Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Coucou, nous sommes toujours là ...
    Conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 Lieu: Hôtel de Ville et accessible seulement en visio sur Facebook, ce qui est incroyable... Rien sur le site Web de la ville en direct... Stupéfiant ! La démocratie institutionnelle noiséenne ne pourrait donc...
  • Sidération ...
    Depuis juillet dernier, « On a le droit de voir rouge » n'a rien publié. Est-ce à dire que « Noisy Solidaire À Gauche Vraiment ! » et ses amis n'auraient plus rien à dire, vexés qu'ils seraient de ne plus siéger au Conseil Municipal de Noisy-le-Grand...
  • Vendredi soir 18 h 30 ...
    Depuis plusieurs mois, le 1er vendredi en cours, à 18 h 30, une poignée de noiséens-nes se rassemble sur le parvis de la mairie pour protester contre l'utilisation des pesticides dans notre pays. l'actualité de la dernière reculade de Macron et de son...
  • Le 28 juin, c'est comme on veut ...
  • Tant que l'on a la santé ...
    Paris, à 13h Rassemblement régional devant le ministère des solidarités et de la santé, avenue Ségur, avant une manifestation unitaire.

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 16:21

Vous l’aurez noté, « On a le droit de voir rouge » s’est auto-imposé une absence de prise de position depuis le début de la campagne des élections législatives. La raison en est simple.

Après le formidable élan populaire de la campagne de l’élection présidentielle pour laquelle, deux candidats, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou, ont été soutenus par plusieurs membres de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! » dans le respect de notre diversité, il importait de conserver une neutralité bienveillante afin de préserver le caractère exceptionnel et utile de notre rassemblement. Ce cadre existe depuis 2008 et notre habitude de travail en commun, le mouvement dans lequel nous nous reconnaissons, malgré l’intensité du débat national, méritent amplement de ne pas être bousculé, d’être protégé.

Cette séquence électorale est dorénavant remplacée par le 3ème tour de l’élection présidentielle, celui de l’élection de nos députés.

Il ne sera pas fait mystère de notre préférence. Après avoir renvoyé Marine Le Pen dans ses cordes, nous n’allions pas rechigner à la tâche pour faire élire une assemblée nationale d’une vraie gauche capable d’inverser la logique libérale du président Macron, fils de Hollande et du Medef, une vraie gauche capable de battre la droite et le FN.

Pas moins de 15 candidats dans la 3ème circonscription et, pour ceux qui nous intéressent, la désunion. Nous aurons œuvré sans relâche pour sortir de cette confrontation mortifère et les militants et sympathisants de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! » ont vraiment pris leur part pour convaincre et changer la donne.

Force est de constater notre échec collectif ! Il y aura donc deux candidats pour le courant de pensée et d’action qui s’inscrit dans notre démarche, déjà ancienne, celle du rassemblement. Le refus, toujours incompréhensible à cette heure, d’un binôme France Insoumise et PCF, chacun ayant ses poulains, par les collectifs locaux de la France Insoumise alors que la candidate du PCF n’aurait pas refusé d’être suppléante, est une erreur politique monumentale.

Le résultat de la 3ème circonscription de Seine-Saint-Denis, le soir du 1er tour de l’élection présidentielle a vu se positionner Jean-Luc Mélenchon deuxième, juste derrière Emmanuel Macron, après une campagne où personne n’avait ménagé sa peine, Insoumis, Communistes, Ensemble, citoyens non encartés. Ce qui veut dire qu’il était possible que la 3ème circonscription bascule du bon côté de la gauche.

Pour éviter de louper ce rendez-vous, certains d’entre nous s’en sont émus publiquement par un appel à la raison, puis d’autres ont souhaité, toujours publiquement, le désistement des candidats EELV et PCF afin de conserver une chance de gagner. Cela n’aura pas été possible.

On ne peut que déplorer la rigidité quasi dogmatique des uns s’appuyant sur une pseudo verticalité obligatoire (la charte de la FI), le sentiment d’humiliation pour les autres qui n’ont jamais ménagé leur peine (PCF et Ensemble) et, disons le crûment car cela est une réalité, le jeu existentiel des étiquettes politiques qui concourent au financement des formations politiques pour les 5 ans à venir.

