Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne les interventions municipales de nos élus, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui ont participé à la construction de la Liste NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Vendredi soir 18 h 30 ...
    Depuis plusieurs mois, le 1er vendredi en cours, à 18 h 30, une poignée de noiséens-nes se rassemble sur le parvis de la mairie pour protester contre l'utilisation des pesticides dans notre pays. l'actualité de la dernière reculade de Macron et de son...
  • Le 28 juin, c'est comme on veut ...
  • Tant que l'on a la santé ...
    Paris, à 13h Rassemblement régional devant le ministère des solidarités et de la santé, avenue Ségur, avant une manifestation unitaire.
  • Le der des der ? On verra bien avec le temps ...
    Conseil municipal jeudi 28 mai 2020 En ouverture de séance, présentation en avant-première d’un court métrage réalisé par la Direction de la communication pour remercier l’ensemble des noiséens d’avoir œuvré pour faire face à la crise sanitaire : associations,...
  • Vidéo-conférence municipale noiséenne ...
    Préambule : la crise sanitaire majeure que traverse notre pays a imposé un gel temporaire de l’activité institutionnelle habituelle sur le plan municipal. L’état d’urgence sanitaire a délégué, de fait, aux maires, qu’ils aient été élus dès le 1 er tour...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 18:48


Comme à chaque fois, je suis pris … Pris par le virus … Faut vraiment que je me soigne … Cela ne peut plus durer cette mégalomanie. Pourtant, c’est vrai, c’est important l’art de la politique, cette capacité que l’on a, individus et collectifs, à agir sur le réel pour le transformer. C’est vrai, c’est important, l’idée de ne pas laisser aux « spécialistes » la charge des affaires de la Cité, à ceux qui savent par avance le bien qu’ils vous nous faire, en taisant soigneusement les bénéfices secondaires ( ?) des jeux du Pouvoir …

 

Non, faut vraiment que je me soigne … Car de désillusions en déceptions, j’aurai encore presque la tentation de croire encore un peu, beaucoup, passionnément que l’on peut et doit faire de la politique autrement.

 

Pourtant, on nous bassine – avec de moins en moins de succès si l’on en juge par les chiffres tristement prometteurs de l’abstention ! – que cette fois, on va le changer ce foutu quotidien. On nous dit même que ce coup-ci pour la démocratie participative – elle n’a qu’à bien se tenir, celle-là – on va faire le nécessaire ! Craché, juré, si je mens, je vais en enfer …

 

Mais qui  et que croire ?

 

  • A la précarité et la misère qui monte ?
  • Au grand emprunt et aux licenciements boursiers ?
  • A Noisy Résidence qui coûte trop chère à Noisy le Grand, selon notre Député – Maire qui vient de nous écrire pour voter Jean Paul HUCHON ?
  • Au chacun pour soi (et Dieu pour tous…) du libéralisme déchaîné de l’UMP de Madame PECRESSE qui nous matraque et bousille les solidarités en faisant croire que casser les services publics, c’est garantir l’égalité de traitement des citoyens devant … le « veau d’or » ?
  • Aux délégations de service public pour la petite enfance de Noisy le Grand ou de Chelles, délégations qui participent de la casse de l’école maternelle au nom d’une prestation privée rendu à 30 familles dans notre ville de 60 000 habitants ?
  • A la taxe Carbone et aux éco-quartiers que l’on impose sans réelle concertation aux habitants de nos villes en leur expliquant que, seule, la densification urbaine est la solution de tous leurs maux, quitte à faire croire que s’opposer, c’est s’opposer au logement social alors que rien n’est dit sur les financements réels de l’Etat du même logement social indispensable, en régression constante depuis, au moins, le gouvernement JOSPIN, dixit une ancienne ministre du Logement ?
  • A ceux qui, la main sur le cœur, votent en conseil municipal un règlement intérieur qui exclue l’expression et la participation d’une partie des électeurs de Noisy le Grand  (11%, ce n’est pas rien, pourtant) ? Aux mêmes qui nous expliquent les vertus du scrutin régional pour changer les rapports de force à gauche, PS d’un côté, Ecologistes de l’autre ? Avec de 45 à 50% d’abstention annoncée ? Bonjour les dégâts,  bonjour le rapport de force …
  • Aux écologistes consensuels, à la suite d’Europe Ecologie, qui procèdent par le haut, par têtes d’affiches – belles têtes d’affiche, d’ailleurs – sans que l’on voit concrètement la différence annoncée, sinon que d’autres vont prendre quelques places d’élus (hein, Dany, tu nous expliqueras après les élections pour les retraites et pour le traité constitutionnel …) ?
  • Au centre mou, faux consensus, du Modem, mi chèvre, mi chou, selon les allées du Pouvoir à emprunter, en passe de s’effondrer ?
  • Au Front National, qui pourrait être renforcé par les faux débats sur l’Identité nationale dans son racisme et sa xénophobie ordinaires grâce au transfuge Eric BESSON ? Pouah ! L’envie de vomir me reprend …
  • A la vidéosurveillance de Michel PAJON et de Michèle ALLIOT-MARIE, solution à l’insécurité sociale, bien connue ?
  • Au Front de Gauche (du PCF au PG avec quelques variantes régionales) au NPA, infoutus de se mettre sérieusement d’accord pour des problèmes de boutique et de préséance alors que l’urgence est à l’action commune durable sans faux fuyant, même si l’on sait qu’il y aura après des variations sur le thème et qu’il reste – n’est ce pas essentiel ? – à construire l’alternative politique avec les gens et, non pas, là aussi, du haut vers le bas ?

