Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne les interventions municipales de nos élus, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui ont participé à la construction de la Liste NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Vendredi soir 18 h 30 ...
    Depuis plusieurs mois, le 1er vendredi en cours, à 18 h 30, une poignée de noiséens-nes se rassemble sur le parvis de la mairie pour protester contre l'utilisation des pesticides dans notre pays. l'actualité de la dernière reculade de Macron et de son...
  • Le 28 juin, c'est comme on veut ...
  • Tant que l'on a la santé ...
    Paris, à 13h Rassemblement régional devant le ministère des solidarités et de la santé, avenue Ségur, avant une manifestation unitaire.
  • Le der des der ? On verra bien avec le temps ...
    Conseil municipal jeudi 28 mai 2020 En ouverture de séance, présentation en avant-première d’un court métrage réalisé par la Direction de la communication pour remercier l’ensemble des noiséens d’avoir œuvré pour faire face à la crise sanitaire : associations,...
  • Vidéo-conférence municipale noiséenne ...
    Préambule : la crise sanitaire majeure que traverse notre pays a imposé un gel temporaire de l’activité institutionnelle habituelle sur le plan municipal. L’état d’urgence sanitaire a délégué, de fait, aux maires, qu’ils aient été élus dès le 1 er tour...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 11:07

Quartier de préparation à la sortie, Inventons la métropole du Grand Paris, voilà les mots clefs du printemps noiséen, ce qui en soi nous change des soubresauts locaux et ceux de la campagne de la présidentielle !

NSAGV a constaté la rapidité des meilleurs autoproclamés d’entre nous, Emmanuel Constant et Michel Pajon, à fustiger le choix de l’éventuelle implantation d’un Quartier de Préparation à la Sortie, mesure phare du programme pénitentiaire du gouvernement Valls…, les mêmes qui, par ailleurs, ont soutenu, voire voté le dit programme.

On aura bien noté aussi la promptitude avec laquelle la maire de notre bonne ville s’est insurgée contre le torpillage en règle du projet urbain de la ville sur les friches disponibles à l’Est de la commune à deux pas de la future gare du Grand Paris Express. BFM TV, Parisien, pétition pour faire monter la pression, l’inquiétude et la peur … jusqu’à suspendre la participation de la ville au concours du Grand Paris et faire afficher, puis retirer précipitamment une banderole sur une école contre la prison qui n’en est pas une puisqu’il s’agit d’une unité de préparation à la sortie !

Tristement, en outre, nous aurons été stupéfaits par le risque pris par les prétendus meilleurs d’entre nous, du côté du PS macronisé, de stigmatiser encore un peu les habitants des environs. Pensez donc des pauvres, des travailleurs immigrés en foyer, des délinquants qui terrorisent, en oubliant peut-être les familles Rroms, nouveau peuple des bois et des bordures d’autoroute et, pourquoi pas, quelques sans papiers, ici ou là … pour boucler le tout.

Et le tout en omettant de se rappeler que le quartier environnant comprend bien évidemment du logement social, ce qui n’est pas, sauf erreur de notre part, synonyme d’insécurité et de zone de non droit, mais aussi, de nombreuses copropriétés, ce qui laisse entendre, de fait, une mixité sociale de bon sens. On pourra, bien sûr, se dire que cette mixité aura été entachée par une densification urbaine trop importante. Mais là, ce serait déplacer le débat, sinon dire que le projet municipal, l’actuel et l’ancien (car oui, le député maire et sa majorité de l’époque en avait un !) n’était qu’ajouter une strate supplémentaire à ladite densification urbaine…

Mais voilà que nous avons reçu ce court et bienvenu billet d'une noiséenne : « Bonjour, j'ai reçu les informations de Madame Marsigny demandant aux Noiséens de manifester leur opposition au projet de l'état d'implanter un quartier de préparation à la sortie sur le site de l'ancienne école Louis-Lumière.
Je ne sais pas si ce projet est une bonne chose en soi, mais je sais qu'il faut bien que ces lieux existent physiquement quelque part, et ça ne peut pas toujours être chez le voisin ! Je suis donc choquée par le fait que le texte de la pétition ne laisse aucune place à une réflexion commune avec les services et personnes concernées et n'envisage qu'une stratégie de refus catégorique du projet. J'aimerais donc connaître la position de Noisy Solidaire AGV sur le sujet, et les initiatives éventuellement prises pour manifester d'autres opinions que celles des opposants au projet. Je vous en remercie ».

Quelle est la position de NSAGV ?