A cette heure, nous ne savons pas si notre attitude collective incroyable permettra, de fait, au candidat des Républicains, à la candidate d’un PS à bout de souffle et comptable du bilan d’Hollande-Valls ou à celui, tout neuf, d’une République prétendument en Marche, de virer en tête du 1er tour de l’élection législative du 11 juin prochain. Mais il est probable qu’il sera difficile au candidat d’EELV, à ceux de la France Insoumise et du PCF de pouvoir prétendre au duel du 2ème tour, même si nous l’espérons encore.

Le Fhaine, quant à lui, au vu des résultats dans nos villes, ne représentera qu’un danger relatif et c’est tant mieux.Pourvu que cela dure dans notre bonne Seine-Saint-Denis !

Nous ne parlerons pas des autres candidats dont les motivations pourraient bien avoir pour raison essentielle, le fameux financement public de la mandature. 1% des voix, présence dans 50 circonscriptions et passez la monnaie à 1 euro 45 par suffrage ! N’excluons pas pour autant les habituelles candidatures de témoignage de l’extrême gauche, à l’exception de nos amis du NPA qui n’ont pas mangé de ce pain là dans la 3ème

Bref, les électrices et les électeurs vont devoir trancher et parleront clair ou pas.

Quant à nous, la cure de silence continuera jusqu’à l’achèvement de la consultation électorale. Sauf, bien entendu, pour l’actualité municipale noiséenne qui nous paraitra utile et digne d’intérêt.

Merci de votre patience.

"On a le droit de voir rouge"

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 10:00

Ce qui vient de se passer à Brignoles, ce dimanche, même s'il convient de relativiser la progression en voix du FN, montre à l'évidence la stabilisation de son électorat qui, à la différence des abstentionistes, se déplace méthodiquement pour voter ... Cela confirme en outre la perméabilité qui existe entre électorat de droite "républicain" et extrème droite.

Faillite de la gauche, engloutie sévèrement au coeur des 67% de refus de vote (toujours non comptabilisés dans les résultats officiels...), débat sur l'utilité d'un front commun dès le premier tour, voire sur la réprésentativité de tel ou tel, peu importe, les compteurs sont en train de se mettre à zéro d'une façon ou d'une autre et le résultat est encore une fois là. Le scrutin majoritaire, cher aux tenants des institutions de la Vème république, scrutin qui gomme en écrasant tout idée minoritaire, trouve ses limites. Ce qui effraie aujourd'hui, c'est de se rendre compte qu'il est dorénavant possible que la droite extrème puisse devenir majoritaire...dans les institutions. Non pas dans le pays mais bien dans les institutions qui prétendent le représenter. Cela en dit long sur l'état du fonctionnement démocratique et sur la façon (et la responsabilité !) dont d'aucuns servent la soupe en permanence aux thèses du Fhaine.

Cette adresse ne prétend pas apporter de solutions meilleures que d'autres (quoique ...), ni donner de leçons face au marasme de la situation politique. Elle se veut être une contribution, inquiète certes, mais une contribution pour une gauche utile et efficace, pour une gauche qui répond à la colère et qui ouvre une perspective politique réelle.

Nous en avons toutes et tous besoin !

adresse-FASE-CUGA-04-10-2013_Page_1.jpg

adresse-FASE-CUGA-04-10-2013_Page_2.jpg

adresse FASE-CUGA 04-10-2013 Page 3

adresse-FASE-CUGA-04-10-2013_Page_4.jpg


 


Partager cet article

Repost0
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 15:00

Logo.JPGvous présente ses

M.gifeilleurs  V.gifoeux

 

 

pour l'année nouvelle !

 

Le "changement", c'est à construire

tout de suite et maintenant ...