  

Décidemment, je mélange tout, la liste s’allonge et ma mégalomanie ne va pas s’arranger. Je le sais bien, une de mes connaissances, président du conseil d’Administration de l’Hôpital de Ville Evrard, a laissé percer une inquiétude sur ma santé mentale lors du dernier conseil municipal. Bien lui en a pris ! Pas facile de voir clair en ce moment …

 

Pourtant l’Education Nationale bouge. Les mouvements sociaux sont incessants. L’actualité internationale qui nous vient de Grèce pourrait montrer un chemin de résistance… Pourtant, le président Sarkozy et son gouvernement vont sans aucun doute prendre une claque méritée… Alors, pourquoi tant de difficultés à faire coïncider politique et mouvement social ? Décidément, la fièvre me reprend…

 

Mais que vais-je voter ce dimanche ?

 

Procédons par élimination :

la droite et l’extrême droite … à battre à plat de couture, c’est sans problème … Le PS ? L’expérience locale m’a vacciné, c’est un avantage ! Les gestionnaires et les professionnels cumulards, non merci ! Région Ecologie, avatar d’Europe Ecologie ? Des futurs gestionnaires et des apprentis professionnels, pas satisfaisant ! Et pourtant, il y a des gens biens sur leur liste … NPA ? Dommage, j’aime bien Olivier et ses camarades mais ils se sont trompés d’urgence … Le Front de Gauche, du PCF au PG de Mélenchon en passant par les Alternatifs de Claire VILLIERS ? Pas mal - faudra virer quelques professionnels -  mais pouvant tellement mieux faire …

 

Allez, la nuit de samedi à dimanche portera conseil et j’irai voter !

 

Etienne DOUSSAIN

Conseiller municipal délirant et désabusé du moment

« Noisy Solidaire, A gauche vraiment ! »

 

 logoae-copie-1.jpg

 

Les régions concourent de manière significative aux politiques de développement économique. Avec des moyens insuffisants et une autonomie toujours plus restreinte.

Camembert région

Dépenses de l'Etat et des collectivités territoriales* en 2009, en milliards d'euros

Extrait de l'article "Régions: des ambitions, peu de moyens", paru dans le numéro de mars d'Alternatives Economiques (voir le sommaire).

Les élections régionales se dérouleront les 14 et 21 mars prochains. L'intérêt suscité par le scrutin, à en juger par les commentaires politiques, semble moins tenir à son enjeu réel - renouveler les conseils régionaux - qu'à sa valeur de sondage grandeur nature, à deux ans des présidentielles. Il est vrai que les régions, dont le statut de collectivité territoriale à part entière n'a été reconnu qu'avec les lois de Décentralisation de 1982, ont des attributions et des moyens relativement limités. Et les réformes en cours les ont encore réduits. Tour d'horizon des enjeux.

Juridiquement, on a coutume de distinguer, au sein des politiques conduites par les régions, les compétences obligatoires (formation professionnelle, Apprentissage, construction et entretien des lycées, aides aux entreprises, transport express régional), qui mobilisent entre 75% et 80% de leur budget, et celles qui relèvent de politiques volontaristes laissées à leur libre choix (aide à la recherche, Innovation et enseignement supérieur, TGV et ferroutage, équipements et environnement, etc.). En pratique cependant, toutes ces politiques ont en commun de concourir au développement économique des territoires, via la formation initiale et continue de la main-d’œuvre, le développement des infrastructures et des services de transport et les politiques d'aides aux entreprises ou à l'Innovation.

Peut-on pour autant en déduire que les régions sont réellement en charge du développement économique? Ce serait aller bien vite en besogne. Tout d'abord, la loi ne leur reconnaît toujours pas le rôle de "chef de file" dans ce domaine. Elles disposent uniquement d'un pouvoir de coordination des politiques conduites par les différentes collectivités (1). Surtout, leurs dépenses demeurent relativement marginales en comparaison de celles de l'Etat et, sur le plan territorial, elles sont en concurrence avec celles des communes et des groupements de communes. Ainsi, les dépenses en faveur des entreprises régionales dépassent tout juste le milliard d'euros, employé sous forme de soutien à la création d'entreprises et à l'Innovation, d'aides à la reprise ou aux entreprises en difficulté. On est loin des 4,1 milliards d'euros qu'a coûtés le seul crédit d'impôt recherche en 2009, sans parler de la facture des exonérations de Cotisation sociale, générales et ciblées, évaluée à 27,8 milliards d'euros par la Cour des comptes pour la seule année 2007!

