Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne les interventions municipales de nos élus, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui ont participé à la construction de la Liste NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Vendredi soir 18 h 30 ...
    Depuis plusieurs mois, le 1er vendredi en cours, à 18 h 30, une poignée de noiséens-nes se rassemble sur le parvis de la mairie pour protester contre l'utilisation des pesticides dans notre pays. l'actualité de la dernière reculade de Macron et de son...
  • Le 28 juin, c'est comme on veut ...
  • Tant que l'on a la santé ...
    Paris, à 13h Rassemblement régional devant le ministère des solidarités et de la santé, avenue Ségur, avant une manifestation unitaire.
  • Le der des der ? On verra bien avec le temps ...
    Conseil municipal jeudi 28 mai 2020 En ouverture de séance, présentation en avant-première d’un court métrage réalisé par la Direction de la communication pour remercier l’ensemble des noiséens d’avoir œuvré pour faire face à la crise sanitaire : associations,...
  • Vidéo-conférence municipale noiséenne ...
    Préambule : la crise sanitaire majeure que traverse notre pays a imposé un gel temporaire de l’activité institutionnelle habituelle sur le plan municipal. L’état d’urgence sanitaire a délégué, de fait, aux maires, qu’ils aient été élus dès le 1 er tour...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 19:45

A Noisy le Grand, les conseils se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Ainsi celui du 27 novembre 2008 restera dans les annales puisque de nombreux parents d’élèves, de 60 à 80 selon les sources du Parisien, ont décidé de prendre la parole dans la « maison du peuple » car après tout, une mairie, un hôtel de ville, c’est bien l’endroit où siègent les représentants du peuple… Non ? Le sujet de cette prise de parole vigoureuse ? L’augmentation votée en juillet 2008 de la quasi totalité des tarifs municipaux, en particulier ceux concernant l’école. Contestée depuis septembre par les familles et malgré l’intervention d’élus au fil des conseils municipaux, rien ne semblait empêcher le maire et son adjoint à l’enfance de « rester droit dans leurs bottes ». Alors coup de colère sans lendemain ? Nous espérons bien qu’il n’en sera pas ainsi et que ce moment de démocratie directe, quelles qu’en soient les limites, permettra de réfléchir, d’organiser la concertation et de modifier une approche budgétaire qui, déjà, a fait des dégâts. Bien sur, on nous accusera de « surfer sur la vague » du mécontentement mais comment peut-on imaginer, la crise aidant, que l’on puisse justifier des augmentations sans précédent à coups d’argument comme «  à Noisy, c’est moins cher qu’ailleurs », «  il y a des parents qui ne se rendent pas compte du coût de l’accueil de leur enfant donc il faut sanctionner financièrement », ou encore « nous changeons le mode de calcul car il introduit plus de justice sociale » comme ce fût dit par un adjoint bien connu, alors que depuis 1995, à notre connaissance au moins, cela ne s’était pas produit dans ces conditions. Il aurait fallu 13 ans à la majorité de la majorité pour s’en rendre compte ?
Difficile d’y croire quand on connait les moyens d’une ville comme Noisy le Grand. A moins qu’un refus obstiné de réduire « la voilure » pour dépenses d’investissements discutables entraine des choix budgétaires qui ne disent pas encore leur nom ? On verra la suite…

Alors dans ces conditions faire un compte-rendu est un exercice qui n’est pas plus difficile, en somme, que de faire comme pour celui qui est affiché sur les panneaux administratifs de la ville. Il suffit d’expurger ce qui gêne, de réduire les débats en ignorant le contexte et les interventions… Bref, comme a dû peut-être le dire un jour le maire, un compte rendu exhaustif demanderait d’augmenter la taille des panneaux donc ce n’est pas possible. Pour nous, le parti pris sera différent. A défaut de panneaux, et surtout à défaut de comptes-rendus qui prétendent… rendre compte, nous préférons tirer la « substantifique moelle » de notre participation aux débats municipaux.

Bien entendu, c’est notre point de vue et, sans doute, il n’a de valeur que celle que nous lui apportons. Cela ne fait rien, on y croit ! Pour épargner les lecteurs(ices), nous nous proposons de simplifier la lecture par le simple libellé des points qui ne posent pas de problèmes particuliers en notant notre vote.





