois, le mois d’août a eu aussi son lot de bonnes nouvelles. N’a-t-on pas appris en début de ce mois, s’agissant du quartier des Bas Heurts, que la commission d’enquête, forte de ses trois commissaires, avait rendu deux avis défavorables unanimes, l’un sur la Déclaration d’Utilité Publique du projet d’aménagement dit de la ZAC du Clos aux Biches, l’autre sur la mise en conformité du POS !
Il y a des jours où il est difficile de bouder son plaisir. Les mouches du coche ont donc eu raison, les faits étant têtus, de s’obstiner à dire leur désaccords avec la conception de cet aménagement urbain, aménagement, faut-il le rappeler, dont l’utilité de principe ne fait de doute pour personne, sous réserve de précautions, de consultations, d’élaborations communes et de réflexions partagées dans un véritable souci d’intérêt général que les habitants de ce quartier n’ont jamais contesté. Pas plus que nous, d’ailleurs dès le début !
Pourquoi avoir voulu faire croire qu’il en était autrement ?
Pourquoi avoir refuser un enrichissement du projet initial, y compris, par sa réduction ou par un redéploiement de son emprise potentielle en tenant compte de Mailles Horizon alors que la ville, au moins son maire, réclame que Noisy le Grand sorte d’Epamarne et retrouve la maîtrise totale de son territoire ?
Pourquoi avoir voulu opposer des habitants de Noisy entre eux au prétexte d’un soi disant refus de logement sociaux, ce qui n’a jamais été le cas ?
Pourquoi, encore, le logement social serait-il automatiquement synonyme de densification urbaine ?
Alors, des « mouches à m…. » totalement satisfaites ? Non, car, si la déclaration récente de Monsieur le Maire laisse entendre le gel du souhait municipal, il n’est pas encore acquis que la refonte d’un tel projet d’aménagement sera le fait d’une véritable construction participative, d’autant plus que l’adoption du PLU ouvre la porte à des interprétations préoccupantes comme celles de la hauteur des immeubles, par exemple.
 
Quoiqu’il en soit, comme élus et citoyens, nous sommes disponibles et … constructifs !
 
Pour les Elus Communistes, le 12 septembre 2007
 
Etienne DOUSSAIN
 
NDLR * (spécialité noiséenne) : deux élus communistes ont été gratifiés aimablement, il y a quelques mois, du terme « mouche à m… » par le 1er magistrat de la ville.

Partager cet article

Repost0