 

Collectivités territoriales: qui fait quoi ?

Les différentes collectivités disposent aujourd'hui de la "compétence générale", c'est-à-dire qu'elles peuvent conduire toutes les politiques qu'elles souhaitent dans les limites de leurs moyens. En pratique, par le jeu des compétences obligatoires imposées par la loi, chaque niveau de collectivité à un champ d'intervention dominant. A côté des régions, orientées vers le développement économique, les départements gèrent l'action sociale (mais aussi le réseau routier et les collèges). Quant aux communes et regroupements de communes, leur action est plus diversifiée: écoles, voirie, transports urbains, équipements culturels et sportifs, action sociale, aménagement, etc.

Partager cet article

Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 16:36
MaterUnivSolidariteSLU_17_02_10_OKTO_Page_1.jpg
MaterUnivSolidariteSLU_17_02_10_OKTO_Page_2.jpg

Partager cet article

Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 16:33
Encore une contribution au débat ...

Tribune_prevention_La_Gazette_16_11_09.jpg

Partager cet article

Repost0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 16:32

Coordination eau Ile-de-France

*réseau composé de citoyens, d’utilisateurs, de consommateurs, de riverains, d’associations, de scientifiques...

Lettre ouverte aux candidatEs aux élections régionales

"Vous êtes candidat-e pour les élections régionales de 2010 en Ile-de-France.

C'est à ce titre que l’association Coordination Eau Ile-de-France qui fédère les usagers de l'eau et leurs associations s'adresse à vous.

L'eau est un bien commun à préserver et les usagers ont un rôle à jouer. Dans ce cadre, nous avons organisé plusieurs dizaines de réunions publiques, le plus souvent possible en présence d’élus.

Nous avons également échangé avec l’ensemble des maires d’Ile-de-France dont la commune est membre du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF), au moment de l’arrivée à terme du contrat de délégation de service public de l’eau confiée à l’entreprise Veolia.


Dans le cadre de cette campagne des Régionales, nous nous penchons sur la place des thématiques de l'Eau dans les programmes. A ce titre, plusieurs points nous tiennent à cœur.
C'est pourquoi nous souhaitons connaître votre position sur :


1) les grands axes de la gestion de l’eau au niveau régional que vous pourriez favoriser selon les outils et les moyens dont dispose le Conseil Régional, ou selon les outils et les moyens qu’il pourrait créer, aux plans techniques, financiers, organisationnels et de la participation des usagers.


2) la gestion publique directe ou à la gestion privée de l’eau ?


3) la mise en œuvre du droit humain à l’eau, selon quelles modalités ?

 

4) la tarification de l’eau, selon quelles modalités ? (gratuité partielle, progressivité, niveau des tarifs, liée ou non au volume consommé, etc.)

 

Nous ne manquerons pas d'informer nos concitoyens de vos positions via notre communiqué de presse du 1e mars 2010 pour notre campagne d' « Appel pour une Gestion Publique de l'eau en Ile de France ».

Partager cet article

Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 16:23
Le prochain Noisy Magazine nous donnera sans doute les clefs de la bonne compréhension. En attendant, il nous semble normal aux conseillers municipaux de "Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! " de mettre en ligne la conclusion de la Chambre Régionale des Comptes, le tout ayant été acté dorénavant par le conseil municipal du 18 février 2010.

Chambre-regionale-des-comptes_Page_1.jpg
Chambre-regionale-des-comptes_Page_2.jpg
Chambre-regionale-des-comptes_Page_3.jpg

Partager cet article

Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 15:18
Hier soir, conseil municipal à Noisy le Grand ...

Un moment passionnant comme il se doit. Pensez donc, que des sujets qui motivent. Le rapport de la chambre régionale des comptes pour la période 2000 - 2007, les orientations budgétaires 2010, le Bois Saint Martin...

Autant le dire, nous nous sommes couchés tard ! Mais c'était pour une bonne cause ... et puis au prix où sont payés les conseillers municipaux d'opposition, nous aurions tort de nous plaindre.
C'est vrai quoi ! De gros moyens sont à notre disposition...  Noisy Magazine nous est largement ouvert, tous les groupes sont invités à participer aux différentes commissions (mais que veux-tu, ma pauvre Lucette, ce n'est pas de notre faute, si vous n'avez pas de groupe à cause du règlement intérieur que l'on a voté, nous la majorité) .
Le Bleu (qui contient l'ensemble des délibérations dont 200 pages pour la Chambre Régionale des Comptes...) nous est remis 5 jours avant le conseil ... Pour nous épargner de la surcharge inutile qui rendrait la compréhension difficile, le détail de son contenu est parfaitement exhaustif.
Le public nous acclame au bon moment, la salle est bien chauffée, l'ambiance chaleureuse ... Lorsque nous ne comprenons pas (car par définition, un conseiller d'opposition ne comprend pas ...), il se trouve toujours plusieurs conseillers de la majorité - les mêmes d'ailleurs, les meilleurs sans doute - pour nous expliquer la vie ...
Les mêmes, toujours dans un souci de démocratie avérée, ont la patience de nous ré-expliquer plusieurs fois si nécessaire tout ce qu'il faut que nous sachions, avec humilité, pédagogie, commisération parfois ...et surtout longuement, parce qu'il est bien connu que celui qui parle le plus longtemps est le plus intelligent et qu'il a raison ... Rien à voir avec un quelconque problème d'ego sur-dimensionné, juste la préoccupation d'aider son prochain dans sa dure tache de comprendre ce qu'il ne comprend pas ... Rien à voir avec une logique de clan majoritaire ... Que du bonheur en somme !