Affaires financières :

-          Décision modificative n°2 du Budget ville 2008;  Affectation des résultats 2007 du Budget Assainissement ; Décision modificative n°1 du Budget Assainissement 2008 :

Trois décisions techniques de fonctionnement général qui n’appellent pas de commentaires particuliers de notre part dans la mesure où elles participent à la fois du fonctionnement ordinaire d’une commune et, à la fois des choix de la majorité municipale. A noter que la décision modificative n°2 du budget ville ne comportait pas cette fois-ci de ligne d’investissement concernant les acquisitions foncières. Par contre, 50 000 euros seront consacrés à l’acquisition de nouveaux horodateurs et 240 000 euros à la poursuite du câblage haut débit qui servira, notamment à la vidéosurveillance. Enfin, 187 000 euros seront consacrés à des financements complémentaires pour le jardin des Sources au Pavé Neuf. A noter pour la bonne bouche, que la ville doit alimenter à hauteur de 2000 euros une ligne budgétaire pour les consignations dans le cadre des procédures judiciaires. Cela sera-t-il suffisant ? Enfin, le 1er adjoint à la demande du maire a tenu à faire une déclaration sur la situation financière de la ville -- on se demande pourquoi – notamment sur les fameuse dettes « toxiques » contractées par les communes. Résultat : tout va bien à Noisy le Grand, la ville est bien géré puisque 93%, croit-on avoir compris, des emprunts sont sains. Malgré un doigt levé, celui d’Etienne Doussain, pour demander la parole à ce sujet (voir question diverse…), le maire … fait voter. N’ayant pas voté le budget et les décisions modificatives contenant des lignes budgétaires concernant le fonctionnement ordinaire, les Elus de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment » se sont abstenus pour les trois délibérations financières.


Administration générale :

-          Approbation de la Charte des Conseils Consultatifs de Quartiers :

Annoncé durant la campagne électorale comme pièce maîtresse de la nouvelle administration communale, par avance, nous ne boudions pas notre plaisir en pensant … aux Bas Heurts, au Clos d’Ambert, à la tarification des services municipaux, etc… Foin de tout cela, il n’en est pas question pour l’instant, encore que le maire ait concédé après notre intervention que c’était une première expérience et que l’on pourrait améliorer le dispositif … plus tard. « Dis moi, papa, c’est quand plus tard ? C’est quand tu remets au lendemain ce que tu peux faire le jour même, mon fils ».  Bref, pour l’instant, cela en a la couleur, le goût et l’odeur … mais ce n’en est pas ! Après la discussion, les Elus de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment » se sont abstenus pour rester … quand même positifs.

Déclaration des Elus de la liste « Noisy Solidaire, à gauche vraiment » :

La liste « Noisy solidaire – A gauche vraiment » a inscrit dans les priorités des engagements qu’elle prenait à l’égard des Noiséennes et Noiséens le développement d’une vraie démocratie participative. Elle fonde même le fonctionnement de toute la vie municipale sur ce principe qui devrait se nourrir d’une co-élaboration de projets avec les citoyens (et l’initiative d’une contre-proposition avec l’école d’architecture et d’urbanisme de la Villette pour le quartier des Bas-Heurts en est un exemple), de la revitalisation du droit de pétition pour les quartiers, de l’inscription dans les voies d’expression démocratique du referendum d’initiative populaire.

Autre aspect important de cette vraie démocratie participative, elle doit être le moyen d’intégrer à une vie sociale des ensembles de citoyens qui s’en trouvent, de fait, d’ordinaire exclus : qu’il s’agisse des populations immigrées, des travailleurs pauvres et des personnes en situation précaire, des jeunes – souvent trop peu concernés par les modes de fonctionnement habituels d’une République qui les traite trop souvent mal avec ses caméras de surveillance, ses polices municipales, appel à l’armée en cas de troubles…