Trois choses, d’abord :

  • La demande de logements sociaux continue de croître et les rapports annuels de la Fondation Abbé Pierre sur le sujet datent, malheureusement, d’avant-hier, sinon des 30 dernières années !
  • La surpopulation carcérale n’est pas un slogan plein de repentance, c’est la réalité française d’aujourd’hui !
  • La métropole du Grand Paris et son réseau de transport express, c’est demain !

Prenons tout cela dans l’ordre noiséen !

C’est un fait, l’école du cinéma Louis Lumière a été abandonnée, il y a maintenant plusieurs années. La friche (ou quasiment) foncière qui s’étend le long du RER est un autre fait. L’équipe Pajon – Constant avait envisagé depuis longtemps une urbanisation de la dite friche, Louis Lumière compris. L’Equipe Marsigny a remodelé ce projet initial à l’aune du Grand Paris, obtenant une quasi labélisation « Inventons le Grand Paris » sur la base d’un accord entre Région (on n’est jamais mieux servi que par soi-même !), Etat (que faire d’un bâtiment qui nous reste sur les bras et dont on constate le squat ?) et ville (au titre d’une densification urbaine régionale acceptée par tous, à des bémols près…).

Le projet ? 30% de logements sociaux, une éventuelle relocalisation partielle des personnes hébergées par Noisy Résidence … et 70 % d’accession à la propriété privée. C’est dire, oh combien, le projet reste semblable à ce que l’ancien maire projetait, exception faite de Noisy Résidence qu’il aurait détruit comme le Palacio s’il en avait eu le pouvoir…

Jusqu’à là, NSAGV a toujours maintenu son point de vue. Pas d’expulsion sans solution pérenne pour Noisy Résidence et une densification urbaine supportable sous forme d’éco-quartier, faut bien penser aux générations d’après. Le tout avec une critique que l’on retrouvera facilement dans nos interventions municipales, celle liée à la circulation urbaine et à la création des services indispensables à la population actuelle et future…

Donc, si on lie projet et demande de logement, même si nous pensons que l’heure est à la construction d’un nombre plus important de logements sociaux de qualité, 30%, nous prenons dans l’immédiat…

Mais passons à la réalité carcérale. Personne ne conteste les faits. Avec près de 120% d’occupation de ses prisons, la France est une des mauvais élèves de l’Europe. Et ce n’est pas avec sa politique du tout répressif que cela va s’arranger. Aujourd’hui, de nombreux délits mineurs sont la cause de la surpopulation carcérale.

A titre indicatif selon le ministère de la Justice, les délits réprimés sont prioritairement les délits routiers (36%), les atteintes aux biens (20%), puis les infractions à la législation sur les stupéfiants (15%) et les atteintes aux personnes (14%). Entre 2001 et 2012 le nombre de personnes détenues a augmenté de 35%. Enfin, plus de la moitié des peines fermes prononcées par délits sont inférieures à 6 mois et la durée moyenne de l’emprisonnement ferme prononcée en matière de délits est de 7,7 mois.

Et que nous disent ces informations ? Elles nous disent clairement que de nombreux détenus sont concernés directement par la création de quartiers de préparation à la sortie puisque certains ne devraient même pas y rentrer ! Elles nous disent aussi que les conditions de vie générales, les nôtres, celles qui découlent aussi de la crise sociale et économique majeure qui tenaille notre pays ont sans aucun doute à voir avec la logique répressive dont on nous bassine régulièrement.

Mais, mettons-nous d’accord… On ne parle pas de crimes mais de délits. Car, enfin, doit-on enfermer un fumeur de joint, un voleur de bicyclette ou un manifestant contre la loi Travail ? La question vaut d’être posée par ces temps d’Etat d’urgence … et parfois … de justice de classe car enfin, entre un Cahuzac, un Balkany, voire un Fillon, un Sarkozy, et un voleur de pomme, on est en … droit de s’interroger…

Alors, disons-le tout net, dans un tel contexte, la création de Quartier de Préparation à la Sortie ne pose pas de problème à NSAGV. Mieux, nous sommes même très interrogatifs sur les législations punitives comme celle qui prévaut pour la consommation de cannabis, par exemple, sans pour autant ne pas être convaincu qu’il faut augmenter les moyens de la prévention pour la toxicomanie et être convaincu qu’il faut en finir avec « les gendarmes et les voleurs » des petits trafics que nous connaissons bien.

Et la pétition municipale ? Chacun l’aura compris, nous ne pourrions pas y souscrire des deux mains, ni d’une seule d’ailleurs. Et pourquoi ? Mais tout simplement parce qu’elle ferme irrémédiablement le débat sous la forme détestable de « on ne veut pas de ça chez nous ».