 


Partager cet article

Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 18:00

Tract-lettre-TSCG-PAJON-PDF_Page_1.jpg

Tract-lettre-TSCG-PAJON-PDF_Page_2.jpg

Partager cet article

Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 12:00

comminique-FG-Noisy-le-Grand-Gournay.jpg

Partager cet article

Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 18:00

Communique-du-NPALegislatives--10-juin-2012.jpg

Partager cet article

Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 12:00

Le temps qui passe ne se rattrape jamais alors le temps de donner son avis est venu. Le mien tout au moins…, restons modeste !

Alors, voilà, je ne pourrai pas voter, ni pour Michel Pajon, ni pour son suppléant Emmanuel Constant, au second tour de l’élection législative. On me dira, Etienne, ce n’est pas sérieux, faut battre la droite ; l’important, c’est le rapport de force à l’assemblée nationale ; de ne pas faire entrer par la fenêtre de la cohabitation, ce que l’on a viré par la porte de l’élection présidentielle. Ce n’est pas la querelle de personne qui doit l’emporter, c’est la politique qui sera menée dans l’intérêt de la population…

Ne pas en faire une affaire personnelle ? Que diable ! Mais il s’agit du fondement même de l’acte citoyen, celui du choix individuel, celui de l’engagement propre d’un homme ou d’une femme parmi les autres…

Mieux encore, on me permettra de croire en la circonstance au libre arbitre et à la liberté de conscience… Or j’ai décidé de ne manquer, ni de l’un, ni de l’autre, et l’on m’accordera que cela fait déjà un moment déjà que j’y prétends dans le débat public.

Un peu mégalo, l’Etienne, en ce moment, v’là qui se met à penser que sa voix en vaut bien celle d’un autre ! Eh bien, oui, ma voix vaut bien celle du député sortant et, pour le coup, match nul !

Un peu de sérieux, sacrebleu, le droit de vote ne doit pas être galvaudé. Trop de souffrance pour l’obtenir et le défendre, à gauche en particulier… Nos aînés s’en offusqueraient à juste cause de droits acquis de haute lutte et ils auraient raison. Mais est-ce à dire que l’on aurait plus le droit de croire que sous un paravent de gauche ne peuvent pas se cacher des pratiques ou des attitudes plus que contestables ? Voire que la rancune ou le doute n’ont pas de place au cœur de l’agora des citoyens ? Rancune, vous avez rancune ?  Doute, vous avez dit doute ?

C’est donc bien de cela qu’il s’agit ? Alors là, cela devient petit … Un peu de hauteur de vue vous ferait du bien, Sieur Doussain… Sans doute, mais je ne peux pas, M’sieur, même si cela m’est expliqué avec beaucoup de pédagogie, la trop célèbre pédagogie municipale noiséenne !

Que voulez-vous, se prendre un procès pour injures à propos de Noisy Résidence, cela laisse des traces …, de septembre 2008 à janvier 2012 pour être précis.

Le fait que le député-maire a été débouté dès le premier jugement, puis en appel en janvier 2012 –  car il a fait appel, le tout aux frais du contribuable comme à chaque fois – , le fait qu’il n’ait pas choisi de se pourvoir en cassation confirment que le fond de l’écrit incriminé par blog interposé n’était pas injurieux et que cette succession de faits ne peut pas lever dorénavant la rancune et le doute politiques.

Et pourquoi en serait-il autrement, je vous le demande, quand en lieu et place du débat public, un député-maire décide de faire parler la justice contre un opposant politique de gauche, élu lui aussi, qui conteste son point de vue, d’abord sur l’interprétation d’un triste fait de société et, dans la foulée, sur les conclusions qu’il en tire aux noms de tous les habitants qu’il est censé représenter ? Avouons que par ces temps d’alternance politique désirée, on peut en rester pantois…

C’est ainsi que me débattant dans mes propres turpitudes, je m’interroge, encore et encore. Si mes propos n’ont pas été condamnés par la Justice de mon pays, c’est que j’avais le droit de penser ce que je pensais. Que j’avais le droit de dire ce que je pensais devoir dire à la lecture de la lettre que le député-maire avait largement rendu public, y compris en la distribuant, d’abord à la presse, puis à l’attention des habitants des immeubles qui jouxtent Noisy-Résidence.