Pourtant, il y a bien quelques dérapages... On coupe la parole à celui qui intervient ... Un peu plus tard, on le traite de manipulateur... Mais pas d'inquiétude, tout  se fait dans la bonne humeur, sans crispation avec un fort sentiment de travailler ensemble pour les noiséens.
Non, non, pas d'histoires du genre "nous, on est les plus forts donc on a raison" ! Non, juste des moments de démocratie à vivre parce qu'on le vaut bien ...

Justement, hier soir, il s'est trouvé un moment sympa d'échange à propos du bois Saint Martin. Il y en a eu d'autres mais celui-là, particulièrement, était bien. Et comme j'ai été accusé publiquement de manipuler l'opinion publique - quelle prétention ! - ça me fait plaisir de revenir un moment sur le moment ...
Et depuis, je m'interroge vraiment sur le sens du verbe "manipuler". Est ce que le fait d'exprimer un avis et un désaccord (que vous trouverez un peu plus loin pour en être juge), est la preuve incontestable d'une manipulation ? Est ce que le fait de distribuer à tous les noiséens - au frais du contribuable - une lettre avec un coupon réponse à propos de ce "fichu"  commissaire enquêteur qui veut bétonner le Bois Saint Martin est une manipulation  (il a du avoir les oreilles qui sifflaient fort hier soir mais il l'avait sans aucun doute cherché ...)?
Est ce que le fait de mettre en ligne la même pétition sur le site de la ville - sans mettre le rapport, des fois qu'il serait lu ! - est une manipulation ? Est ce que le fait de dire, "le commissaire enquêteur, je m'en fiche, ce qui m'intéresse c'est le devenir du Bois" est une manipulation ?
Autant de questions, mon cher Michel Miersman puisque c'est vous qui m'avez interpellé, qui m'assaillent depuis cette nuit ... J'en frise l'insomnie et comme je suis un partageux - même si on ne me reconnaît plus, me dirait mon conseiller général préféré - je vais simplement me contenter de mettre en ligne les interventions de "Noisy Solidaire, à gauche vraiment :"

Allez, à la revoyure, je pars en vacances quelques jours me soigner l'ego !

Etienne DOUSSAIN
Conseiller municipal "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes.

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

Vérifier l’action municipale sur le plan comptable et financier ne peut être qu’une tâche ardue et complexe, notamment quand il s’agit de respecter au pied de la lettre nomenclature et traçabilité des opérations…

C’est pourquoi, Monsieur le Maire, nous nous abstiendrons de contester sur un plan général et technique cette même gestion comptable et financière. Nous ne pouvons, en effet, ignorer d’où venait Noisy le Grand après la gestion calamiteuse précédente, celle d’avant 1995. Dans le même esprit, nous n’ignorerons pas les réels efforts consentis par la ville pour assainir la situation constatée à cette époque, même si la conjoncture économique qui a suivi a facilité ce travail nécessaire.

Cela étant dit, nous ne pourrons ignorer les remarques réitérées de la  Chambre Régionale des Comptes. Comment, en effet, pourrait-on passer sous silence sa première remarque à propos de la fiabilité des comptes qui, si nous avons bien compris, comporte deux aspects.

Le premier, émanant du contrôle précédent pour la période 1995 -2000, relevait des anomalies en matière de cession d’actifs et d’amortissements des biens immobiliers du domaine privé. Or nous apprenons que cela a perduré pour la période suivante, c’est le point de vue exprimé clairement par la Chambre, alors même que les procédures de préemptions et d’acquisitions se sont multipliées dans notre ville.

Vous allez nous dire que la plupart de ces anomalies concernent, en particulier les liens avec Epamarne et la réalisation d’équipements lors de la création de la ville nouvelle mais vous ne pourrez pas taire que cela concerne aussi la ZAC du Clos Saint Vincent. Or qui dit ZAC dit aussi Bas Heurts et Clos d’Ambert, aussi vous comprendrez nos interrogations de novice !

Le deuxième aspect à propos de la fiabilité des comptes, c’est quand même cette conclusion agaçante de la Chambre Régionale qui indique « qu’elle ne peut pleinement affirmer la sincérité du bilan de la commune » en ajoutant que pour y remédier « il faudra veiller à immobiliser ces actifs à leur juste valeur comptable et revoir la politique de provisionnement des risques ». Il y a sans doute une logique comptable complexe qui ne met pas en cause directement la gestion de notre ville, mais vous en conviendrez, le propos est agaçant, c’est le moins que l’on puisse dire.