Aussi notre liste a-t-elle reçu la présentation d’une Charte des conseils consultatifs de quartiers comme un signe encourageant. Si elle comporte, dans son principe, des aspects positifs, les limitations qu’elle contient viennent tempérer tout aussitôt notre appréciation. De fait, il apparaît très vite que la conviction que suppose un tel dispositif n’est pas totalement au rendez vous. Ainsi, le découpage, déjà annoncé lors de l’élection de nos collègues adjoints au maire, laisse perplexe, en particulier avec l’impression d’une hypertrophie du centre ville, eu égard au nombre d’habitants de ce dernier, mais aussi en raison d’un maillage dont on ne voit pas très bien l’efficacité si ce n’est, peut-être, d’isoler la problématique d’un quartier, les Bas Heurts par exemple, en le noyant  dans un ensemble plus large comme le Mont d’Est et le Pavé Neuf.

Il y a sans doute, d’ailleurs, des difficultés à équilibrer tous les secteurs, mais chacun conviendra que les secteurs Nord et Sud sont proportionnellement moins denses que les 3 autres. Ce qui nous amène naturellement aux critères de représentation. En effet, sur la base de la remarque précédente, comment peut-on justifier une égalité totale de représentation, 20 personnes dans chaque conseil, alors que la densité démographique n’est pas la même ? Il y a la une difficulté que nous ne prétendons pas résoudre immédiatement, mais qui doit être relevée. Il est évident, néanmoins, que, de fait, les quartiers les plus peuplés pourraient être sous représentés, y compris dans le cadre de la conférence annuelle des conseils.

Sur les critères de représentation, nous avons pu noter, à la différence d’autres chartes dans de nombreuses communes, que les élus municipaux, à l’exception de celui désigné par la majorité, sont totalement exclus du dispositif participatif. Ce qui signifie, on ne peut plus clairement, que l’opposition municipale n’aura pas du tout d’existence dans ce dispositif. Or, même s’il s’agit de privilégier en premier lieu la parole et l’intervention des habitants, cette exclusion systématique ne présage rien de bon, à notre avis, en matière de démocratie participative et de débat contradictoire.

Surtout si l’on ajoute à cela la nomination du président de chaque conseil. Qu’un élu de référence soit le garant municipal du bon fonctionnement, en soi ne nous gêne pas. Que l’on n’ait pas souhaité imaginer une co-présidence par exemple, de façon notamment à tenter de garantir une co-élaboration de l’ordre du jour, c’est sans doute un frein à l’initiative et à l’engagement des habitants des quartiers. D’ailleurs le titre 2, en son Article 5.1, dernier paragraphe dit clairement que : « Les membres des Conseils de quartier qui souhaiteraient l’examen d’une question particulière par le Conseil de quartier doivent en saisir le Président, Adjoint au Maire délégué. »

Voilà une singulière conception de la démocratie participative et de l’initiative citoyenne qui soumet la discussion des questions émanant des quartiers à la censure préalable du bureau municipal, c'est-à-dire, du maire. Rappelons que dans bien des communes, si des élus municipaux sont membres de droit des Conseils de quartiers, ils ne les président pas. Enfin, et nous le regrettons, nous n’avons pas vu, par exemple, un quelconque droit de pétition qui, selon sa définition, aurait pu permettre d’inscrire de droit un point à l’ordre du jour du conseil de quartier.

Dans son état actuel, avec cette Charte, la ville prend le risque de minorer l’impact de cette première expérience de démocratie participative. Elle prend le risque de déboucher sur un simulacre, un ersatz de démocratie directe. C’est, pour nous, très dommage, car cela révèle une défiance consubstantielle à l’égard de tout ce qui pourrait être initiative citoyenne et une hantise : juguler tout ce qui n’entre pas dans une vision délégataire de la politique.

Cela étant, Monsieur le Maire, nous ne nous opposerons pas à cette charte. En soulignant ses insuffisances, nous voulons simplement que cette démarche soit amplifiée. Dans l’état, les élus de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment » s’abstiendront.

-          Attribution du marché relatif à l’impression des documents de communication de la ville :

S’agissant, notamment, de Noisy Magazine, chacun comprendra que les Elus de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment » se soient abstenus.

-          Avenant n°2 du marché d’entretien ménager annuel des locaux communaux

Les Elus de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment » on voté pour.