Si c’est ainsi, j’ai donc le droit de penser que le procès fait à mon encontre n’était qu’un rideau de fumée destiné à m’occuper quelques journées – j’en témoigne –, à coûter quelques milliers d’euros et que le fond de l’affaire finalement garde sa pertinence encore aujourd’hui.

Si c’est ainsi, j’ai donc le droit de considérer – et le droit l’a dit – que les propos par lesquels je contestais l’attitude politique d’un élu qui revendique son appartenance à gauche n’étaient pas insultants et qu’il y a toujours lieu de s’interroger sur l’attitude qu’aurait pu avoir un élu de droite dans une situation identique, ce qui, à l’occasion de la séquence électorale que nous venons de vivre et de ses outrances xénophobes, la Présidentielle, me laisse toujours dans un état de torpeur politique…sans nom, sinon celui de la sidération que peut imposer parfois la honte.

Mais chacun en jugera puisque l’article poursuivi de « On a le droit de voir rouge » est de nouveau en ligne, accompagné des courriers de Monsieur le Député-maire, la Justice n’ayant pas interdit de le faire.

Voyage en Pajonie ordinaire (aout 2008) ... Nombreux d’entre nous s’étaient émus fin mai du drame qui s’était produit au Mont d’Est, drame au cours duquel une maman dépressive, hébergée par la résidence de tourisme Noisy Résidence, avait mortellement défenestré son bébé. L’horreur d’un tel geste suffisait sans que des commentaires ou des affirmations nauséabondes viennent en rajouter. C’est pourtant ce que le maire de Noisy le Grand avait choisi de faire, le Parisien ayant sommairement relayé la prose de ce dernier adressée au préfet de Seine Saint Denis. Par lettre du 25 juin, soit un mois après ce triste évènement, les habitants de la Closerie du Mont d’Est et du Clos des Cascades ont reçus une lettre de l’édile accompagnée d’une copie de celle communiquée au préfet au bon soin de la ville. Nous avons donc pris connaissance de l’intégralité du courrier évoqué par le Parisien le 29 mai et, le moins que l’on puisse dire, c’est « quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ». Affligeant et, pour plusieurs parmi nous, répugnant … à un point où l’on se demande ce qu’aurait pu écrire, par exemple, Monsieur Bompart, maire d’Orange, ex Front National, dans de telles circonstances. Peut-être n’aurait-il pas pu faire mieux ? Comment un élu qui prétend représenter une formation de gauche, formation qui prétend aux plus grandes responsabilités, a pu se laisser aller d’une façon aussi lamentable ?  Se poser la question, c’est peut-être trouver une réponse inattendue : être membre du Parti Socialiste, être député de surcroit, ne garantit pas de ne pas être d’accord avec la politique de Brice Hortefeux et de Nicolas Sarkozy en matière d’immigration… Fameuse « misère du monde » chère à Michel Rocard… mais faut-il ne pas franchir le pas dans la délation pure et simple sous couvert de responsabilité, surtout à partir d’un triste fait divers par lequel l’équation « immigration – pauvreté – délinquance – prostitution » devient le motif d’une chasse aux sorcières. C’est pourtant chose faite à Noisy le Grand en Pajonie ordinaire ! Sauf que la Pajonie, ce n’est pas tous les Noiséens et toutes les Noiséennes… Rappelons que moins d’un électeur sur quatre a désigné Michel Pajon pour la fonction de maire qu’il occupe pour la troisième fois. A ce titre, nous qui faisons partie du groupe des trois autres Noiséens sur quatre, nous lui dénions le droit d’écrire en notre nom de pareilles infamies ! Qu’on en juge par les extraits, eux même en gras dans le corps de la lettre, de cette douteuse prose municipale, alors qu’il s’agit de 30 familles hébergées sur les 160 logements que compte la résidence ! « …j’ai dénoncé avec la plus extrême vigueur la concentration de personnes sans ressources au sein de cette résidence de tourisme qui héberge essentiellement des personnes envoyés par les services sociaux, et notamment des familles demandeuses d’asile en attente du statut de réfugiés . » Plus loin, on apprend que le maire a « adressé un nouveau courrier au Préfet afin de lui demander de prendre des sanctions à l’encontre du gestionnaire de cet établissement et de procéder à la radiation de l’établissement Noisy Résidence en tant que résidence de tourisme… » Mais le pire est à venir au cœur du dit nouveau courrier puisque l’on apprend que les 30 familles sont orientées par des organismes officiels, la Coordination d’Accueil des Familles Demandeuses d’Asile … et du SAMU Social de Paris, organismes dont on aurait pu croire que Michel Pajon connaissait parfaitement la mission, celles d’aider notamment des familles en difficulté ! Mais malheur aux pauvres quand on est député « socialiste » de la 13ème circonscription de Seine Saint Denis … Qu’on en juge, encore et encore, par les termes employés, en gras ou non, au fil des paragraphes de la lettre au Préfet ! Ainsi, Monsieur le maire s’est « rendu compte du nombre important et inhabituel de familles demandeuses d’asile en attente du statut de réfugiés… ». Qu’après « plusieurs visites sur le site, il s’avère que cette résidence est devenue un véritable foyer d’hébergement des familles en attente du statut de réfugiés ou en situation irrégulière au regard du droit des étrangers en France (sic)… ». Vous avez bien lu et le plus infamant suit ! Ainsi « la concentration, dans un même lieu, de ces familles (selon la lettre du maire, 30 familles !) issues essentiellement de l’immigration, sans emploi et sans ressources, conduit inéluctablement à la création de communautés exclues du territoire sur lequel elles vivent et sur lequel elles pratiquent des actes plus ou moins délictueux pour pouvoir survivre »… D’autres propos étant de la même teneur, nous contenterons, tellement la nausée nous serre la gorge, de vous renvoyer à la lecture de dite lettre au moyen des liens ci-dessous.