Sur la situation financière, la Chambre régionale met en valeur sans ambiguïté l’amélioration de la gestion de notre commune, et on ne peut que vous en féliciter, même si nous considérons que d’autres choix que les vôtres restent possibles pour utiliser les marges de manœuvre dont la ville dispose.

Pourtant, effet de la crise qui venait ou histoire de la grenouille qui se prend pour un bœuf, la même Chambre nous invite à surveiller deux postes, celui de l’autofinancement et celui du niveau d’endettement, car à la hausse en 2007. Il est vraisemblable que 2008, puis 2009, surtout avec le mauvais coup de la taxe professionnelle, suivront la même évolution.

Il est vrai que la politique d’investissement est conséquente dans notre ville et nous croyons à la nécessite de la prudence, y compris sur ce plan.

Au delà de ces remarques qui, de notre point de vue, ne sont pas que techniques, la Chambre Régionale vous délivre, Monsieur le Maire, un satisfecit que nous saluons et qui renforce paradoxalement notre conviction sur la pertinence d’autres choix en faveur de la population la plus fragile, dont on sait hélas, qu’elle s’élargit.

Pour l’aménagement urbain, la critique qui vous est adressée, par contre, s’avère sévère puisque l’Ilot Mairie voit sa description réduite « à un projet symbolique, mal conçu dès l’origine, qui a tardé à prendre sa forme définitive ». Même si nous savons que cette phrase va déclencher votre colère, ce n’est pas les expropriés de cet Ilot qui diront le contraire …

Mais les faits sont là et nous considérons que le regard tiers de la Chambre nous oblige à mettre les pendules à l’heure, y compris pour nous qui avions défendu en d’autre temps ce projet.

Même sévérité pour l’aménagement du centre ville pour lequel, la procédure est qualifiée,  nous citons, « d’irrégulière et mal maitrisée » avec une augmentation de 23 % du coût initialement prévu selon la Chambre. Ce n’est pas rien, Monsieur le Maire, surtout quand le constat de la même chambre « met en exergue une faiblesse patente de la maitrise d’ouvrage de la commune ».

Enfin, autre analyse sévère, les ZAC de Noisy le Grand… l’idée, nous actons le propos de la Chambre, d’un faible contrôle de la commune sur ces zones nous gène. D’autant plus en raison de nos désaccords connus sur l’importance de projets à venir.

Apprendre ainsi que le fameux « bénéfice» tiré de la réalisation de la ZAC du Clos Saint Vincent n’est pas de 3 millions d’euros mais de la moitié car une avance 1 million 500 euros a été omise, nous avouons que notre perplexité grandit, surtout quand la Chambre évoque des « documents erronés » en lien avec la rémunération de la Socaren qui, toujours du point de vue de la chambre, et il s’agit de la Sem de la ville, serait non conforme…

Que cette même chambre relève, nous citons, que « la carence récurrente des contrôles de l’opération a eu pour conséquence de négliger la bonne information du conseil [municipal] qui n’a pas été placé dans la possibilité d’approuver, en toute connaissance de cause, lesdits comptes », tout cela ne nous rassure absolument pas sur le déroulement des prochaines opérations d’aménagement auxquelles vous vous accrochez ! D’ailleurs, il nous faut vous dire franchement que nous avons beaucoup ri en lisant votre réponse page 178 sur le droit à l’information des élus qui serait respecté, surtout en pensant à la façon dont le règlement intérieur de ce conseil a été bâti et à ses conséquences pour « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! »…

Enfin, malgré les nombreuses dénégations très argumentées que vous avez fournies à la Chambre Régionale, dénégations qui sont jointes à cette délibération, il n’empêche que pour la ZAC du Clos aux Biches  la dite chambre met en cause le suivi de principes de « transparence et de partialité » dans le choix de l’aménageur… ce qui donne du grain à moudre à ceux qui contestent les conditions de cette opération.

Ecrire, comme ce fut fait pour la procédure de désignation de la Socaren, qualifiée par la Chambre de « coquille vide » que « la commune a méconnu le principe d’impartialité affirmée par la jurisprudence européenne et que cela révèle de fait « une procédure irrégulière à tous ses stades » est un jugement que la ville doit prendre en compte pour l’avenir de ce projet et des suivants.

Pour nous, Monsieur le Maire, n’y voyez pas malice, c’est un autre révélateur de la méthode municipale ! Nous ne doutons pas, et nous avons lu avec attention vos explications, qu’il n’y pas eu volonté d’irrégularité.

Mais une fois de plus peut-être, la frénésie d’aller vite, le choix de passer outre les contestations, le refus du dialogue et d’une forme de co-élaboration avec les habitants  de ce quartier sont sans doute une explication complémentaire qu’il nous faut prendre en compte collectivement, même si ce constat de la Chambre Régionale des Comptes reste sévère pour un maire qui se veut bâtisseur, sans doute pour finir la ville nouvelle !