-          Désignation des membres des commissions municipales (Finances et développement ; Urbanisme et Aménagement ; Enfance et Animation ; Solidarité et Affaires Sociales) :

Bien que le mode de désignation proportionnelle à la plus forte moyenne empêche toute possibilité de représentation des « petites formations », Etienne Doussain et Sylvie Monnin ont proposé leur candidature dans chacune des commissions, sans succès puisque n’obtenant que 2 voix. Mise raflée par la majorité et un représentant de l’ UMP dans chaque commission. Sans doute, une marque de la démocratie participative en marche !

-          Adoption de la Convention Globale d’Aménagement du territoire de Marne la Vallée de 2007 à 2013 :            

Lors de ce conseil les parents d'élèves FCPE et PEEP ont investi la salle pour exiger d'être reçus par le maire à propos de l'augmentation des tarifs municipaux des services à l'enfance. Les élus de Noisy Solidaire ont permis aux parents de se manifester avec une intervention de Sylvie Monnin, hors ordre du jour, à ce sujet (le micro ayant été coupé par le maire, les parents présents ont réagi avec vigueur). Dans la colère mais dans la dignité, plusieurs parents ont demandé avec insistance l’ouverture d’un véritable dialogue. La réponse a été refus et invective (l’expression «  putsch » a été employée par le maire…), ce dernier tournant même le dos aux parents et aux conseillers municipaux pendant un moment et refusant tout débat après avoir annoncé une suspension de séance. Il convient de souligner que la police nationale avait été appelée dans l’hypothèse d’une évacuation à la demande du maire. Fort heureusement, bien que cette dernière fût présente en nombre à l’entrée de l’hôtel de ville, raison a été gardée et il n’y a pas eu d’intervention. Plusieurs minutes plus tard, un tout petit début de réponse a été apporté aux représentants de la FCPE et de la PEEP. Cependant, un cabinet d'experts (!) doit être mandaté pour réfléchir à la seule question des classes de découverte, les autres tarifs ne semblant pas discutables à ce moment là pour le maire. A suivre donc. Après cette suspension de séance, le conseil a repris son ordre du jour.

Sujet d’importance par le volume de la délibération ! Photographie à un instant T des grands projets de la ville nouvelle de Marne la Vallée dans le cadre du contrat de Projet Etat-Région, on comprend bien que M. le Maire soit particulièrement attentif à un tel dossier. En effet,  Noisy le Grand a fait avaliser en principal ses projets d’éco-quartiers, la gare routière du Mont d’Est étant déjà prévu, son financement acquis. Par contre, même si le principe de financement croisé est acté dans un tel document, il convient d’en avoir une lecture prudente. En effet, la crise financière, ses impacts économiques et sociaux ne pouvaient être mentionnés, et pour cause, son élaboration étant antérieure à la dégringolade récente. De notre point de vue, il est prématuré d’annoncer la réussite de différentes opérations, au moins du point de vue du Maire, même si des financements régionaux semblent être acquis (10 millions d’euros aurait-on entendu, ce jeudi …). Il va de soi, l’expérience de l’ANRU en témoigne, que la réalité pourrait être très différente. Enfin, la ville nouvelle nous a fait prendre l’habitude au fil des ans d’avoir une vision prudente du développement du secteur 1 de Marne la Vallée. Ce n’est pas le maire qui nous démentira, lui qui réclame régulièrement les fameux m² carrés de bureaux non construits par Epamarne. Le dernier avatar de la future ZAC du Clos d’Ambert (le recul de 6 mois du protocole entre l’Etat et la ville) démontre qu’il y a loin de « la coupe aux lèvres ». Seule nouvelle à retenir dans la présentation du document, les ZAC des Bas Heurts et de Maille Horizon semblent lier dans l’esprit des rédacteurs. Ce qui signifie implicitement que le raisonnement des élèves de l’Ecole d’Architecte de la Villette à l’occasion du contre projet des Bas Heurts n’était pas délirant, y compris sur le plan économique. De fait, la prudence commandait aux Elus de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment » de s’abstenir. 

Partager cet article

Repost0

commentaires