Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne les interventions municipales de nos élus, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui ont participé à la construction de la Liste NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Vendredi soir 18 h 30 ...
    Depuis plusieurs mois, le 1er vendredi en cours, à 18 h 30, une poignée de noiséens-nes se rassemble sur le parvis de la mairie pour protester contre l'utilisation des pesticides dans notre pays. l'actualité de la dernière reculade de Macron et de son...
  • Le 28 juin, c'est comme on veut ...
  • Tant que l'on a la santé ...
    Paris, à 13h Rassemblement régional devant le ministère des solidarités et de la santé, avenue Ségur, avant une manifestation unitaire.
  • Le der des der ? On verra bien avec le temps ...
    Conseil municipal jeudi 28 mai 2020 En ouverture de séance, présentation en avant-première d’un court métrage réalisé par la Direction de la communication pour remercier l’ensemble des noiséens d’avoir œuvré pour faire face à la crise sanitaire : associations,...
  • Vidéo-conférence municipale noiséenne ...
    Préambule : la crise sanitaire majeure que traverse notre pays a imposé un gel temporaire de l’activité institutionnelle habituelle sur le plan municipal. L’état d’urgence sanitaire a délégué, de fait, aux maires, qu’ils aient été élus dès le 1 er tour...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 21:55

3ème chambre des institutions parlementaires, on a parfois tendance à ignorer les avis du CES. Dommage car les sujets en débat, puis votés souvent très majoritairement, sont d'importance.

A suivre, donc :

 Développement durable

Rapport du CES : les régions chefs de file

Le conseil économique et social (CES) a rendu le 9 octobre sa contribution au débat national sur l'environnement et le développement durable. Il appelle à « repenser un modèle de croissance plus respectueux des hommes et de l'environnement ». Il souligne les conséquences humaines souvent désastreuses d'une croissance ni durable, ni solidaire.

Inégalités : Le CES pointe les discriminations, l'individualisation des comportements avec la perte des « repères individuels et sociaux ». « En France, la persistance de difficultés d'accès au logement, à l'emploi ou à des droits fondamentaux engendre et entretient pauvreté et précarité »

Aménagement du territoire : Le CES estime que l'aménagement passe désormais par le développement de la contractualisation, puisque « l'abandon de la planification traditionnelle est sans doute un phénomène irréversible ». Le Conseil avait suggéré un recentrage des contrats de plan État-régions en fonction de deux critères, d'une part « un objectif global de développement durable compris comme le développement économique associé à celui, quantitatif et qualitatif, de l'emploi, à la lutte contre l'exclusion à la protection de l'environnement (...), d'autre part, une cohérence des actions proposées, avec l'objectif global, entre elles, entre territoires (Europe, nation, inter-régions, régions et territoires infra-régionaux) ».

Organisation des territoires : la région chef de file : Le CES estime qu'il faut réaffirmer le rôle de l'Etat « principal garant de la cohérence globale et chargé de l'articulation avec la dimension européenne » et parallèlement qu'il faut « un renforcement et une clarification des responsabilités à l'échelon territorial, par la désignation, à législation constante, d'un unique chef de file » la région…. « En effet, elle dispose des trois leviers fondamentaux pour impulser et coordonner les politiques d'aménagement du territoire, de la recherche et de la formation initiale et continue. »

« Les intercommunalités, à condition qu'elles atteignent une taille suffisante et une certaine cohérence de périmètre, doivent devenir les acteurs pertinents de contractualisation des politiques avec l'État ou la région au niveau des bassins de vie et d'emploi ».

La question des niveaux pertinents : « Une bonne gouvernance suppose en effet que chaque question trouve « le ou les niveaux les plus pertinents pour être prise en charge : par exemple, l'eau et l'assainissement au niveau communal et intercommunal et au niveau des bassins hydrographiques, les déchets au niveau intercommunal et départemental, la pollution locale de l'air au niveau des agglomérations, les parcs naturels au niveau régional et, a contrario, la lutte contre l'effet de serre au niveau mondial, puis européen, puis national ».

Le Conseil rappelle une de ses préconisation qui était de de rendre effective l'obligation faite aux maires de présenter un rapport annuel sur la qualité et le prix du service d'élimination des déchets ou encore de créer des observatoires régionaux sur le même sujet..

La fiscalité : D'une manière générale, la prise en compte du développement durable nécessitera de faire appel aux outils fiscaux traditionnels, parmi lesquels figurent les taxes foncières sur les propriétés bâties et non bâties, voire la taxe d'habitation, en prévoyant par exemple des abattements liés à la consommation d'énergie par mètre carré.

Les transports collectifs, biocarburants et intermodalité : Le CES juge essentielle la mutation des transports avec une « utilisation accrue et une amélioration de l'offre de transports collectifs, l'usage des modes doux en zone urbaine ». Il se prononce pour l'utilisation des biocarburants. Il préconise notamment de développer à moyen terme le concept de bioraffinerie, « permettant la valorisation de tous les constituants des agroressources traitées »

Le CES est favorable au développement de l'intermodalité, au travers notamment d'une « politique de vérité des coûts et d'internalisation des coûts externes, il a ainsi préconisé « la mise en place d'une redevance d'usage des infrastructures routières - sur le modèle institué par certains pays voisins - sur les grands axes structurants actuellement non soumis à péage, qui sont largement empruntés sur de longues distances par du trafic routier de transit ».

La Responsabilité sociale des entreprises : Le développement durable n'implique pas seulement la collectivité publique mais également la Responsabilité sociale des entreprises (RSE). « il convient de construire une nouvelle efficacité permettant d'orienter les politiques et les décisions. Cela concerne d'abord les pouvoirs publics, mais aussi, dans le cadre qui leur sera fixé, les acteurs économiques et sociaux... Cela implique de prendre en considération les effets externes ou les coûts sociaux et environnementaux, qu'ils soient immédiats ou différés. Les effets à long terme, notamment les effets irréversibles et cumulatifs, doivent absolument être intégrés dans les raisonnements ».

En conclusion, le CES invite dans le cadre d'une écologie humaine à privilégier le
« préventif » et à renforcer le « curatif ».

Voir : Le rapport du CES

Partager cet article

Repost0

commentaires