Pour conclure, Mesdames, Messieurs, notre propos n’est pas un propos de donneur de leçon tant nous sommes convaincus que des efforts importants ont été faits dans notre commune, même si nous ne partageons toutes les ambitions du moment et pensons au contraire qu’il en manque.

Nous dirons simplement que l’avis de la Chambre Régionale des Comptes nous invite à plus de modestie et de prudence. Oserons nous ajouter à prendre notre temps et à débattre sans considérer un avis contraire comme une opposition systématique. S’en enrichir nous apparait une bien meilleure politique.

Merci de votre attention.


Orientations budgétaires 2010

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

Nous le savons tous, l’incertitude internationale issue de la crise financière, incertitude relayée gravement par les choix gouvernementaux, pèse et va peser sur les collectivités locales.

Il est remarquable de constater que c’est dans un tel moment que le Président de la République a choisi d’en finir avec la taxe professionnelle, déjà détricotée par d’autres gouvernements, et d’annoncer une réforme territoriale, véritable recul démocratique puisque les préfets d’un état redevenu centralisateur pourront dicter non seulement les futures orientations mais aussi l’organisation administrative et financière des communes d’un même territoire.

Non content d’attaquer les conseils généraux et les régions, en particulier au moyen d’un scrutin inique, en plus les communes devront passer sous les fourches caudines de regroupement non consenti par les populations des territoires concernés, avec à la clef, une saignée annoncée de la fonction publique territoriale, accusée d’avoir prospéré alors que l’État se désengage partout.

C’est dans ce contexte que se tient le débat sur les orientations budgétaires 2010.

Nous ne commenterons pas point par point ce cadrage budgétaire. Quelques uns d’entre eux suffiront.

Ainsi, nous notons que l’encours de la dette va peser plus fort, conséquence logique du financement d’équipements nouveaux et que, en raison des remarques de la Chambre régionale des comptes, nous vous savons attentifs sur la gestion de la dette. Ce qui ne veut pas dire que nous vous donnons quitus de cette gestion ! Disons que nous constatons la situation à mesure des informations communiquées.

S’agissant des recettes, si l’ensemble des dotations de l’État accusera une baisse prévisionnelle de 0,61%, il se confirme à la lecture de vos propositions que Noisy le Grand reste une commune aisée par rapport aux communes voisines.

C’est d’autant plus vrai que vous envisagez, tant mieux d’ailleurs, de maintenir au taux de fiscalité directe identique à celui de 2009. C’est vrai aussi puisque vous maintenez une progression des crédits de personnel de l’ordre de 3% mais en précisant que la progression des effectifs sera encadrée, à l’exception de la maison Cathala, de la police municipale et de la vidéosurveillance… ces deux derniers postes n’étant vraiment pas notre tasse de thé. D’ailleurs, vous aurez noté, Monsieur le Maire, que nous n’arrivons pas à nous résoudre à employer l’expression vidéo protection, tant vantée par notre ministre de l’Intérieur. Il serait dommage en effet qu’il y ait la moindre confusion entre les choix de ce gouvernement et notre ville. Ici, c’est de la vidéosurveillance de gauche !!!

Quoique … nous notons aussi que l’enveloppe du personnel ne va pas croître en raison de recrutement pour la petite enfance… C’est sans doute « l’effet délégation de service public au privé » pour la fameuse grande section de crèche du Pavé Neuf, autre nom noiséen des jardins d’éveil…  Ce sont vos choix et nous ne les partageons pas.

Concernant les dépenses de gestions des services, nous relèverons que selon vos termes « les dépenses seront étudiées avec une extrême rigueur en vue de préparer les exercices à venir… Il y a donc de l’inquiétude dans cette note d’orientation et nous espérons que les noiséens n’en feront pas les frais par une hausse des tarifs des services municipaux.

Au chapitre des investissements, vous annoncez sans surprise les maintiens des actions engagées, comme le gymnase du Clos de l’Arche, la maison Cathala et la future piscine. Bien entendu, vous respecterez les engagements vis-à-vis de l’ANRU, c’est la moindre des choses … mais comme d’habitude, vous nous prévenez qu’il y aura une « petite poire pour la soif » pour les acquisitions foncières à venir…

Finalement, rien de très nouveau, en somme, à part les mesures gouvernementales qui vont mettre de nombreuses communes en difficultés… Curieusement, on a l’impression que Noisy passe entre les gouttes … Tant mieux sans doute mais pourquoi, alors, aucune initiative sociale forte ; pourquoi ne pas créer la cellule de veille sociale que nous avons déjà réclamée en 2009… Rien, aucune allusion propice à rassurer les noiséens qui sont frappés par la crise, la précarité et les licenciements….

Pourtant, nous en aurions les moyens… Dans ces conditions, Monsieur le Maire, nous le regrettons mais « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! » ne votera pas vos orientations budgétaires.

 Je vous remercie


BOIS SAINT MARTIN

Autant le dire immédiatement, Monsieur le Maire, nous ne partageons pas avec vous la technique du bouc émissaire !