Pas chez nous ? Les mêmes dont les partis politiques soutiennent ouvertement la nécessité d’une plus grande répression, y compris contre des syndicalistes pour faits de manifestation ? Les mêmes qui pensent que la justice est trop laxiste et qui oublient consciencieusement les chiffres cités précédemment qui démontrent que de très nombreux délits, pas de crimes doit-on insister, pourraient ne pas passer par l’enfermement comme le disent aussi les professionnels ?

Bref, c’est une question trop difficile pour la balayer d’un revers de main sous la forme de « pas de ça, chez nous ».

Mais, une fois que l’on a dit cela, doit-on en rester là ?

Alors même que le ministre Urvoas avait validé les implantations des QPS et, notamment celui de la Seine-Saint-Denis à Bobigny, le préfet découvre subitement du foncier à Noisy le Grand, la même ville qui est passé à droite dans les conditions que l’on sait, conditions qui expliquent peut-être à elles seules la hargne de l’encore député de la 3ème circonscription, la même dont la maire est devenue conseillère régionale – vivement la fin du cumul - d’une région passée aussi à droite.

La question n’est pas si innocente à notre avis. D’autant plus, et c’est la cerise sur le gâteau, que le même ministre déclare lui-même, texte à l’appui, qu’il faut que concertation ait lieu avec … les élus locaux ! Or, il semble bien que de concertation, le préfet ne puisse connaitre que le mot mais pas la méthode à Noisy-le-Grand…

Tout cela pour dire que, non, nous ne refusons pas la création d’un QPS à Noisy-le-Grand mais que, oui, sa localisation n’apparait pas des plus judicieuses compte tenu du projet d’aménagement envisagé et, non pas en raison des conditions de vie actuelles de la population de cette partie de notre ville mais tout simplement parce que la cohérence du projet et la parole donnée, celle de l’Etat pour Louis Lumière, ont du sens.

On voudrait faire capoter ce projet d’aménagement que l’on ne s’y prendrait pas mieux. Ce qui semble pour le moins contradictoire en matière de besoin en logement et de Grand Paris.

Mais, mettons-nous encore une fois d’accord. Un QPS à la campagne, ce n’est pas sérieux.

Comment parler de réinsertion, d’abord sans moyens humains, mais aussi en localisant une telle structure ailleurs qu’en milieu urbain ? A l’évidence, il semble pour le moins difficile de parler d’un régime de semi-liberté en fin de peine sans évoquer déplacement, emploi, formation ou stage. Or, dans les champs, c’est beaucoup plus difficile, non ?

Ce qui nous amène à la métropole du Grand Paris et surtout à son réseau de transport. Et, pourquoi pas, à une solution alternative …

Nous l’avons dit, l’aménagement de la friche Lumière est quasiment un coup parti. C’est sans doute d’ailleurs, une des raisons compréhensibles de l’émotion noiséenne.

Alors, Monsieur le ministre, Monsieur le préfet, autour de la future gare du réseau express, il doit y avoir moyen de moyenner !

Nous, on se dit que la friche de la A 103, Noisy, Gournay et Champs sur Marne doit bien receler d’un peu de foncier d’Etat. Non ?

On se dit, toujours pas loin de la gare, qu’Epamarne, bras armé de l’Etat pour la ville nouvelle de Marne la Vallée, doit bien avoir un bout de foncier utilisable. Non ?

Résumons-nous :

  • Oui à l’aménagement urbain raisonné et raisonnable de la friche foncière Louis Lumière
  • Oui à la création de logements sociaux de qualité
  • Oui à un QPS en Seine Saint Denis, y compris sur le territoire de Noisy le Grand avec une autre localisation.
  • Non, nous ne signerons pas une pétition qui ne dit que « pas de ça chez nous » sans débat de fond.

Voilà, tout est dit !

Solidairement,

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Vrai Journaél de Noisy le Grand 09/03/2017 14:41

Mieux exprimé que nous, mais c'est bien aussi notre avis, ce qui nous a valu quelques désaccord avec des lecteurs sur FB

Elus de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT 09/03/2017 18:28

C'est effectivement un sujet sensible et on comprend l'émotion. Cela étant dit, il convient d'être sérieux et de ne pas confondre délit et crime, tout comme peine de sureté et peine légère et certainement pas celui ou celle qui émet des chèques sans provision ou commet un délit routier avec d'autres dont les noms sont bien connus, scandale oblige !