Tout y passe,  « de la constitution rampante de ghetto au  foyer Aftam ou de l’équilibre économique et social d’un site vital pour Noisy le Grand et l’Est parisien à [ce] que ne soit jamais constitué ni un foyer accueillant des populations migrantes ni une zone d’attente pour demandeurs d’asile sur le territoire de Noisy le Grand…». Pensez donc, 30 familles pour plus de 60 000 habitants, il faut sonner le tocsin et bouter l’étranger, faiseur de désordres, hors de notre bonne ville à nous, à lui ! Pauvre gosse innocent, pauvre maman malade, pauvre papa impuissant devant l’horreur, votre terrible drame familial, non seulement, a endeuillé votre vie définitivement mais en plus, il aura déclenché un appel à une opération de basse police aux relents … pétainistes … Insupportable et écœurant !!! Mais que font les militant(e)s socialistes dans cette ville ? Ils se taisent ? Doit-on crier "Jaures, réveilles toi, ils sont devenus fous" ?
Etienne DOUSSAIN Conseiller municipal « Noisy Solidaire – à gauche, vraiment ! »

Vous me direz, d’accord, pour le député sortant, on a compris, mais pour son futur suppléant, qu’a-t-il à voir avec cette rancune et ce doute politiques qui te taraudent ?

Je vous dirai, rien dans l’absolu, sauf le silence. Et il est des silences qui pèsent autant qu’une lettre rendue publique aux noms des noiséens - ce qui fut le cas puisque rédigée sur papier officiel de la commune. Pas de réaction du colistier, lui comme d’autres, d’ailleurs, nada…

Est-ce à dire que c’est la même chose ? Je ne peux répondre à cette question, cela appartient à ce futur suppléant, et aux autres, d’ailleurs, des Verts au MRC. Moi, je ne peux que constater le silence, or je considère que ce dernier a du sens. L’adage ne dit-il pas, « qui ne dit mot, consent » ?

Et puis, je ne vous le cacherai pas, il y a un autre motif de doute politique. Autant en parler franchement. Z’ont pas de chance tous les deux, ils cumulent et n’ont jamais envisagé, pas une seconde visiblement, la rotation des mandats. En tout cas, rien dans la profession de foi qui indiquerait le contraire. L’un est maire depuis 1995, député depuis 1996, l’autre adjoint-au-maire depuis la même date et conseiller général depuis 1998. De vrais professionnels, en somme !