Pour nous, les propos incongrus qui émaillent le rapport du commissaire enquêteur sont sans intérêt. Ils ne nous paraissent pas essentiels pour justifier l’attaque en règle et la façon dont ce dernier a été désigné à une soi-disante vindicte populaire, quitte d’ailleurs à mettre en exergue des réflexions de ce dernier qui n’engageaient pas ses conclusions négatives à la demande de DUP. C’était du plus et c’est le problème d’un commissaire enquêteur trop disert…

Bien que la ville ne l’est pas immédiatement mis en ligne sur son site, nous avons lu le rapport et ses conclusions avec attention et nous avons décidé d’ignorer la cabale qui a suivi parce qu’elle n’avait pas d’utilité.

Ce qui nous importe, c’est une solution équilibrée pour ce patrimoine forestier. Et, la seule solution équilibrée, celle qui lève toutes les inquiétudes, c’est une gestion unique de cet espace et d’autres le pensaient comme nous, il y a encore quelques mois. Et la gestion unique, c’est un seul opérateur, la Région Ile de France qui sera garante de cet espace sans autre interférence, la ville n’ayant pas vocation à intervenir. C’est le premier point que nous voulons affirmer.

Le second, c’est que nous considérons que l’ouverture au public doit être REALISEE et MAITRISEE.

La aussi, la logique l’emporte, un opérateur suffit et ce ne sera pas privé les Noiséens qu’il en soit ainsi.

Enfin, c’est notre troisième point, la protection du biotope et plus largement du site réclame qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur la gestion de ce patrimoine. Ce ne peut pas être une histoire de « cloche-merle », c’est du patrimoine régional dont il s’agit ! D’ailleurs, la ville, elle-même, s’est désisté, ce n’est pas vieux, de la contestation qu’elle avait initiée contre l’arrête Biotope pris par le préfet en son temps. Comme quoi, chacun progresse sur le sujet …

Cela renforce notre conviction sur la nécessité d’une gestion unique et de contrôle du Bois Saint Martin et cela serait peut-être susceptible d’emporter l’adhésion des propriétaires actuels.

Pour nous, c’est clair… Il faut sortir de cette mauvaise polémique et considérer que l’avis négatif du commissaire enquêteur n’est qu’une péripétie, pour le coup démocratique puisqu’il s’agit d’une institution républicaine que personne ne met en cause, par ailleurs fondamentalement.

Nous ne voterons pas avec vous, Monsieur le Maire et pourtant nous disons OUI à une ouverture maitrisée au public, OUI à une gestion unique du site. Sortons de la mascarade au profit d’une solution apaisée et constructive.

Merci


Partager cet article

Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 21:37
Pour se rafraichir la mémoire, on se reportera utilement à nos articles précédents à propos de la fameuse "grande section de crèche" de Noisy le Grand. Contribution au débat pour la petite enfance ...  et Grande section ... ou Ecole maternelle en danger ?  et encore Jardin d'éveil ou attaque contre l'école maternelle ?

Une autre contribution récente révèle qu'il pourrait s'agir d'une action systématique d'élus (en mal de promesse électorale ?) sur fond de directive européenne confirmée de mise en concurrence des services de la petite enfance.

Alors pour alimenter le débat, nous la publions :

Quand l'enfant devient une marchandise...

 Le cauchemar devient réalité !

« Avec la constitution européenne et la poursuite d'une construction libérale de l'Europe communautaire, c'est la liquidation des services publics et l'entrée en concurrence de l'éducation et du social qui sont programmés ».

Ce discours que de nombreux militants et responsables associatifs tenaient en 2005 au cours de la campagne référendaire de 2005 a été combattu par tous ceux qui cherchaient à enrayer le flot conduisant au rejet du projet de constitution européenne.

François Hollande alors premier secrétaire du Parti Socialiste n'hésitait pas à déclarer : “ On peut dire aujourd’hui que le projet de directive Bolkestein est maintenant arrêté et abandonné. Je pense que cette décision aurait dû être prise beaucoup plus tôt. ”

Aujourd'hui, les masques tombent.

Le rapport du gouvernement français qui a valeur de transposition de la directive Services pour le marché intérieure-appelée directive Bolkestein- s'applique dès ce début 2010. Il s'agit là d'un cadeau royal offert par Sarkozy au secteur marchand.

L’ensemble du secteur de la petite enfance (crèches, halte-garderies) et de l’aide à domicile inclus dans la directive par le gouvernement français entre dans le champ concurrentiel.

L'enfance devient donc clairement une marchandise !

Les collectivités territoriales qui ont confié ces services à des associations d'éducation populaire du secteur non marchand au nom d'une mission de service public de qualité devront lancer un appel au marché « public », dans lequel s'engouffreront de nombreux « entrepreneurs » qui n'ont comme ambition que d'augmenter leurs taux de profits.

Que personne n'affirme que ce secteur n'est pas rentable et n'intéresse pas le secteur marchand ?