Pourtant, il se murmure que pour cette élection – position nationale du parti Socialiste oblige – le député-maire serait obligé de choisir et qu’une future loi l’y contraindrait au profit, peut-on penser, de son suppléant mais, avouons, là encore, que ce possible, mais non avéré, mouvement de chaise musicale ne changera pas la réalité passée – de 1995 à 2012, cela fait un bail – et, qu’enfin, nous ignorons complètement ce que seront les choix du dit suppléant qui, en matière de cumul, a appris aussi à s’y connaître depuis 1998. Faut-il d’ailleurs qu’il soit appelé réellement à suppléer car là, la messe n’est pas encore dite !

Or, moi, je suis résolument partisan, un, de l’interdiction totale du cumul de mandat, deux, de la rotation obligatoire des mandats après deux élections successives. Place aux citoyens, stop à la professionnalisation sans limite de la vie politique, c’est mon crédo du moment, j’y tiens et je ne suis pas seul à le penser.

Vous comprendrez d’autant plus que dans le doute, sans parler de cette mesquine rancune politique, j’en conviens (mais il n’y a pas de mal à se faire plaisir…), je ne puisse que m’abstenir ou voter blanc bonnet et bonnet blanc…Je note d'ailleurs que plus 48% des noiséens en ont fait de même pour le 1er tour de scrutin, le 10 juin 2012, ce qui n'est joyeux pour aucun des candidats !

Pour autant, des ennuis peuvent parfois découler un moment heureux. Dans cette affaire de procès pour injures, la solidarité n’a pas faibli. Pas celle des élus de la majorité municipale qui n’ont pas pipés mot, qu’ils soient Vert, PS ou MRC, faut-il le répéter…

Non, celle de nombreux noiséens, et au-delà, qui m’ont soutenu sans hésiter dans ce moment politique désagréable, notamment en apportant leur contribution financière aux frais d’avocat qui m’ont été imposés.

Que dire, sinon merci, et encore merci à eux et à l’avocate qui a défendu ma cause ! Il est certain que ma position de modeste conseiller municipal, persifleur sans doute, était moins confortable que celle d’un maire qui, procès après procès, souvent perdus (car, il y en a eu plusieurs contre des noiséens), fait prendre en charge l’addition par la collectivité. Sans état d’âme, ainsi qu’il me l’a confirmé après une question diverse à ce sujet lors d’un conseil municipal récent !

Belle conclusion, en somme … Ne serait-ce que pour une telle réponse, pourquoi voudriez-vous que, moi aussi, j’ai des états d’âme à ne pas voter Michel Pajon, le 17 juin prochain ?

Mais que personne n’en doute, je ne voterai pas UMP, non plus…et tout ceci n’est qu’une position personnelle qui n’engage, bien évidemment, que moi et personne d'autre !

Etienne Doussain

Conseiller municipal d’opposition

Partager cet article

Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 17:30

Ayant provoqué, suscité, suggéré, fallait que je m'y attende, une autre réponse vient de me parvenir. Aussi, avec l'accord de son auteur, il est bien normal de publier...

 

Etienne Doussain

Cuga - Fédération pour une Aternative Sociale et Ecologique

 

Lettre-a-Etienne-Doussain.jpgAppel-local-TSCG-POI.jpg

Partager cet article

Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 16:35

La rapide lecture de l’édition de Seine-Saint-Denis du Parisien, samedi dernier s’est révélée assez indigeste !

On pouvait penser que l’élection présidentielle avait permis de mettre les pendules à l’heure des urgences mais visiblement, la logique institutionnelle de la Vème République semble encore, sinon la plus forte, avoir de l’influence.

Pourquoi ? Mais tout simplement parce que le score électoral des formations politiques à l’élection législative conditionne le financement public futur des dites formations, au moins lorsqu’elles sont reconnues sur l’échiquier politique, le tout pour les 5 ans à venir qui nous sépareront de la prochaine échéance…

Un euro, par ci, un euro par-là, les mêmes multipliés par le nombre de suffrages obtenus, cela peut justifier l’éclosion des candidatures dans toutes les circonscriptions de France et de Navarre !