Depuis plusieurs années de nombreuses entreprises de crèches demandent et obtiennent de la CAF des subventions d'investissement.

Des municipalités ont déjà inscrit leur action dans la logique de la directive Bolkestein.

Jean Paul Planchou, maire socialiste de Chelles a été un précurseur de la marchandisation, on peut lire d'ailleurs sur le site de la ville l'information suivante :

« En effet, en 2005, la Ville s’était engagée à doubler ses capacités d’accueil d’ici 2015 et le pari est presque gagné. En confiant la création d’une crèche et sa gestion à une entreprise privée, la ville a fait l’économie d’un investissement lourd sans pour autant léser les familles en leur offrant la possibilité d’accéder à une solution de garde au même tarif qu’une crèche municipale traditionnelle »

C'est la société duale qui continue...Il y aura demain des services privés réservés aux plus aisés et des services rendus à l'ensemble de la population, réduits à la portion congrue.

Les contraintes et les logiques ne sont pas les mêmes. Les crèches collectives ou familiales assument avant tout une fonction éducative et de garde alors que les actionnaires et les fonds de pension qui vont se saisir des opportunités offertes recherchent des dividendes.

Les associations familiales, les organisations d'éducation populaire se doivent de mener une action d'information auprès de la population des enjeux de cette décision gouvernementale.

Avec les élus attachés au service public, avec les confédérations ouvrières qui siègent dans les conseils d'administration des CAF, il faut agir pour que le secteur social et éducatif et ses services afférents soient hors champ concurrentiel...

Parallèlement à cette bataille nécessaire et indispensable, il faut absolument que les municipalités résistent c'est à dire maintiennent et développent des crèches territoriales et ne cèdent pas à la tentation de brader les services en cherchant des partenaires privés et notamment les entreprises de crèches.

Jean-François Chalot

Ancien président de l'UFAL de Seine et Marne

Pour mémoire, ce que disait le Parisien en juillet dernier

11.07.2009

A Chelles, une alliance d'un genre inédit va donner naissance, en octobre, à une crèche de 49 berceaux dans le quartier de l'Aulnoy. La municipalité (PS) vient en effet de s'associer à la société Babilou, un partenaire privé, pour se doter d'une nouvelle structure pour les moins de 3 ans. Un mariage de raison… applaudi par les quelque 400 familles chelloises qui attendent une place pour leurs tout-petits. Pour l'entreprise des Hauts-de-Seine, qui gère déjà 37 crèches dans la région et en province, il s'agit d'amorcer son développement vers l'Est francilien. Du côté de l'hôtel de ville, on espère combler le déficit de berceaux en ville. Avec ses cinq crèches municipales, Chelles dispose pour l'instant de 275 places. Un chiffre en hausse mais encore en deçà des ambitions du maire. Dans son programme électoral de mars 2008, Jean-Paul Planchou promettait de « doubler » le nombre de berceaux pour les porter à 420 d'ici à 2015. A six ans de l'échéance, il y a urgence. « On va ouvrir dans trois mois » « Après neuf mois d'études, il nous est apparu que la solution la plus rapide consistait à s'associer à une entreprise conventionnée par la CAF, raconte Annie Ferri, l'adjointe au maire (apparentée PS) en charge de la petite enfance. Construire une crèche nécessite au moins un an de délai. Là, on va ouvrir d'ici trois mois. » La crèche, pas encore baptisée, va être aménagée cet été dans un espace de 515 m 2 , doté d'un jardin de 150 m 2 au rez-de-chaussée d'un immeuble neuf, situé au 55-57 de l'avenue François-Mitterrand. Elle sera entièrement gérée par Babilou, la ville se contentant de louer des places pour ses administrés, au tarif de 9 000 € par berceau et par an. Pour l'année scolaire à venir, la totalité des places seront attribuées par une commission municipale aux familles sur liste d'attente, selon leur situation sociale ou financière. Les tarifs et les conditions pratiqués seront strictement identiques à ceux des crèches publiques municipales. Mais progressivement, Babilou pourra proposer jusqu'à 19 places à des entreprises du secteur qui en feront la demande pour leurs salariés, la ville en conservant au minimum trente. Un système qui déplaît aux élus communistes, seuls à s'être abstenus lors du vote de ce projet au dernier conseil municipal. « Nous comprenons pourquoi Jean-Paul Planchou a fait ce choix de s'associer à une entreprise privée mais nous ne le partageons pas, note Franck Mouly, responsable du groupe PC à la section de Chelles. C'est une privatisation du service public qui ne dit pas son nom. »

Le Parisien

Cet article a été publié dans la rubrique Chelles

Partager cet article

Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 13:00

Partager cet article

Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 16:00
Appel-greve-1802_Page_1.jpg
Appel-greve-1802_Page_2.jpg
Appel-greve-1802_Page_3.jpg

Partager cet article

Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 14:34
tract-parents-maternelle-universite-formation-des-maitres.jpgtract-parents-maternelle-universite-formation-des-copie-1.jpgET LE SECOND ........

Appel comite services publics

Partager cet article

Repost0