Alors, ce n’est donc pas le projet politique qui compte ? Alors, ce n’est pas seulement les désaccords – à la marge dans de nombreux cas – qui sont en cause ? Des problèmes d’égo ? La peur de ne pas être reconnu ? La peur de ne plus exister ?

Vaste question pour qui candidate dans un moment où, à gauche du PS au moins, se pose comme jamais depuis 30 ans, la nécessité de faire front commun pour agir sur le réel que l’on prétend nous imposer…

Ainsi donc, la 3ème circonscription, parmi tant d’autres, ne comptera pas moins de 4 candidatures de désunion à la gauche de celle du député sortant socialiste dont chacun s’accorde – chez les mêmes d’ailleurs – que l’on peut mieux faire que lui…

Front de Gauche, NPA, POI, Lutte Ouvrière, et en avant la musique d’un rapport de force inutile et stérile alors même que l’on a jamais eu autant besoin d’unité populaire sans complaisance pour autant – pour agir dans le nouveau paysage politique issu de la présidentielle.

Mais, moi, attention, je veux sortir de l’Euro, de Lisbonne et de Maastricht ; oui, mais moi, je pense que seules les luttes – soutenues bien entendu par de vrais communistes – permettront de faire évoluer le rapport de force ; oui, mais moi, je n’ai pas confiance dans ceux qui se coulent dans les institutions et qui, en fait, sont comme ceux qu’ils prétendent combattre, etc…, le tout de l’argumentation des uns et des autres, sans dogmatisme, aucun…, sauf celui d’en rire jaune.  

Autant d’argument, bien sûr recevables, mais en deçà des enjeux de la période… A croire que la nécessité urgente d’infléchir réellement la politique européenne qui matraque, pour l’instant, les Grecs ou, encore d’imposer une réelle lutte contre le chômage et la précarité et, enfin, de renvoyer à la poubelle de l’histoire la tentation xénophobe et autoritaire qui s’est emparée de trop nombreux citoyens européens inquiets… ne sont finalement pas le plus important du moment !

Non, le plus important, c’est de se compter, chacun chez soi, jusqu’au ridicule !

1% par ci, 1% par-là, il sera beau, le score de la gauche radicale, malgré l’embellie possible du score à deux chiffres du Front de Gauche !  

Le combat de l’union ne vaut que s’il est mené, or dans la circonstance, rien n’aura été tenté sérieusement… Même pas d’en discuter alors même que le résultat du 1er tour de la présidentielle a bien montré en quoi l’unité d’un front populaire à construire était attendue dans le pays.

Cerise sur le gâteau de la désillusion partisane, les 14 candidats à Henin Beaumont – youpi, tout va bien – montrent bien les dégâts possibles d’une union indispensable, autre que le rassemblement autour du PS…

Vous me direz, le 1er tour d’une élection, cela sert à se compter ! C’est vrai, question d’urgence toutefois en politique … et de réel rapport de force pour un avenir moins sombre. D’autant plus qu’on ne demande à personne de se déjuger, de disparaitre ou de se taire ! Simplement d’apprécier – plutôt que la chapelle – ce que commande la situation politique … On peut ne pas penser que cette dernière ne trouvera pas de solutions efficaces à l’aune d’un groupe parlementaire de la gauche radicale à l’assemblée nationale où le PS et les Verts n’auraient pas la majorité institutionnelle, mais à ne pas l’essayer, l’on n’apporte pas plus la preuve d’une autre efficacité, sauf celle d’un grand soir incantatoire.

Pourtant, l’un n’exclut pas l’autre, non ?

On peut discuter des institutions, discuter des mandats électoraux, des candidats, du cumul, de la rotation et de la révocation des élus mais pour cela faut-il encore que soient créée les conditions pour peser dans le débat ?

Désolé de répandre un peu de fiel, il est des jours comme cela, le dimanche surtout …

Etienne Doussain

Conseiller municipal « Noisy solidaire, à gauche vraiment ! »

Militant FASE

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 17:42

Affichette-tract-Assemblee-citoyenne-10-mai.jpg

Partager cet article

Repost0